Bibliothèque d'Hadrien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bibliothèque d'Hadrien
Βιβλιοθήκη Αδριανού 4165.jpg
Présentation
Type
Civilisation
Style
Matériau
Marbre pentélique (en) et marbre cipolinVoir et modifier les données sur Wikidata
Construction
Commanditaire
Patrimonialité
Site archéologique de Grèce (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Adresse
Coordonnées

La bibliothèque d'Hadrien, parfois surnommée la bibliothèque aux cent colonnes, était une grande bibliothèque située sur l'agora romaine de l'Athènes antique, dont il subsiste aujourd'hui d'imposantes ruines.

Histoire du site[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

Elle doit son nom à son principal donateur : l'empereur romain philhellène Hadrien. Elle fut élevée vers 132 et aurait contenu plus de 20 000 rouleaux.

Destructions successives[modifier | modifier le code]

Elle est dévastée par un raid hérule au siècle suivant, en 267. Après avoir été restaurée par le préfet Herculius, entre 407 et 412, elle subit à nouveau la destruction de la ville par les Wisigoths d'Alaric.

Époque byzantine[modifier | modifier le code]

Le site connaît un regain à l'époque byzantine. La bibliothèque devient ainsi le nouveau centre civique de la cité, autour d'une église tétraconque du début du Ve siècle[1]. Par la suite, apparaissent aussi une basilique à trois ailes au VIIe siècle, puis une cathédrale au XIIe siècle, la première de la cité athénienne, connue sous le nom de Megali Panagia.

Ces trois bâtiments ont laissé des traces de leur existence encore visibles aujourd'hui ; quant à l'église Agios Asomatos sta Skalia, édifiée sur la façade nord à la même époque que la cathédrale, aucun élément n'en subsiste.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1885, il ne restait aucun élément visible du complexe. Démarrèrent alors des fouilles qui exhumèrent les premiers éléments, à commencer par ses colonnes imposantes.

Le site fait aujourd'hui partie des endroits archéologiques touristiques d'Athènes[2] ; il se trouve aujourd'hui proche de la place Monastiráki.

Architecture[modifier | modifier le code]

La bibliothèque d'Hadrien suit le schéma classique d'un forum romain. Elle est identifiée à la fois comme une bibliothèque, un centre culturel, un forum, un dépôt d'archives ou une palestre et un temple du culte impérial.

Elle était constituée d'une cour à péristyle d'approximativement 100 m sur 70 m. L'unique entrée se composait d'un propylée à colonnes corinthiennes. La bibliothèque à proprement parler se situait sur le côté est ; des espaces attenants étaient utilisés comme salles de lecture.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Robert Ousterhout, « "Bestride the Very Peak of Heaven": The Parthenon After Antiquity », dans Jenifer Neils (dir.), The Parthenon: from Antiquity to the Present, Cambridge, Cambridge University Press, , 454 p. (ISBN 978-0-521-82093-6), p. 297
  2. « Bibliothèque d'Hadrien - Horaires, tarifs et adresse à Athènes », sur www.athenes.fr (consulté le 4 avril 2020)