Aller au contenu

Bendejun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bendejun
Bendejun
Mairie.
Blason de Bendejun
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement Nice
Intercommunalité CC du pays des Paillons
Maire
Mandat
Christine Beille-Tourscher
2022-2026
Code postal 06390
Code commune 06014
Démographie
Gentilé Bendejunois
Population
municipale
950 hab. (2021 en diminution de 0,84 % par rapport à 2015)
Densité 150 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 50′ 17″ nord, 7° 17′ 27″ est
Altitude Min. 240 m
Max. 1 100 m
Superficie 6,35 km2
Type Bourg rural
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Nice
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Contes
Législatives 4e circonscription des Alpes-Maritimes
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Bendejun
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Bendejun
Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes
Voir sur la carte topographique des Alpes-Maritimes
Bendejun
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
Bendejun
Liens
Site web http://www.bendejun.net/

Bendejun (prononcer [bɛ̃deʒœ̃] ; nommé également Bendéjun non officiellement) est une commune française située dans le département des Alpes-Maritimes, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Bendejunois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Le village est situé à 18 km au nord de Nice (direction Contes - Coaraze - Peïra-Cava par le col Saint-Roch).

Ce village est éparpillé sur des terrasses en campagne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat méditerranéen altéré, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat méditerranéen et est dans la région climatique Var, Alpes-Maritimes, caractérisée par une pluviométrie abondante en automne et en hiver (250 à 300 mm en automne), un très bon ensoleillement en été (fraction d’insolation > 75 %), un hiver doux (°C) et peu de brouillards[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 13,9 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 15,6 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 906 mm, avec 5,8 jours de précipitations en janvier et 3,5 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Levens », sur la commune de Levens à 6 km à vol d'oiseau[3], est de 12,9 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 982,1 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 35,1 °C, atteinte le ; la température minimale est de −7,8 °C, atteinte le [Note 1],[4],[5].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[6]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , Bendejun est catégorisée bourg rural, selon la nouvelle grille communale de densité à 7 niveaux définie par l'Insee en 2022[8]. Elle est située hors unité urbaine[9]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nice, dont elle est une commune de la couronne[Note 2],[9]. Cette aire, qui regroupe 100 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (82,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (87,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (51 %), forêts (31,5 %), zones urbanisées (12,8 %), zones agricoles hétérogènes (4,7 %)[12].

L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 483, alors qu'il était de 481 en 2013 et de 440 en 2008[I 1].

Parmi ces logements, 77,7 % étaient des résidences principales, 12,1 % des résidences secondaires et 10,2 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 77 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 22,1 % des appartements[I 1].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Bendejun en 2018 en comparaison avec celle des Alpes-Maritimes et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (12,1 %) inférieure à celle du département (25,3 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 68,6 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (67,2 % en 2013), contre 55,3 % pour les Alpes-Maritimes et 57,5 % pour la France entière[I 2].

Le logement à Bendejun en 2018.
Typologie Bendejun[I 1] Alpes-Maritimes[I 3] France entière[I 4]
Résidences principales (en %) 77,7 66,4 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 12,1 25,3 9,7
Logements vacants (en %) 10,2 8,4 8,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bendejun est attesté sous la forme « Villa que nominant Bec de Juno » en 1030 dans un chartier de Saint-Pons.

Bec : en topographie, le mot bec désigne également une partie de terre qui s’avance en pointe au confluent de deux cours d’eau ou à l’extrémité d’un promontoire maritime.

Juno est le nom d’une importante famille romaine de Cimiez, qui devait posséder des terres à Bendejun.

Histoire[modifier | modifier le code]

Bendejun est une station climatique recherchée depuis le début du siècle.

Antiquité[modifier | modifier le code]

L’histoire de Bendejun remonte à l’antiquité. Une implantation gallo-romaine a été relevée à l’ouest de l’actuelle agglomération, qui supportait peut-être le site du village médiéval.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le nom de Bendejun -Brechet- apparaît dès le XIe siècle, en 1030, sous le titre de son église dédiée à saint Benoît et administrée par les bénédictins de Saint-Pons. Mais, dès le XIIIe siècle, cette première implantation semble s’être dispersée.

De fait, l’agglomération se forme progressivement en contrebas, tout en présentant un caractère d’habitat dispersé rare dans le comté de Nice.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Le , Pierre Maletti, évêque de Nice, érige en paroisse le lieu de Bendejun en le détachant de Châteauneuf « à cause de la distance avec le chef-lieu ». L’église avait pour titulaire Notre-Dame-du-Saint-Rosaire, aujourd'hui l'église-vieille.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

À la fin du XIXe siècle, la bourgeoisie niçoise y fait construire des demeures de plaisance destinées à ses frais séjours d’été, demeures toujours visibles, parsemant la campagne.

Un tremblement de terre secoue le village le .

Le hameau de Bendejun est érigé en commune en 1911 par détachement du territoire de Châteauneuf-Villevieille[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune se trouve depuis sa création dans l'arrondissement de Nice du département des Alpes-Maritimes.

Elle faisait partie du canton de Contes[13]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 d'un nouveau canton de Contes, porté de 7 à 20 communes.

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la quatrième circonscription des Alpes-Maritimes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Bendejun est membre de la communauté de communes du Pays des Paillons, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé fin 2003 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[14]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1911 1919 Xavier Saissi de Châteauneuf   Comte, premier maire de la commune
1919 1944 François Gastaud    
1944 1946 Charles Mannoni    
1946 1985 René Bermon    
1985 mars 2001 Jean Guillon[15]   Professeur d'université, officier de réserve
Chevalier de la Légion d'honneur, officier de l'ordre du Mérite, Croix de la valeur militaire, Croix du combattant, Chevalier des Palmes académiques
mars 2001 novembre 2009[16],[17] M. Claude Cristini SE Démissionnaire
décembre 2009[18] octobre 2022 Joël Gosse PCF Retraité
Vice-président de la CC du pays des Paillons ( ? → 2022)
Démissionnaire
octobre 2022[19] En cours Christine Beille-Tourscher SE Fonctionnaire d’État
Vice-présidente de la CC du pays des Paillons (2022[20] → )

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Bendejun possède une médiathèque, des aires de jeux, un tennis, et la ville et plusieurs acteurs associatifs organisent toute l'année des soirées concerts, théâtre et cinéma.

Une nouvelle école disposant d'une salle polyvalente et d'une cantine a été construite en 2009 et ouverte en septembre 2009.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1911. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[22].

En 2021, la commune comptait 950 habitants[Note 3], en diminution de 0,84 % par rapport à 2015 (Alpes-Maritimes : +1,99 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
421294223273248242186267360
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017 2021
396600763843892899949952950
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame-du-Rosaire.
  • L'église Notre-Dame-du-Rosaire et son clocher de 30 m. Elle a été inaugurée le 5 mai 1868. Elle a été construite sur les fondations de l'ancienne chapelle des Pénitents Blancs qui datait de 1720. Auparavant la messe était dite dans l'ancienne chapelle Notre-Dame-du-Rosaire qui était devenue l'église-vieille où était célébrée la messe pour éviter aux habitants d'aller à l'église de Châteauneuf-Villevieille, très éloignée.
Dans le clocher se trouvent trois cloches de l'église-vieille datant de 1662, 1849 et 1863. Le clocher était initialement plus bas, il a été surélevé en 1883 mais a été très ébranlé au cours du tremblement de terre le 23 février 1887.
On trouve à l'intérieur de l'église une statue de saint Roch placée pendant l'épidémie de petite vérole, en juin 1871.
  • L'église-vieille, datant du XVIe siècle, reprise par les pénitents blancs qui avaient cédé leur chapelle pour construire la nouvelle église. L'église a été restaurée en 1868. Un tableau commémore la première chapelle Sainte-Croix des pénitents datant du 15 août 1720.
  • La chapelle de l'Immaculée-Conception possède une façade classique. Elle était réservée, en 1720, aux seigneurs Martini et à certains habitants du quartier.
  • La chapelle Saint-Benoît ou Saint-Bénédé : à l'ouest de village, en ruines, elle a été détruite par le tremblement de terre de 1887.
  • Le Monument aux morts, inauguré par le député Flaminius Raiberti, le 10 septembre 1922.
  • Manoir des seigneurs Rosso.
  • La Pergola : château du chevalier Charles-Henri Mari, conseiller à la cour d'appel de Nice et sénateur.
  • Le Palaï, maison de retraite d'été de Flaminius Raiberti. Sa famille était installée à Bendejun depuis le XVIe siècle.
  • Fours à pain et moulin à huile.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bendejun Blason
D’azur à l’aiguière d’or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Théophile Bermond, Mon village : Bendéjun, Serre Éditeur (Les Régionales), Nice, 1985
  • Pierre-Robert Garino, 'Les vallées du Paillon, Serre Éditeur (Ancre Solaire), Nice, 1997
  • Yves Bernard, L'annuaire Touristique et Culturel des Alpes-Maritimes et de Monaco, p. 296-298, Éditions Campanile, 1997 (ISBN 2912366-003)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les records sont établis sur la période du au .
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  3. « Orthodromie entre Bendejun et Levens », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Levens », sur la commune de Levens - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Levens », sur la commune de Levens - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  6. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le ).
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le ).
  8. « La grille communale de densité », sur le site de l’Insee, (consulté le ).
  9. a et b Insee, « Métadonnées de la commune ».
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Nice », sur insee.fr (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  13. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Site de la préfecture des Alpes-Maritimes, consulté le 20 juin 2008
  15. « Jean GUILLON », sur dansnoscoeurs.fr, (consulté le ).
  16. Patrice Castelli, « Le maire Claude Cristini démissionne pour « raisons de santé », Nice-Matin par Maville,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. Patrice Castelli, « Les villageois se disent « étonnés » après la démission de leur maire », Nice-Matin par Maville,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. Guillaume Bertolino, « Joël Gosse nouveau maire du village : Drôle d'ambiance, hier soir, dans la salle du conseil municipal de Bendejun. Il faut dire que suite à la démission du maire, Claude Cristini pour raison de santé, l'humeur n'était peut-être pas forcément au beau fixe », Nice-Matin par Maville,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Il fallait un candidat pour cela. Joël Gosse, fut le seul. Et sans surprise, avec 10 voix pour, un vote blanc et deux abstentions, il a été désigné maire de Bendejun ».
  19. Olivier Fazio, « Après la démission "pour raisons personnelles" de Joël Gosse, les élus de Bendejun élisent une nouvelle maire : Comme son prédécesseur, Claude Cristini, démissionnaire en 2009, Joël Gosse quitte son poste, entraînant l’élection, par les élus, de Christine Beille-Tourscher, jusque-là adjointe à l’Urbanisme et à la sécurité », Nice-Matin,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Adjointe à l’Urbanisme et à la sécurité jusque-là, Christine Beille-Tourscher a été élue à l’unanimité des présents (12 sur 15) ».
  20. Valérie Noriega, « CCPP 06 Pays des Paillons : Christine Beille-Tourscher nouvelle Vice-présidente », Les Petites Affiches,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.