Bburago

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bburago
illustration de Bburago

Création 1976
Fondateurs Mario, Ugo et Martino Besana
Siège social Burago di Molgora (Lombardie), Italie
Actionnaires May Cheong Group (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité Industrie du jouet (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Produits modèles réduits
Effectif 130
Site web www.bburago.com
Rolls Royce Camargue à l’échelle 1/22. Probablement fabriquée dans le milieu des années 1980, ce modèle de Bburago est aujourd’hui rare.
Lamborghini par Bburago
Porsche 356 B 1/18 par Bburago
Ferrari 550 Maranello Bburago à l’échelle 1/18.

Bburago est une importante marque italienne de modèles réduits.

Sa production porte essentiellement sur des modèles européens reproduits à l'échelle 1/18, 1/24, 1/43 et plus récemment 1/32e. La matière utilisée est principalement le zamac. Certains modèles se présentent soit entièrement assemblés, soit en version kit ne comportant que peu de pièces à monter (carrosserie et châssis à visser, décalcomanies).

Histoire[modifier | modifier le code]

1966 : La famille Besana crée la marque Mebetoys[modifier | modifier le code]

Mario Besana, le futur créateur, travaille dans différentes entreprises au cours des années 1950. Il va s'essayer quelque temps chez le constructeur automobile Innocenti puis intégrera Molgora, un fabricant de jouets en tôle emboutie. En 1959, avec ses frères Martino et Hugo, il se lance dans la fabrication des jouets. Il faudra attendre 1966 pour que la famille Besana crée la marque Mebetoys.

Cette société (Meccanica Besana Toys), basée à Milan, réalisera de nombreux modèles en métal. Ceux-ci seront essentiellement réalisés au 1/43 et au 1/25. Le succès sera immédiat.

1969 : Arrivée de Mattel[modifier | modifier le code]

En 1969, Mattel prend pied chez Mebetoys pour une durée de trois ans. Mebetoys va, dans un premier temps, produire des jouets pour le compte de Mattel. Mais le géant américain est glouton. Il rachète Mebetoys en 1973.

1972 : Mario Besana crée Martoys, future Bburago[modifier | modifier le code]

En 1972, Mario Besana, exclu de sa société, crée la société Martoys. Comme Mebetoys, elle va connaître un vif succès dès ses débuts. Le succès est si important qu'il s'avère vite indispensable de construire une nouvelle usine.

Celle-ci verra le jour en 1975, dans la ville italienne de Burago, proche de Milan. Mario Besana saisit l'occasion pour renommer Martoys, dont le nom n'est pas très accrocheur. Le nom Bburago est choisi en 1974. Le « B » est doublé afin de pouvoir distinguer la ville d'accueil du nom de la société. Cette première lettre permet également de rappeler le nom du fondateur (Besana).

Pour se différencier de Mebetoys, BBurago se spécialise dans les modèles à l'échelle 1/24e et 1/18e avec des véhicules des années 1930 et les voitures GT. Son succès tient essentiellement au souci du détail qui fera la réputation de la marque. Les productions BBurago n'étaient plus des jouets pour enfants mais des objets de collection et d'exposition.

Avec les années 1980, BBurago fut le premier à comprendre que la distribution traditionnelle avait évolué. Ses productions n'étaient pas seulement distribuées dans les magasins de jouets, toujours plus rares, mais surtout dans les grandes surfaces de standing, les aéroports, tous les lieux de passage des hommes d'affaires. La marque devient leader mondial de sa catégorie[1].

La concurrence allait disparaître. Solido dû aussi proposer des modèles à grande échelle mais sans succès. En 1994 BBurago rachète son concurrent Polistil et reste le seul fabricant en Europe. Il devra faire face dans les années 90 à la très rude concurrence asiatique avec ses modèles à très bas prix mais à la finition approximative. Seules les multinationales du jouet purent résister un peu plus.

2000 Le coup de grâce de Mattel[modifier | modifier le code]

En 2000, le géant américain Mattel, en apportant sa sponsorisation au constructeur automobile italien Ferrari, obtient l'exclusivité totale des licences des modèles réduits de la marque qui étaient devenus le fonds de commerce de BBurago qui doit dès lors arrêter toute commercialisation des modèles Ferrari.

2005 : années difficiles et rachat[modifier | modifier le code]

Après ce coup imprévisible, la société BBurago fait l'objet d'un plan de restructuration en 2005 et arrêta toute activité.

En 2007, la marque est relancée, rachetée par le groupe chinois May Cheong[2], qui possède également Maisto. Afin de différencier les deux marques, May Cheong spécialise Bburago dans les voitures européennes. Les modèles ne sont plus fabriqués en Italie mais en Chine.

Mattel, qui avait beaucoup de mal à vendre ses voitures miniatures "jouets" produits par Hot Wheels, reprend contact avec BBurago pour lui faire fabriquer plusieurs modèles qui figuraient au catalogue italien avant son coup de force. Le contrat de collaboration est prévu jusqu'en 2014 mais Mattel a compris qu'il ne pourra jamais être leader de ce marché spécial et n'a pas cherché à le renouveler.

C'est actuellement May Cheong qui est devenu propriétaire de toutes les licences Ferrari. On retrouve depuis janvier 2015 tous les modèles du cheval cabré dans la gamme BBurago[3],[4].

Modèles à l’échelle 1/24 (production italienne)[modifier | modifier le code]

Range Rover BBurago, échelle 1/24, production italienne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Alfa Romeo 8C competizione par BBurago » (consulté le )
  2. Thomas Drouart, « Bburago (IT), informations et avis sur ces voitures miniatures 1/18 », sur PDLV (consulté le )
  3. « BBurago va pouvoir de nouveau produire des Ferrari » (consulté le )
  4. « Reprise des licences Ferrari par BBurago » (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Site officiel
  • Paolo Rampini , Automodelli Bburago 1972-1998 , Edizioni P.R. , 1998