Bugatti Type 57

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bugatti (homonymie).

Bugatti Type 57
Bugatti Type 57
57SC Atlantic 1936 de Jean Bugatti (Rétromobile Paris) adjugée à la Collection Peter Mullin au prix record mondial historique de plus de 30 millions de dollars en 2010

Marque Drapeau : France Bugatti
Années de production 1934-1939
Production 685[1] exemplaire(s)
Classe Voiture de sport de luxe et de prestige
Usine(s) d’assemblage Usine Bugatti de Molsheim
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) 8 cylindres en ligne Bugatti, double arbres à cames en tête[1], option compresseur
Position du moteur Longitudinal avant
Cylindrée 3 287[1] cm3
Puissance maximale 140 à 220 ch
Couple maximal 135 : 5 000 Nm
Boîte de vitesses 4 vitesses manuelles
Poids et performances
Poids à vide 950[1] kg
Vitesse maximale 215 km/h
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Multiple
Châssis Châssis "en échelle" en acier de Bugatti Type 49
Suspensions
  • Arbres rigide, ressort elliptique 1/2
  • Arbre rigide, ressort elliptique 1/4 renversé
Freins Freins à tambour avec câble de commande (à commandes hydrauliques Lockheed également)
Dimensions
Longueur 3 300 mm
Largeur 1 350 mm
Empattement 3 300 mm
Voies  AV/AR 135 mm  / 135 mm
Chronologie des modèles

La Bugatti Type 57 est un des modèles les plus emblématique et mythique de la marque de voiture de sport de luxe et de prestige Bugatti, et de l'automobile de sport de luxe mondiale des années 1930. Ultime création d'élite, de record de vitesse, de grand luxe, de prix, et d'excellence mécanique de Jean Bugatti (fils héritier d'Ettore Bugatti) elle est présentée au mondial de l'automobile de Paris 1933, commercialisée à 685 exemplaires en de nombreuses variantes de carrosserie individualisées, entre mars 1934 à , et victorieuse en particulier des Rallye des Alpes françaises 1935, Grand Prix automobile de France 1936, 24 Heures du Mans 1937, et 24 Heures du Mans 1939[2]. En 2010 la première des trois Bugatti Type 57SC Atlantic 1936 (déclinée du concept-car Bugatti Aérolithe de 1935) est vendue aux enchères à la Collection Peter Mullin, pour une somme entre 30 et 40 millions de dollars (entre 23 et 31 millions €), voiture la plus chère à ce moment, record battu depuis par une Ferrari 250 GTO

Historique[modifier | modifier le code]

La Bugatti Type 57 est présentée au mondial de l'automobile de Paris d'octobre 1933 sous la verrière du Grand Palais. Conçue par Jean Bugatti, qui a hérité de la direction de Bugatti, ainsi que du génie en mécanique et en design artistique de son père, elle remplace la Bugatti Type 49 dont elle reprend la cylindrée du huit cylindres et le châssis.

Motorisation[modifier | modifier le code]

Voiture de sport polyvalente d’élite, elle est motorisée par un moteur 8 cylindres en ligne Bugatti à double arbre à cames en tête de 140 chevaux environ (un sommet de performance de son temps). Le haut moteur est une variante éprouvée, notamment avec les moteurs de de Bugatti Type 50 et Bugatti Type 51 conçu par Jean Bugatti après avoir vu les merveilles réalisées par un moteur américain Miller en comparaison avec le moteur de type 39 usine. Ce double ACT marque un renouveau pour la marque de Molsheim. En effet, les constructeurs proposant un tel raffinement technologique ne sont pas nombreux. Citons tout de même Salmson et Alfa Romeo. Avec 3 257 cm3 de cylindrée pour une puissance de base de 135 ch à 4 500 tr/min (140 ch à partir de 1935) pour 155 km/h de vitesse de pointe (une des voitures routières les plus rapide de son temps) 160 chevaux en version à compresseur (C), 180 ch en version sport (S), et 200 ch en version SC pour plus de 210 km/h de vitesse de pointe, elle à bien peu de rivales, à l'exception des Lagonda v12, ou des Alfa Romeo 8C 2900.

Le carter moteur, avec l'embrayage et le carter de la boîte participent à la rigidité du châssis comme pour toute voiture de cette époque. En 1936 le carburateur Bugatti est remplacé par un carburateur double-corps Stromberg. Le châssis est renforcé, le moteur est monté sur silentbloc en caoutchouc, avec amortisseurs De Ram en option, le style du tableau de bord évolue au fil des millésimes, tout comme certaines pièces mécaniques comme le collecteur d'échappement à sortie vers l'arrière à partir de 1935, l'apparition des amortisseurs télescopiques Allinquant, ou encore des freins à commande hydraulique à partir de 1938...

Suite aux demandes du "Patron" Ettore Bugatti, les 57 conserveront un essieu avant rigide participants grandement à leur exceptionnelle tenue de route, malgré un prototype à roues avant indépendantes surnommé Crème de Menthe (#57110), dont les deux parties sont reliées par un curieux manchon central.

Carrosseries[modifier | modifier le code]

Les Type 57 sont commercialisées progressivement avec le temps, avec une importante série de carrosseries Bugatti toutes réalisées artisanalement, baptisées par des noms de grands cols de montagne européens et hauts lieux de compétition automobile, dessinées et produites sous la direction de Jean Bugatti, ou par des carrossiers indépendants les plus prestigieux de l'époque dont Vanvooren, Jacques Saoutchik, Gangloff, Figoni & Falaschi, Letourneur & Marchand, Vanden Plas, Jean Henri-Labourdette, Hermann Graber, Corsica...[3] :

Type 57 T (Tourisme)[modifier | modifier le code]

...

Type 57 C (Compresseur)[modifier | modifier le code]

Avec option compresseur mécanique, c'est une voiture de grand tourisme exceptionnelle, avec une puissance poussée à environ 170 chevaux, pour une vitesse de pointe de 175 km/h. Cependant, un Galibier dernière série avec caisse en aluminium et compresseur a tourné à Montlhéry à plus de 200 à l'heure en 1938. La consommation avec compresseur oscille ente 18 litres et 25 litres aux 100 km.

Type 57 S (Surbaissé)[modifier | modifier le code]

Châssis court et surbaissé (raccourci de 3.3 à 2,98 m) pour un poids de 950 kg. L’essieu AR passe à travers les longerons, avec un moteur de 180 ch pour une vitesse de plus de 200 km/h. Produite à 43 exemplaires déclinés en 3 carrosseries par l'usine, sans compter les réalisations extérieures :

  • Atlantic Coupé sur base Aérolithe et châssis Type 57S (3 exemplaires)[4].
  • Atalante Coupé (17 exemplaires)
  • Aravis Cabriolet (19 exemplaires)

Type 57 SC (Surbaissé - Compresseur)[modifier | modifier le code]

La Type 57 SC est une 57 S à compresseur avec une puissance de 200 ch environ. Seuls deux exemplaires de la Type 57 SC ont été construits d'origine (celle ex-Dovaz et #57453), mais la plupart des possesseurs de Type 57 S ont fait en suite ajouter le compresseur.

Type 57 G Tank[modifier | modifier le code]

Modèle de course carrossé en « Tank (Bugatti) ». La première 57 G est basée sur un châssis de Bugatti Type 59 avec un moteur de Type 57 non compressé, victorieuse du Grand Prix automobile de France 1936. En 1937 elle évolue en 57 S45 avec un moteur compressé de Bugatti Type 50B victorieuse des 24 Heures du Mans 1937. Une troisième version de 1939, est motorisée avec un moteur de 57 C compressé, victorieuse des 24 Heures du Mans 1939. Le comportement est alors très bon, et la vitesse de pointe approche les 240 à l'heure.

Jean Bugatti se tue accidentellement au volant aux alentours de son usine Bugatti de Molsheim, au cours d'une séance d'essai et de mise au point d'une quatrième version à près de 200 km/h en août 1939. Son décès tragique et prématuré à l'âge de 30 ans, et la déclaration de la Seconde Guerre mondiale 15 jours plus tard, marquent la fin rapide de Bugatti.

Type 57 T Concept[modifier | modifier le code]

En 2018 Bugatti conçoit un concept-car prototype Bugatti Type 57 T Concept du designer Arthur Nustas, inspiré et en souvenir des Bugatti Type 57 Atlantique historiques de la marque, et des Bugatti Chiron de 2016 et Bugatti Divo de 2018[5],[6].

Palmarès sportif partiel[modifier | modifier le code]

Quelques records de vente de collection et concours d’élégance[modifier | modifier le code]

  • Une Bugatti 57SC Atlantic 1936 a été adjugée à la Collection Peter Mullin, entre 30 et 40 millions de dollars US en 2010, ce qui constitue le record du prix d'une voiture. Anciennement propriété du collectionneur Peter D Williamson, cette Type 57SC est l'un des 3 exemplaires existant dans le monde.
  • Une Bugatti 57 S Atalante coupé de 1937 a été adjugée aux enchères le , durant la vente aux enchères organisée par Bonhams dans le cadre du salon Rétromobile de Paris pour 3 417 500 euros. Ce modèle, à restaurer, avait pour premier propriétaire Francis Curzon, pilote plus connu sous le nom de Earl Howe, et a été découvert en 2008 dans un garage privé de Newcastle, en Angleterre[7].
  • Une Bugatti 57 C Stelvio cabriolet 4 places carrossée par Gangloff en 1939, a été adjugée aux enchères à Fontainebleau le 18 juin 2017 pour 1 269 000 euros (estimation 500 000/700 000 euros)
  • Une Bugatti 57 C Atalante Gangloff de 1938, modèle à restaurer, a été adjugée aux enchères début , durant le traditionnel Greenwich Concours d'Elégance dans le Connecticut pour 852 500 dollars (estimation 300/400 000 dollars).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]