Basile de Koch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tellenne, Basil de Koch et bacille de Koch.
Basile de Koch
Description de cette image, également commentée ci-après

Basile de Koch en 2015.

Nom de naissance Bruno Tellenne
Naissance (65 ans)
Neuilly-sur-Seine[1]
Nationalité Drapeau de la France française
Pays de résidence France
Diplôme
Activité principale
Conjoint
Famille

Bruno Tellenne, dit Basile de Koch, né le à Neuilly-sur-Seine, est un écrivain, humoriste et chroniqueur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et études[modifier | modifier le code]

Article connexe : famille Tellenne.

Bruno Tellenne est le fils de Guy Tellenne (1909-1993, normalien, agrégé, poète, haut fonctionnaire au ministère de la Culture et sous-directeur de l'Institut français d'Athènes[2]) et d’Henriette Annick Lemoine (animatrice à KTO sous son patronyme de mariage, Annick Tellenne et auteur de Le goût de vivre : la recette du bonheur)[3],[1].

Il suit des études au Lycée Saint-Louis-de-Gonzague à Paris avant une maîtrise de droit et un DEA de Sciences politiques[4].

Durant ses études, il fonde avec divers compères, dont ses frères Éric (dit « Raoul Rabut ») et Marc (dit « Karl Zéro »), le Groupe d’intervention culturelle (GIC) Jalons, spécialisé dans les canulars et les publications parodiques, dont il est depuis le « président à vie auto-proclamé »[5]. C'est dans ce cadre qu'il adopte le pseudonyme de Basile de Koch (calembour sur « bacille de Koch »). Par la suite, sa femme Frigide Barjot co-dirige le groupe avec lui. La vie publique de Jalons commence en 1985 avec sa première manifestation, au métro Glacière, contre le froid : « Verglas assassin, Mitterrand complice »[6] et son premier pastiche, Le Monstre (parodiant le journal Le Monde). Il sera suivi d’une dizaine d’autres[6].

Relations avec le monde politique[modifier | modifier le code]

Ancien assistant parlementaire, Bruno Tellenne a travaillé de 1977 à 1981 pour l'UDF et notamment pour Raymond Barre et Simone Veil. Il a travaillé simultanément pour le club de l'Horloge. Il travailla ensuite exclusivement, à partir de 1982, pour Charles Pasqua, en tant que rédacteur de ses discours au Sénat, puis au ministère de l'Intérieur et au Conseil Général des Hauts-de-Seine.

Il mettra à profit cette connaissance du « dessous des cartes » pour brosser divers portraits vitriolés des principaux acteurs de la politique française[7],[8].

Basile De Koch se vante de n’avoir « jamais adhéré à un mouvement dont il ne fût pas le fondateur ».

Pour avoir bénéficié d'un emploi fictif au conseil général de l'Essonne, il est condamné avec Xavière Tiberi[9],[10] par la cour d'appel de Paris, le 1, à une peine d'emprisonnement assortie d'un sursis.

Chroniqueur[modifier | modifier le code]

Basile de Koch a donné des articles sous le nom de plume « Bruno Touvenel »[11]. Il est chroniqueur à l'hebdomadaire Voici dans la rubrique La nuit, c'est tous les jours. Il tient également une chronique sur la télévision dans l'hebdomadaire Valeurs actuelles et collabore régulièrement au magazine et au site Causeur.fr créé par Élisabeth Lévy. En , il fait partie des 19 signataires premiers de « Touche pas à ma pute ! Le manifeste des 343 "salauds" », publié par Causeur pour protester contre les sanctions qui pourraient toucher les clients des prostituées[12].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Basile de Koch a trois frères, dont Karl Zéro et Éric Tellenne (Raoul Rabut).

Depuis 1994, il est marié avec Frigide Barjot et a deux enfants[1].

Loisirs[modifier | modifier le code]

Il se décrit comme lecteur assidu de Jules Renard, G. K. Chesterton et Simon Leys, admirateur de South Park et des frères Coen[13],[14].

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Guillaume Gendron, « Basile de Koch, branchouille de bénitier » sur Libération, 4 janvier 2016.
  2. Karl Zero et Basile de Koch, émission C'est de famille sur Europe 1, 4 août 2011.
  3. Karl Zéro, sur le site cinefil.com.
  4. Article de l'Internaute.
  5. Thierry Ardisson, Cyril Drouet et Joseph Vebret, Dictionnaire des provocateurs, Plon, 2010, p. 274 et sqq.
  6. a et b Jean-François Jeandillou, « Parodies de presse, pastiches de genre », in Poétiques de la parodie et du pastiche de 1850 à nos jours, par Catherine Dousteyssier-Khoze et Floriane Place-Verghnes, Modern French Studies no 55, Peter Lang AG, 2006.
  7. Élysez-les tous, Orban, 1988
  8. Les Dossiers secrets des Renseignements généraux, Michel Lafon, 1995 (ISBN 2-85565-374-6).
  9. « Basile de Koch : l'épingleur épinglé », Le Point.fr (consulté le 15 avril 2013).
  10. « Qui est Frigide Barjot ? », Mediapart.fr (consulté le 15 avril 2013).
  11. Emmanuel Ratier (préf. Henry Coston), Encyclopédie des pseudonymes, t. I, Paris, Faits et Documents, , 330 p. (ISBN 2-909-76910-0, notice BnF no FRBNF35616656), p. 242, 325
  12. Causeur.fr.
  13. Commentaires relatifs au Journal de Jules Renard.
  14. South Park politics, entretien avec Basile de Koch.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]