Les Jalons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Groupe d'Intervention culturelle Jalons, plus couramment appelé simplement Jalons (ou parfois Les Jalons, pour désigner collectivement ses membres) est le nom d'un groupe humoristique français, notamment connu pour ses parodies et pastiches de journaux et de livres.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le groupe Jalons regroupe à l'origine d'anciens élèves d'une même école primaire du 7e arrondissement de Paris, sise rue Malar. Mais son véritable acte de naissance est la création par Bruno Tellenne, à la fin des années 1970, d'un syndicat étudiant à la faculté de Paris-II (Assas), syndicat dénommé « Fédération Nationale des Comités Nuls » (FNCN). La FNCN multiplie les farces et les pastiches, déclenche l'ire du GUD comme de l'UNEF, et décroche un siège au conseil de la faculté, grâce à un programme électoral ouvertement fantaisiste (remplacement de la sculpture du parvis par un véritable berlingot mentholé, transfert de la bibliothèque dans l'ascenseur, etc.).

Le groupe, qui deviendra « Jalons », est principalement animé par Basile de Koch (de son vrai nom Bruno Tellenne), ses frères Karl Zéro (Marc Tellenne) et Raoul Rabut (Éric Tellenne), l'épouse de Basile de Koch Frigide Barjot (de son vrai nom Virginie Tellenne) et celle de Karl Zéro (Anne-Laure Tellenne, dite Daisy d'Errata).

Les différents membres du groupe, qui a beaucoup évolué au cours des années, viennent de tous les horizons politiques[1] et s'affublent de pseudonymes en forme de jeux de mots : Basile de Koch, Karl Zéro, Daisy d'Errata, Roger de Sizif, Bruce Taylor, Yves Remords, Brice de Thet, Hubert Mensch, Jean-Loup Pazin, Milton Frickman, Jo Liqueur, Yvan Dressamer, le Vicomte de Puypeu, Sarah Mitaine, Eva D'Anlemure, Youri Ligotmi, Frigide Barjot, Aldo Prisu, Tony Mozzarella, Dr Sam Bloch, Raoul Rabut, Agathe de Blouze, Guy-Michel Terre, Jean-Paul Polpote... Le Groupe Jalons à ses débuts organise souvent des canulars et happenings humoristiques. C'est ainsi que des membres du Groupe se joindront aux manifestations syndicales du 1er mai avec une banderole portant l'inscription « banderole », et une autre où l'on pouvait lire « Fromage de tête : 9,80 F le kilo », mais se feront rapidement expulser par le service d'ordre. De même, Jalons organisera une manifestation devant la représentation consulaire de Monaco à Paris, aux mots d'ordre « République à Monaco, Rainier à l'échafaud ! », et contre le film Roger Rabbit, « insultant pour les rongeurs »[2]. Ou encore, pour protester contre un hiver particulièrement rigoureux (1985), il organise une manifestation au métro Glacière demandant la démission du chef de l'État de l'époque aux cris de « Verglas assassin, Mitterrand complice ! ». « La manifestation sera bien relayée dans la presse qui s'intéresse peu ou pas du tout aux organisateurs, la traitant comme une plaisanterie estudiantine ».

En mai 1987, rue de Rivoli à Paris, le défilé traditionnel du Front national offre une autre occasion de happening aux Jalons, dans l'ambiance surchauffée par la proximité de l'élection présidentielle et l'ascension politique de Jean-Marie Le Pen qui a multiplié les provocations verbales à connotation négationniste. Les Jalons se glissent en queue de cortège, derrière les phalanges du GUD et d'autres groupes en treillis noir. Ils portent une banderole « Union des fils et filles de criminels de guerre », présentent une couronne mortuaire enrubannée de barbelés dédiée « Au général Von Choltitz, les Parisiens reconnaissants » et scandent sur un ton ovin « Plutôt Hitler que le Front populaire ». Les néo-nazis sincères mettent moins de cinq minutes à percevoir l'ironie, et font demi-tour sur leurs rangers pour charger, quand un cordon de policiers se déploie et s'interpose, conseillant vivement aux humoristes de se distancier.

Jalons s'est constitué simultanément en société française de publication de presse et d'édition, spécialisée dans la publication irrégulière de parodies de divers journaux et de livres humoristiques, dont plusieurs pastiches d'essais politiques (Élysez-les tous !, un livre qui préconisait l'élection de tous les candidats à la fois à l'occasion de l'élection présidentielle de 1988, ou Politique mode d'emploi). Parmi les contributeurs, on retrouve plusieurs dessins de Carali, Rouzaud, Willem, Cornillon, Vuillemin[3].

Jalons a publié un journal humoristique homonyme, à la parution irrégulière, au début sous forme de fanzine dans les années 1980, puis sous forme de magazine jusqu'à la fin des années 1990.

Tout d'abord nettement axés sur la parodie de la presse et du monde politique, les pastiches des Jalons ont évolué, du fait de certains changements dans la composition du groupe, vers une satire du monde du show-business. Le groupe se manifeste aujourd'hui essentiellement par des happenings (par exemple : manif pseudo-chiraquienne en 2007 devant l'Élysée sur le thème « Ne nous quitte pas ! ») et par des soirées mondaines décalées (telle la Nuit de la Philo, avec ses T-shirts « Kierkegaard is my homeboy » ou « Allumons les Lumières »).

Membres[modifier | modifier le code]

Parodies diverses[modifier | modifier le code]

Des parodies de journaux d'une inspiration similaire à celles de Jalons avaient été lancés quelque temps auparavant dans le magazine Actuel ; elles étaient elles-mêmes issues des College parodies à l'honneur dans les années 1950-1960 aux États-Unis (et à destination primitivement locale, bien que certains aient été regroupés en format de poche).

Principales parodies de titres de presse édités par Jalons :

  • Le Monstre, parodie du quotidien Le Monde ;
  • L'Aberration, parodie du quotidien Libération ;
  • Coin de rue-Images immondes, parodie de l'hebdomadaire Point de Vue (ex-Point de Vue-Images du Monde) ;
  • Franche Démence, parodie de l'hebdomadaire à sensation France Dimanche ;
  • Le Figagaro, parodie du quotidien Le Figaro ;
  • Le Cafard acharné, parodie de l'hebdomadaire satirique Le Canard enchaîné ;
  • Pourri-Moche, parodie de l'hebdomadaire Paris Match ;
  • Voiri, parodie de l'hebdomadaire Voici ;
  • L'Épique, parodie du quotidien sportif L'Équipe ;
  • Qui Choisir, parodie (publié à l'occasion de la présidentielle de 2002) du mensuel de consommation Que Choisir ;
  • Fientrevue, parodie du mensuel Entrevue.

Alors qu'aucun des titres précédents de la série ne semblait avoir posé de problème légal à ses auteurs (le libre droit au pastiche et à la parodie est garanti par l'alinéa 4 de l'article L122-5 du code de la propriété intellectuelle), Fientrevue a valu au groupe Jalons et à son président Bruno Tellenne d'être poursuivis en justice par le groupe Hachette Filipacchi Médias pour « contrefaçon, plagiat et parasitisme » d'Entrevue. Après avoir demandé en référé la saisie de Fientrevue (demande rejetée en 2003[4]), Hachette a poursuivi pour les mêmes motifs Jalons en réclamant environ 1,2 million d'euros de dommages-intérêts. En première instance, le juge a alloué 2 500 euros à Entrevue, qui a aussitôt fait appel. En 2012, le groupe Jalons est relaxé, et dispensé de débourser les 1,127 million d'euros réclamés par les plaignants ainsi que les 2 500 euros alloués au groupe Hachette en première instance[5].

Le groupe Jalons a par contre fait l'objet d'une condamnation pour la couverture du livre Le Monde d'Anne-Sophie, qui parodiait l'ouvrage Le Monde de Sophie.

Organisation[modifier | modifier le code]

Le groupe Jalons possède différents sous-groupes de travail spécialisés nommés « Jalons en mouvements », parmi lesquels on trouve :

  • les royalistes (Restauration rapide) ;
  • l'extrême-droite (Nazisme & Dialogue) ;
  • les sarkozystes (UMP, Union des moutons de Panurge) ; anciennement : les chiraquiens (RAPOURI, Rassemblement pour rien) ;
  • les centristes (CDPD, Centre démocratique pour le progrès et le développement) ;
  • les ségolénistes (Désirs de gauche adroite) ; anciennement : les mitterrandistes (Vénération Mitterrand) ;
  • les écologistes (Verts de Terre) ;
  • les altermondialistes (GAL, Gauche antilibérale) ;
  • l'extrême gauche d'inspiration maoïste (Union des travailleurs pauvres et moyens-pauvres de la couche inférieure (ml)) ;
  • les nouveaux philosophes (CePACon, Cercle philosophique d'action contemplative) ;
  • les antiracistes (France-peluche).

Livres[modifier | modifier le code]

  • Élysez-les tous !, Olivier Orban, 1988
  • Politique, mode d'emploi : comment gagner beaucoup d'argent, séduire toutes les filles et avoir des timbres gratuits, Presses de la Cité, 1994
  • Les dossiers secrets des renseignements généraux : volés sur la bureau de Charles Pasqua, Michel Lafon, 1995
  • Histoire de France: de Cro-Magnon à Jacques Chirac, (illustrations de Luc Cornillon) Michel Lafon, 1996 (réédition en 1997, republié ensuite à La Table ronde en 2004, sous la signature du seul Basile de Koch)
  • Le monde d'Anne-Sophie, Michel Lafon, 1997
  • Les pastiches de Jalons 1985-2015, Basile de Koch, éditions du Cerf, 2015

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « De Koch cherche à avoir dans son groupe d’intervention des déconneurs de toutes origines politiques, afin de ne rouler pour personne et d’avoir des infos. De l’extrême gauche à l’extrême droite, il aura tout, mais ce sont surtout ces deniers que l’on va repérer et qui vaudront une sale réputation au groupe » Encyclopédie de l’humour français de 1900 à nos jours, sous la direction de Gilles Verlant, éditions Hors Collection, 2002, pp. 538-541
  2. Dictionnaire amoureux de l’hiumour, Jean-Loup Chiflet, Plon, 2010, pages 583-584.
  3. Encyclopédie de l’humour français de 1900 à nos jours, sous la direction de Gilles Verlant, éditions Hors Collection, 2002, pp. 538-541
  4. Justice : Et aussi - L'Humanité, 30 mai 2003
  5. Entrevue vs. Fientrevue : La Cour d’Appel relaxe le Gang des pastiches ! - Communiqué de Basile de Koch, Causeur, 29 septembre 2012

Liens externes[modifier | modifier le code]