Béguey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Béguey
La mairie (août 2014).
La mairie (août 2014).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Langon
Canton L'Entre-deux-Mers
Intercommunalité Communauté de communes de Podensac, des Coteaux de Garonne et de Lestiac-sur-Garonne, Paillet, Rions
Maire
Mandat
Jean Rupert
2014-2020
Code postal 33410
Code commune 33040
Démographie
Gentilé Bégueyrais
Population
municipale
1 166 hab. (2014)
Densité 369 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 38′ 37″ nord, 0° 19′ 20″ ouest
Altitude Min. 2 m – Max. 90 m
Superficie 3,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

Voir sur la carte administrative d'Aquitaine
City locator 14.svg
Béguey

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Béguey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Béguey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Béguey
Liens
Site web www.mairie-beguey.fr

Béguey est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située sur la Garonne en rive droite (nord), dans l'Entre-deux-Mers, la commune se trouve à 33 km au sud-est de Bordeaux, chef-lieu du département, à 14 km au nord-ouest de Langon, chef-lieu d'arrondissement et à 1,3 km au nord-ouest de Cadillac, chef-lieu de canton[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Sur la rive droite de la Garonne, les communes limitrophes en sont Laroque au nord-est, Cadillac au sud-est, et Rions au nord-ouest ; sur la rive droite, les communes limitrophes en sont Cérons au sud-ouest et Podensac à l'ouest.

Communes limitrophes de Béguey
Rions Laroque
Podensac Béguey
Cérons Cadillac

Communications et transports[modifier | modifier le code]

La principale voie de communication routière qui traverse la ville est la route départementale D10 qui mène, vers le nord-ouest, à Rions et, au-delà, à Bordeaux et, vers le sud-ouest, à Cadillac et, au-delà, à Langon ; la route départementale D13, appelée route de Cardan dans le village et qui commence à la D10 dans le nord du village, permet d'aller vers Laroque au nord-est, Cardan au nord puis d'atteindre Capian puis Créon.
L'accès à l'autoroute A62 (Bordeaux-Toulouse) le plus proche est le no 2, dit de Podensac, distant de 6,5 km par la route vers le sud-ouest.
L'accès no 1, dit de Bazas, à l'autoroute A65 (Langon-Pau) est distant de 27 km par la route vers le sud-sud-est.

La gare SNCF la plus proche est celle de Cérons distante de 3 km vers le sud-ouest, sur la ligne Bordeaux-Sète du TER Aquitaine. Sur la même ligne, la gare de Langon, offrant plus de trafic, se trouve à 14 km vers le sud-est.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Béguey est le nom officiel de la commune depuis la Révolution. Ce mot gascon dérive du latin vicarius 'viguier', terme désignant le magistrat exerçant la justice au nom du roi. Par assimilation, ce mot gascon (lou beguèy / lo veguèir) s'est par la suite spécialisé dans le sens de coq (le latin gallus aurait dû donner *gath en gascon, un terme refusé du fait de l'homonymie avec gat 'chat', d'où le recours à différentes stratégies de contournement : emprunt à l'espagnol gàlhou, périphrases biguèy / beguèy, hasan)[2].

Les formes anciennes du toponyme sont sans rapport avec ce thème : Nairag (1155-1183), Nayrac (1335-1336), Neyrac (1339)[3]

En effet, sous l'Ancien Régime, le village, qui abritait la paroisse de Saint-Saturnin, était usuellement appelé Neyrac. Ce toponyme vient d'une romanisation Nairac d'un nom de domaine gallo-romain *Neriacum, domaine d'un certain *Nerius. Ce nom présumé serait apparenté à un cognomen Nero ou Niro (attestés dans l'Empire romain)[4].

On peut rapprocher le toponyme actuel du nom des seigneurs de Cadillac, les Viguier, habitant le château, aujourd'hui disparu, de Neyrac[5]. Toutefois, en 1638, un voyageur, Abraham Golnitz, signale qu’il s’était restauré dans une auberge, située près de la Garonne à l'extérieur de l'enceinte fortifiée, où l’on trouvait des voitures de louage. Cette auberge se serait dénommée « Lou Bigay », du fait d’un croix surmontée coq[5].

Le nom de la commune est Veguèir en gascon.

Histoire[modifier | modifier le code]

À la Révolution, la paroisse Saint-Saturnin de Béguey forme la commune de Béguey[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jean Rupert[7] DVD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants sont appelés les Bégueyrais[8].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 166 habitants, en augmentation de 4,11 % par rapport à 2009 (Gironde : 5,99 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
942 892 1 112 957 958 859 865 856 829
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
821 875 959 937 964 998 987 1 006 921
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
993 1 046 932 787 869 834 838 766 868
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
981 974 1 054 866 910 916 1 099 1 157 1 166
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Saturnin, de style néo-gothique, a été construite entre 1864 et 1868 en lieu et place d'une ancienne église romane[13],[14].
  • Sur une placette, sur la route départementale D10, un monument surmonté d'un buste a été érigé à la mémoire du philosophe Pierre Laffitte (1823-1903), natif de la commune.
  • Également le long de cette D10, s'élève une croix de chemin surmontée d'un coq, symbole du village.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances les plus courtes par la route - Les distances orthodromiques sont respectivement de 29,5 km pour Bordeaux, 12,1 km pour Langon et 1,3 km pour Cadillac. Données fournies par Lion1906.com, consulté le 4 septembre 2014.
  2. Gerhard Rohlfs, Le gascon : Études de philologie pyrénéenne, Tübingen; Pau, Verlag Max Niemeyer ; Marrimpouey Jeune, coll. « Beihefte zur Zeitschrift für romanische Philologie », , 2e éd. (1re éd. 1935), 252 p. (ISBN 9783484520257 et 3484520256, OCLC 3345494, lire en ligne), n° 419.
  3. Bénédicte Boyrie-Fénié, Institut occitan, Dictionnaire toponymique des communes de Gironde, Pau, Éditions Cairn, , 402 p. (ISBN 978-2-35068-012-5), p. 64.
  4. Onomasticon provinciarum europae latinarum
  5. a et b Origine du nom sur le site de la commune, consulté le 4 septembre 2014.
  6. Historique des communes, p. 5, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 9 avril 2013.
  7. Commune de Béguey sur le site de l'AMF, Association des Maires de France, consulté le 30 octobre 2011.
  8. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr, consulté le 30 octobre 2011.
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  13. Le patrimoine sur le site de la commune, consulté le 4 septembre 2014.
  14. Église Saint-Saturnin sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 4 septembre 2014.
  15. Pierre Laffitte sur le site de la commune de Béguey, consulté le 4 septembre 2014.

Erreur de référence : La balise <ref> nommée « Visaq » définie dans <references> n’est pas utilisée dans le texte précédent.