Pierre Laffitte (philosophe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Pierre Laffitte ou Pierre Lafitte.
Pierre Laffitte
Laffitte2.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Mouvement

Pierre Laffitte, né le à Béguey et mort le à Paris, est un philosophe français, considéré en son temps comme le successeur d'Auguste Comte. Il fut professeur au Collège de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né d'un père maître forgeron-taillandier, il commence par étudier les mathématiques et la physique au lycée Charlemagne à Paris avant d'échouer au concours de l’École polytechnique. Puis, dès 1844, il s'oriente vers la philosophie positiviste définie par Auguste Comte dont il devient l'un des plus ardents disciples.

De 1858 à 1869, dans l'appartement même de Comte, il est professeur de philosophie, son cours s’intitule « Histoire générale de l’humanité » dont le discours d'ouverture est publié en 1859. Il enseigne également les mathématiques de 1863 à 1869.

À la mort d’Auguste Comte, en 1857, Pierre Laffitte devient le président des exécuteurs testamentaires du fondateur du positivisme puis poursuit son œuvre. À la suite d'une scission entre lui et la London Positivist Society de Richard Congreve, il crée en 1878 la Revue occidentale[1] ; puis en 1880, alors qu'une nouvelle scission éclate au sein de l'école positiviste entre Émile Littré et lui, Jules Ferry, ministre de l’Instruction publique, l’autorise à professer devant le grand public, à la Sorbonne, salle Gerson (jusqu’en 1888) ; et enfin il dirige un séminaire puis la chaire d'Histoire des sciences au Collège de France (1888-1900).

Buste de Pierre Laffitte à Béguey (août 2014)

Pierre Laffitte s’intéressa beaucoup à la Chine et prôna le respect de la culture chinoise.

Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise.

Sélection d'ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Cours philosophique sur l'histoire générale de l'humanité. Discours d'ouverture, Paris, Victor Dalmont et Dunod, 1859
  • Le positivisme et l'économie politique, Paris, Dunod, 1867
  • La Révolution française. 1789-1815, Paris, Ernest Leroux, 1880
  • Le Faust de Goethe, essai, illustrations d'Henri Bellery-Desfontaines et Hermann Vogel, Paris, Édouard Pelletan, 1899.
  • Considérations générales sur l'ensemble de la civilisation chinoise et sur les relations de l'Occident avec la Chine, Paris, Société Positiviste, 1900

Bibliographie critique[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Revue occidentale, philosophique, sociale et politique, Paris, Émile Bouillon Ed., 1878-1914 : Laffitte dirigea 49 volumes jusqu’en 1902.

Références[modifier | modifier le code]