Seraj Haqqani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Sirajuddin Haqqani)

Seraj Haqqani
Illustration.
Fonctions
Ministre de l'Intérieur (en)
En fonction depuis le
(11 mois et 3 jours)
Chef de l'État Haibatullah Akhundzada
Premier ministre Mohammad Hassan Akhund
Gouvernement Hassan Akhund
Prédécesseur Ibrahim Sadr (intérim)
Masoud Andrabi
Biographie
Nom de naissance Sirajuddin Haqqani
Surnom Khalifa
Date de naissance entre 1973 et 1980
Lieu de naissance Afghanistan
Nationalité Afghane
Parti politique Taliban
Père Djalâlouddine Haqqani
Fratrie Anas Haqqani (en) (frère)
Famille Khalil Haqqani (oncle)
Profession Militaire
Religion Islam sunnite

Seraj Haqqani
Seraj Haqqani

Surnom Khalifa
Nom de naissance Sirajuddin Haqqani
Naissance entre 1973 et 1980
Afghanistan ou Pakistan
Allégeance Flag of Taliban.svg Taliban
Grade Chef adjoint (depuis 2015)[1]
Années de service années 2000
Commandement Flag of Jihad.svg Réseau Haqqani (depuis 2018)
Conflits Troisième guerre civile afghane
Guerre en Afghanistan
Insurrection islamiste au Pakistan
Faits d'armes Opération Zarb-e-Azb
Offensive des talibans de 2021[2]
Famille Djalâlouddine Haqqani (père)
Khalil Haqqani (oncle)
Anas Haqqani (en) (frère)

Sirajuddin Haqqani (pachto : سراج‌الدین حقانی) ou Seraj Haqqani (pachto : سراج‌ حقانی), né entre 1973 et 1980[3],[4], est un militaire et homme politique afghan, dirigeant du « réseau Haqqani ».

Son réseau se situe au Waziristan du Nord dans les régions tribales du Pakistan. Il est soupçonné de fournir un abri à Al-Qaïda. Il fait partie de la « Choura de Quetta », l'organe dirigeant des taliban.

Les États-Unis font régulièrement pression sur le Pakistan pour qu'il accentue sa pression militaire contre le réseau Haqqani, ainsi que sur les autres mouvements taliban basés au Waziristan du Nord, qui se servent de cette zone comme d'une base arrière pour mener des actions en Afghanistan. Le réseau Haqqani, à l'inverse d'autres mouvements taliban (comme le TTP), n'est pas en guerre contre les forces armées pakistanaises.

Objet de 5 tentatives d'assassinat ciblé, les frappes de drones américaines supposées le tuer ont entraîné la mort d'au moins 82 civils[5].

Le , alors qu'il est toujours officiellement recherché par le FBI pour interrogatoire (au sujet du premier attentat de l'hôtel Serena (en) de Kaboul qu'il a revendiqué) et que le département d’État américain offre une récompense de 10 millions de dollars pour sa capture, Seraj Haqqani est nommé au poste clé de ministre de l'Intérieur (en) de l'Émirat islamique d'Afghanistan dans le gouvernement intérimaire de Mohammad Hassan Akhund[6],[7].

Le , il fait la première apparition publique de sa carrière à l'occasion d'une cérémonie de remise des diplômes à l'académie de police de Kaboul[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Mullah Omar: Taliban choose deputy Mansour as successor », BBC, (consulté le )
  2. (en) Thomas Joscelyn, « Taliban’s deputy emir issues guidance for governance in newly seized territory », sur LongWarJournal.org, (consulté le ).
  3. (en) « SIRAJUDDIN HAQQANI », Federal Bureau of Investigation (consulté le )
  4. (en) « Rewards for Justice - Wanted for Terrorism - Sirajuddin Haqqani », Rewards for Justice (consulté le )
  5. (en-GB) Spencer Ackerman, « 41 men targeted but 1,147 people killed: US drone strikes – the facts on the ground », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  6. (en) Jenni Fink, « Sirajuddin Haqqani, Afghanistan Cabinet Member, Wanted by FBI, $10 Million Reward Offered », Newsweek, (consulté le )
  7. Léa Masseguin, « Afghanistan : qui sont les hommes-clés du gouvernement taliban ? », Libération, (consulté le )
  8. « L'un des responsables talibans les plus secrets montre son visage », L'Express, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]