Abou Mohammed al-Joulani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abou Mohammed al-Joulani
Abou Mohammed al-Joulani en 2017
Abou Mohammed al-Joulani en 2017

Nom de naissance Ahmed Hussein al-Chara
Naissance 1984 (33-34 ans)
Deraa
Origine Syrien
Allégeance Flag of al-Qaeda in Iraq.svg Al-Qaïda en Irak
(2003-2006)
Flag of the Islamic State of Iraq and the Levant2.svg État islamique d'Irak
(2006-2012)
Flag of the Al-Nusra Front.svg Front al-Nosra (2012-2016)
Flag of Jabhat Fatah al-Sham.svg Front Fatah al-Sham (2016-2017)
Flag of Hayat Tahrir al-Sham.svg Hayat Tahrir al-Cham (depuis 2017)
Grade Émir
Commandement Front al-Nosra
Hayat Tahrir al-Cham
Conflits Guerre d'Irak
Guerre civile syrienne
Faits d'armes Bataille de Jabal al-Zawiya (2014)
Offensive de Hama (2017)
Offensive de la poche d'Idleb

Abou Mohammed al-Joulani (arabe : أبو محمد الجولاني), nom de guerre d'Ahmed Hussein al-Chara (arabe : أحمد حسين الشرع), né en 1984 à Deraa[1],[2], est un djihadiste syrien. Il est le fondateur du Front al-Nosra.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et la guerre d'Irak[modifier | modifier le code]

Ahmed Hussein al-Chara naît à Deraa en 1984[2]. À la fin des années 2000, il se rend en Irak où il combat les forces américaines[2].

Il gravit rapidement les échelons d'Al-Qaïda, et aurait été un associé proche d'Abou Moussab Al-Zarqaoui, le dirigeant jordanien de la branche d'Al-Qaïda en Irak. Al-Joulani quitte l'Irak suite à la mort d'Al-Zarqaoui, lors d'une frappe aérienne américaine en 2006, et il s'installe brièvement au Liban, dans le but d'offrir un support logistique au groupe Jound al-Sham, qui suit aussi l'idéologie d'Al-Qaïda. Il retourne ensuite en Irak pour continuer de combattre mais il est arrêté par les forces militaires américaines qui l'envoient au Camp Bucca, à proximité de la frontière du Koweït, au sud de l'Irak. Dans ce camp, où les forces militaires américaines détiennent des dizaines de milliers de détenus suspectés d'être des combattants, il enseigne l'arabe classique aux prisonniers[3].

Al-Joulani reprend ses activités militantes une fois libéré du Camp Bucca en 2008, cette fois-ci avec Abou Omar al-Baghdadi, le dirigeant de l'État islamique d'Irak. Il est ensuite nommé à la tête des opérations de l'EII dans la province du Ninive[3].

Fondation du Front al-Nosra en Syrie[modifier | modifier le code]

En août 2011, quelque temps après le début des manifestations contre le régime de Bachar el-Assad, al-Joulani regagne la Syrie[2]. Il forme et prend la direction du Front al-Nosra qui annonce officiellement sa fondation le [2],[4],[5] .

Le 16 mai 2013, al-Joulani est désigné comme « terroriste mondial » par les États-Unis[6].

Rupture d'al-Joulani avec l'État islamique d'Irak[modifier | modifier le code]

Le 9 avril 2013, Abou Bakr al-Baghdadi, chef de l'État islamique d'Irak (EII), révèle le parrainage du Front al-Nosra par son organisation, caché jusqu'ici pour des raisons stratégiques et de sécurité selon lui, et le choix de Abou Mohammad al-Joulani pour le diriger[7],[8]. Il annonce alors la fusion de l'État islamique d'Irak et du Front al-Nosra et la formation de l'État islamique en Irak et au Levant[9]. Mais al-Joulani ne répond pas favorablement à l'appel d'al-Baghdadi : il reconnaît avoir combattu sous ses ordres en Irak, puis d'avoir bénéficié de son aide en Syrie, mais affirme ne pas avoir été consulté à propos de la fusion[9],[10]. Le 10 avril, al-Joulani prête allégeance non pas à al-Baghdadi, mais à Ayman al-Zawahiri, l'émir d'Al-Qaïda[9],[10]. Ce dernier prend le parti d'al-Joulani : il déclare dans une lettre relayée en juin par Al Jazeera que la formation de l'EIIL est invalidée et que le Front al-Nosra demeure une branche indépendante d'al-Qaïda ; il appelle les deux groupes à coopérer et nomme un religieux, Abou Khaled al-Souri, membre d'Ahrar al-Cham, comme médiateur[11]. Ces déclarations sont confirmées par un document audio diffusé le 8 novembre 2013 : al-Zawahiri réaffirme la dissolution de l'État islamique en Irak et au Levant, l'État islamique en Irak reste opérationnel en Irak et le Front al-Nosra reste opérationnel en Syrie[12]. Ayman al-Zawahiri reconnaît le Front al-Nosra comme la seule branche d'al-Qaïda en Syrie[12],[13]. Mais Abou Bakr al-Baghdadi passe outre : il envoie des hommes en Syrie, tandis qu'une partie des membres du Front al-Nosra font défection et lui prêtent allégeance[14].

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), al-Joulani aurait été blessé au pied en mai 2013 lors d'un bombardement de l'armée syrienne au sud de la province de Damas[15]. L'information est cependant démentie par le Front al-Nosra[16].

Le 3 janvier 2014, un conflit général éclate entre les rebelles syriens et l'État islamique en Irak et au Levant[17]. Abou Mohammed al-Joulani] appelle à un cessez-le-feu le 7 janvier[18]. Mais à Raqqa, contrairement aux autres régions, le Front al-Nosra entre en guerre contre l'EIIL et combat dès le 6 janvier aux côtés des rebelles[19]. Abou Khaled al-Souri, le médiateur nommé par Ayman al-Zawahiri, est tué dans un attentat-suicide le à Alep[20]. L'État islamique et le Front al-Nosra entrent alors en conflit.

Le , Ayman al-Zawahiri appelle à un « arbitrage indépendant en vertu de la loi islamique » afin de mettre fin aux combats qui opposent en Syrie l'État islamique en Irak au Levant et le Front al-Nosra[21]. Le 2 mai, il donne l'ordre au Front al-Nosra de cesser de combattre d'autres groupes djihadistes et de « se consacrer au combat contre les ennemis de l'islam, en l'occurrence les baasistes, les chiites et leurs alliés » et appelle également Abou Bakr al-Baghdadi à se concentrer sur l'Irak[22]. Ces instructions ne sont pas suivies[23]. Le 12 mai, Abou Mohammed al-Adnani, chef de l'EIIL en Syrie, qualifie les messages d'Ayman al-Zawahiri de « déraisonnables, irréalistes et illégitimes ». Il déclare à ce dernier dans un enregistrement : « Vous avez provoqué la tristesse des moudjahidines et l'exultation de leur ennemi en soutenant le traître (Abou Mohammad al-Joulani, chef d'al-Nosra). Le cheikh Oussama (c'est-à-dire : Oussama ben Laden, ancien chef d'Al-Qaïda) avait rassemblé tous les moudjahidines avec une seule parole, mais vous les avez divisés et déchirés. […] Vous êtes à l'origine de la querelle, vous devez y mettre fin[24]. »

En mai 2015, al-Joulani est interviewé, visage caché, par Ahmed Mansour, un journaliste de la chaîne qatarie Al Jazeera. Il décrit la conférence de paix de Genève comme une farce et affirme que la Coalition nationale syrienne soutenue par l'Occident ne représente en aucun cas le peuple syrien et n'a aucune présence en Syrie. Al-Joulani mentionne que Al-Nusra n'a pas l'intention de lancer des attaques contre l'occident depuis la Syrie, et que leur priorité est focalisée sur le régime syrien, le Hezbollah, et l'État islamique de l'Irak et du Levant. Al-Joulani déclare que « le Front al-Nusra n'a aucun plan ni directive pour cibler l'occident. Nous avons reçu des ordres clairs d'Ayman al-Zawahiri pour ne pas utiliser la Syrie comme une rampe de lancement pour attaquer les États-Unis ou l'Europe afin de ne pas saboter notre véritable mission qui est de combattre le régime. Peut-être que Al-Qaïda fait cela mais il ne le fera pas depuis la Syrie »[25].

Questionné sur les ambitions d'Al-Nosra après la guerre civile, al-Joulani répond qu'après la guerre, toutes les factions rebelles seront consultées pour établir un État islamique. Il mentionne aussi que al-Nosra ne ciblera pas la minorité alaouite du pays, en dépit de leur soutien au régime d'al-Assad. Il déclare alors que « notre guerre n'est pas une question de vengeance contre les alaouites malgré le fait que dans l'islam, ils sont considérés comme hérétiques. »[25]. Al-Joulani ajoute également que les alaouites resteront isolés tant qu'ils n'abandonneront pas les éléments de leur foi qui, selon lui, contredisent l'islam[26] .

Formation du Front Fatah al-Cham puis création de Hayat Tahrir al-Cham[modifier | modifier le code]

Le , le Front al-Nosra annonce qu'il rompt avec al-Qaïda et qu'il prend le nom de Front Fatah al-Cham[27]. Cette rupture se fait avec l'accord du chef d'al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri. Abou Mohammed al-Joulani apparaît pour la première fois à visage découvert dans un enregistrement diffusé par la chaîne al-Jazeera, il affirme que la décision « d'arrêter d'opérer sous le nom de Front al-Nosra et de recréer un nouveau groupe » s'est faite pour « protéger la révolution syrienne » et pour « faire ôter les prétextes avancés par la communauté internationale » pour viser le groupe classé « terroriste » par les États-Unis[28]. Avec cette séparation, le Front al-Nosra veut se rapprocher des autres groupes de la rébellion et se présenter comme un mouvement strictement syrien[29]. Abou Mohammed al-Joulani espère également réaliser une fusion de son mouvement avec le puissant groupe Ahrar al-Cham, qui refusait de se lier avec al-Qaïda[30],[31].

Le , le Front al-Nosra fusionne avec d'autres groupes pour former Hayat Tahrir al-Cham. Le groupe est dirigé par Abou Jaber, même si al-Joulani conserve le commandement militaire. Cependant, Abou Jaber démissionne le , Abou Mohammed al-Joulani prend alors provisoirement la tête du groupe[32],[33].

Le 4 octobre, l'armée russe affirme avoir blessé al-Joulani, tué douze commandant de Hayat Tahrir al-Cham et blessé un cinquantaine d'autres[34]. Le ministère russe de la Défense déclare dans un communiqué : « A la suite de cette frappe, (...) Mohammad al-Joulani a subi des blessures graves et multiples, a perdu un bras et se trouve dans un état critique, selon plusieurs sources indépendantes »[34]. Cette annonce est cependant démentie par le groupe Hayat Tahrir al-Cham[35] et est également qualifiée de « totalement fausse » par l'Observatoire syrien des droits de l'homme[36].

En janvier 2018, lors de l'offensive de la poche d'Idleb, Abou Mohammed al-Joulani appelle dans un document audio les rebelles à « resserrer les rangs » contre le régime et déclare : « Nous sommes prêts à nous réconcilier avec tout le monde et à tourner une nouvelle page à travers une réconciliation globale. Occupons-nous de nos ennemis plus que de nous-mêmes et de nos désaccords »[37].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Who's who in the Nusra Front?, The New Arab, 15 décembre 2014.
  2. a, b, c, d et e Madjid Zerrouky, Les habits neufs d’Al-Qaida en Syrie, Le Monde, 29 juillet 2016.
  3. a et b "Elusive Al-Qaeda leader in Syria stays in shadows".
  4. Michael Weiss et Hassan Hassan, 2017, p. 210.
  5. Ignace Leverrier, Syrie. Bachar al-Assad, le Front de Soutien, l’Etat islamique et le peuple syrien (2/4), Un œil sur la Syrie, 3 avril 2014.
  6. "Terrorist Designation of Al-Nusrah Front Leader Muhammad Al-Jawlani".
  7. « Al-Qaïda en Irak revendique la paternité d'un groupe de djihadistes anti-Assad », France 24, 9 avril 2013.
  8. Syrie: Al-Qaïda en Irak parraine le Front jihadiste Al-Nosra, AFP, 9 avril 2013
  9. a, b et c Romain Caillet, De la désaffiliation de l'État islamique à al-Qaïda, The Huffington Post, 8 octobre 2013.
  10. a et b Syrie : le front rebelle Al-Nosra prête allégeance au chef d'Al-Qaeda, AFP, 10 avril 2013.
  11. Problèmes d'organisation d'Al-Qaida en Syrie et en Irak, Le Monde avec AFP, 10 juin 2013.
  12. a et b Syrie : le Front Al-Nosra devient la "branche" officielle d'Al-Qaida, Le Monde avec AFP, 8 novembre 2013.
  13. Zawahiri affirme que le Front Al-Nosra est la branche d'Al-Qaïda en Syrie, AFP, 8 novembre 2013.
  14. Hélène Sallon, L'Etat islamique en Irak et au Levant, l'avenir du djihadisme mondial, Le Monde, 10 juin 2014.
  15. Syrie: le chef du groupe jihadiste Al-Nosra blessé près de Damas, AFP, 8 mai 2013.
  16. Syrie: la mort du chef d'al-Nosra annoncée mais pas confirmée, AFP, 25 octobre 2013
  17. « Syrie: la «deuxième révolution» contre Al-Qaeda, AFP, 4 janvier 2014.
  18. Syrie: le chef du Front al-Nosra appelle à un cessez-le-feu, AFP, 7 janvier 2014.
  19. Céline Lussato, Syrie : La guerre des djihadistes a-t-elle éclaté ?, Le Nouvel Observateur, 7 janvier 2014
  20. Le chef d'al-Qaïda perd son représentant en Syrie, tué à Alep RFI : Le chef d'al-Qaïda perd son représentant en Syrie, tué à Alep
  21. Julie Schneider, « Avec l'EIIL, “Al-Qaïda est peu à peu ringardisée” », Le Point, le 12 avril 2014.
  22. « Syrie : Zawahiri somme Al-Nosra de cesser de combattre les autres djihadistes », France 24, 2 mai 2014.
  23. « Syrie : 60 000 personnes ont fui les combats inter-djihadistes », Le Monde, 3 mai 2014.
  24. « Syrie : les djihadistes refusent de se réconcilier », Le Point avec AFP, 12 mai 2014.
  25. a et b "Syria Al-Qaeda leader: Our mission is to defeat regime, not attack West". al-Jazeera. 28 May 2015.
  26. "“Abu Mohammed al-Golani’s Aljazeera Interview” by Aron Lund".
  27. ome, « Le Front Al Nosra (Syrie) rompt ses liens avec Al Qaida et devient le Front Fatah Al Cham », sur Le Figaro (consulté le 28 juillet 2016)
  28. Le Front al-Nosra rompt avec el-Qaëda et devient le Front Fateh al-Cham, OLJ avec agences, 28 juillet 2016.
  29. Rupture du Front al-Nosra et d'Al-Qaïda : "Un acte de renoncement", France 24, 29 juillet 2016.
  30. Tensions entre al-Nosra et Ahrar al-Cham après l’échec d’une offre de fusion, OLJ avec Reuters, 30 janvier 2016.
  31. Madjid Zerrouky, En Syrie, l’« ennemi américain » exacerbe les tensions entre rebelles islamistes, Le Monde, 26 septembre 2016.
  32. Wassim Nasr, Syrie Abou Mohamad al #Joulani remplace Abou Jaber al-Cheikh à la tête de Hay'at Tahrir al_Cham #HTS, twitter, 1er octobre 2017.
  33. Romain Caillet, Abu Muhammad al-Jolani prend (provisoirement) la direction de #HTS/#OLS (ex-#JAN/#AQ) après la démission de son Emir., twitter, 1er octobre 2017.
  34. a et b Syrie: le chef d'un groupe jihadiste dans un "état critique" après une frappe russe, AFP, 4 octobre 2017.
  35. Syrie: un groupe jihadiste nie l'affirmation de Moscou sur l'"état critique" de son chef, AFP, 4 octobre 2017.
  36. The news about the injury of Abu Mohammad al-Julani or any of Hayyaat Tahrir Al-Sham in the Russian bombardment on Abu Al-Duhur airbase and Idlib Province is not true, OSDH, 5 octobre 2017.
  37. Joulani appelle les rebelles à "resserrer les rangs" face au régime syrien, OLJ avec AFP, 17 janvier 2018.