Avril Haines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Avril Haines
Illustration.
Portrait officiel de Avril Haines, en 2021.
Fonctions
Directrice du renseignement national
En fonction depuis le
(10 mois et 13 jours)
Président Joe Biden
Gouvernement Administration Biden
Prédécesseur John Ratcliffe
Vice-conseillère à la sécurité nationale

(2 ans et 9 jours)
Président Barack Obama
Prédécesseur Antony Blinken
Successeur Kathleen McFarland
Directrice adjointe de la Central Intelligence Agency

(1 an, 5 mois et 1 jour)
Président Barack Obama
Prédécesseur Michael Morell
Successeur David S. Cohen
Biographie
Nom de naissance Avril Danica Haines
Date de naissance (52 ans)
Lieu de naissance New York (État de New York, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti démocrate
Conjoint David Davighi
Diplômée de Université de Chicago
Université de Georgetown
Profession Juriste

Avril Haines
Directrice du renseignement national

Avril Danica Haines, née le 29 août 1969, est une juriste américaine et une fonctionnaire du gouvernement fédéral des États-Unis. Depuis le 21 janvier 2021, elle est la directrice du renseignement national américain dans l'administration de Joe Biden, la première femme à occuper ce poste. Elle a auparavant occupé le poste de conseillère adjointe du président des États-Unis pour les affaires de sécurité nationale dans l'administration de Barack Obama.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et études[modifier | modifier le code]

Avril Haines naît le 29 août 1969 dans le quartier de Manhattan, à New York. Son père est biochimiste et professeur émérite au City College. Il a contribué à la fondation d’une école de médecine, la CUNY School of Medicine (en), au sein de l’université de la ville de New York[1].

Après avoir obtenu son diplôme du lycée Hunter College, Avril Haines se rend au Japon pendant un an et s'inscrit au Kodokan, un institut de judo d'élite à Tokyo. En 1988, elle intègre l'université de Chicago, où elle étudie la physique théorique. Pendant ses études à l'université de Chicago, elle travaille à la réparation de moteurs de voiture dans un atelier de mécanique[1]. En 1991, elle prend des cours de pilotage dans le New Jersey, où elle rencontre son futur mari, David Davighi. Elle obtient ensuite sa licence de physique en 1992[2].

En 1992, elle s'installe à Baltimore, dans le Maryland, et s'inscrit en tant que doctorante à l'université Johns-Hopkins. Plus tard dans l'année, elle abandonne cette formation et, avec son futur mari, achète aux enchères un bar à Fells Point, un quartier de Baltimore, qui avait été fermé et saisi à la suite d'un raid anti-drogue[1]. Ils transforment l'endroit en librairie et café indépendants[3]. Elle est présidente de la Fell's Point Business Association jusqu'en 1998[4]. En 1998, elle s'inscrit à l'université de Georgetown, où elle obtient un doctorat en droit en 2001[5].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

En 2001, elle occupe un poste de juriste à la Conférence de La Haye de droit international privé[6]. En 2002, elle est greffière à la cour d'appel des États-Unis pour le sixième circuit, sous l'autorité du juge Danny Julian Boggs[1]. De 2003 à 2006, elle est conseillère juridique au département d'État des États-Unis. Puis, de 2007 à 2008, elle travaille pour la commission des relations étrangères du Sénat des États-Unis, en tant que conseillère juridique principale adjointe pour les démocrates (sous la direction de Joe Biden)[7]. Elle travaille ensuite à nouveau pour le département d'État[8].

En 2010, sous la présidence de Barack Obama, elle est nommée au bureau du conseiller juridique de la Maison-Blanche, comme assistante adjointe du président et conseillère juridique adjointe pour les affaires de sécurité nationale. Le 13 juin 2013, Barack Obama la choisit comme directrice adjointe de l'Agence centrale de renseignement, la CIA[8], poste qu'elle occupe jusqu’en 2015. Elle est la première femme à occuper cette fonction. Puis elle devient conseillère adjointe à la sécurité nationale de 2015 à 2017.

Son mandat de directrice adjointe de la CIA coïncide avec les révélations sur les opérations de surveillance mondiale entreprises par l'agence, sur le piratage par la CIA des ordinateurs des employés du Sénat américain et sur la publication du rapport de la commission du renseignement du Sénat concernant l’usage de la torture par la CIA. Elle est aussi surnommée la « reine des drones », ayant, selon l'ONG pacifiste Code Pink, « aidé à forger la politique de drones d'Obama, qui a tué des civils autour du monde »[9].

La conseillère à la sécurité nationale des États-Unis Susan Rice, Avril Haines et la conseillère à la sécurité intérieure Lisa Monaco (en), dans le Bureau ovale avec le président Obama, en 2015.

Elle remplace Antony Blinken comme conseillère adjointe à la sécurité nationale, un poste qu’elle a occupé jusqu’à la fin de l’administration Obama[10].

Après avoir quitté la Maison-Blanche à la fin de la présidence d’Obama, en janvier 2017, après la victoire de Donald Trump, elle devient chercheuse et enseignante, notamment à l'université Columbia[11], et dans divers organismes, puis travaille dans le privé, comme consultante pour diverses entités. Elle a notamment été consultante au cabinet de conseil en stratégie WestExec Advisors, qui entretient des liens étroits avec l'industrie militaire[12]. En 2018, elle soutient ouvertement la nomination controversée à la tête de la CIA de Gina Haspel par le président Donald Trump. Sans commenter le bilan de cette dernière, elle fait l'éloge de sa connaissance de l'agence et des services de renseignement, une position saluée par la Maison-Blanche car elle a favorisé cette confirmation par le Sénat[13].

Le 23 novembre 2020, le président élu Joe Biden propose son nom comme future directrice du renseignement national. Elle est confirmée par le Sénat le 20 janvier 2021, jour de l'investiture de Joe Biden. Elle est la première responsable de la nouvelle administration présidentielle à être confirmée, ainsi que la première femme à occuper ce poste[14].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) Daniel Klaidman, « The Least Likely Spy », Newsweek,‎ (lire en ligne)
  2. Katherine Muhlenkamp, « The University of Chicago Magazine », Magazine de l’université de Chicago,‎ (lire en ligne)
  3. (en) Mary Corey, « Food and coffee, with books, billiards and student chefs », The Baltimore Sun,‎ (lire en ligne)
  4. (en) Brenda J. Buote, « Fells Point debates tax to add desired services Benefits: Homeowners and merchants want a safer, cleaner neighborhood. But some residents don't think they can afford a community district levy. », The Baltimore Sun,‎ (lire en ligne)
  5. (en) « Avril Haines », sur Center for a New American Security
  6. (en) Naomi Burke, « International Law: A Man's World? », Cambridge Journal of International and Comparative Law,‎ (lire en ligne)
  7. (en) Eyder Peralta, « CIA Deputy Director Michael Morell Retires », [[National Public Radio |NPR]],‎ (lire en ligne)
  8. a et b (en) AFP, « Avril Haines appointed first female CIA deputy director », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne)
  9. Julie Connan, « La galaxie Biden, une équipe aguerrie pour montrer que "l'Amérique est de retour" », Le Figaro,‎ 28-29 novembre 2020, p. 12-13 (lire en ligne).
  10. « Antony Blinken, Alejandro Mayorkas, Avril Haines… Joe Biden procède aux premières nominations au sein de son équipe. Parmi les membres de cette nouvelle administration, Avril Haines sera la première femme à la tête des services de renseignement, et Alejandro Mayorkas le premier Latino à la direction de la sécurité intérieure », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  11. (en) « Statement on Columbia World Projects deputy director Avril Haines’ nomination by President-elect Biden as director of national intelligence »,
  12. « Pour son gouvernement, Biden puise dans un influent cabinet de conseil privé », sur Le Point,
  13. (en) Deb Reichmann, « Trump's pick to lead CIA to face questions about torture », Associated Press,‎ (lire en ligne)
  14. « États-Unis : Joe Biden annonce les noms des premiers membres de son gouvernement », Le Figaro,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]