Andon (Alpes-Maritimes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Andon.

Andon
Andon (Alpes-Maritimes)
Vue du village depuis la colonie de vacances.
Blason de Andon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement Grasse
Canton Grasse-1
Intercommunalité Pays de Grasse
Maire
Mandat
Michèle Sicard-Olivier
2014-2020
Code postal 06750
Code commune 06003
Démographie
Gentilé Andonnais-Thorencois
Population
municipale
562 hab. (2015 en diminution de 2,94 % par rapport à 2010)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 46′ 27″ nord, 6° 47′ 14″ est
Altitude Min. 911 m
Max. 1 649 m
Superficie 54,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte administrative des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Andon

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte topographique des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Andon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Andon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Andon
Liens
Site web ville-andon.com

Andon est une commune française située dans le département des Alpes-Maritimes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Andon est un petit village des Alpes-Maritimes situé à une cinquantaine de kilomètres de Cannes. Andon est une résidence secondaire pour un grand nombre d'habitants du littoral et de personnes attirées par le calme et la beauté de la région et un village d'hiver entouré de petites stations de ski.

De par sa proximité avec la Côte d'Azur et le calme de la montagne, Andon s'avère être une plaque tournante de touristes, réguliers ou non, chacun en quête de calme pour quelques jours ou seulement pour quelques heures, ou encore un havre de paix pour artistes.

La station de ski de l'Audibergue se trouve sur la commune d'Andon. Non loin de là, le Loup prend sa source.

Le climat de la région est alpin avec des influences méditerranéennes. Les hivers sont froids (- 4 °C à 6 °C) et les étés tièdes (22 °C l'après-midi) et ensoleillés avec des nuits fraîches (8 à 10 °C). Le reste de l'année est plutôt frais avec des gelées possibles d'octobre à mai.

Le village est accessible notamment via la D 79 en quittant la route Napoléon. La ligne numéro 400 du réseau Sillages (Valderoure - Saint-Vallier) dessert la commune du lundi au vendredi à la demande, ainsi que les lignes 410 (Valderoure - Villaute) et 411 (Saint-Auban - Villaute) du lundi au samedi à la demande[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme occitane Andon e Torenc et sous les formes Durantus de Andaone en 1038, Andoan en 1605, Andon en 1790 [2].

En 1180, le sens proposé à ce toponyme est celui de « source », sur place, se trouve « la source du Loup » et le point de départ de sa vallée, ou plutôt de ses gorges[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune d'Andon occupe un territoire regroupant les trois agglomérations constituant Thorenc[4] avec Haut-Thorenc, Thorenc-Station et Bas-Thorenc, au nord, le hameau de Canaux, à l'est, et la station de ski de l'Audibergue, au sud.

Andon[modifier | modifier le code]

Le site est occupé 1000 ans av. J.-C. On retrouve des traces de la présence Ligure dans le camp retranché appelé Castellaras de la Selle d'Andon. Ce site a été ensuite occupé par les Romains. On a retrouvé des bornes milliaires signalant la Via Vintiana reliant Séranon à Gréolières donnant les noms de l'empereur Marc Aurèle et du procurateur Julius Honoratus.

On a retrouvé des traces de la présence romaine sur plusieurs sites de la commune : la Selle de Caille, la ferme du château, la Moulière, les Teilles, la Selle d'Andon, la Baisse, la Haute-Valette. Au Collet de la Serre, dans le castellaras, a été retrouvé une petite nécropole. Des ruines d'un grand tombeau romain ont été dégagées près du prieuré du Clos de Bourges.

Le village d’Andon a succédé à un ancien village perché au col de Castellaras dont les vestiges datent du XIIIe siècle et a été abandonné à la suite d'un incendie au XVIIIe siècle. Le village a alors été reconstruit à l'emplacement actuel.

Le comte de Provence avait donné la seigneurie d’Andon à Romée de Villeneuve en 1230. La seigneurie passa ensuite à la famille de Grasse-Bar, puis aux Russan et aux Théas. À la veille de la Révolution elle appartenait, avec Thorenc, à M. de Fanton, lieutenant-général au siège de Grasse.

La mort de la reine Jeanne Ire ouvre une crise de succession à la tête du comté de Provence, les villes de l’Union d'Aix (1382-1387) soutenant Charles de Duras contre Louis Ier d'Anjou. Le seigneur d’Andon, Florent de Castellane, se rallie aux Angevins en 1385, après la mort de Louis Ier[5].

Canaux[modifier | modifier le code]

Canals apparaît dans les textes en 1251[6].

En 1421, la comtesse de Provence donne cette seigneurie à Bertrand de Grasse. Le village primitif était situé à 1 km plus à l'ouest.

En 1623, l'évêque de Grasse n'ose pas monter à Canaux « tant on assure que le chemin est raboteux et mauvais ». Ses successeurs ont été tout aussi prudents.

Thorenc[modifier | modifier le code]

Thorenc est cité dans des textes à partir de 1200 sous le nom de castrum de Torenc ou Torenc. Le village a d'abord été une seigneurie de Grasse, puis de Boniface de Castellane, avant de dépendre du comte de Provence en 1235 qui l'a transmise à Romée de Villeneuve. Les seigneurs de Thorenc ne résidaient dans le château des Quatre-Tours que quelques mois par an.

À partir de 1348, la vie du village va être perturbée par l'arrivée de la peste qui décime la population, puis par la guerre que vont se livrer Angevins et Duras pour la succession du comté de Provence. En 1384 ou entre janvier et octobre 1385, on note la présence à Thorenc d'un chef de bande, Vita de Blois, qui s'est emparé de la seigneurie au nom du comte de Savoie. Le texte de la Trêve de Nice, du 3 novembre 1388, indique que « Vita de Blois, entré au service d'Amédée VII avec 25 lances, s'engage à ne pas attaquer jusqu'au mois de mai suivant la duchesse d'Anjou et ses partisans à partir de son castrum de Thorenc ». On note encore les ravages faits par la peste au XVe siècle qui va pousser la population à abandonner le village.

En 1542, on voit apparaître une branche de Villeneuve-Thorenc avec Claude Ier. Ses descendants ont aussi été seigneurs de Saint-Jeannet et gouverneurs de Saint-Paul-de-Vence. Claude Ier de Villeneuve-Thorenc vend, en 1539, le château des Quatre-Tours à Rascas, seigneur du Muy. Il fait construire un nouveau château au Haut-Thorenc. Antoine de Russan, dit Virnasse Seigneur de Thorenc, de la Malle et de Pignans, aurait acheté la seigneurie de Thorenc aux Rascas du Muy vers 1515, (les Rascas auraient eu besoin d'argent pour suivre François Ier à la guerre. Ils tenaient Thorenc de Charles d'Anjou (après avoir appartenu aux Templiers). C'est lui qui a fortifié et rénové le château. Ce château a appartenu ensuite aux Raymond d'Eoulx, aux Puget de Clermont, de Calvy, de Saint-André et au comte de l'Estang-Parade.

Vers 1515, les Russan originaires de Grasse (Simosse dit de Russan, marchands juifs convertis, 3e fortune de la ville au XVe siècle, certainement venu de Russan près de Nîmes), sont coseigneurs de Thorenc et possèdent une terre au Bas-Thorenc. Un acte du 26 août 1520 enregistre l'accord de partage des terres de Thorenc entre Antoine de Villeneuve (du Haut-Thorenc) et Antoine de Russan (du Bas-Thorenc). En 1640, au mariage d'Honorade de Russan, les Russan étaient toujours seigneurs de Thorenc. En 1624, Antoine III de Russan, sieur de Thorenc, marie sa fille Gasparde « acte, faict et publié audit lieu de Thorenc et dans la salle de la maison et chasteau du Sieur de Thorenc ». (On peut donc être un peu sceptique quant à la vente du château des Quatre-Tours aux Villeneuve en 1560 puisque dans la famille Russan de 1515 à au moins 1624) [Note 1]

Antoine de Grasse hérite des terres des de Russan et forme la lignée des Grasse-Thorenc possédant une part des terres de Bas-Thorenc, l'autre part a appartenu aux Grasse-Saint-Cézaire. Le fief des Grasse-Thorenc est acheté par les Lombards d'Amirat en 1632. Il est vendu en 1708 à Paul de Théas, seigneur de Caille. Le mariage en 1746 d'Anne-Marie, sœur de François de Théas-Thorenc, avec Albert de Durand de Sartoux fait entrer le château de Baraque dans la famille Durand de Sartoux.

Le château des Quatre-Tours est vendu, vers 1560, par Rescas, seigneur du Muy, aux Villeneuve-Mons, puis passe dans la famille Villeneuve-Bargemon. Au milieu du XVIIIe siècle, les héritiers de ces derniers vendirent cette part du fief à Claude de Fanton, seigneur d'Andon, conseiller du roi en la sénéchaussée de Grasse.

Après la Révolution, le territoire de Thorenc fait partie de la commune d'Andon.

L'hygiénisme du XIXe siècle va créer la mode de séjour à Thorenc comme station climatique en été à partir des années 1880 pour l'aristocratie française, russe et britannique qui séjournait alors sur la Côte d'Azur. Surnommée « la Suisse Provençale », la vallée de Thorenc et le village sont dotés au tournant du XXe siècle de grands hôtels, d'un casino, d'un hippodrome, de tennis drainant une richissime clientèle cosmopolite, d’où cette architecture d’influence anglo-russe qui se retrouve dans quelques résidences qui ont été conservées. À partir de 1903, Thorenc est l'une des premières stations de pratique des sports d'hiver : luge, bobsleigh, patinage sur le lac et ski de fond sont alors pratiqués. À partir des années 1920, ce tourisme de luxe décline et la station s'enfonce peu à peu dans l'oubli, déclin accentué après la Seconde Guerre mondiale.

Le sanatorium du clergé de France a été construit à l'emplacement du château des abbés de Lérins et a ouvert en 1928 après rachat du domaine de 20 hectares en 1926. Racheté par le Centre Hospitalier de Grasse, en 1968, ce bâtiment devient la maison de retraite de l'hôpital. La bibliothèque s’est alors accrue d’ouvrages de divertissement, romans policiers, livres de poche, textes romanesques, tout en conservant le fonds religieux initial. Le bâtiment a été abandonné en 1978 et l’intégralité de la bibliothèque donnée à la bibliothèque municipale de Grasse en 1981.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1938 1955 André Saytour    
1955 1971 Victorin Bonhomme    
1971 1982 Michel Dikansky    
1982 1983 Armand Rebuffel    
1983 1991 Roger Perrimond    
1991 2002 Adrien Prato    
2002 en cours Michèle Sicard-Olivier[7] UMP-LR Retraitée
Ancienne Présidente de la communauté de communes des monts d'Azur , Conseillère Départementale du canton de Grasse Nord

Une élection municipale partielle eut lieu en 2002, à la suite de la révocation d'Adrien Prato par décision judiciaire, amenant à l'élection de Michèle Olivier.

Budget et fiscalité 2015[modifier | modifier le code]

En 2015, le budget de la commune était constitué ainsi[8] :

  • total des produits de fonctionnement : 905 000 , soit 1 574  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 909 000 , soit 1 580  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 555 000 , soit 965  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 499 000 , soit 868  par habitant ;
  • endettement : 493 000 , soit 858  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 12,00 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 11,00 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 23,07 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés :

  • les Andonnais-Thorencois
  • pour ceux du chef-lieu les Andonnais ;
  • pour ceux du hameau de Thorenc les Thorencois.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2015, la commune comptait 562 habitants[Note 2], en diminution de 2,94 % par rapport à 2010 (Alpes-Maritimes : +0,34 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
145240257279307341362334319
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
324383349299289278322231237
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
302328279239209387393439489
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
347341444249300341504527550
2013 2015 - - - - - - -
561562-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La place Victorin-Bonhomme, au centre du village, et l'église.
Les remparts du Castellaras de Thorenc.
  • L'église de Thorenc, d'origine médiévale mais refaite entièrement en 1820.
  • Les ruines de la chapelle Saint-Hilaire, abandonnée à la suite de la guerre de Succession d'Autriche, en 1746.
  • L'oppidum de Font-Freye, à 1 211 m.
  • La Selle d'Andon où se trouvait un prieuré dépendant de l'abbaye de Lérins. Le site avait été occupé par les Romains. On a retrouvé un cimetière romain à côté de la chapelle.
  • L'oratoire Saint-Antoine, ancien lieu de pèlerinage.
  • La montagne de l'Audibergue culminant à 1 642 m. Une station de ski y a été créée en 1960.
  • Les gouffres de l'Audibergue.
  • Le hameau de Canaux avec les ruines du vieux village abandonné au XIVe siècle, les 5 camps celto-ligures, les avens du vallon de la Moulière[13].
  • Le Castellaras de Thorenc[14], vestige de l'ancien village médiéval avec son château féodal et ses remparts datant des XIIe et XIVe siècles, a été inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques en 1991. La ville se trouvait à l'embranchement d'une voie romaine est-ouest et de la route médiévale reliant Grasse à Castellane[15].
  • Le château des Quatre-Tours, manoir fortifié construit au XVe siècle, à Thorenc-Station.
  • La Réserve biologique des monts d'Azur, parc zoologique voué à la protection de la grande faune sauvage européenne.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Andon Blason D’argent aux trois sapins de sinople, au chef d’azur chargé d’une aigle d’or accostée des lettres A et T gothiques du champ.
Détails
Blason adopté lors de la délibération du conseil municipal du 27 août 1971, délibération approuvée le 8 octobre 1971 par le préfet[16].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. "Mariage faict et passé entre Me Henry Courtes, fils de Me Ollivier et Claudette Pellicot, et Damoiselle Gasparde de Russan, filhe de Noble Anthoine de Russan, sieur de Thorenc et de Damoiselle Marchianne de Sassy, d'autre. Au nom de Dieu soit-il, l'an mil six cent vingt-quatre et le dernier jour du mois de juin appr midy, régnant tr chrestien, hault et puissant prince Lois treiziesme, par la gre de dieu, roy de France et de Navarre, saichent tous comme soyt que à l'hommage et louange de Dieu, augmentation du genre humain, à contemplation des parents et amis des parties soubs escriptes, mariage a esté traicté ; d'antre Me Henry Court, fils de Me Ollivier et de Claudette Pellicot, borgeois de Claviers d'une part, et Damoiselle Gasparde de Russan, filhe d'Anthoine de Russan, Sieur de Thorenc et de Dame Marchianne de Sassy, d'autre et désirant, les parties, que ledit mariage sorte son plain et entier effect, ont esté présents en leurs personnes, par devant nous, notaires royaux du présent Seranon, et des tesmoings cy-appr nommés, ledit me Henry Courtes, lequel, de son gré, avec la présance et expr consantement dudit Me Ollivier, son pe, à ce le consentant, et ladite Damoiselle Gasparde de Russan, avec l'advis et conseil desdits Sieur et Dame, ses pe et me, présents et à ce fere deubement l'authorisant tous deux ensamble, soy sont promis se prandre en vray et légitime mariage et icelluy cellébrer en face de notre sainte me église où est le domicille de la foy, pour le tesmoniage d'une telle union, là et quand une partie le requerra légitimement à l'autre et au contraire, et ainsy l'ont promis et juré, escriptures touchées et d'aultant que la doct est le propre patrimoine des fames pour la supportation des charges que sont au mariage, a esté présents en sa personne par devant moy, notaire et tesmoings, ledit Anthoine de Russan, Sieur de Thorenc, pe de ladite Damoiselle Gasparde, lequel, ayant ledit mariage agréable et acceptable, en faveur et contemplation d'icelluy, a constitué et assigné en doct, pour nom et cause d'icelluy, à sadite filhe, et parmoyen d'elle, audit Henry Courtes, son futeur mary et les siens, dessendants de ce mariage, sy présent, stipullant et acceptant, scavoyr est la somme de huit cent cinquante escus à trois livres l'escu, y comprins et inclus les coffres, meubles, habits et joyeaulx que sont esté prix et extimés par les amis des parties à la somme de cent escus, dicte valleur, et ce, pour tous et chescungs les droits, tant paternels que maternels que, à ladite Gasparde, pourroyent compéter et appartenir et laquelle dicte somme de huit cent cinquante escus, ledit Sieur de Thorenc a promis et promet payer ausdits mariés et aux siens, scavoyr, présentement, la somme de cent escus en robbes, meubles et ardes que lesdits Ollivier et Henry Courtes, pe et fils, ont dict et confessé avoyr receu, et en quittent ledit Sieur de Thorenc quatre cents escus du jour et feste de la Toussaints prochainement venant, à compte desquels quatre cents escus ledit Sieur de Thorenc a ceddé et remis, cedde et remet ausdits mariés de prandre, exhiger et recouvrer de Gaspard Rebuffel à feu Pierre de Séranon, la quantité de trente-six charges bled mitadier et quatre charges demy paumelle* et demy avoine, faisant en tout quarante, le tout bon merchant et ?.ptable mesme ??. du pain, le tout à la récolte prochaine et l'autre moitié de ladite, en une année, en quoy luy est obligé en qualité de cessionnaire de Claude Sassy, escuyer de Séranon, acte de cession publié par Me Funel, notaire de Cailhe les an et jour y contenus et pour la rante de la pie de Varcaresse, suivant l'acte rie Me Chaix ?.. de moy, notaire, le neufviesme octobre mil six cent vingt-ung, et pour la somme, prix et valleur dudit bled, du jour de l'expedition que se vandra au lieu de Bargemon et au commung prix pour le recouvrement d'icelles quarante charges de bled que dessus et aux termes susdits, ledit sieur de Thorenc, en dictes qualités, luy transfe tous ses droicts et actions et le met à ses lieu et place, avec promesse de luy estre tenu de légitime debte ou desfault de biens et les trois cent cinquante escus restants, entier payement dudit doct, ledit Sieur de Thorenc promet les payer en payes et ??.. annuelles de trente-trois escus vingt soubs qui sont cent livres, la premie de ???. comansera du jourdhuy en ung an et ainsy continuant annuellement audit jour, jusques à l'entier payement, aux paches suivants, deube stippulation et accord entre les parties, premiement que lesdits mariés ne pourront demander paye sur paye, et l'an que ledit Sieur de Thorenc mariera une de ses autres filhes, en ladite année ne pourra estre tenu à fere aulcune paye seront tenus, lesdits Courtes, pe et fils, asseurer et recognoistre, comme par cest acte d maintenant et pour lhors, asseurent et recognoissent à ladite Damoiselle Gasparde de Russan, tout ce qu'ils ont présentement receu, que ce que, à l'advenir, ils exhigeront er recouvreront dudit doct, et ce, sur tous et chescungs leurs biens présents et advenir, pour, en cas de restitution, que à Dieu ne veuilhe, le tout rendre et restituerainsy et à quy de droict appartiendra et à ce tousjours présent, ledit Me Ollivier Courtes pe, lequel ayant le présent mariage agréable et en contemplation d'icelluy, a donné et donne audit Henry, son fils, présent, acceptant et stipullant, la somme de quatorze cents escus, dicte valleur et d'autre part, ledit Me Ollivier Courtes, en qualité de procureur et au nom de ladite Claudette Pellicote, sa femme, ainsy de que de sa procuration nous a faict apparoyr, par acte receu par Me Barthélémy Blanc, notaire dudit Claviers, datté de hier, a donné et donne par donation qui se dict propter nuptias, audit son fils, présent comme dessus, la somme de quatre cents escus, susdite valleur, que prandra le tout sur ses biens et héritage, scavoyr, en cas d'incomport, neuf cents escus que promet luy expédier le jour qu'il se séparera de luy, et les neuf cents escus restants, appr le déc desdits Ollivier Courtes et Claudette Pellicote et pour la vallidité de telles donations, les parties ont vollu estre insinuées et enregistrées suivant ?? en ?.. ?? ??. ???, ont constitué leurs procureurs espécials et générals, scavoyr est, ledit Courtes pe, ???? ??? ???..comme ?? ??? Me Taxy, et ledit donateur, Me Valladon, procureurs au sie de Draguignan, absents comme présents pour, et au nom des donataires et donateurs, se présenter par devant Monsieur le lieutenant principal audit sie et, par-devant icelluy, requérir et demander l'autorisation et ommollogation desdites constitutions, que à la passation d'icelles, il n'y est intervenu aucun dol, fraud ny abus, avec promesse d'avoyr agréable et rastifier tout ce que par lesdits ses procureurs aura esté faict et les relever en forme, et au surplus ont promis, lesdites parties, avoyr pour agréable le présent acte et tout son contenu, et ny contravenyr en aulcune manie, soubs l'obligation de tous et chescungs leurs biens présents et advenir, à toutes cours de ce pays ?… les submissions constitu?. renonciation à tous droicts à ce contraires et l'ont juré, requérant acte, faict et publié audit lieu de Thorenc et dans la salle de la maison et chasteau du Sieur de Thorenc, en présences de Messire Laurens Courtes, prre et vicaire de Claviers, Messire Pierre Gasagnaire, prre et prieur de Cailhe, Me Hellion Augier, notaire royal de Callau et Aubin Raynaud de Séranon, tesmoings requis et signés avec les parties, quy ont sceu scripre, suivant l'ordonnance
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Horaires des lignes Sillages à la demande desservant Andon
  2. Charles Rostaing, Essai sur la toponymie de la Provence depuis les origines jusqu'aux invasions des Sarrasins, Éditions d'Artrey, 1950, pages 52-53. (ISBN 2734806762).
  3. François Falc'Hun - 1982 - Les noms de lieux celtiques - Volume 1 - Page 62.
  4. Andon et Thorenc
  5. Geneviève Xhayet, « Partisans et adversaires de Louis d'Anjou pendant la guerre de l'Union d'Aix », Provence historique, Fédération historique de Provence, volume 40, no 162, « Autour de la guerre de l'Union d'Aix », 1990, p. 412 (note 55).
  6. Philippe Beauchamp, Villages et hameaux isolés des Alpes-Maritimes, p. 139-140, Éditions Serre, Nice, 1989 (ISBN 2-86410-131-9)
  7. Site de la préfecture des Alpes-Maritimes, consulté le 19 juin 2008
  8. Les comptes de la commune
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  13. Andon à visiter
  14. « Castellaras de Thorenc », notice no PA00080961, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. Castellaras de Thorenc à Andon
  16. Pierre-Jean Ciaudo, Armoiries et institutions des communes des Alpes-Maritimes, du Comté de Nice et de la principauté de Monaco, illustrations originales de Georges Renevey, préface d’Ernest Hildesheimer, édité à Antibes par Alp’azur, 1978, 24 cm, 329 pages (ISBN 2-902700-01-6), entrée « Andon », pages 94-95.