Affaire Thalamas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Caricature de Thalamas par Henry Somm, 1904.

L’Affaire Thalamas fait référence à une polémique dans l'enseignement français autour des cours du professeur Amédée Thalamas portant sur Jeanne d'Arc.

Lorsque les Camelots du roi, branche militante de l’Action française, décident de s'opposer à ce cours à la Sorbonne, la polémique gagne considérablement en ampleur. Pendant trois mois, les cours en question sont interrompus, de nombreuses manifestations se tiennent dans le quartier Latin et les émeutes étudiantes aboutissent à une occupation du ministère de la Justice.

Les prémices au lycée Condorcet[modifier | modifier le code]

Amédée Thalamas,
photographie d'Henri Manuel
publiée dans Le Miroir,
29 mars 1914.

L'affaire Thalamas démarre en novembre 1904. À la suite d'un cours du professeur sur Jeanne d’Arc à une classe de seconde au Lycée Condorcet, dans lequel il affirmait que l'héroïne avait été en proie à des hallucinations auditives (et remettait en cause le caractère sacré de la figure)[1], le député nationaliste de Paris Georges Berry dénonce un outrage à sa mémoire[2].

Ce cours faisait suite à la publication de son livre intitulé Jeanne d’Arc, l’histoire et la légende[3] qui exposait d'une manière jugée « positiviste »[réf. nécessaire] la vie de la Pucelle d'Orléans.

L'intervention du député donne lieu à des polémiques dans la presse, à des manifestations, à un débat à la chambre des députés, puis au duel entre Paul Déroulède et Jean Jaurès en . Dans ce contexte, une enquête est ouverte par le ministre de l'Instruction publique Joseph Chaumié. Celle-ci mène à un blâme du professeur, pour avoir manqué de tact et de mesure. Le professeur est alors déplacé du lycée Condorcet au lycée Charlemagne[2].

L'affaire Thalamas à la Sorbonne[modifier | modifier le code]

Caricature de Thalamas par Albert Guillaume, 1904.

Cinq ans plus tard, l'affaire se relance lorsque Thalamas est nommé à la Sorbonne[1]. Thalamas ne possédant pas de titre de docteur ès lettres, le Conseil des professeurs de la Faculté de Lettres, présidé par le doyen, Alfred Croiset, l'avait autorisé en novembre 1908 à l'ouverture d'un cours libre, hebdomadaire, sur la Pédagogie de l’Histoire pour l'hiver 1908-1909. Ce cours était scindé en douze petits cours.

Les Camelots du roi dirigés par Maxime Real del Sarte décident dès lors d’interrompre chaque mercredi le cours, parfois avec violence.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-François Condette, « Les associations générales d'étudiants en France et le politique (1881-1914). 2e partie : les espoirs déçus du régime républicain : limites et contestation des AGE », Carrefours de l'éducation,‎ , p. 149-158 (lire en ligne)
  2. a et b Œuvres de Jean Jaurès : Laïcité et unité, vol. tome 10, Fayard (lire en ligne)
  3. Amédée Thalamas, Jeanne d’Arc, l’histoire et la légende, Paris, P. Paclot, 1904.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources primaires[modifier | modifier le code]

  • Amédée Thalamas, Jeanne d’Arc, l’histoire et la légende, Paris, Paul Paclot & Cie, , 63 p.
  • Almanach de l'action française 1910, Action française, (lire en ligne).
  • « L'Affaire Thalamas à la Chambre : la Cause de l'Université défendue par Jean Jaurès », Revue des lycées et des collèges : semi-mensuelle : organe indépendant de l'enseignement secondaire public, Paris, Librairie des Deux-mondes, no 1 (1re année),‎ , p. 4-9 (lire en ligne).
  • « LE PROCÈS DE M. PUJO. - Tribunal correctionnel de la Seine (Première Chambre). - Plaidoirie de Me de Roux », Revue des grands procès contemporains : Recueil d'éloquence judiciaire donnant, chaque mois, le texte intégral des principaux plaidoyers et réquisitoires, tome XXVII, 1909 p. 335-340, lire en ligne.

Études[modifier | modifier le code]

  • Jean Capot de Quissac, « L'Action française à l'assaut de la Sorbonne historienne », dans Charles-Olivier Carbonell et Georges Livet (dir.), Au Berceau des Annales, Toulouse, Privat, p. 139-191.
  • (en) Sarah H. Gustafson, Representing Joan of Arc : Youth, School, and Citizenship in the Thalamas Affair of 1904, thèse soutenue au Davidson College, History Department (Caroline du Nord), 2004, 255 p.
  • (en) Martha Hanna, « Iconology and Ideology : Images of Joan of Arc in the Idiom of the Action Française, 1908-1931 », French Historical Studies, Duke University Press, vol. 14, no 2,‎ , p. 215-239 (DOI 10.2307/286583, JSTOR 286583).
  • (en) Martha Hanna, « Laying Siege to the Sorbonne : The Action Française's Attack upon the Dreyfusard University », Historical Reflections / Réflexions Historiques, Berghahn Books, vol. 24, no 1 « Intellectuals and the Dreyfus Affair »,‎ , p. 155-177 (JSTOR 41299111).
  • Jean-Noël Jeanneney, Concordances des temps : chroniques sur l'actualité du passé, Paris, Seuil, 1987 (réédition : 1991), « Jeanne d'Arc à tous vents ».
  • Laurent Joly, « Les débuts de l'Action française (1899-1914) ou l'élaboration d'un nationalisme antisémite », Revue historique, Paris, Presses universitaires de France, no 639 « Religion et société »,‎ , p. 695–717 (lire en ligne).
  • Gerd Krumeich (trad. Josie Mély, Marie-Hélène Pateau et Lisette Rosenfeld, préf. Régine Pernoud), Jeanne d'Arc à travers l'histoire [« Jeanne d'Arc in der Geschichte : Historiographie, Politik, Kultur »], Paris, Albin Michel, coll. « Bibliothèque Albin Michel. Histoire », , 348 p. (ISBN 2-226-06651-9)
    Réédition : Gerd Krumeich (trad. Josie Mély, Marie-Hélène Pateau et Lisette Rosenfeld, préf. Pierre Nora), Jeanne d'Arc à travers l'histoire [« Jeanne d'Arc in der Geschichte : Historiographie, Politik, Kultur »], Paris, Belin, , 416 p. (ISBN 978-2-410-00096-2).
  • Gerd Krumeich, « Maurras, les maurrassiens et Jeanne d'Arc », dans Olivier Dard, Michel Leymarie, N. McWilliam (dir.), Le maurrassisme et la culture. L'Action française. Culture, société, politique, vol. III, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2010, p. 197-208.
  • Nadia Margolis, « La chevauchée solitaire du professeur Thalamas : rationalistes et réactionnaires dans l'historiographie johannique (1904-1945) », Bulletin de l'association des amis du Centre Jeanne d'Arc, no 15,‎ , p. 7-28.
  • Anne Rasmussen, « L'affaire Thalamas », L'Histoire, no 210,‎ , p. 62.
  • Jean-François Sirinelli, « Un boursier conquérant : Amédée Thalamas », Bulletin du Centre d'histoire de la France contemporaine, Paris X-Nanterre, no 7,‎ , p. 197-206.
    Article repris dans : Jean-François Sirinelli, Génération intellectuelle : khâgneux et normaliens dans l'entre-deux-guerres, Paris, Fayard, , 721 p. (ISBN 2-213-02040-X, présentation en ligne), p. 220-226, [présentation en ligne], [présentation en ligne].
    Réédition : Jean-François Sirinelli, Génération intellectuelle : khâgneux et normaliens dans l'entre-deux-guerres, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige » (no 160), , 720 p. (ISBN 2-13-044685-X), p. 220-226.
  • Jean-François Sirinelli, « Action française : main basse sur le Quartier latin », L'Histoire, no 51,‎ , p. 6-15.
  • Gérard Vincent, « Les professeurs de l'enseignement secondaire dans la société de la « Belle Époque » », Revue d'histoire moderne et contemporaine, Paris, Presses universitaires de France, t. XIII,‎ , p. 49-86 (lire en ligne).
  • George Weisz, « Associations et manifestations : les étudiants français de la Belle Époque », Le Mouvement social, Paris, Les Éditions ouvrières, no 120 « Entre socialisme et nationalisme : les mouvements étudiants européens »,‎ , p. 31-44 (lire en ligne).
  • Michel Winock, Édouard Drumont et Cie : antisémitisme et fascisme en France, Paris, Éditions du Seuil, , 218 p. (ISBN 2-02-006088-4, présentation en ligne), « Jeanne d'Arc et les Juifs », p. 67-79.
    Réédition : Michel Winock, Nationalisme, antisémitisme et fascisme en France, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points. Histoire » (no H131), , 504 p., poche (ISBN 978-2-7578-4307-9, présentation en ligne), « Jeanne d'Arc et les Juifs », p. 145-156.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]