10e bataillon de chasseurs à pied

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
10e bataillon de chasseurs à pied
Image illustrative de l'article 10e bataillon de chasseurs à pied
Insigne du bataillon

Création
Dissolution 1947
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Chasseurs à pied
Rôle Infanterie
Ancienne dénomination 10e bataillon de chasseurs à pied
Devise « Faire face toujours »
Inscriptions
sur l’emblème
Voir drapeau unique des chasseurs
Guerres Campagne d'Italie (1859)
France 1870-1871
Première Guerre mondiale
Fourragères à la couleur du ruban de la Croix de guerre 1914-1918
Décorations Croix de guerre 1914-1918
2 palmes
Commandant historique Mac-Mahon

Le 10e bataillon de chasseurs à pied était une unité d'infanterie de l'Armée française.

Création, villes de garnison[modifier | modifier le code]

  • 1840 : création des 1er, 2e, 3e, 4e, 5e, 6e, 7e, 8e, 9e, & 10e bataillon de chasseurs
  • 1873 - 1914 : Saint-Dié
  • 1919 - 1921 : Remiremont dans les Vosges (campagne de février à juin 1920, Dantzig et Haute Silésie)
  • 1921 - 1922 : Saverne
  • 1940 : Neuville-sur-Ain
  • 1942 : dissolution
  • 1946 : Ouezzane
  • mai 1947 : devient le 10e BPCP (10e bataillon parachutiste de chasseurs à pied)
  • 1948 - 1950 : Algérie
  • 1950 - 1952 : Indochine
  • 1952 : dissolution
  • 1954 : recréation à Baden-Oos
  • 1954 - 1964 : Algérie
  • 1964 : dissolution au camp de Souge
  • 1973 : recréation à Monswiller (près Saverne) au C.M 172 comme unité de réserve dans le cadre de la ZFR, puis division du Rhin puis brigade d'Alsace. (Seule grande unité de réserve de l'armée de terre.)
  • 1997 : dissolution à Metz

Devise[modifier | modifier le code]

« Faire face toujours »

Surnom[modifier | modifier le code]

Le bataillon du drapeau

Depuis la bataille de Solférino en 1859, le 10e BCP avait l'honneur de la garde du Drapeau des chasseurs.

Refrain[modifier | modifier le code]

« Dixième bataillon commandant Mac-Mahon
N'a pas peur du canon, nom de nom » !

Drapeau du régiment[modifier | modifier le code]

  • Comme tous les autres bataillons de chasseurs ou groupes de chasseurs, il ne dispose pas de son propre drapeau. Il n'existe qu'un seul drapeau pour tous les bataillons de chasseurs à pied, et de chasseurs alpins, lequel passe d'un bataillon à un autre durant la campagne 1914-1918. En revanche chaque bataillon possède son propre fanion.

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

  • 1840 - 1843 : commandant Mac-Mahon, premier chef de corps du 10e BCP. (Algérie)
  • 1843 - 1844 : commandant Bouat (Algérie)
  • 1844 - 1846 : chef de bataillon Antoine-Achille d'Exéa-Doumerc (Algérie)
  • 1846 - 1850 : commandant de Labadie d'Aydren (Algérie)
  • 1850 - 1852 : commandant Soubiran (Compaigno—Rome)
  • 1852 - 1853 : commandant Cabriol de Pechassant
  • 1853 - 1855 : commandant de la Bastide (Crimée)
  • 1855 - 1856 : commandant Guiomar
  • 1856 - 1859 : commandant Courrech (Solférino)
  • 1859 - 1865 : commandant Bressolles (Algérie)
  • 1865 - 1870 : commandant Étienne
  • 1870 : commandant Schenk (guerre 1870-1871)
  • 1870 : commandant Chabert (mort au champ d'honneur, guerre 1870-1871)
  • 1870 : commandant Lecer (guerre 1870-1871)
  • 1870 - 1872 : commandant Tarillon (guerre 1870-1871)
  • 1872 - 1877 : commandant Poncelet
  • 1877 - 1883 : commandant Guelot
  • 1883 - 1888 : commandant Moinot-Verly
  • 1888 - 1892 : commandant Didiot
  • 1892 - 1894 : commandant Menestrez
  • 1894 - 1898 : commandant Kauffeisen
  • 1898 - 1905 : commandant Olleris
  • 1905 - 1910 : commandant Cottez
  • 1910 - 1914 : chef de bataillon Eveno[1] (mort au Champ d'honneur, guerre 1914-1918)
  • 1914 : capitaine de Messiessy (guerre 1914-1918)
  • 1914 : capitaine de Boishue (guerre 1914-1918)
  • 1914 - 1915 : chef de bataillon Roy[2] (guerre 1914-1918)
  • 1915 : capitaine Gounant (guerre 1914-1918)
  • 1915 : capitaine Delhomme (guerre 1914-1918)
  • 1915 - 1916 : chef de bataillon Faury (guerre 1914-1918)
  • 1916 : chef de bataillon Randier (citation du Bataillon à l'ordre de l'Armée—guerre 1914-1918)
  • 1916 - 1924 : chef de bataillon Nicolas (citation du Bataillon à l'ordre de l'Armée—guerre 1914-1918)
  • 1924 - 1926 : commandant Duffet
  • 1926 - 1928 : commandant Placiard
  • 1928 - 1934 : commandant Lales
  • 1934 - 1936 : commandant Villate
  • 1936 - 1939 : commandant de Gouvello (guerre 1939-1940)
  • 1939 - 1940 : capitaine puis commandant Carlier (citation du bataillon à l'ordre de l'Armée—guerre 1939-1940)
  • 1940 - 1941 : commandant Vie
  • 1941 - 1942 : commandant Ely
  • 1946 : capitaine Proudhon (Maroc)
  • 1946 - 1949 : Commandant Ollion (Maroc-Algérie)
  • 1949 : Capitaine Buchoud (Algérie)
  • 1949 - 1951 : Commandant Michel (citation du bataillon à l'ordre de l'Armée—Algérie et EO)
  • 1951 - 1952 : Capitaine Weil (citation du bataillon à l'ordre de l'Armée—Indochine)
  • 1952 : Capitaine Chaudrut (citation du bataillon à l'ordre de l'Armée—Indochine)
  • 1954 - 1956 : commandant Bullier (Algérie)
  • 1956 - 1958 : commandant Roger (Algérie)
  • 1958 - 1959 : commandant de Bazelaire de Lesseux (mort au champ d'honneur—Algérie (19 mai 1959, Kef Toufikt, Aurès)[3])
  • 1959 - 1960 : commandant Archier (Algérie)
  • 1960 - 1961 : commandant Vernet (Algérie)
  • 1961 - 1963 : lieutenant-colonel Genesteix (Algérie)
  • 1963 - 1964 : commandant Loriant (Algérie)
  • 1964 : commandant de Chatillon (Algérie)
  • 1973 - 1974 : commandant Flaba
  • 1974 - 1975 : capitaine Violin
  • 1975 - 1978 : lieutenant-colonel Storme
  • 1978 - 1983 : lieutenant-colonel Chevalier
  • 1983 - 1988 : lieutenant-colonel Huckendubler
  • 1988 - 1991 : colonel Cabut
  • 1991 - 1995 : lieutenant-colonel Buscal
  • 1995 - 1997 : lieutenant-colonel Barrois—puis dissolution à METZ

Historique[modifier | modifier le code]

Monarchie de Juillet[modifier | modifier le code]

Les 10 bataillons de chasseurs prennent le nom de « Chasseurs d'Orléans » à la suite de la mort du duc d'Orléans en 1842.

Second Empire[modifier | modifier le code]

1870 à 1914[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le 10e B.C.P. est composé de Vosgiens pour partie de la vallée de la Meurthe, de Francs-Comtois, de Berrichons et de Lyonnais.

Grandes unités d'appartenance[modifier | modifier le code]

1914[modifier | modifier le code]

1915[modifier | modifier le code]

1916[modifier | modifier le code]

1917[modifier | modifier le code]

1918[modifier | modifier le code]

Citations[modifier | modifier le code]

Pertes du bataillon[modifier | modifier le code]

Au cours de la Première Guerre mondiale, le 10e BCP déplore la perte de 1 779 officiers, sous-officiers et chasseurs tués (97 sont morts pour la France en Algérie).

La guerre froide[modifier | modifier le code]

Grandes unités d'appartenance[modifier | modifier le code]

Personnalités ayant servi au 10e BCP[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Blessé à Sainte-Barbe (Bataille de la Chipotte), décédé à l'hôpital de Rambervillers le
  2. Blessé à Saint-Éloi le
  3. http://www.saint-cyr.org/flipbooks/Memorial/]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Revue historique de l'armée française, Numéro spécial no 2, Les Chasseurs à pied, Paris, 1966, 196 p. broché, 21 × 26,8 cm
  • Labayle (Éric), Herniou (Yvick) et Bonnaud (Michel), Répertoire des corps de troupe de l’armée française pendant la Grande Guerre – tome 2, Chasseurs à pied, alpins et cyclistes, Unités d'active, de réserve et de territoriale, Notices historiques, Éditions Claude Bonnaud, 2007, broché, 24,5 × 16,5 cm, 446 p. (ISBN 978-2-9519001-2-7).
  • Historique du 10e bataillon de chasseurs à pied, Remiremont, H. Haut, , 45 p., disponible sur Gallica.
  • Général Jean Le Chatelier, Le 10e BCP de 1920 à 1964, monographie brochée 1989, 144 p, 21 × 29,7 cm.