Bataillon de marche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un bataillon de marche est une unité provisoire composée de plusieurs compagnies formées de manière non conventionnelles. Une unité est dite « de marche » (BM) lorsqu'elle est formée à partir d'éléments d'autres unités.

Insigne du bataillon de marche no 2 de l'Oubangui-Chari (Afrique équatoriale française)

Historique[modifier | modifier le code]

Une unité militaire est dite « de marche » si elle est mise sur pied pour une opération ou une période donnée ; elle est créée provisoirement.
En pratique, cela résulte le plus souvent de pertes trop lourdes dans les unités d'origine, mais cela peut aussi résulter d'un ralliement local d'unités plus petites. Le terme « marche » désigne une unité qui est formée pour un temps limité, en général pour la durée de la campagne.

Pendant la Première Guerre mondiale, ce type d'unité a été créé à la suite d'une décision ministérielle du prévoyant la constitution de 40 bataillons de marche en France, soit deux par région militaire. Cette volonté fait suite à la crise des effectifs qui se fait déjà sentir et à l'obstination de l'état-major d'employer le maximum de troupes au front afin de s'assurer de la supériorité numérique. Ces bataillons sont composés de recrues, de soldats encore dans les dépôts et de blessés redevenus disponibles.

En , à partir de renforts de tous les régiments de la place de Belfort, est formé un bataillon de marche, à la caserne Bechaud, portant le numéro 171. Le 24 mars 1915, les trois BM des 63e RI, 107e RI et 171e R.I sont mis à la disposition du 6e corps d'armée. Le BM du 171e R.I sert à reconstituer le 132e R.I.

Les bataillons d'infanterie légère d'Afrique (BILA) étaient des bataillons formant corps. En 1914, les effectifs devant pour la plupart rester en garnison en Afrique du Nord, on a formé dès octobre 1914 et pour la durée de la guerre, trois Bataillons de Marche d'Infanterie Légère d'Afrique (BMILA) destinés à combattre en Belgique et en métropole, à savoir les 1er, 2e et 3e BMILA.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, 24 bataillons de marche coloniaux[1] voient le jour au sein des Forces Française Libres, pour la durée du conflit. Certains d'entre eux sont même récompensés de la plus haute récompense militaire : la croix de la Libération, comme le bataillon de marche n°2 de l'Oubangui-Chari.

Le terme de « marche » n'est plus gardé que dans un seul nom d'unité militaire française le régiment de marche du Tchad, pour perpétuer la mémoire du lieu de sa création lors de la Seconde Guerre mondiale.

Le terme de « marche » se rencontre aussi dans le maintien de l'ordre public : la Police Nationale a la possibilité de mettre sur pied des « compagnies de marche ».

Cavalerie[modifier | modifier le code]

Les escadrons de marche sont en vigueur dans la cavalerie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dr Bernard Simiti, Qu'attend le gouvernement centrafricain pour demander le rapatriement des restes du sous-lieutenant Koudoukou [lire en ligne (page consultée le 12 février 2009)]

Articles connexes[modifier | modifier le code]