Vertheuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vertheuil
La mairie
La mairie
Blason de Vertheuil
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Lesparre-Médoc
Canton Pauillac
Intercommunalité Communauté de communes du Centre Médoc
Maire
Mandat
Rémi Jarris
2014-2020
Code postal 33180
Code commune 33545
Démographie
Gentilé Vertheuillais
Population
municipale
1 240 hab. (2011)
Densité 57 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 15′ 04″ N 0° 49′ 59″ O / 45.2511111111, -0.83305555555645° 15′ 04″ Nord 0° 49′ 59″ Ouest / 45.2511111111, -0.833055555556  
Altitude Min. 5 m – Max. 35 m
Superficie 21,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte administrative de Gironde
City locator 14.svg
Vertheuil

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de Gironde
City locator 14.svg
Vertheuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vertheuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vertheuil
Liens
Site web www.vertheuil-medoc.com/

Vertheuil est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Gironde (région Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Vertheuillais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Géographie de la Gironde et Médoc.

Commune située dans le Médoc sur l'aire de production de l'appellation haut-médoc.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Vertheuil
Saint-Seurin-de-Cadourne
Saint-Germain-d'Esteuil Vertheuil Saint-Estèphe
Cissac-Médoc

Histoire[modifier | modifier le code]

La famille d'Albret est seigneur de Vertheuil et de Langoiran au XIVe siècle.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes de Vertheuil se blasonnent ainsi :

D'azur à trois coquilles d'argent posées deux et une senestrées d'un lion du même, au chef de sinople chargé à dextre d'une mitre et à senestre d'une crosse contournée issant de la partition, le tout d'or[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Rémi Jarris[3] SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 240 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 103 1 026 955 915 997 1 003 1 015 1 004 1 090
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
979 1 156 1 052 1 154 1 145 1 253 1 129 1 135 1 160
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 067 1 120 1 126 997 924 840 843 769 859
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
806 765 753 910 1 075 1 068 1 140 1 143 1 200
2011 - - - - - - - -
1 240 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'abbaye
Vue intérieure de l'abbaye Saint-Pierre et clocher nord
L'église et le logis abbatial forment un ensemble du plus haut intérêt.
L'abbaye fondée certainement avant le XIIe siècle, fut construite sur l'emplacement d'une villa gallo-romaine.
Elle a été occupée un temps par des Bénédictins puis par l'Ordre des Chanoines Réguliers de Saint Augustin, Congrégation de la Chancelade. Plusieurs fois dévastée (guerres de Cent Ans et de religion) reconstruite au XVIIIe siècle, partiellement démolie dans le milieu du XXe siècle, elle devient ensuite propriété de la commune.
De l'antique abbaye, restent des vestiges d'arcades, des caves voûtées, les soubassements de certains murs actuels, un four à pain et le mur de l'ancien cuvier. Son style typique XVIIIe siècle est d'une élégance simple et classique. On peut y remarquer la belle ordonnance des façades, le perron descendant dans le parc dessiné à l'anglaise, les rampes des escaliers et les boiseries intérieures.
L'abbatiale Saint-Pierre dépendait de l'abbaye attenante. Sa construction remonte au XIe-XIIe siècle, puis remaniée au XIVe, XVIe siècle et XIXe siècle.
L'église est un bel exemple d'art roman d'inspiration saintongeaise.
Intérieur : vaste nef avec deux collatéraux, déambulatoire voûté en berceau sur lequel s'ouvrent trois chapelles, celle du centre carrée, les autres en cul de four. Elles furent toutes trois exhaussées et fortifiées au XVIe siècle durant les guerres de Religion.
Dans la nef, sculptures des chapiteaux des premières travées reliées par des arcs en plein cintre, stalles aux accoudoirs sculptés du XVe siècle de même qu'un lutrin en bois. Près de la porte sud, fonts baptismaux pédiculés en pierre du XVe siècle.
Extérieur : très remanié. Dans le mur sud, très beau porche roman d'inspiration saintongeaise, remanié au XVIIe siècle par placage d'un second porche de style classique. On voit sur les voussures des cavaliers chevauchant des ronceaux, des personnages se tenant par la barbe, d'autres semblables à des laboureurs.
Le clocher sud est carré (XVIe siècle). Il abrite un escalier donnant accès au chevet surélevé et fortifié.
Le clocher nord est du XIIe siècle, à deux étages : le premier carré, orné de colonnes engagées, reposant sur des culs de lampe : le deuxième octogonal avec fenêtres cintrées.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nom des habitants de Vertheuil sur habitants.fr, consulté le 6 mars 2013.
  2. Le blason sur le site officiel de la commune, consulté le 6 mars 2013.
  3. Commune de Vertheuil sur le site de l'AMF, Association des Maires de France, consulté le 6 mars 2013.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  6. « Classement de l'église Saint-Pierre », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 6 mars 2013.
  7. « Inscription du château de Vertheuil », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 6 mars 2013.
  8. « Inscription du château de Beyzac », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 6 mars 2013.
  9. L'écomusée sur le site officiel de la commune, consulté le 6 mars 2013.