Listrac-Médoc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Listrac et Médoc (homonymie).
Listrac-Médoc
Église de Listrac-Médoc
Église de Listrac-Médoc
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Lesparre-Médoc[1]
Canton Canton de Castelnau-de-Médoc
Intercommunalité Communauté de communes Médulienne
Maire
Mandat
Christian Thomas
2014-2020
Code postal 33480
Code commune 33248
Démographie
Population
municipale
2 486 hab. (2011)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 04′ 29″ N 0° 47′ 24″ O / 45.0747222222, -0.79 ()45° 04′ 29″ Nord 0° 47′ 24″ Ouest / 45.0747222222, -0.79 ()  
Altitude Min. 9 m – Max. 44 m
Superficie 61,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte administrative de Gironde
City locator 14.svg
Listrac-Médoc

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de Gironde
City locator 14.svg
Listrac-Médoc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Listrac-Médoc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Listrac-Médoc
Liens
Site web www.mairie-listrac-medoc.com

Listrac-Médoc est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Gironde (région Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Géographie de la Gironde et Médoc.

Commune située dans le Médoc sur la route départementale 1215 (ex-RN 215, ex D.1) entre Bordeaux et Le Verdon-sur-Mer.

Le village est situé au point culminant du Médoc (44 mètres).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Listrac-Médoc
Carcans Saint-Laurent-Médoc Cussac-Fort-Médoc
Brach Listrac-Médoc Lamarque
Sainte-Hélène Moulis-en-Médoc

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Listrac est issu du latin "lista "ou "listra" (lisière, bordure, limite). L'appellation "listra" proviendrait sans doute de la situation géographique de Listrac, placée à cheval sur la ligne de partage des eaux, les unes s'écoulant vers l'est (vers l'estuaire de la Gironde) et les autres vers l'ouest (vers l'océan).

Les romains ont amené le développement de la vigne dans la région et Listrac profite de sa position avantageuse sur l'ancienne voie romaine (la "Le Bade" ou "levada"), partant de Saint Germain d'Esteuil jusqu'à Lesparre et bifurquant au Nord jusqu'à Soulac et au Sud jusqu'à Bordeaux, pour faire connaître ses vins. Ainsi, il apparaît que les vins de Listrac sont connues dès le XVIe siècle.

Les noms des hameaux (Donissan, Libardac, Le Tris, Médrac...) ont peu évolué depuis l'époque médiévale puisqu'on peut les retrouver dans les chartes en latin de l'époque.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Suite aux élections municipales des 23 et 30 mars 2014 et à la victoire de la liste "Listrac Autrement", Christian Thomas, viticulteur retraité, a été élu maire.

Liste des maires de Listrac-Médoc :

- Christian Thomas, (DVD) depuis avril 2014.

- Michel Priollaud, (UMP) pharmacien retraité, de mars 2001 à mars 2014 ;

- Michel Lecoustra (RPR) , viticulteur.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 486 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 816 1 631 1 654 1 749 1 803 1 760 1 727 1 884 1 931
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 935 1 960 1 950 2 035 2 193 2 331 2 222 2 235 2 235
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 111 2 049 1 888 1 645 1 681 1 615 1 451 1 380 1 409
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 284 1 328 1 319 1 521 1 821 1 854 2 115 2 486 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Située au coeur du Médoc, l'économie de Listrac-Médoc est principalement tournée vers la viticulture. L'ensemble des productions des propriétés situées dans la commune bénéficie de l'appellation haut-médoc.

Une cave coopérative regroupant plusieurs propriétés de petites tailles permet la production de différents vins ("La Caravelle", "Grand Listrac"). Parmi les propriétés les plus connues, on peut citer le château Fonréaud, le château Fourcas-Dupré, ou le château Clarke.

En outre, la commune de Listrac-Médoc étant situé à la limite des vignes et de la forêt, une partie non négligeable de son économie tourne autour de la syviculture. Une scierie est ainsi installée sur la commune depuis le début du XXe siècle et est classée à l'inventaire général du patrimoine culturel.

Enfin, près du lieu-dit "Touleron" est installée depuis 1880 une briqueterie spécialisée dans la fabrication artisanale des grès médocains. Les grès sont des objets fabriqués à base d'argile (briques, carreaux, objets de décoration...) et cuit à 1280°, ce qui leur confère leur appellation de "grés" et non plus de "terre cuite".

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Façade extérieur du chœur de l'église Saint-Martin de Listrac-Médoc

L'église Saint-Martin, dont le chœur roman est daté du XIIe siècle, est classé aux Monuments Historiques en 1925 et 2004. Le clocher daterait du XVIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille aisée de Bordeaux, le peintre Odilon Redon est mis en nourrice très jeune au lieu-dit de Peyrelebade, dans la commune de Listrac-Médoc.

Les paysages alentours ont inspiré le peintre et on peut notamment admirer au Musée d'Orsay à Paris plusieurs oeuvres du peintre ayant trait à ces paysages ("Le chemin de Peyrelebade", "Peyrelebade, domaine familial près de Listrac".)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :