Topol-M

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Topol-M
Image illustrative de l'article Topol-M
Topol-M à Moscou sur un MAZ-7917
Présentation
Fonction Missile balistique intercontinental
Constructeur Institut moscovite de technologie thermique
Déploiement 2009
Caractéristiques
Moteur 3 étages ; carburant solide
Masse au lancement 47,1 t
Longueur 22,7 m
Diamètre 1,86 m
Portée 11 000 km
Charge Charge unitaire de 0,55
3 à 6 ogives MIRVées de 0,55 MT pour le RS-24, charge utile de 1 200 kg
Guidage Guidage inertiel, GLONASS
Plateforme de lancement Silo
Camion MAZ-7917
Dmitri Medvedev inspectant un missile Topol-M de la 54e division de la Force des missiles stratégiques.

Le RT2PM 2Topol-M (Тополь-М, « Peuplier » en russe) est un missile balistique intercontinental russe (code OTAN : SS-27 Sickle B1 ; code russe : RS-12M2).

C'est le premier missile sol-sol développé par la Russie depuis la chute de l'URSS.

La mise en service d'une version « mirvée » nommée RS-24 en parallèle avec le Topol-M au sein des Troupes des missiles stratégiques a lieu mi-2010, près de Teïkovo, dans la région d'Ivanovo[1]. Un premier régiment équipé de missiles stratégiques RS-24 à têtes multiples est opérationnel depuis juillet 2011[2]. Chacun des missiles RS-24 porte quatre têtes au moins.

Conception[modifier | modifier le code]

Le développement du missile a commencé vers la fin des années 1980 sur la base du PC-12M Topol (SS-25 Sickle).

La conception de Topol-M a été conduite par un groupe d'entreprises et de bureaux d'étude sous la direction de l'Institut moscovite de technologie thermique. Il est fabriqué à l'usine de Votkinsk.

Les premières annonces sur le développement du missile ont eu lieu en 1993, et les premiers essais en vol le . Trois tirs ont eu lieu avec succès en mai et décembre 2007, puis en novembre 2008[3].

Les technologies utilisées sur le Topol-M, ont servi au développement du MSBS Boulava, embarqué sur les sous-marins nucléaires lanceurs d'engins de la marine russe.

Début 2010, on annonce 49 missiles en ensilés et 18 véhicules de lancement[4]. En décembre 2010, le nombre de missiles ensilés est annoncé à 52 et 8 nouveaux silos à missiles doivent entrer en fonction en 2011-2012[5].

Fin 2010, il est annoncé que le déploiement de ce missile sera terminé en 2012[6] et l'abandon de la version mobile du Topol-M qui sera remplacé par le RS-24 Iars[7].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le moteur à carburant solide du Topol-M lui permet d'atteindre des vitesses supérieures aux précédentes classes de missiles balistiques fabriquées en Russie et en Union Soviétique. Cette caractéristique le rend moins vulnérable aux interceptions par les systèmes anti-missiles dans les premières phases de vol.

La charge de combat est manœuvrée dans la phase de descente par quelques dizaines de petits moteurs qui permettent de suivre des trajectoires évasives rendant une interception difficile en phase balistique. La tête contient également des éléments capables de brouiller les systèmes anti-missiles, elle est annoncée comme étant résistante aux explosions nucléaires, chocs EMP et impulsions laser qui pourraient être déployées contre elle.

D'après les propos de Sergueï Ivanov, le RS-24 Iars[8] — désignation du missile mirvé issu du système Topol-M — et le système Iskander (missile de théâtre), « sont en mesure de franchir tous les dispositifs anti-missile balistique existants et futurs. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fusées stratégiques : le premier ICBM RS-24 sera reçu en dotation fin 2009 », sur rian.ru, RIA Novosti,‎ 28 novembre 2008 (consulté le 28 novembre 2008)
  2. (en) « Deployment of the first full regiment of RS-24 is completed », sur http://russianforces.org, Russian strategic nuclear forces,‎ (consulté le )
  3. (fr) « Tir réussi d'un ICBM RS-24 », sur rian.ru, RIA Novosti,‎ 26 novembre 2008 (consulté le 28 novembre 2008)
  4. (fr) « Missile intercontinental Topol-M », sur rian.ru, RIA Novosti,‎ 30 juillet 2010 (consulté le )
  5. (en) « Russia adds 2 Topol-M ballistic missiles to nuclear deterrent », sur rian.ru, RIA Novosti,‎ 17 décembre 2010 (consulté le 16 janvier 2011)
  6. (fr) « Les troupes balistiques russes équipées en Topol-M avant 2012 », sur rian.ru, RIA Novosti,‎ 20 décembre 2010 (consulté le 16 janvier 2011)
  7. (fr) « L'armée russe renonce au missile Topol-M au profit du RS-24 Iars », sur rian.ru, RIA Novosti,‎ 30 novembre (consulté le 16 janvier 2011)
  8. code OTAN SS-X-29

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]