Kh-25

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kh-25ML/ Kh-25MLT / Kh-25MR
(OTAN : AS-10 « Karen »)
Kh-25MP
(OTAN : AS-12 « Kegler »)
Image illustrative de l'article Kh-25
Un Kh-25ML.
Présentation
Fonction missile air-sol et anti-radar
à courte portée
Constructeur Drapeau de l'URSS Zvezda-Strela
Déploiement 1975 - auj.
Caractéristiques
Moteur Moteur fusée à combustible solide[1]
Masse au lancement Kh-25ML : 299 kg (659 lbs)[2]
Kh-25MP : 315 kg (694 lbs)[3]
Longueur Kh-25ML : 3,705 m[2]
Kh-25MP 1VP : 4,255 m[3]
Kh-25MP 2VP : 4,355 m[3]
Diamètre 27,5 cm[2]
Envergure 75,5 cm[2]
Vitesse Kh-25ML : 1 370 - 2 410 km/h[2]
Kh-25MP : 1 080 - 1 620 km/h[3]
Portée Kh-25ML : 11 km[4]
Kh-25MP : jusqu'à 60 Km[4]
Kh-25MTP : 20 km[4]
Charge Kh-25MR : 140 kg HE[4]
Kh-25MP : 89,6 kg HE[3]
Guidage laser, radar passif, radar actif, TV, infrarouge, GPS (selon versions)
Détonation impact
Plateforme de lancement MiG-21, MiG-23, MiG-27, MiG-29, Su-17/20/22, Su-24, Su-25, Su-27[5],[6]

Les missiles Kh-25 et Kh-25M (en russe : « Х-25 »), nom de code OTAN : AS-10 « Karen », sont une famille de missiles air-sol soviétiques légers, équipés de divers types de guidages et d'une portée de 10 km[2]. La version anti-radar Kh-25MP est désignée AS-12 « Kegler » par l'OTAN et a une portée de près de 40 km[3].

Conçu par la firme Zvezda-Strela, le Kh-25 est un dérivé de leur précédent missile, le Kh-23 (OTAN : AS-7 « Kerry »), et a été remplacé par la famille Kh-38. Il reste cependant largement utilisé.

Développement[modifier | modifier le code]

Conçu à partir d'un missile air-air, le Kh-66 télécommandé fut le tout premier missile air-sol de l'union soviétique, entré en service en 1968[7]. Il se révéla cependant compliqué à utiliser, l'avion tireur devant maintenir un plongé vers sa cible pour pouvoir le guider.

Une version avec radio-guidage, le Kh-23 fut testé pour la première fois en 1968, mais des problèmes avec son système de guidage signifièrent pour lui qu'il n'entrerait pas en service avant cinq ans supplémentaires[1]. En conséquence, décision fut prise de lancer le développement d'une version à guidage par laser semi-actif du missile, qui deviendrait le Kh-25[7]. Il fut d'abord connu à l'Ouest sous la désignation de Kh-23L[8]. Les tests de l'état commencèrent le 24 novembre 1974 et le Kh-25 entra en production en 1975[7].

En 1972, des travaux furent initiés pour la mise au point d'une version anti-radar du Kh-66[6], équipée d'un autodirecteur radar passif et d'un pilote automatique SUR-73[7]. Ce projet mènera d'ailleurs également à la création du missile anti-radar à longue portée Kh-31[7]. Le Kh27 commença les tests de l'état sur un MiG-27 le 8 août 1975[7], mais n'entra pas en service avant le 2 septembre 1980[7]. On lui attribua la désignation OTAN d'« AS-12 Kegler », et il remplaça en-fait le missile Kh-28, bien plus lourd[6].

En 1973, Victor Bugaiskii fut nommé ingénieur-en-chef du bureau d'études et démarra des travaux visant à combiner les Kh-23M, Kh-25 et Kh-27 en un système unique modulaire, afin de réduire les coûts et augmenter la disponibilité tactique[7]. Ce fut chose faite en 1978, avec l'apparition des Kh-25MP (anti-radar), Kh-ML (guidage laser) et Kh-25MR (radio-guidé). l'OTAN continua malgré- tout à désigner ces systèmes respectivement AS-12 et AS-10, même si dès lors ils étaient interchangeables par le biais d'un simple changement d'autodirecteur.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le Kh-25 est très similaire à la dernière version du Kh-23, avec des empennages et des gouvernes disposées en cruciforme. Le Kh-25MP peut être équipé de deux versions différentes de son autodirecteur, les 1VP et 2VP, sensibles à deux fréquences différentes[3].

Histoire opérationnelle[modifier | modifier le code]

Le Kh-25 original entra en service dans la force aérienne soviétique entre 1973 et 1975, équipant les MiG-23, MiG-27 et Su-17M[5]. Il a depuis été certifié sur les MiG-21, MiG-29, les Su-17, Su-20, Su-22, Su-24, Su-25 et Su-27[5].

Il peut également être emporté par des hélicoptères d'attaque comme le Kamov Ka-50.

Le Kh-25MP peut être monté sur les MiG-23, MiG-27, Su-17, Su-22, Su-24 et le Su-25[6].

Versions[modifier | modifier le code]

L'OTAN se réfère à toute la famille du Kh-25 sous le nom d'AS-10 « Karen », à l'exception des versions anti-radar. Le suffixe « M » est issu de « Modulnaya », qui veut dire « modulaire » en russe. Cette caractéristique concerne l'autodirecteur du missile.

  • Kh-25 (Izdeliye 71, Kh-23L) : Version originale guidée par laser.
  • Kh-25ML : Guidage laser semi-actif et charge militaire constituée d'une double charge creuse en tandem, capable de pénétrer 1 m de béton[9].
  • Kh-25MA : Guidage par radar actif, disponible pour la première fois à l'export en 1999[5].
  • Kh-25MAE : Evolution du Kh-25MA, annoncée à l'exportation en août 2005, avec un autodirecteur radar actif en bande Ka (probablement un modèle de la firme Phazotron). Il peut détecter un char à une distance de 4 km et peut également être utilisé sur le Kh-25MA[9].
  • Kh-25MS : Navigation par satellite, systèmes « GPS » ou « GLONASS »[5] (un système de positionnement global en Russie).
  • Kh-25MSE : Version d'exportation du Kh-25MS, annoncée en août 2005[9].
  • Kh-25MT : Guidage TV[5].
  • Kh-25MTP : Version à guidage infrarouge du Kh-25MT[4],[5].
  • Kh-25R / Kh-25MR : Versions radio-commandées[5], équipées d'un charge militaire plus importante (140 kg)[4].

Dans la série des AS-12 « Kegler »:

  • Kh-27 / Kh-27M : Missile anti-radar original.
  • Kh-25MP : Version anti-radar modulaire[6].
  • Kh-25MPU : Kh-25MP amélioré [6].

Les versions d'entraînement possèdent un suffixe contenant un « U »:

  • Kh-25MUL : Kh-25ML d'entraînement au combat[2].
  • Kh-25ML-UD : Missile fonctionnel d'entraînement[2].
  • Kh-25ML-UR : Missile de formation[2].

Utilisateur[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Norman Friedman, « The Naval Institute's guide to World naval weapon systems », Naval Institute press,‎ 1997 (ISBN 978-1-55750-268-1), p. 235
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) « Kh-25ML », Tactical Missiles Corporation,‎ 2004
  3. a, b, c, d, e, f et g (en) « Kh-25MP », Tactical Missiles Corporation,‎ 2004
  4. a, b, c, d, e et f [1]
  5. a, b, c, d, e, f, g et h (en) « Kh-25 (AS-10 'Karen') », Jane's air-launched weapons,‎ 1er août 2008 (consulté le 7 février 2009)
  6. a, b, c, d, e et f (en) « Kh-25MP, Kh-25MPU (AS-12 'Kegler') », Jane's air-launched weapons,‎ 1er août 2008 (consulté le 7 février 2009)
  7. a, b, c, d, e, f, g et h (en) « History of JSC Tactical Missile Corporation » (consulté le 26 février 2009), p. 4–6
  8. (en) « Kh-23, Kh-66 Grom (AS-7 'Kerry') », Jane's air-launched weapons,‎ 1er août 2008 (consulté le 7 février 2009)
  9. a, b et c (en) Norman Friedman, « The Naval Institute's guide to World naval weapon systems », Naval Institute press,‎ 2006 (ISBN 978-1-55750-262-9), p. 838

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Kh-23 : Prédécesseur du Kh-25. Possède de la technologie rapportée du Kh-25.
  • Kh-29 : Charge militaire de 320 kg. Guidages : laser semi-actif, infrarouge, radar passid et TV. Portée : de 10 à 30 km.
  • Kh-59 : Un Kh-25 à la portée accrue, doté d'une charge militaire plus lourde et d'un guidage TV.
  • AGM-65 Maverick : Un missile léger similaire en service dans l'armée américaine, possédant un grand nombre de versions et de guidages différents.
  • AGM-45 Shrike : Equivalent américain du Kh-25MP anti-radar.

Liens externes[modifier | modifier le code]