Planet of Giants

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Planet of Giants
Épisode de Doctor Who
Doctor Who logo 1963-1967.jpg
Le logo de la série (période 1963-1967)

Titre original Planet of Giants
Numéro d'épisode Saison 2 (1re série)
Épisode 1 (ou 9)
Code de production J
Réalisation Mervyn Pinfield (épisodes 1 à 3)
Douglas Camfield (épisode 3)
Scénario Louis Marks
Production Verity Lambert
Durée 3 x 25 minutes
Diffusion 31 octobre 1964 au 14 novembre 1964 sur BBC One
Personnages Docteur :
1er
Compagnons :
Susan Foreman
Barbara Wright
Ian Chesterton
Chronologie
Précédent The Reign of Terror The Dalek Invasion of Earth Suivant
Liste des épisodes

Planet of Giants (La Planète des Géants) est le neuvième épisode de la première série de la série télévisée britannique de science-fiction Doctor Who, diffusé pour la première fois en trois parties hebdomadaires du 31 octobre au 14 novembre 1964. Écrit par le scénariste Louis Marks, on y voit le Docteur et ses compagnons y être miniaturisés.

Résumé[modifier | modifier le code]

Alors que le TARDIS subit de nombreux problèmes de fonctionnement, le Docteur et ses compagnons sortent explorer le lieu où ils se sont rendus. Après quelques examens des environs, ils se rendent compte qu'ils se trouvent bel et bien dans l'Angleterre du XXe siècle, mais qu'ils ont été miniaturisés dans un jardin où vient de se dérouler un crime.

Casting[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

Planet of Giants[modifier | modifier le code]

Les portes du TARDIS s'ouvrent juste quelques instants avant sa matérialisation ce qui provoque quelques dégâts internes (l'écran de repérage explose) et une inquiétude de la part du Docteur. Partis explorer les environs, le Docteur et ses compagnons sont impressionnés par les cadavres de fourmis géantes et d'un ver de terre monstrueux devant lesquels ils se trouvent. Pensant être au milieu d'une planète de géants, ils se rendent à l'évidence en voyant une boite d'allumette géante dotée d'une inscription en anglais : le TARDIS a été miniaturisé et eux avec. Lors de son exploration, Ian se retrouve emprisonné dans la boite d'allumette d'un scientifique du nom de Farrow. Celui-ci a une discussion avec un homme du nom de Forester, qui est furieux d'apprendre que le DN6, un nouvel insecticide qu'il comptait exploiter (et qui a été répandu dans le jardin), est trop dangereux pour être commercialisé. Souhaitant tout de même exploiter le DN6, Forester tire sur Farrow et le laisse mort dans le jardin.

Seuls témoins du meurtre, bien que miniaturisés, le Docteur et ses compagnons veulent faire en sorte que ce crime ne soit pas impuni. Mais au loin, Barbara aperçoit l'arrivée du chat de la maison.

Dangerous Journey[modifier | modifier le code]

Le chat étant reparti sans s'occuper d'eux, Ian et Barbara se cachent dans une serviette qui sera emmenée par Forester dans son labo, lorsqu'ils entendent ce dernier revenir. Là, Forester fait pression sur Smithers, le scientifique qui travaille avec lui sur le projet DN6 pour qu'il ne parle pas du meurtre de Farrow et l'aide à cacher les preuves. Sortant de la serviette, Ian et Barbara sont témoins de la mort instantanée d'une mouche ayant été mise en contact avec des graines aspergées de DN6, que Barbara avait touchées également. Ayant escaladé un tuyau d'évier pour arriver à rejoindre Ian et Barbara, Susan et le Docteur se retrouvent à l'intérieur du lavabo au moment où Smithers et Forester tirent de l'eau pour se laver les mains du sang du cadavre.

Crisis[modifier | modifier le code]

Ayant trouvé un embranchement dans la tuyauterie, Susan et le Docteur s'y sont cachés le temps d'échapper aux trombes d'eau prêtes à leur tomber dessus. Pendant ce temps, Forester téléphone au ministère en se faisant passer pour Farrow afin de faire autoriser la mise en circulation du DN6. Mais sa voix sonne faux et cela intrigue la standardiste Hilda et son mari policier, Bert.

S'étant finalement retrouvés, le Docteur et ses compagnons tentent de décrocher le téléphone afin d'alerter la police, mais leurs voix ne peuvent pas être entendues et Barbara commence à souffrir des effets du DN6 avec lequel elle a été mise en contact. Cet appel incongru développera la suspicion d'Hilda qui rappellera chez Farrow afin de savoir si tout va bien. Forester ne réussissant pas à les convaincre par son imitation de Farrow, Bert décide de mener son enquête. Décidant d'allumer un feu afin d'attirer l'attention de la police, Ian et Susan réussissent à enflammer une allumette et à la placer près d'une bombe de DN6. Celle-ci explose alors que Forester entre dans la pièce ce qui le couvre de produit. Un policier arrive et le met en état d'arrestation.

Les voyageurs rentrent au TARDIS où le Docteur réussit à reconfigurer sa machine pour qu'elle reprenne sa taille originelle. Barbara, alors gravement atteinte, se sent mieux, les particules d'insecticides qui l'avaient touchée étant revenues à leur taille microscopique. Le Docteur est hélas mécontent de s'apercevoir que son scanner, qu'il a pourtant réparé, ne semble pas encore correctement fonctionner.

Continuité[modifier | modifier le code]

  • C'est la première fois que le Docteur et ses compagnons reviennent dans l'Angleterre du XXe siècle depuis « An Unearthly Child ».

Références Extérieures[modifier | modifier le code]

  • Un élément crucial dans cet épisode est l'utilisation en 1964 d'un standard téléphonique où la communication pouvait être entendue par une standardiste.

Production[modifier | modifier le code]

Scénarisation[modifier | modifier le code]

Depuis l'origine de Doctor Who en 1963, l'idée de raconter les aventures de l'équipage du TARDIS devenu miniaturisé trottait dans l'esprit des scénaristes. Le premier script à propos de ce type d'aventure avait été proposé par C.E. Webber, créateur des personnages-type de la série. Ce script était une histoire nommée "The Giants", mais le scénario fut à l'époque rejeté par le créateur de la série, Sydney Newman, car jugé beaucoup trop coûteux et remplacé par « An Unearthly Child »[1]. Néanmoins l'idée était là, et en septembre 1963, on fit travailler un scénariste du nom de Robert Gould sur une histoire en quatre parties nommée "The Miniscules" ou "Miniscule Story" et ayant pour thème la miniaturisation. Mais Gould avait des problèmes pour travailler sur Doctor Who et il fallut attendre le 4 février 1964 pour que le responsable des scénarios, David Whitaker lui demande d'arrêter son travail.

Toutefois, une histoire nommée "The Miniscules" était toujours prévue dans le planning de la série pour la fin de la saison 1 sous la direction de Richard Martin, même si l'on avait trouvé personne pour l'écrire. À la fin du mois de mars, Whitaker est mis en contact avec Louis Marks, un auteur de la BBC ayant déjà travaillé pour des séries comme "The Adventures Of Robin Hood" ou "Ghost Squad." David Whitaker accepte alors qu'il écrive "The Miniscules" et l'épisode est officiellement commandé le 14 avril 1964. Marks orienta son scénario bien plus vers le côté "action-aventure" et s'inspira du livre de 1962 de la biologiste Rachel Carson, "Printemps silencieux" dans laquelle elle dénonçait l'utilisation des pesticides, un problème encore ignoré à l'époque.

Pré-production[modifier | modifier le code]

À l'origine cet épisode devait être le deuxième épisode de la seconde saison, mais suite à une commande du chef des programmes de la BBC David Baverstock, l'épisode qui le précédait fut décalé de sorte à être le dernier épisode de la première saison. L'épisode aurait dû normalement avoir comme code de production "I" mais la BBC voulait éviter les lettres qui se ressemblent et il prit donc le code "J".

Des parties de l'épisode commencèrent à être tournées le 30 juillet, car pour les interactions avec des humains (comme le corps de Farrow dans la première partie) des images étaient projetées sur un drap noir devant lequel les acteurs jouaient. Hélas la technique n'était pas tout à fait au point et les images durent être tournées une nouvelle fois le 13 août. Le reste des décors étaient des reproductions d'éléments d'un laboratoire à une échelle géante et furent construits par le chef décorateur Raymond P Cusick.

Tournage[modifier | modifier le code]

La participation de Richard Martin étant prévue pour tourner l'épisode suivant, il fut décidé que ce serait le vice-producteur Mervyn Pinfield qui tournerait cet épisode. Le tournage commença le 21 août pour la dernière fois dans le studio D de Lime Grove, que la production jugeait trop petit pour filmer la série.

C'est à la même époque que la productrice Verity Lambert eut enfin confirmation de la part de Baverstock que la nouvelle saison serait renouvelée pour trois nouveaux mois. Elle entame le renouvellement des contrats de William Hartnell, Jacqueline Hill et William Russell pour une saison 2 (il était déjà décidé que Carol Ann Ford quitterait le tournage après le tournage de l'épisode suivant). Elle se heurte alors à des réticences de la part des trois comédiens qui souhaitent une augmentation de salaire, et de l'exigence d'Hartnell de ne signer que si la série est renouvelée pour une année complète. Baverstock suggère alors à Lambert que la série pourrait s'arrêter pour 6 semaines juste après « The Dalek Invasion of Earth » afin de totalement en changer le casting. Néanmoins un renouvellement pour 6 mois supplémentaires et une augmentation de salaire amène les acteurs à signer.

Alors occupé sur d'autres engagements, Mervyn Pinfield confie la direction de la 4e partie nommée "The Urge to Live" à Douglas Camfield. Ancien assistant de production, Camfield ayant déjà aidé aux tournages de « An Unearthly Child » et de « Marco Polo » sur lequel il avait filmé quelques plans. Ce premier travail le poussera à être réalisateur sur la série pendant près de 13 ans.

Post-production[modifier | modifier le code]

Après visionnage de l'épisode complet, le chef de la production des séries de la BBC, Donald Wilson, trouve que Planet of Giants est trop long et n'est pas assez puissant pour marquer un début de saison. Wilson envisage de repousser cet épisode après « The Dalek Invasion of Earth » mais le départ de Susan empêche d'intervertir l'ordre. Le 19 octobre, il demande à ce que l'épisode soit réduit à trois parties au lieu de quatre. Il fut décidé que les parties Crisis et Urge to Live seraient remontées afin de n'en faire qu'une seule nommée "Crisis" et mise au crédit de Camfield.

Le montage de cet épisode fit disparaître plusieurs passages :

  • Ian et Barbara observant le chat mourir d'empoisonnement au DN6.
  • Le Docteur déduisant que la mort de Farrow est un assassinat.
  • Une plus longue conversation téléphonique entre Forester et Hilda.
  • Ian et Barbara risquant d'être tués par la fumée de cigarette de Smithers.
  • L'équipage du TARDIS éprouvant des problèmes à cause du bruit du téléphone occupé.
  • Smithers réalisant que Forester lui ment à propos de la mort de Farrow ainsi que sur la nocivité du DN6.

À noter que c'est la première contribution du compositeur Dudley Simpsons dans la bande-son de la série. Celui-ci continuera à collaborer à la série Doctor Who jusqu'en 1979.

Diffusion et Réception[modifier | modifier le code]

Épisode Date de diffusion Durée Téléspectateurs
en millions
Archives
"Planet of Giants" 31 octobre 1964 23:15 8,4 Films 16mm
"Dangerous Journey" 7 novembre 1964 23:40 8,4 Films 16mm
"Crisis" (version originale) Non diffusé - n/a Quelques extraits vidéos
"Crisis" (version finale) 14 novembre 1964 26:35 8,9 Films 16mm
"The Urge to Live" (version originale) Non diffusé - n/a Quelques extraits vidéos
Les trois parties de l'épisode firent un score d'audience supérieur à l'audience de la série lors de la diffusion de la fin de saison précédente[2].

La promotion de la BBC avait été axée sur la finesse des détails qui donnaient réellement l'impression que les acteurs avaient été réduits à quelques centimètres.

À l'époque de la diffusion de l'épisode, la série se voit décliner en bande-dessinée pour la première fois dans le magazine "TV Comics". Ces comics en plusieurs parties racontent des histoires indépendantes des épisodes de la série. Le Docteur y est accompagné par deux enfants, John et Gillian qui se présentent comme ses petits-enfants[3].

Critiques Modernes[modifier | modifier le code]

En 1981, le critique Paul Mount louera la création des décors qui étaient ambitieux pour l'époque et les auteurs de Doctor Who : The Discontinuity Guide (1991) ont un avis plutôt positif sur cet épisode, notable par son mélange d'aventure humoristique et d'intrigue policière, ce qui est assez inhabituel par rapport à ce qu'était Doctor Who à l'époque[4]. Le livre Doctor Who, the Television Companion (1998) déplore le manque de crédibilité psychologique des personnages de Smithers et Forester.

L'épisode fut critiqué plutôt négativement par Patrick Mulkern du "Radio Times" en 2008, qui, s'il apprécie les décors et l'ambition de l'épisode, critique le côté stéréotypé des personnages secondaires, leur manque de raccord avec l'équipage du TARDIS, le manque de caractérisation de Barbara et le côté "enfantin" de la musique de Dudley Simpson[5]. Dave Golder du magazine SFX trouve quant à lui l'épisode lent, bavard et peu excitant. De plus, jamais Ian et Barbara ne se rendent compte qu'ils sont de nouveau dans l'Angleterre contemporaine qu'ils cherchaient désespérément à rejoindre. S'il aime le fait que les passagers du TARDIS utilisent leur ingénuité et leurs connaissances scientifiques pour s'en sortir, il déplore un manque d'alchimie entre les personnages et une pauvre utilisation du personnage de Barbara[6].

Épisode Manquant[modifier | modifier le code]

Entre 1972 et 1978, de nombreux épisodes de Doctor Who furent effacés volontairement par la BBC par souci d'économie. « Planet of Giants » en faisait partie, mais par chance, trois copies 16 millimètres furent retrouvées en 1978.

Seuls quelques fragments des parties originales de Crisis et The Urge to Live furent retrouvées.

Novélisation[modifier | modifier le code]

L'épisode fut novélisé sous le titre Planet of Giants par Terrance Dicks en janvier 1990 sous le numéro 145 de la collection Doctor Who des éditions Target Book et n'a connu aucune traduction. Dernière novélisation d'un épisode du 1er Docteur publiée à ce jour, le roman suit la trame en incluant les évènements racontés dans les parties supprimées.

Éditions VHS, CD et DVD[modifier | modifier le code]

L'épisode n'a jamais été édité en français, mais a connu plusieurs éditions au Royaume-Uni et aux États-Unis.

  • Une édition VHS est sortie en 2002, utilisant pour la première fois le procédé VidFire[7].
  • L'épisode est sorti en DVD le 20 août 2012[8]. Cette édition contient en bonus les deux parties originales manquantes de "Crisis" et "The Urge to Live" en animation avec de nouveaux enregistrements audios[9].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Doctor Who : The Lost Story (G-L) », Shannon Sullivan "A Brief History Of Time (Travel) (consulté le 6 juillet 2012)
  2. « Planet of Giants », Doctor Who Reference Guide (consulté en 30 août 2008)
  3. (en) « In The Comics - The First Doctor », Altered Vistas (consulté le 16 novembre 2012)
  4. (en) « Planet Of Giants Détails », BBC (consulté le 6 juillet 2012)
  5. Patrick Mulkern, « Doctor Who: Planet of Giants », Radio Times,‎ 14 novembre 2008 (consulté en 2 décembre 2012)
  6. Dave Golder, « Doctor Who: Planet of Giants Review », SFX,‎ 17 août 2012 (consulté en 2 décembre 2012)
  7. (en) Steve Roberts, « VidFIRE », The Doctor Who Restoration Team Website (consulté le 24 avril 2007)
  8. Steve Roberts, « Planet of Giants », Doctor Who Restoration Team,‎ 28 septembre 2001 (consulté en 2 décembre 2012)
  9. http://news.drwho-online.co.uk/Planet-of-Giants-DVD-Cover-and-Details.aspx