The Space Museum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
The Space Museum
Épisode de Doctor Who
Doctor Who logo 1963-1967.jpg
Le logo de la série (période 1963-1967)

Titre original The Space Museum
Numéro d'épisode Saison 2 (1re série)
Épisode 7 (ou 15)
Code de production Q
Réalisation Mervyn Pinfield
Scénario Glyn Jones
Production Verity Lambert
Durée 4 x 25 minutes
Diffusion 24 avril 1965 au 15 mai 1965 sur BBC One
Personnages Docteur :
1er
Compagnons :
Barbara Wright
Ian Chesterton
Vicki
Chronologie
Précédent The Crusade The Chase Suivant
Liste des épisodes

The Space Museum (Le Musée de l'Espace) est le quinzième épisode de la première série de la série télévisée britannique de science-fiction Doctor Who, diffusé pour la première fois en quatre parties hebdomadaires du 24 avril au 15 mai 1965. Écrit par le scénariste Glyn Jones, cet épisode enferme les personnages de la série dans un musée extra-terrestre.

Résumé[modifier | modifier le code]

À la suite de quelques avaries du TARDIS, le Docteur et ses compagnons se retrouvent en décalage dans le temps, au milieu d'un musée extra-terrestre chargé de montrer les différents habitants des galaxies. L'équipage se rend compte que s'ils ne modifient pas leur futur, ils se retrouveront enfermés à l'intérieur comme objets de collection.

Casting[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

The Space Museum[modifier | modifier le code]

Le TARDIS s'étant matérialisé aux abords d'un musée, le Docteur et ses compagnons décident d'en faire une petite visite, après avoir été les témoins d'étranges phénomènes à l'intérieur du TARDIS. Mais peu à peu ils sont en proie à d'autres évènements assez étranges et semblent être immatériels. Ils se retrouvent alors face à eux-mêmes enfermés sous verre. Le Docteur en conclut qu'ils ont dû subir un décalage dans le temps et que ceci n'est que les conséquences de leur futur. Ils sont alors ramenés à la réalité, leurs doubles du futur disparaissant ainsi que leurs vitrines, et les "hommes" qui dirigent le musée voient les traces de pas de l'équipage.

The Dimensions of Time[modifier | modifier le code]

Le musée s'avère être dirigé par les Moroks, un peuple militaire arrogant, tandis que les habitants de la planète Xeros, les Xerons, travaillent pour eux mais projettent de les renverser. S'étant fait capturer par trois Xerons, le Docteur fait semblant de s'évanouir et s'échappe ensuite, mais est aussitôt arrêté par Lobos, le directeur du musée et gouverneur de la planète, qui tente de regarder à l'intérieur de son esprit à l'aide d'une machine ; mais le Docteur contrôle alors son esprit pour ne penser qu'à des choses sans importances. Lobos décide alors de faire subir un traitement au Docteur pour l'exposer dans son musée en tant qu'objet de curiosité.

The Search[modifier | modifier le code]

À la recherche du Docteur, l'équipage du TARDIS se retrouve séparé après qu'un Morok les a repérés : Vicki se retrouve avec les rebelles de Xeros et les aide en réussissant à ouvrir une caserne emplie d'armes qui pourrait être utiles à leur révolution. Après une longue fuite, Barbara tente de sortir d'une salle de réserve du musée sous peine d'être gazée, accompagnée de l'un des Xerons. Ian réussit à maîtriser un Morok, et finit par trouver Lobos et le met en joue, exigeant la libération du Docteur. Mais Lobos lui apprend que le Docteur est dans la "phase deux" et que le traitement auquel il a été soumis est irréversible.

The Final Phase[modifier | modifier le code]

Sous les menaces de Ian, Lobos arrive à réanimer le Docteur. Hélas, les Moroks réussissent à reprendre la situation en main, et Ian et le Docteur, puis Barbara et Vicki également se retrouvent enfermés dans le bureau du gouverneur et promis à devenir des pièces de musée. Mais, la révolution des Xerons que Vicki a permis de faire éclore, jouera en leur faveur et réussira à les libérer au dernier instant. Le musée ayant été démantelé, le Docteur récupère une pièce du musée avant de partir. Mais alors que tout semble être revenu à la normale, l'épisode se finit sur des Daleks isolés sur une planète, expliquant que leur pire ennemi a quitté la planète Xeros et qu'ils sont en mesure de le pister à travers le temps.

Continuité[modifier | modifier le code]

  • Au début de l'épisode, Ian se demande pourquoi ils sont habillés avec leurs vêtements du XXe siècle et non avec les vêtements qu'ils portaient durant les Croisades (« The Crusade »).
  • Apercevant un Dalek dans un musée, Vicki explique avoir appris de ses cours d'Histoire que ces derniers ont envahi la terre 300 ans avant son époque (« The Dalek Invasion of Earth »).
  • On peut aussi apercevoir une table des Sensorites dans le musée (« The Sensorites »).

Références Externes[modifier | modifier le code]

  • Le Docteur affirme avoir aidé James Watt à inventer la machine à vapeur.

Production[modifier | modifier le code]

Scénarisation[modifier | modifier le code]

L'épisode a été écrit par l'acteur et auteur Sud-Africain Glyn Jones, que David Whitaker a rencontré dans un dîner en octobre 1964, à l'époque où il était "script-editor" (responsable des scénarios) pour la série Doctor Who. Il est alors engagé pour écrire un épisode du nom de "The Space Museum". L'un des impératifs de l'épisode est d'avoir la possibilité de faire disparaître le Docteur lors de la troisième partie afin que William Hartnell puisse prendre une semaine de vacances. Le nouveau "script-editor" Dennis Spooner ajoutera quant à lui des traits d'humour dans l'épisode, chose que Jones trouvait inapproprié dans l'idée qu'il se faisait de la science-fiction.

Glyn Jones retentera d'écrire un autre épisode de Doctor Who en 1970, mais celui-ci sera rejeté par le script-editor de l'époque.

Tournage[modifier | modifier le code]

Ayant dépensé une partie de leur budget dans la réalisation de l'épisode « The Web Planet » et devant en débloquer un conséquent pour le tournage de « The Chase », il fut décidé qu'il s'agirait d'un épisode "économique" qui réutiliserait les mêmes locaux et un minimum d'effet spéciaux. Le tournage commença le 9 avril 1965 sous la direction de Mervyn Pinfield, ancien coproducteur de la série au studio central 4 de la BBC, un studio assez rarement utilisé par la série. A des fins d'économie, encore, les musiques de l'épisode sont des réutilisations de musiques composées précédemment pour la série, même si le coût de l'épisode fut finalement le même que celui d'un épisode standard.

Le tournage de cet épisode se fit en plein changement dans la production : la productrice Verity Lambert, première productrice historique de la série, fait part de son intention de quitter Doctor Who et annonce qu'elle sera remplacée par John Wiles, à l'époque producteur de la série "Compact". Terry Nation est engagé pour développer la série "Alias le Baron" et il tient à ce que le "script-editor" et scénariste Dennis Spooner le rejoigne (Il sera remplacé par Donald Tosh, ancien script-éditor sur "Compact"). À la suite de cette vague de changements, William Russell et Jacqueline Hill annoncent officiellement leur départ de la série pour le prochain épisode.

Au moment du tournage, le film « Dr. Who et les Daleks » était en production avec une équipe d'acteurs totalement différente.

Casting[modifier | modifier le code]

Diffusion et réception[modifier | modifier le code]

Épisode Date de diffusion Durée Téléspectateurs
en millions
Archives
"The Space Museum" 24 avril 1965 23:38 10,5 Films 16mm
"The Dimensions of Time" 01 mai 1965 22:00 9,2 Films 16mm
"The Search" 08 mai 1965 23:33 8,5 Films 16mm
"The Final Phase" 15 mai 1965 22:15 8,5 Films 16mm
L'épisode fit un score d'audience comparable au précédent[1].

L'épisode est particulièrement remarqué par les fans de la série pour sa première partie très étrange et originale en décalage avec les trois parties suivantes bien plus convenues[2]. C'est la critique que l'on retrouve chez Nick Setchfield du site SFX ("une formule rebelle contre despote très convenue"[3]) ou Jonathan Wilkins du site "Dreamwatch" ("ça n'est pas mauvais... mais il n'y a rien d'excitant non plus"[4]).

En 2009, Max Braxton, critique du "Radio Times" estimera que l'épisode commence vraiment bien mais qu'il échoue dans son histoire de prédestination initiale et joue pauvrement sur les conflits et les impossibilités. Néanmoins il trouve la prestation de Vicki "vibrante" et relève le gag sur le Dalek comme l'un des éléments qui rendent l'épisode mémorable[5]. En 2010 sur le site Io9, Charlie Jane Anders classera la fin de la première partie où le Docteur et ses compagnons voient leurs doubles emprisonnés dans la liste des plus grands cliffhangers de Doctor Who[6].

Novélisation[modifier | modifier le code]

L'épisode fut novélisé sous le titre The Space Museum par Glyn Jones lui-même et fut publié en janvier 1987 sous le numéro 117 de la collection Doctor Who des éditions Target Book. Cette novélisation n'a connu aucune traduction à ce jour.

Éditions VHS, CD et DVD[modifier | modifier le code]

L'épisode n'a jamais été édité en français, mais a connu plusieurs éditions au Royaume-Uni et aux USA.

  • L'épisode est sorti en 1999 dans un coffret VHS contenant également les derniers éléments restants de « The Crusade ».
  • La bande-son de l'épisode est sortie en CD en mai 2009 avec une narration de Maureen O'Brien.
  • L'épisode a connu une réédition en DVD le 1er mars 2010 dans un coffret contenant « The Chase » avec un ensemble de bonus.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Q - The Space Museum - Galifrance », Galifrance (consulté en 19 août 2013)
  2. (en) « The Space Museum », BBC (consulté le 15 juillet 2012)
  3. Nick Setchfield, « DVD Review Doctor Who: The Space Museum/The Chase », SFX,‎ 3 mars 2010 (consulté en 21 décembre 2012)
  4. Jonathan Wilkins, « Doctor Who: The Space Museum/The Chase », Dreamwatch,‎ 2 mars 2010 (consulté en 21 décembre 2012)
  5. Mark Braxton, « Doctor Who: The Space Museum », Radio Times,‎ 7 janvier 2009 (consulté en 21 décembre 2012)
  6. Charlie Jane Anders, « Greatest Doctor Who cliffhangers of all time! », io9,‎ 31 août 2010 (consulté le 24 mars 2013)