La Fin du monde (Doctor Who)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Fin du monde.
La Fin du monde
Épisode de Doctor Who
Titre original The End of the World
Numéro d'épisode Saison 1 (2de série)
Épisode 2
Réalisation Euros Lyn
Scénario Russell T Davies
Production Phil Collinson
Durée 45 minutes
Diffusion Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni : 2 avril 2005

Drapeau de la France France : 5 novembre 2005

Personnages Docteur :

9e (Christopher Eccleston)
Compagnon :
Rose Tyler (Billie Piper)

Époque Année Année 5.5/pomme/26 (Soit l'an 5 000 002 005)
Chronologie
Précédent Rose Des morts inassouvis Suivant
Liste des épisodes

La Fin du monde (The End of the World) est le deuxième épisode de la première saison de la seconde série télévisée Doctor Who. Dans cet épisode diffusé pour la première fois le 2 avril 2005 sur BBC One, le Docteur choisit d'emmener Rose, sa toute nouvelle compagne, en l'an cinq milliards, date de la destruction de la Terre.

Résumé[modifier | modifier le code]

Afin de montrer à Rose Tyler le potentiel du TARDIS, le Docteur l'emmène dans le futur, au moment où la Terre va être engloutie par son soleil.

En l’an cinq milliards, ils débarquent sur la Plate-Forme Une, un vaisseau spatial, où le Docteur veut montrer à Rose la mort de la Terre. Celle-ci a été abandonnée par les humains mais conservée physiquement. Le Docteur utilise son Papier méta-psychique pour se faire inviter à une cérémonie où sont présents les plus fortunés de l’univers : Jabe (une femme arbre), le Moxx de Balhoon, les Adhérents de la Transmission du Meme, Face de Boe et Lady Cassandra O'Brien, le « dernier humain », qui n'est plus qu’une peau étendue sur une toile.

Les invités échangent des cadeaux et les Adhérents de la Transmission du Meme offrent à chacun une boule métallique. Des araignées robotiques en sortent discrètement et infiltrent la plate-forme. Rose, choquée de l’annonce de la mort de la Terre s’éloigne et rencontre Raffalo, une femme plombier avec qui, en discutant, elle se rend compte qu'elle ne connait rien aux extra-terrestres ni à leurs planètes, et qu'elle ne sait rien non plus du Docteur. Raffalo meurt ensuite, tuée par une des araignées. Rose, déprimée, obtient grâce au Docteur la possibilité de parler à sa mère Jackie Tyler par téléphone portable alors qu’elle se trouve à cinq milliards d’années d’elle. Cependant, les araignées ont saboté la plate-forme, dont les filtres solaires ont été désactivés. Le Docteur et Jabe mènent une enquête et discutent l'origine du Docteur. Jabe lui présente ses condoléances pour un drame qui n'est pas précisé. Rose discute avec Cassandra qui apparaît comme particulièrement inhumaine. Ensuite, Rose est assommée par l'un des Adhérents de la Transmission du Meme, et échappe à une crémation grâce à l’intervention in extremis du Seigneur du Temps. Le Docteur découvre que Cassandra est responsable du sabotage du vaisseau. Après avoir désactivé les boucliers du vaisseau, elle s'échappe en se téléportant ; le Docteur sauve le vaisseau avec l'aide de Jabe, mais la montée de la température est telle qu’elle succombe par combustion. Le Docteur, furieux, utilise la technologie de téléportation de Cassandra pour la faire revenir sur la plate-forme. À cause de la forte chaleur et par manque d'humidification elle se craquelle et meurt. Rose essaye d'intervenir mais le Docteur lui dit que tout a une fin.

Le Docteur confie à Rose sa véritable identité : il est le dernier Seigneur du Temps et sa planète natale (il ne la nomme pas) a été détruite lors d'une guerre. Il est seul maintenant. Malgré le danger que cela peut représenter, Rose décide de rester avec le Docteur et les deux amis partent manger un morceau avant leur prochaine aventure.

Distribution[modifier | modifier le code]

Références extérieures[modifier | modifier le code]

Continuité[modifier | modifier le code]

  • C'est la première apparition du papier psychique dans la série.
  • Occurrence du mot Bad Wolf : il est prononcé en arrière-plan par le Moxx de Balhoon à Face de Boe parlant du « Bad Wolf Scenario »[1].
  • C'est dans cet épisode que Face de Boe apparaît pour la première fois, même s'il semble anecdotique pour le moment. On le voit parler à un moment de la dévastation argentée qui se trouve être les événements de Utopia.
  • Le Docteur explique la compréhension du langage extra-terrestre par un lien télépathique avec le TARDIS, une idée qui date de l'épisode de 1976 The Masque of Mandragora.
  • Dans l'épisode de 1972 The Three Doctors, le Docteur trafique aussi un appareil de communication ordinaire par un supercharged communications device. En l'occurrence il s'agissait de la radio du Brigadier.
  • Le scanner que subit le Docteur indique qu'il possède neuf ADN différents, un pour chaque incarnation (l'épisode ayant été écrit bien longtemps avant la création du « Docteur de la Guerre ».
  • C'est la première fois dans la nouvelle série que la race du Docteur est évoquée ainsi que la Guerre du Temps qui aurait détruit la planète du Docteur.
  • C'est l'un des rares épisodes de la série (avec The Web Planet) où aucun personnage, hormis le Docteur et son compagnon, n'est joué par un humain non maquillé.
  • On voyait une photo du Docteur avec une famille peu de temps avant que cette dernière abandonne l'idée d'aller sur le Titanic dans l'épisode précédent. Or celui-ci explique à Jabe qu'il s'est retrouvé dans un bateau pris par les glaces.
  • L'épisode de 1966 The Ark[2] montrait les terriens du futur s'enfuyant de la Terre avant que celle-ci ne soit détruite par une éruption solaire. On la voit aussi brûler au 30e siècle dans The Ark in Space (1975), et dans deux millions d'années dans The Mysterious Planet (1986).
  • L'épisode voit le Docteur prononcer la phrase « What the Hell is That ». Or, l'interjection « The Hell » considérée comme un juron, n'avait jamais été utilisée dans la série depuis sa création en 1963. C'est aussi la première fois que l'on voit le Docteur pleurer à l'écran.

Références culturelles[modifier | modifier le code]

  • Cassandra confond un juke-box avec un iPod. Les deux airs « traditionnels » joués par l'appareil sont Tainted Love de Softcell et Toxic de Britney Spears, bien que ce titre ne soit jamais sorti en format vinyle. Les concepteurs de la série se sont d'ailleurs amusés à faire un faux vinyle et sa pochette pour ce titre.
  • Une des reliques de la Terre que Cassandra possède est un livre de Harry Potter, Harry Potter à l'école des sorciers.
  • Rose surnomme Cassandra Michael Jackson en raison des nombreuses opérations chirurgicales que l'artiste avait effectuées.
  • À la fin de l'épisode, on voit un sans-abri vendre le journal The Big Issue (en) un journal exclusivement vendu par les sans-abri en Angleterre.
  • Cassandra prononce le mot « J'accuse » en français dans le texte pour désigner les Adhérents du Mème comme coupables.

Production[modifier | modifier le code]

Il s'agit de l'un des plus chers épisodes de Doctor Who, tant en décoration qu'en effets spéciaux. Il compte environ 203 images de synthèse, ce qui est deux fois plus qu'un film comme Gladiator[3]. L'idée de départ étant de montrer à quel point la série pouvait aller loin[4].

Scénarisation[modifier | modifier le code]

Après avoir scénarisé Rose Russell T Davies, nouveau producteur et en charge de la relance de la série, s'est dit qu'il fallait renouer avec la tradition des épisodes se situant dans le futur. Dès l'automne 2003, les documents de travail de Davies pour la nouvelle série indiquaient déjà un épisode nommé The End of the World, mais son script fut amendé après le passage de Davies aux Oscars. C'est en voyant des stars squelettiques et refaites chirurgicalement qu'il eut l'idée du personnage de Cassandra. « C'était terrible de voir des femmes magnifiques réduites à un bâton. Nicole Kidman me choqua particulièrement » avoua-t-il dans une interview au Sunday Mirror le 2 avril 2006. La plateforme 1 devenant une sorte d'hôtel pour les créatures les plus riches et les plus influentes de l'univers.

De plus, il s'est souvenu de l'épisode de 1966 The Ark où la Terre est détruite et les humains se sont enfuis depuis longtemps. Toutefois son scénario fut changé lorsqu'il s'aperçut que les effets spéciaux pour animer Cassandra coûteraient plus cher que prévus. Le scénario initial fut changé pour couper des références à The Ark et amener un final à Piccadilly Circus.

Casting[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Après un premier bloc de tournage essentiellement concentré sur des épisodes situés dans un décors contemporain, (Rose/L'Humanité en péril/Troisième Guerre mondiale) le second bloc de tournage de la série se concentra sur les deux épisodes se situant dans des époques éloignées : La Fin du monde et Des morts inassouvis. Le réalisateur engagé pour ces épisodes fut Euros Lyn, un novice qui n'avait alors tourné que pour des séries comme Casualty et Cutting It.

Le premier plan de l'épisode fut la réponse de Jackie au téléphone, filmé le 7 septembre 2004 durant le premier bloc de tournage au studio Unit Q2. Le même studio fut utilisé le 23 septembre pour les scènes se déroulant dans le TARDIS et les 4 et 5 octobre pour les scènes dans la chambre de ventilation. La plupart des scènes se déroulant sur la « plateforme One » furent tournées au Temple de la Paix de Cardiff, un lieu qui sera souvent réutilisé dans la série, durant 5 jours au début du mois d'octobre. Une partie de l'intérieur fut repeinte pour l'occasion. Les studios Unit Q2 furent réutilisés le 15 octobre pour les scènes se passant dans la salle d'observation et le 18 octobre pour les scènes dans la salle de ventilation.

Censée se dérouler à Piccadily Circus, la scène finale fut tournée le 26 novembre 2004 sur une place quelconque de Cardiff (entre Churchill Way et Queen Street) afin d'éviter à l'équipe un coûteux voyage à Londres.

En février 2005, après une discussion avec The Mill, la société fournissant les effets spéciaux, la discussion entre Cassandra et Rose sur l'avenir de l'humanité est tronquée, car beaucoup trop coûteuse pour être animée en entier. Russell T. Davies invente alors le personnage de Raffalo, une technicienne avec laquelle Rose discute. La scène est tournée au Temple de la Paix le 19 février. Le jour précédant, la scène où le Docteur passait au travers du ventilateur fut re-tournée à Unit Q2.

Post-production[modifier | modifier le code]

Cet épisode est le premier à commencer avec un pré-générique, marque de la nouvelle série. L'ancienne série avait déjà utilisé cet artifice, mais de façon assez irrégulière. Cela n'avait pas été fait depuis Remembrance of the Daleks en 1988.

Diffusion et réception[modifier | modifier le code]

Le score d'audience de l'épisode pilote ayant été deux fois supérieur à ce que la BBC avait déjà commandé le 29 mars 2009, un épisode spécial de Noël suivi d'une seconde saison.

Diffusé pour la première fois le 2 avril 2005 sur BBC One, il a rassemblé 7,97 millions de téléspectateurs. Le lendemain, Billie Piper annonça officiellement qu'elle reviendrait dans le rôle de Rose dans la deuxième saison. Toutefois, les tabloïds commencèrent à faire tourner la nouvelle selon laquelle Christopher Eccleston avait déjà annoncé sa non-participation à la saison 2, pensant que sa carrière serait trop associée au rôle du Docteur.

Critiques[modifier | modifier le code]

Le magazine SFX estime que la production est « courageuse pour faire arriver un tel épisode aussi rapidement et cela marche ». Ils saluent la conception des aliens et leur rapprochement avec la série originelle. Néanmoins, le critique trouve que « l'ambiance dramatique des événements n'arrive jamais » et que « les meurtres ne sont jamais pris en compte, même s'ils donnent des scènes brillantes à l'écran »[5].

Dans le guide de la nouvelle série Who Is the Doctor, Graeme Burk décrit La Fin du monde comme « un amusement pur et non altéré » et aime particulièrement la façon dont la confiance se forme entre Rose et le Docteur[6]. Burk pense que plus de choses auraient pu être construites autour de la révélation de Cassandra, mais trouve que « la plupart du succès de l'histoire est dû à elle »[6].

Son coauteur, Robert Smith, ajoute que cet épisode permet à Eccleston de montrer un plus grande palette d'émotions[7]. En dehors de leur critique positive, Burk et Smith trouvent que le passage entre les ventilateurs géant est « contrevenant » et « stupide »[8].

En 2013, Patrick Mulkern de Radio Times trouve que cet épisode a tout ce que l'on peut attendre du Doctor Who de Davies : de l'audace, du style, de l'émotion et des personnages dramatiques[9].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Bad Wolf Sightings - who is bad wolf? what is bad wolf? », BBC (consulté le 2006-12-01)
  2. « The End of the World - Fact File », BBC (consulté le 27 Mach 2012)
  3. Épisode The Good, The Bad and the Ugly de la série Doctor Who Confidential. Diffusé pour la première fois le 2005-04-02 sur le réseau British Broadcasting Corporation. Autres crédits : Gillaine Seaborne, Simon Pegg.
  4. Épisode The Good, the Bad, and the Ugly, deuxième épisode de la série Doctor Who Confidential. Diffusé pour la première fois le 2 April 2005 sur la chaîne BBC Three du réseau BBC.
  5. « Doctor Who: The End of the World », SFX,‎ 2 avril 2005 (consulté le 2012-04-15)
  6. a et b Burk and Smith? p. 11-12
  7. Burk and Smith? p. 12-13
  8. Burk and Smith? p. 10
  9. Patrick Mulkern, « Doctor Who: The End of the World »,‎ 5 février 2013 (consulté le 18 février 2013)