Socratea exorrhiza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Socratea exorrhiza, le palmier marcheur ou palmier à échasses, est une espèce de palmier de la famille des Arecaceae originaire des forêts tropicales humides d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud. Il se caractérise notamment par ses racines-échasses formant un cône soutenant la base du tronc.

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Iriartea exorrhiza Mart. (1824).
  • Iriartea orbignyana Blume ex Mart. (1838).
  • Socratea elegans H.Karst. (1857).
  • Socratea orbignyana (Mart.) H.Karst. (1857).
  • Iriartea durissima Oerst. (1859).
  • Socratea durissima (Oerst.) H.Wendl. (1860).
  • Iriartea philonotia Barb.Rodr. (1875).
  • Socratea philonotia (Barb.Rodr.) Hook.f. in G.Bentham & Hook.f. (1883).
  • Socratea macrochlamys Burret (1930).
  • Socratea hoppii Burret (1931).
  • Socratea gracilis Burret (1940).
  • Socratea albolineata Steyerm. (1951)[1].

Description[modifier | modifier le code]

Socratea exorrhiza peut atteindre 20 à 25 mètres de haut, avec un diamètre du tronc de 12 à 16 cm. Il a des racines-échasses inhabituelles, de 2 mètres de long, dont la fonction a fait l'objet de discussions.

Les feuilles de ce palmier ont jusqu'à 2 mètres de long et forment une couronne bleu-vert. Celles qui sont exposées au soleil sont plus épaisses et ont davantage de trichomes et de stomates que celles qui poussent à l'ombre[2].

C'est une espèce monoïque. Les fleurs sont blanches. Les fruits à noyau ont un diamètre de 2 à 3 cm.

Distribution[modifier | modifier le code]

L'aire de répartition de Socratea exorrhiza s'étend de l'Amérique centrale (Costa Rica, Nicaragua, Panama) jusqu'au bassin de l'Amazone en Amérique du Sud.

Ce palmier a été introduit, entre autres, à l'île Maurice.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Le tronc est utilisé dans la construction de maisons et d'autres structures. Généralement, le tronc est divisé longitudinalement avant de l'utiliser, mais il peut aussi être évider pour en faire un tube.

La partie interne des racines aériennes est employée comme aphrodisiaque masculin[3]. Les racines sont également bouillies dans de l'eau pour préparer une infusion destinée à traiter l'hépatite[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Socratea exorrhiza », Royal Botanic Gardens, Kew: World Checklist of Selected Plant Families (consulté le 6 février 2012).
  2. (en) Jose Araus et Kevin Hogan, « Leaf structure and patterns of photoinhibition in two neotropical palms in clearings and forest understory during the dry season », American Journal of Botany, jstor, Botanical Society of America, vol. 81, no 6,‎ juin 1994, p. 726–738 (liens DOI? et JSTOR?).
  3. « Rainforest Conservation ».
  4. « Useful Plants: Cashapona, Socratea exorrhiza », How Stuff Works (consulté le 6 février 2012).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :