Sacrifice (jeu vidéo)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sacrifice (homonymie).
Sacrifice
Éditeur Interplay
Développeur Shiny Entertainment
Concepteur David Perry

Date de sortie
  • 5 novembre 2000 (États-Unis)[1]
  • 24 novembre 2000 (Europe)
  • 1er décembre 2000 (France)[2]
Version 3
Genre Stratégie en temps réel
Mode de jeu Un joueur, Multijoueur (jusque 4 joueurs)
Plate-forme Windows, Mac OS
Média CD
Langue Textes en français, Voix en anglais
Contrôle clavier, souris

Évaluation
  • PEGI : 12 ans et plus
  • ESRB : Mature (M)

Sacrifice est un jeu vidéo de stratégie en temps réel, incorporant des éléments de jeux d'action et de jeux de rôle, développé par Shiny Entertainment et publié par Interplay en novembre 2000 sur Windows et Mac OS[1],[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le joueur incarne le mage Eldred ; celui-ci est accompagné du voyant aveugle Mithras dans un monde ravagé par la guerre. Eldred compte son histoire à Mithras : il lui parle tout d'abord de son passé dans le monde de Jhera [à détailler], puis lui narre ses actions dans le monde dans lequel ils se trouvent présentement [à détailler] ; c'est cette partie du récit qui constitue la campagne, qui est donc un retour en arrière narratif, la dernière mission exceptée.

L'évolution de l'histoire dépend des choix faits par le joueur (dieux choisis et objectifs remplis).

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Sacrifice est un mélange de jeu de rôle, stratégie temps réel et action.

Le joueur contrôle un magicien-champion sur un champ de bataille. Celui-ci doit combattre (à distance, rapproché, dans les airs, à l'aide de sorts…) les autres magiciens-champions ennemis jusqu'à les éliminer. Il y a cinq dieux que l'on peut servir, chacun ayant ses propres sorts et ses propres larbins (les créatures que l'on peut invoquer grâce aux âmes que l'on récolte sur le champ de bataille) :

  • Charnal, le dieu de la Mort ;
  • James, le dieu de la Terre ;
  • Persephone, la déesse de la Vie ;
  • Pyro, le dieu du Feu ;
  • Stratos, le dieu de l'Air.

L'accueil de la critique[modifier | modifier le code]

  • « Une ambiance et un design unique viennent appuyer un gameplay à toute épreuve ou presque »[4].
  • « Une réalisation saisissante et un concept enfin étonnant. Impossible de passer à côté. » - Gen4
  • « Les combats tournent trop souvent à des affrontements confus »[4]

Publicité[modifier | modifier le code]

La publicité du jeu a été portée par le slogan « Sacrifice est bon pour votre âme, faites plaisir aux dieux ».

Référence[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Greg Kasavin, « Test de Sacrifice », sur Gamespot.com,‎ 6 novembre 2000.
  2. (en) Kornifex, « Test de Sacrifice », sur Jeuxvideo.com,‎ 28 novembre 2000.
  3. (en) « Test de Sacrifice », sur IGN.com,‎ 16 novembre 2000.
  4. a et b BobArctor, « Test de Sacrifice », Joystick, no 121,‎ décembre 2000.

Lien externe[modifier | modifier le code]