Hélène de Mecklembourg-Schwerin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hélène de Mecklembourg-Schwerin

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Hélène de Mecklembourg-Schwerin, princesse royale (1839).

Titre

Duchesse d'Orléans

30 mai 183717 mai 1858
(20 ans, 11 mois et 17 jours)

Prédécesseur Marie-Amélie de Bourbon-Siciles
Successeur Marie-Isabelle d'Orléans
Biographie
Dynastie Maison de Mecklembourg-Schwerin
Nom de naissance Helene Luise Elisabeth, Herzogin zu Mecklenburg-Schwerin
Naissance 24 janvier 1814
Ludwigslust, Grand-duché de Mecklembourg-Schwerin
Décès 17 mai 1858 (à 44 ans)
Londres
Royaume-Uni
Père Frédéric de Mecklembourg-Schwerin
Mère Caroline Louise de Saxe-Weimar-Eisenach
Conjoint Ferdinand-Philippe d'Orléans
Enfants Philippe d'Orléans
Robert d'Orléans
Religion Protestantisme
alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Duchesse d'Orléans

Hélène de Mecklembourg-Schwerin, princesse de Mecklembourg-Schwerin puis, par son mariage, duchesse d'Orléans et princesse royale, est née le 24 janvier 1814 et est morte le 17 mai 1858. C'est une personnalité de la Monarchie de Juillet.

Famille[modifier | modifier le code]

Hélène est la fille du prince héréditaire Frédéric de Mecklembourg-Schwerin (1778-1819) et de sa deuxième épouse la princesse Caroline de Saxe-Weimar-Eisenach. Par son père, elle est la petite-fille du grand-duc Frédéric-François Ier de Mecklembourg-Schwerin (1756-1837) et de son épouse la princesse Louise de Saxe-Gotha.

Le 30 mai 1837, la princesse épouse, au château de Fontainebleau, Ferdinand-Philippe d'Orléans (1810-1842), prince royal et duc d'Orléans. Ce dernier est le fils aîné du roi des Français Louis-Philippe Ier (1773-1850) et de la reine Marie-Amélie de Bourbon (1782-1866), princesse des Deux-Siciles.

De cette union naissent deux enfants :

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle grandit au château de Ludwigslust jusqu'à l'automne 1825 quand sa belle-mère Auguste de Hesse-Hombourg préfère s'installer à Friedensbourg.

Après que de nombreux partis ont été envisagés par la famille royale de France, la princesse Hélène de Mecklembourg-Schwerin est choisie pour épouser Ferdinand-Philippe d'Orléans, duc d'Orléans et prince royal, fils aîné de Louis-Philippe Ier, roi des Français.

Pour le duc d'Orléans, c'est une alliance convenable, mais sans éclat[1], même si la princesse est de loin apparentée au roi de Prusse, Frédéric-Guillaume III[2].

Mais pour l'ambitieuse Hélène, qui n'est pas particulièrement belle[3] et passe pour libérale, il s'agit là d'un mariage brillant puisque le fougueux Ferdinand-Philippe est appelé à succéder un jour à son père qui est déjà sexagénaire[4]. C'est la raison pour laquelle, tout en conservant la religion protestante, la princesse accepte la demande en mariage, que réprouve pourtant sa famille[5].

Le duc et la duchesse d'Orléans forment un mariage heureux et seule la reine Marie-Amélie se préoccupe quelque peu du protestantisme et du libéralisme de la princesse Hélène.

Plus prosaïquement, la princesse aurait popularisé en France la coutume germanique du sapin de Noël. Le décès brutal et accidentel de son mari, en 1842, endeuille la famille royale et inquiète les Orléans, car le prince était populaire et il laisse de jeunes enfants.

En février 1848, lorsqu'éclate la révolution, le roi Louis-Philippe est poussé à l'abdication par sa famille et quitte le territoire national sans résister aux insurgés. Cependant, contrairement au roi, la duchesse d'Orléans n'est pas prête à renoncer aux droits de sa progéniture. Elle part donc à l’Assemblée avec ses deux enfants, le comte de Paris et le duc de Chartres, et son beau-frère, le duc de Nemours, pour faire proclamer l’aîné roi des Français. Conscient de son impopularité, Louis d'Orléans, duc de Nemours, est alors prêt à renoncer au profit de sa belle-sœur au titre de régent que la loi de 1842 lui octroie. Mais la tentative de la duchesse d'Orléans est un échec et l'assemblée proclame la république.

Exil[modifier | modifier le code]

La duchesse d'Orléans, veuve et en exil (1850)

Hélène de Mecklembourg-Schwerin gagne alors l'Allemagne avec ses enfants et commence une longue période d'errance.

Pendant la IIe République et les débuts du Second Empire, la duchesse d'Orléans maintient ses positions politiques et continue à réclamer les droits du jeune comte de Paris.

Elle empêche ainsi pendant longtemps les princes d'Orléans de se rapprocher du prétendant légitimiste au trône de France, Henri de Bourbon, comte de Chambord et de réunir ainsi définitivement les monarchistes français.

La princesse meurt en 1858 d'une mauvaise grippe qu'elle contracte en soignant son fils cadet, le duc de Chartres, pendant un voyage en Angleterre.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

  • G. H. de Schubert, Lettres originales de Madame la duchesse d'Orléans : Hélène de Mecklenbourg-Schwerin et souvenirs biographiques, Genève : H. Goerg et Paris : Magnin, Blanchard et Cie, 1859. (texte archivé)
  • Georges Poisson, Les Orléans, une famille en quête d'un trône, Perrin, Paris, 1999. (ISBN 226201583X)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Petite mais bonne maison », tranche Metternich (cité par Guy Antonetti, Louis-Philippe, Paris, Fayard, 2002, p. 782)
  2. dont la mère était née Louise de Mecklembourg-Strelitz. Cette parenté n'a pas manqué de susciter des difficultés à Berlin, que l'ambassadeur de France, le comte Bresson, est parvenu à résoudre.
  3. On lui prête une grande bouche et un menton fuyant
  4. Malheureusement le duc d'Orléans meurt dans un accident en 1842 et ne devient jamais roi
  5. Les Mecklembourg-Schwerin boudent finalement le mariage et Hélène n'est accompagnée durant ses noces que de sa belle-mère, la princesse Augusta de Hesse-Hombourg