Samuel Bing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bing.

Samuel Bing

Nom de naissance Siegfried Bing
Naissance 26 février 1838
Hambourg Allemagne
Décès 6 septembre 1905 (à 67 ans)
Nationalité Drapeau de la France France
Profession marchand d'art, collectionneur et mécène.

Siegfried Bing ou Samuel Bing depuis sa naturalisation française, (Hambourg 26 février 1838 - Vaucresson 6 septembre 1905) est un marchand d'art, collectionneur et mécène français d'origine allemande.

Biographie[modifier | modifier le code]

Art nouveau, affiche de la galerie Siegfried Bing, 1895.
Affiche de l'exposition de 2005.
Exposition La Maison Bing - L'Art nouveau Bruxelles

En 1884, il ouvre une boutique au 19 rue Chauchat[1] à Paris. En 1888, il agrandit sa boutique. Négociant en art japonais, lors d'une visite à la villa d'Henry Van de Velde à Bruxelles, il prend conscience de l'importance du renouveau artistique et débaptise son magasin, après des travaux et le 28 décembre 1895 (première exposition qui révèle au public l'Art nouveau[2]), pour lui donner le nom de Maison de l'Art nouveau et y expose des œuvres d'artistes. C'est l'origine française du nom du mouvement Art nouveau. En 1904 Samuel Bing revend son magasin à son ami Majorelle qui va en faire un salon d'exposition.

Il réunit à la fois un atelier de création et une boutique pour diffuser les meubles de Van de Velde, Colonna, de Georges de Feure, Gaillard, les bijoux de Morren et Lalique, la verrerie de Tiffany et Gallé, la céramique de Finch. Il est le représentant de Louis Comfort Tiffany pour les bronzes, les céramiques, les bijoux, les tissus d'ameublement et les verreries d'art en France, tandis que ce dernier lui rend la politesse aux États-Unis.

Dans le cadre de sa boutique, en 1888 il présente une exposition sur l'histoire de la gravure au Japon. En 1890, grâce aux collections de ses amis, il organise à l’École des beaux-arts de Paris, une exposition de 760 gravures japonaises.

Il publie une revue, Le Japon artistique, notamment lue par les Nabis.

C'est ce support d'artistes, de décorateurs et de sculpteurs qui lui permettra d'avoir un pavillon à l'exposition universelle de Paris en 1900.

Exposition itinérante[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Catalogue illustré du salon de la Société des artistes français de 1884, Paris, article anonyme « Un musée japonais, Bing », p. 249-251.
  • Les origines de l'Art nouveau : la maison Bing (catalogue d'exposition). Anvers : Fonds Mercator ; Paris : les Arts décoratifs 2004. ISBN 90-6153-561-1 et ISBN 2-901-42282-9
  • Miyajima Hisao : S. Bing’s visit to Japan. In : Bulletin of the Study of Japonisme (1982), S. 29-33.
  • Jean-Gabriel Leturcq et François Pouillon (dir.), « Bing Siegfried dit Samuel », dans Dictionnaire des orientalistes de langue française, IISMM-Karthala,‎ 2008 (ISBN 978-2-84586-802-1, lire en ligne), p. 108-109.

Note[modifier | modifier le code]

  1. Angle de la rue Chauchat et de la rue de Provence, à l'emplacement actuel d'un bureau de poste.
  2. Massin, Style et écriture, Du rococo aux Arts déco, bibliothèque Albin Michel, Paris, 2001, p.103
  3. Exposition

Liens externes[modifier | modifier le code]