Robert Ambelain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Robert Ambelain

Description de l'image  Robert Ambelain.jpg.
Alias
Aurifer
Naissance
Paris, France
Décès (à 90 ans)
Paris, France
Nationalité Flag of France.svg Française
Pays de résidence France
Profession écrivain
Autres activités

Robert Ambelain (Paris, Paris, ) est un auteur français, spécialisé dans l'ésotérisme, l'occultisme et l'astrologie. Homme de lettres, historien et membre sociétaire des Gens de Lettres et de l'Association des écrivains de langue française « mer outre-mer », il est l'auteur de 42 ouvrages (dont certains sous le pseudonyme d'Aurifer, son nom en tant que Supérieur Inconnu dans l'Ordre Martiniste).

Biographie[modifier | modifier le code]

Son intérêt pour l'ésotérisme commença par l'astrologie, vers 1921. Entre 1937 et 1942 il a publié un Traité d'astrologie ésotérique en trois volumes. En 1946, il a été consacré évêque dans l'Église gnostique universelle sous le nom de "Tau Robert" par Roger Ménard ("Tau Eon II"), qui à son tour avait été consacré par Victor Blanchard ("Tau Targelius"). Fondateur de l'Église gnostique apostolique en 1953, il a été patriarche de l'Église gnostique universelle en 1960 sous le nom de "Tau Jean III"[1].

Franc-maçon, il a été initié le 24 mars 1939 dans le temple de la porte d'Orléans à Paris, parrainé par le Grand Maître Constant Chevillon, dans la Loge «La Jérusalem des vallées égyptiennes » et ensuite il sera reçu Compagnon et Maître au cours d'une tenue clandestine au camp d'Epinal, puis il a dirigé à son domicile les réunions de la Loge « Alexandrie d'Égypte », au Rite de Memphis-Misraïm. Il a reçu de Georges Bogé de Lagrèze les hauts grades de ce rite, du 4e au 33e et les 55e, 66e, 90e et 95e[2]. De 1960 à 1985 il a été le Grand Maître mondial de la « Grande Loge Française du Rite ancien et primitif de Memphis-Misraïm » (il transmettra sa succession à Gérard Kloppel en 1985) et le fondateur d'une association d'occultisme et martiniste[3]. En 1985 il a réveillé le Rite Écossais Primitif[4].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Éléments d'astrologie scientifique. Les étoiles fixes, les comètes, les éclipses, Paris, J. Betmalle, 1936.
  • Traité d'astrologie ésotérique:
    • Traité d'astrologie ésotérique, vol. 1, (Les bases), Paris, Éditions Adyar, 1937.
    • Traité d'astrologie ésotérique, vol. 2, L'onomancie, préface de J.-R. Bost, Paris, Éditions Adyar, 1937.
    • Traité d'astrologie ésotérique, vol 3, L'Astrologie lunaire, Paris, Niclaus, 1942.
  • Éléments d'astrologie scientifique. Lilith, le second satellite de la terre (Éphémérides de 1870 à 1937), Paris, Courtrai, Niclaus, 1938 (avec J. Desmoulins).
  • Dans l'ombre des cathédrales. Étude sur l'ésotérisme architectural et décoratif de Notre-Dame de Paris dans ses rapports avec le symbolisme hermétique, les doctrines secrètes, l'astrologie, la magie et l'alchimie, Paris, Éditions Adyar, 1939.
  • Adam, dieu rouge. L'ésotérisme judéochrétien. La gnose et les Ophites. Lucifériens et Rose+Croix, Paris, Niclaus, 1941 réed. Editions Signatura, 2013.
  • Au pied des menhirs. Essai sur le celtisme, Paris, Niclaus, 1945.
  • « Préface » et « avant-propos » à André Barbault, Astrologie météorologique, suivie de Contribution à l'astrologie agricole, Paris, Niclaus, 1945.
  • La Franc-maçonnerie occultiste et mystique (1643-1943). Le Martinisme, histoire et doctrine, Paris, Niclaus, 1946.
  • Les Survivances initiatiques. Le martinisme contemporain et ses véritables origines, t. I , Paris, Destins, 1948.
  • La Talismanie pratique, Paris, Niclaus, « L'occultisme simplifié », 1949.
  • Les Tarots : comment apprendre à les manier, Paris, Niclaus, « L'occultisme simplifié », 1950.
  • La Kabbale pratique. Introduction à l'étude de la Kabbale, mystique et pratique, et à la mise en action de ses traditions et de ses symboles, en vue de la théurgie, Paris, Niclaus, 1951.
  • Les Visions et les rêves: leur symbolisme prémonitoire, Paris, Niclaus, « L'occultisme simplifié », 1953.
  • Les Survivances initiatiques. Templiers et Rose-Croix. Documents pour servir à l'histoire de l'illuminisme, Paris, Éditions Adyar, 1955.
  • Le Dragon d'or. Rites et aspects occultes de la recherche des trésors, Paris, Niclaus, 1958.
  • La Magie sacrée d'Abramelin le mage, d'après le manuscrit de l'arsenal, transcrite, présentée, annotée et commentée par R. Ambelain, Paris, Niclaus, 1959. Édité par le Suprême conseil de l'Ordre Kabbalistique de la Rose-Croix.
  • Martinez de Pascuallis et le Martinisme, Meaux, 1959. Extrait de la revue L'Initiation, « cahiers de documentation ésotérique traditionnelle », 33e année, n° 2, juillet-décembre 1959.
  • La Notion gnostique du démiurge dans les Écritures et les traditions judéo-chrétiennes, Paris, Éditions Adyar, 1959.
  • L'Alchimie spirituelle, la voie intérieure, Paris, la Diffusion scientifique, 1961.
  • L'Abbé Julio (Mgr Julien-Ernest Houssay, 1844-1912), sa vie, son œuvre, sa doctrine, Paris, la Diffusion scientifique, 1962.
  • Le Cristal magique ou la Magie de Jehan Trithème, abbé de Spanheim et de Wurtzbourg (1462-1516), Paris, Niclaus, 1962.
  • Scala philosophorum ou la Symbolique des outils dans l'art royal, Paris, 1965. Réédition 2011 Éditions Signatura, ISBN 9782915369236.
  • Traité des interrogations célestes, t. 1, Paris, N. Bussière, 1964.
  • Sacramentaire du Rose-croix, sacralisations, exorcismes, formules de défense et d'action, Paris, la Diffusion scientifique, 1964.
  • (éd.), Rite ancien et primitif de Memphis-Misraïm. Cérémonies et rituels de la maçonnerie symbolique, présentés et commentés par Robert Ambelain, Paris, N. Bussière, 1967.
  • Trilogie sur Jésus:
    • Jésus ou le Mortel secret des Templiers, Paris, Robert Laffont, « Les Énigmes de l'Univers », 1970.
    • La Vie secrète de Saint Paul, Paris, Robert Laffont, « Les Énigmes de l'Univers », 1972.
    • Les Lourds Secrets du Golgotha, Robert Laffont, « Les Énigmes de l'Univers », 1974.
  • Bérénice ou le Sortilège de Béryte (roman), Paris, Robert Laffont, 1976.
  • Le Vampirisme, de la légende au réel, Paris, Robert Laffont, « Les Portes de l'Étrange », 1977.
  • Cérémonies et rituels de la maçonnerie symbolique 1978.
  • Crimes et secrets d’États (1730/1830), 1980.
  • Drames et secrets de l’histoire(1306/1643), 1981
  • Symboles et rituels de la chasse à courre, 1981.
  • Les traditions celtiques, 1981.
  • La chapelle des Damnés 1983.
  • La Géomancie arabe, 1984.
  • L’astrologie des interrogations, 1984.
  • La Franc-maçonnerie oubliée 1985
  • Le Fal Nameh ou le livre du sort, 1985.
  • Capet, lève-toi 1987
  • La Franc-maçonnerie d’autrefois, 1988.
  • Le secret de Bonaparte, 1989.
  • Les arcanes noires de l’Hitlérisme (1848/1945), 1990.
  • La géomancie chinoise, 1991.
  • Koré la dixième planète, 1991.
  • Retour à Samarcande 1992
  • Retour à Alexandrie. L'astrologie mondiale des Anciens, 1994.
  • Le secret d’Israël, 1995.
  • Le Martinisme, histoire et doctrine, suivi de Le Martinisme contemporain, réedition Editions Signatura, préface de Serge Caillet, 2011, ISBN 9782915369212.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir sa notice biographique sur la BnF.
  2. Gino Sandri, Le Grand Lunaire. Robert Ambelain el les milieux occultistes du début du XXe siècle, Marseille, Arqa éditions, 2013, p. 26
  3. C'est en 1942 que Georges Bogé de Lagrèze et Camille Savoire, tous deux membres du Grand Prieuré des Gaules du Rite écossais rectifié, ont donné patente à Robert Ambelain afin de créer l'Ordre Martiniste des Élus-Cohens et d' y intégrer les classes secrètes de Profès et Grand Profès. L'Ordre Martiniste des Élus-Cohens, lié pendant un temps à l'Ordre de Papus dirigé par Philippe Encausse au sein de l'Union des Ordres Martinistes, va poursuivre son activité jusqu'en 1967.
  4. Robert Ambelain un grand maçon

Liens externes[modifier | modifier le code]