RQ-4 Global Hawk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Global et Hawk.
Pix.gif RQ-4B Global Hawk Su-27 silhouette.svg
Global Hawk 1.jpg Vue de l'avion

Constructeur Drapeau : États-Unis Northrop Grumman
Rôle Drone de surveillance HALE
Statut En service
Mise en service 1999
Date de retrait Toujours en service
Investissement 13,9 milliards de dollars US
Coût unitaire 35 millions de dollars US à l'origine
211 millions en 2010
Nombre construits ~40
Équipage
sans
Motorisation
Moteur Allison Rolls-Royce AE3007H
Nombre 1
Type turboréacteur
Dimensions
Envergure 39,8 m
Longueur 14,5 m
Hauteur 4,7 m
Performances
Vitesse maximale 635 km/h
Plafond 18 300 m
Endurance 36 heures
Armement
Interne Aucun
Avionique
Radar à ouverture synthétique (SAR), antenne satellite / Capteur à infrarouges / Antenne dorsale Satcom à ultra-hautes fréquences / Antenne frontale Satcom à large bande de fréquence Ku (Kurz-unten)

Le RQ-4 Global Hawk (aussi nommé Tier II+ pendant son développement) est un drone de surveillance construit par Northrop Grumman (anciennement Ryan Aeronautical Company) pour l'US Air Force. Il effectue son premier vol expérimental le 28 février 1998, et l'accréditation de la FAA en 2003 lui autorise le survol de l'espace aérien américain. Il est un des rares représentant de la classe de drones dites des « HALE » (Haute Altitude Longue Endurance).

Conception[modifier | modifier le code]

Le RQ-4 Global Hawk a un poids brut au décollage de 14,6 tonnes, soit la masse d'un petit chasseur, malgré ses dimensions, notamment son envergure de près de 40 m comparable à celle d'un avion de ligne, grâce à l’utilisation de matériaux composites (les ailes sont en graphite et 50 % du volume de l’avion utilise des matériaux composites).

Il met quatre heures pour atteindre son altitude maximale de 60 000 pieds et reste au sol par mauvais temps. La version Block 30 à une endurance est de 32 heures et emporte 3 senseurs électro-optiques[1].

Engagements[modifier | modifier le code]

RQ-4 Global Hawk

S’il est largement utilisé lors de la guerre en Afghanistan, ce fut son second engagement. Un prototype du RQ-4 Global Hawk a en effet été employé en conditions réelles lors de la guerre du Kosovo en 1999, dans des missions de reconnaissance. Lors de l’une de ces missions (16 au total), un RQ-4 Global Hawk resta près de 42 heures en vol.

Après la campagne du Kosovo, le RQ-4 Global Hawk s’est vu affecter à de nouvelles missions, dont celle de la désignation de cibles stratégiques pour les bombardiers F/A-18 et F-117, utilisé en Afghanistan par l’OTAN.

Le 22 mars 2008, un Global Hawk a établi un nouveau record d'endurance pour un drone opérationnel en restant en vol pendant 33,1 h à 18 000 m au-dessus de la base d'Edwards (Californie). Après avoir atterri, il lui restait dans les réservoirs une quantité de carburant correspondant à près de deux heures de vol[2].

Le 14 janvier 2010, un Global Hawk a opéré un survol et pris des photographies durant 30 heures des principales infrastructures d'Haïti et notamment de sa capitale, Port-au-Prince, afin de rendre compte de l'étendue des dégâts occasionnés par le séisme du 12 janvier 2010[3].

Fin 2011, 25 Global Hawk sont en service, 9 Block 10 avec 3 stations de contrôle au sol, 15 Block 20/30 avec 3 stations de contrôle au sol et un Block 40 avec une station de contrôle au sol. En novembre 2013, 18 Block 30 sont en service et 3 autres doivent êtres construits.

Vu son coût d'achat et d'exploitation qui dépasse les estimations d'origine et surpasse celui de l'avion U-2, le budget américain de la défense 2012 ne prévoyait plus que l'achat de 11 Block 40 au lieu des 22 alors prévus[4] et l'arrêt des Block 30[5].

Lors de l'opération Serval, en janvier 2013, le Global Hawk est utilisé pour patrouiller au-dessus du Mali[6].

Variantes[modifier | modifier le code]

"Euro Hawk"
RQ-4A Block 10 
Version de base pour l'USAF. Envergure limitée à 35,4 m.
RQ-4B Block 20/30 
Version améliorée (premier exemplaire désigné AF-8, 17e exemplaire construit) avec une envergure de 39 8 m et une longueur augmentée à 14 5 m. Poids brut au décollage: 14 628 kg. La nouvelle charge utile est de 1 360 kg. Le rayon d'action a été porté à 22 780 km, pour une endurance maximale de 36 heures et une altitude de 18,3 km[7].
Euro Hawk 
Variante dérivée du Block 20 et équipée avec un nouveau système de mission SIGINT développé par EADS à la demande du ministère allemand de la défense, pour un prix total de près de 700 millions d'euros. Cependant, ces drones ne voleront jamais du fait de défaillances structurelles, les essais et la validation du processus faisant l'objet d'un scandale[8].
MQ-4C Triton, anciennement RQ-4N 
Le Global Hawk Maritime Demonstration (GHMD) a remporté en 2008 l'appel d'offre pour le programme Broad Area Maritime Surveillance (BAMS) destiné à fournir un drone pour la surveillance maritime et côtière à l'US Navy. Il était en compétition face au Boing Gulfstream G550 en version drone et au MQ-9 Reaper Mariner de General Atomics. Il fut nommé MQ-4C en septembre 2010. Sa présentation officielle a lieu le 14 juin 2012[9] à Palmdale en Californie où le surnom Triton lui fut attribué. Cinq exemplaires de RQ-4A Block 10 ont été convertis dans le cadre du programme mais l'un d'eux s'est crashé en juin 2012[10]. Le premier vol du MQ-4C d'une durée d'environ 1h30 s'est déroulé le 22 mai 2013 depuis l’usine Northrop Grumman à Palmdale[11]. Il emporte des capteurs ISR pour des images de haute résolution, un radar et des outils de communication aérienne et de partage des informations sur de longue distance. L'US Navy prévoit d'acquérir 68 exemplaires qui seront exploités depuis la base aéronavale de Patuxent River (Maryland). Ils seront utilisés conjointement avec les Boeing P-8 Poseidon et les Boeing 737 AEW&C.
RQ-4 Block 40 
Version dévoilée le 25 juin 2009 à Palmdale, Californie. Il se distingue par l'intégration d'un radar à antenne active AESA (active electronic scanned array) : le MP-Rtip (multi-platform radar technology insertion program). Ce radar modulaire à architecture ouverte permet de couvrir en continu le terrain dans les deux modes d'imagerie SAR et de détection de cibles mobiles MTI. Le premier Block 40, désigné AF-18 a commencé ses essais en juillet 2009 pour être livré à l'USAF fin 2010. Il s'agit du 27e Global Hawk construit et premier d'une série de 15 pour l'Air National Guard américaine. Le programme devrait survivre à la décision de l'USAF d'annuler la commande de 31 RQ-4 Block 30, prise en janvier 2012. Cinq sont commandés par l'OTAN pour 1,2 milliards d'Euro dans le cadre de son programme Alliance Ground Surveillance le 20 mai 2012, ils seront équipés d’un radar de surveillance terrestre « Multi-Platform Radar Technology Insertion Program (MP-RTIP) »[12].

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Le Global Hawk n’est actuellement utilisé que par l’USAF pour des missions de reconnaissance et de désignation d’objectifs.

L'armée de l'air allemande devait à partir de fin 2011 recevoir 5 appareils mais suites à des coupes budgétaires n'en obtiendra que 2[13]. Le programme OTAN AGS prévoit l'acquisition de 8 Global Hawk Block 40 équipés du radar MP-Rtip basé sur ceux mis en service en Allemagne. Finalement, le Pentagone refusant que les acheteurs aient accès aux codes de l'appareil pour leur permettre de les certifier à voler dans l'espace européen, l'Allemagne rennonça à l’acquisition[14]

La Corée du Sud a passé commande de quatre appareils en avril 2013[15].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Ce drone dont l’USAF ne veut plus », sur TTU,‎ 8 novembre 2013 (consulté le 20 novembre 2013)
  2. Air et Cosmos no 2118 du 28 mars 2008
  3. Haïti, 30 heures de Global Hawk (Article consulté le 17 mars 2010) et article du 'Canard enchaîné' daté du 10 mars 2010.
  4. (en)[PDF]Jeremiah Gertler, « US unmanned aerial systems », sur Service de recherche du Congrès,‎ 3 janvier 2012 (consulté le 10 janvier 2012)
  5. (en)Kate Brannen, « SecDef: Smaller military will be ‘cutting edge’ », sur Army Times,‎ 26 janvier 2012 (consulté le 28 janvier 2012)
  6. Nathalie Guibert, « Le Pentagone a envoyé son drone Global Hawk au Mali », sur Le Monde,‎ 26 janvier 2013
  7. Air Force Factsheet
  8. Christoph Hickmann, « Le drone Euro Hawk : l'armée allemande dans l'embarras », Süddeutsche Zeitung, traduit par Courrier International,‎ 28 mai 2013 (consulté le 3 juin 2013)
  9. (en) Zach Rosenberg, « PICTURE: Northrop unveils first MQ-4C Triton for US Navy », sur Flight Global,‎ 14 juin 2012 (consulté le 17 juin 2012)
  10. Zach Rosenberg, « Unmanned US Navy demonstrator crashes in Maryland », sur Flight Global,‎ 11 juin 2012 (consulté le 17 juin 2012)
  11. Le Triton fait son premier vol sur Info aviation, le 30 mai 2013.
  12. (en) « Photo Release -- NATO at Chicago Summit Signs Contract With Northrop Grumman to Lead Trans-Atlantic Team Delivering New ISR Capability to Alliance Forces », sur IR Connect,‎ 20 mai 2012 (consulté le 12 juin 2012)
  13. (en) RQ-4 Euro Hawk UAV Readying for Takeoff, Defense Industry Daily
  14. Paris achète des drones américains pour rattraper son retard, Le Monde, 18 mai 2013]
  15. « Le Congrès américain approuve la vente de drones Global Hawks à la Corée du Sud »,‎ 3 mai 2013 (consulté le 6 mai 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Aéronefs comparables

  • Scaled Composites Model 396