Ban Xing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ban Xing

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Maquette de Ban Xing en exposition.

Caractéristiques
Organisation CNSA
Domaine Développement de la technologie des mini-satellites.
Statut Mission achevée
Masse 40 kg
Lancement Le 25 septembre 2008 (11h27 UTC)
Lanceur Longue Marche 2F
Index NSSDC 2008-047G

Ban Xing ou BX-1 (Chinois: 伴星 littéralement « satellite compagnon »)[1], est un petit satellite de développement de technologies ayant la forme d'un carré de 40 cm de côté qui a été déployé depuis le vaisseau spatial Shenzhou 7 le 27 septembre 2008 à 11h27 UTC[1]. Avant le déploiement, le satellite était monté sur le dessus du module orbital Shenzhou 7.

But du satellite[modifier | modifier le code]

Ce mini-satellite était équipé d'un petit dispositif de propulsion et de 2 caméras stéréo de 150 mégapixels chacune[2]. Les tâches de ce satellite inclurent le test de la technologie des mini-satellites, l'observation et la surveillance du vaisseau spatial, et le test de la technologie de suivi et de l'approche utilisée pour les rendez-vous spatiaux et les amarrages[3]. Cette dernière technologie sera utilisée lors du programme Shenzhou 8 et de son amarrage à la station orbitale Tiangong 1, le 3 novembre 2011.

Ban Xing prit des photos et des vidéos près du module orbital manœuvrant à environ 100 à 200 km de distance du vaisseau spatial. Après que le module de rentrée se soit séparé du module orbital et soit rentré dans l'atmosphère, le satellite a rattrapé le module spatial en orbite à l'aide d'un moteur fonctionnant à l'ammoniac liquide puis continua à orbiter autour du module spatial. Le mini-satellite fonctionnera pendant environ trois mois[4].

Quelques minutes après le lancement du BX-1, Shenzhou 7 passa à proximité de la Station Spatiale Internationale. Cela a provoqué quelques spéculations comme l'hypothèse que la Chine pourrait avoir profité de l'occasion de passer près de la station spatiale pour tester une technologie d'interception antisatellite « co-orbitale »[5].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]