Prémanon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Prémanon
La mairie et l'église
La mairie et l'église
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Saint-Claude
Canton Morez
Maire
Mandat
Nolwenn Marchand
2014-2020
Code postal 39220 et 39400
Code commune 39441
Démographie
Population
municipale
1 075 hab. (2011)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 27′ 46″ N 6° 01′ 56″ E / 46.4628, 6.0322 ()46° 27′ 46″ Nord 6° 01′ 56″ Est / 46.4628, 6.0322 ()  
Altitude Min. 769 m – Max. 1 417 m
Superficie 28,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Prémanon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Prémanon

Prémanon est une commune française située dans le département du Jura en région Franche-Comté.

Ses habitants sont appelés Prémanoniers et Prémanonières.

Prémanon est l'un des quatre villages de la Station des Rousses.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Prémanon est situé à l'est du département du Jura, à la frontière de la Suisse, à 3 km à vol d'oiseau des Rousses, à 10 km au sud de Morez (par la route) et 29 km au nord-est de Saint-Claude (par la route). Le village se trouve à proximité du Parc naturel régional du Haut-Jura, à 2 km à l'est du mont Fier (1282 m), qui est en limite de parc.

Selon le classement établi par l'INSEE en 1999, Prémanon, tout comme ses communes limitrophes, est une commune rurale non polarisée, qui ne fait donc partie d’aucune aire urbaine ni d'aucun espace urbain[1].Les unités urbaines (couramment : villes) les plus proches sont celles de Morez et de Saint-Claude.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'orthographe du nom a varié au cours des âges, on a pu lire Prez-Manon, Prel-Manon, Pré-Mannon ou Prémanon. Ce nom vient du Pré Manon, du nom du prévot de l'abbaye de Saint-Claude qui, au IXe siècle, entreprit le défrichement du territoire. De plus, certains lieux-dits de communes voisines se réfèrent à Manon : le Manon (Septmoncel), la Chaux Manon (Lamoura), le Cernois-Manon (Longchaumois).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Les Rousses Rose des vents
Longchaumois N Saint-Cergue (CH, Vaud)
Gingins (CH, Vaud)
La Rippe (CH, Vaud)
O    Prémanon    E
S
Lamoura Lajoux Divonne-les-Bains (Ain)

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village de Prémanon a joué un rôle important dans la naissance de l'industrie de la lunette dans la région de Morez.
En effet, c'est au hameau des Rivières qu'en 1796, un cloutier, Pierre-Hyacinthe Caseaux, a l'idée d'utiliser du fil de métal pour fabriquer des bésicles. C'est le début de la lunetterie morézienne, qui connaît son essor à partir du milieu du XIXe siècle.

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

D'or à la bande d'azur chargée de trois cristaux de neige d'argent, accompagnée en chef d'un coq de bruyère contourné au naturel et en pointe d'un sapin de sinople.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
(avant 1995) mars 2001 Robert Bourgeois Divers droite  
mars 2001 Mars 2014[2] Bernard Regard-Jacobez Divers droite  
Mars 2014   Nolwenn Marchand Aucune  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 075 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
782 651 714 658 716 682 649 677 719
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
641 702 767 771 747 704 781 752 684
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
699 638 568 492 388 336 333 324 286
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
251 284 315 320 606 664 931 1 006 1 075
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voies[modifier | modifier le code]

74 odonymes recensés à Prémanon
au 7 décembre 2013
Allée Avenue Bld Chemin Cour Impasse Montée Passage Place Quai Carrefour Route Rue Ruelle Autres Total
8 0 0 24 0 0 0 0 2 [N 1] 0 1 [N 2] 11 22 0 6 [N 3] 74
Notes « N »
  1. Dont la Place du 19-Mars-1962
  2. Carrefour du Gabelou
  3. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, résidences, quartiers, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & OpenStreetMap & FNACA-GAJE du Jura

Édifices et sites[modifier | modifier le code]

La patinoire du Haut-Jura, la seule de la station des 4 villages (Prémanon, Bois-d'Amont, Les Rousses, Lamoura) et le bowling, se trouvent sur la place centrale du village.

Le Centre polaire Paul-Émile Victor, dédié aux explorations polaires et l'explorateur du même nom, se trouve non loin de la même place entrale.

La mairie est située près de l'église, sur un monticule qui domine le village.

L'église Saint-Barthélémy est située dans le diocèse de Saint-Claude, elle est desservie par la paroisse n° 10 de Saint-Matthieu-de-Joux. Les curés sont les abbés Arnaud, Brelot et Pierre Girod.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Page INSEE [1] ; cheminement : sur la petite carte de France, onglet Départements, puis choisir le département, puis menu déroulant Couches d'aide à la sélection
  2. Préfecture du Jura, Liste des maires élus en 2008, consultée le 2 mai 2010
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]