Lamoura

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lamoura
Mairie de Lamoura
Mairie de Lamoura
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Saint-Claude
Canton Saint-Lupicin
Intercommunalité Communauté de communes de la Station des Rousses
Maire
Mandat
Francis Leseur
2014-2020
Code postal 39310
Code commune 39275
Démographie
Gentilé Lamourantin
Population
municipale
554 hab. (2012)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 23′ 46″ N 5° 58′ 03″ E / 46.3961, 5.967546° 23′ 46″ Nord 5° 58′ 03″ Est / 46.3961, 5.9675  
Altitude Min. 1 064 m – Max. 1 495 m
Superficie 22,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Franche-Comté
City locator 14.svg
Lamoura

Géolocalisation sur la carte : Franche-Comté

Voir sur la carte topographique de Franche-Comté
City locator 14.svg
Lamoura

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lamoura

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lamoura

Lamoura est une commune française située dans le département du Jura en région Franche-Comté. Elle est située en bordure de la Forêt du Massacre.

Lamoura est l'un des quatre villages de la Station des Rousses. Ses habitants sont appelés les Lamourantins.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Longchaumois Prémanon - Les Rousses Rose des vents
Saint-Claude N Lajoux
O    Lamoura    E
S
Septmoncel, Lajoux

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'étymologie du nom "Lamoura" est simple : il s'agit d'un nom francoprovençal (prononcé "la "mour(a)" avec accent sur le "ou" et non sur le "a" final, presque atone) désignant un amas rocheux, une barre rocheuse. Le mot est à rapprocher de "moraine" (terme franco-provençal), de Lamure etc.. On note à Lamoura un lieu-dit "le base des Meures" qui confirme cette étymologie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce village du Haut-Jura a une double tradition liée à la rudesse de son climat. Les habitants des villages de cette région avaient deux métiers. Le métier d’agriculteur et un métier dit « métier de fenêtre ». Le métier de fenêtre de ce village était le métier de lapidaire. Aujourd’hui on trouve dans ce village un petit musée retraçant l’histoire et la technique de ces lapidaires.

À l'automne 1943, Lamoura, hameau frontalier avec la Suisse, abritait l'École des cadres du maquis de la région R1 (Rhône-Alpes). C'est à Henri Frenay que l'on doit la mise en place d'un réseau destiné à organiser les maquis sous l'égide des Mouvements unis de la Résistance (MUR). Dans ce dispositif, l'école a pour objectif de donner une instruction militaire, mais aussi civique, aux futurs responsables de la Résistance intérieure. Près de la forêt du Massacre, intellectuels motivés et jeunes réfractaires au Service du travail obligatoire (STO) se mélangent. Leur armement se résume le plus souvent à la mitraillette Sten. Parmi les centaines d'hommes formés à l'École des cadres, 85 sont arrêtés et 24 fusillés.

Économie[modifier | modifier le code]

Activités économiques[modifier | modifier le code]

Les deux activités essentielles de la commune sont l'exploitation forestière (bois de conifères) et le tourisme (d'été et d'hiver).

Tourisme[modifier | modifier le code]

Les activités touristiques proposées sont le ski de fond et alpin, les raquettes, le cyclisme, la marche nordique, la randonnée, le VTT, les chiens de traîneau, la gastronomie locale et l'hôtellerie traditionnelle.

Lamoura fait partie de la station des Rousses qui regroupe les quatre villages des Rousses, de Prémanon, de Bois d'Amont et de Lamoura. C'est un des plus grands sites d'Europe en ce qui concerne la pratique du ski nordique (plus de 200 km de pistes damées l'hiver sur les 4 villages réunis).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Bernard Bavoux   Retraité
mars 2008   Francis Laforge[1]   Retraité
mars 2014   Francis Leseur[2]   Ouvrier qualifié

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Lamoura fait partie de la Communauté de communes de la Station des Rousses.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 554 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1841. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881
918 929 949 842 856 891 870 853 895
1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931
909 886 813 800 774 677 592 530 444
1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999
333 268 270 240 215 333 379 388 436
2005 2006 2010 2012 - - - - -
524 534 529 554 - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

  • En hiver, La Serra est une station de ski alpin familiale qui est l'un des 3 massifs principaux de la station des Rousses. Plusieurs remontées mécaniques dont un télésiège desservent 1 piste noire, 4 pistes rouges, 4 pistes bleues et 3 pistes vertes. On y trouve également une école de ski, un restaurant, une aire de camping-car, une location de ski, des sanitaires, une salle hors-sacs, etc.
  • Né en 1970, pendant plus de 40 ans, le VVL de Lamoura (pour Village Vacances Lamoura) a été la structure touristique la plus importante de Franche-Comté. Situé en face de la Serra et à 4 km du centre du village, le complexe touristique comptait 962 lits répartis dans 460 chambres [5] et réalisait 130 000 nuitées à l’année. Appartenant à un syndicat intercommunal regroupant 12 collectivités territoriales françaises, situées toutes hors du Jura, une tentative de vente en 2013 à la société privée Geco échouera au terme de deux années de polémiques et d'actions en justice[6]. Pendant cet intervalle, le Syndicat Intercommunal du Village Vacances de Lamoura (SIVVL), structure publique, en confiait l'exploitation, par contrat de location-gérance, à la société privée Hôtels et Résidences (société présentée par Geco et actuellement liquidée[5]), et les élus décidaient alors, à l'unanimité, la cessation de l'activité publique de tourisme du syndicat. Depuis le 1er juillet 2014, et la résiliation du bail de location-gérance suite à la mauvaise gestion puis la liquidation du privé : la société Hôtels et Résidences, le VVL, dont la décision de cessation d'activité touristique était devenue légalement exécutoire, a fermé définitivement ses portes faute de repreneur. Prévue pour mi-2015, une vente aux enchères de l'ensemble immobilier est en cours d'organisation par le SIVVL.[réf. nécessaire].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • La Maison du lapidaire, musée contigu à la mairie[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Ferréol Cannard, biathlète médaillé de bronze olympique en 2006, est domicilié dans la commune depuis 2005 . Né à Morez, il a vécu toute sa jeunesse à Pontarlier où Il a débuté au Club de Ski Nordique de Pontarlier.

La skieuse de Télémark Laura Grenier Soliget qui participe aux épreuves de coupe du monde, est originaire de Lamoura.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Préfecture du Jura, Liste des maires élus en 2008, consultée le 2 mai 2010
  2. Préfecture du Jura, Résultats de la commune
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2012.
  5. a et b « Nouvelle ère au VVL de Lamoura », sur france3.fr (consulté le 21 avril 2013)
  6. « VVL : la vente au privé Geco enrayée par une action en justice », sur Le Progrès (leprogres.fr) (consulté le 21 avril 2013)
  7. « Maison du Lapidaire à Lamoura », sur Juramusees.com (consulté le 2 mars 2013).