Pierre Chirol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre Chirol
Présentation
Nom de naissance Pierre François Désiré Marie Chirol
Naissance 25 août 1881
Rouen, France
Décès 21 novembre 1953 (à 72 ans)
Rouen, France
Nationalité Drapeau de la France France
Œuvre
Distinctions Légion d'honneur

Pierre Chirol, né le 25 août 1881 et mort le 21 novembre 1953, est un architecte français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre Chirol fait ses études classiques à l'Institution Join-Lambert de sa ville natale[1]. Il s'intéresse à l'archéologie[1] et devient membre de la Société des Amis des monuments rouennais en 1902[2]. En 1903, il rentre à l'École des beaux-arts de Paris dans l'atelier de Jean-Louis Pascal[2]. Parallèlement il suit des cours à l'école du Louvre[1]. Après avoir obtenu en 1911 son diplôme d'architecte[1], il ouvre son cabinet à Rouen[2].

Nommé architecte régional des PTT en 1924[2], il est l'auteur d'une trentaine de bureaux de poste, notamment au Mont-Saint-Michel, à Caen (bureau de poste Gambetta), à Trouville-sur-Mer et à Rouen (Direction régionale des Postes)[1]. Catholique très pratiquant, il a également construit une dizaine d’églises[1]. Il utilise les matériaux locaux et le style régionaliste en l'alliant avec des éléments plus moderne[1]. Le bureau de poste Gambetta à Caen, construit en pierre de Caen en 1932, allie par exemple un style classique et un modernisme Art déco mesuré[3], tandis que les ferronneries font appel au vocabulaire régionaliste. Son dernier bâtiment, construit pour la Compagnie des tramways rouennais, était à l'époque le plus vaste garage pour autobus d'Europe grâce à l'utilisation du béton précontraint[1]. À l'Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes, il reçoit le diplôme d'honneur[2].

Il a été membre de la Commission des antiquités de Seine-Maritime[2], de la Société libre d'émulation de la Seine-Maritime[1], de la Société industrielle de Rouen et du Photo-club rouennais[réf. nécessaire]. Il a présidé en 1926 l'Académie de Rouen – dont il est membre depuis 1919 –, en 1927 la Société des architectes de la Seine-Inférieure et de l'Eure, en 1936 la fédération des sociétés normandes pour le développement du régionalisme[2], en 1941 l'ordre régional des architectes[2]. Il a également été professeur d'art normand à l'école des Beaux-Arts de Rouen[1].

Il est fait chevalier de la Légion d'honneur en 1947[2].

Son corps repose au cimetière monumental de Rouen. Une rue de Rouen porte son nom.

Une exposition lui a été consacrée aux Archives départementales de Seine-Maritime, à Rouen, du 19 septembre au 17 décembre 2009[2].

Réalisations[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l André Dubuc, « Nécrologie : Pierre Chirol (1881-1953) » dans Annales de Normandie, 1954, Volume 4, no 4-1, pp. 83–85
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Vincent Maroteaux (dir.), Pierre Chirol, architecte et erudit normand (1881–1953), Rouen, 2009, Points de vue / Archives départementales de Seine-Maritime
  3. a et b « Bureau de poste Gambetta », base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. « Église paroissiale Notre-Dame », base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. « Église Saint-Antoine-de-Padoue », base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. « Maison, Saint-Adrien », base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. Pierre Chirol, Le couvent des Ursulines de la rue des Capucins, Extrait Bulletin de la Société des Amis des Monuments rouennais (1922-23), Rouen, Imprimerie Lecerf et fils, 1926
  8. « Église paroissiale Sainte-Jeanne-d'Arc », base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. « Église Paroissiale Saint Gilles, Sainte-Thérèse », base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Monument aux Morts de la Guerre de 1914-1918 et de la Guerre de 1939-1945 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. Direction régionale des affaires culturelles de Basse-Normandie, Les monuments historiques du XXe siècle en Basse-Normandie, Cormelles-le-Royal, 2010, Éditions In-quarto-EMS, p. 60
  12. « Bureau de poste, 16 rue Amiral-de-Maigret », base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Ancienne chapelle du collège de Normandie », base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Poste, 20 bis rue Robert Fossorier », base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. Direction régionale des affaires culturelles de Basse-Normandie, op. cit., p. 69
  16. Patrice Quéréel (préf. Guy Pessiot), La Ville évanouie - Rouen : un demi-siècle de vandalisme, Saint-Aubin-lès-Elbeuf, Page de Garde,‎ 1999, 381 p. (ISBN 2-84340-108-9), p. 366-367
  17. « Gare Station de Tramways », base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « Église Paroissiale Saint-Nicaise », base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « Église paroissiale Saint-Pierre », base Mérimée, ministère français de la Culture

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]