Odeur corporelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La plupart des mammifères ont une odeur corporelle qui leur est propre, en tant qu'espèce, et en tant qu'individu.
Chez les insectes, elle est un moyen courant d'identification de l'appartenance à l'espèce, à la colonie. Chez les mammifères, c'est un moyen courant d'identification des individus les uns par les autres au sein d'un groupe.
Certaines espèces disposent de glandes odorantes jouant un rôle sexuel, chez le mâle (avec par exemple des glandes prépuciales[1] chez la souris), comme chez la femelle (qui possède aussi des glandes prépuciales, prés du clitoris chez la souris). Ces glandes peuvent également être utilisées pour le marquage du territoire. Plus rarement des glandes sécrétant un aérosol d'odeur très désagréable permet à un animal de tenir des ennemis à distance (exemple  : moufette).

Chez l'humain, certaines maladies ou anomalies génétiques peuvent se traduire par une odeur désagréable pour autrui et/ou soi-même.

Chez l'animal[modifier | modifier le code]

Certaines odeurs corporelles sont perçues comme des signaux par les membres du groupes ou d'éventuels prédateurs

  • signaux sociaux, de nature sexuelle notamment (phéromones volatiles ou non-volatiles repérées par l'organe voméronasal)[1] qui participent au choix des femelles par les mâles et inversement (par exemple chez la souris, la femelle choisit le mâle en fonction d'odeurs provenant des glandes prépuciales et de son urine[2],[3],[4] ;
  • signaux régulant le comportement maternel[5],[6]
  • signaux de détresse (odeur exprimant la peur ou le stress) ;
  • signaux d'avertissement, invitant un prédateur à se tenir à l'écart, signalant par exemple un goût désagréable ou repoussant.
  • signal de mort (juste après la mort, certains enzymes ne sont plus inhibés et modifient l'odeur corporelle, ce qui attire immédiatement les nécrophages présent à proximité). Certains animaux (exemple : opossums) simulant la mort quand ils sont en danger sont capables d'alors émettre une forte odeur corporelle trompant le prédateur en lui faisant croire qu'il est en présence d'un cadavre en état de décomposition déjà avancée, ce qui est cependant sans efficacité vis-à-vis de rapaces ayant peu d'odorat ou d'oiseaux nécrophages.

Les félins qui chassent à l'affut ou en pistant leurs proies passent beaucoup de temps pour maintenir leur corps sans odeur (léchage, bains) et les canidés doivent se mettre sous le vent de leurs proies pour ne pas s'en faire repérer ou se servent de leur odeur comme signal d'alarme quand ils chassent en groupe.

Chez l'être humain[modifier | modifier le code]

Chez le jeune enfant, avant l'apprentissage de la propreté, l'odeur des excréments et de l'urine sont une composante (périodiquement) importante de l'odeur corporelle, plus ou moins atténuée par les pratiques de propreté.

Les odeurs corporelles varient selon l'âge, selon les parties du corps, selon les pratiques d'hygiène corporelle, le régime alimentaire, le mode de vie, le genre, la santé et aussi selon le cycle hormonal ou l'état de grossesse chez la femme. Certains médicaments peuvent aussi interférer avec les odeurs corporelles.

L'odeur corporelle et personnelle est perçue comme agréable à déplaisante selon les personnes, les zones corporelles, mais aussi selon les circonstances. Par exemple l'odeur d'un nouveau-né ou de son placenta ou de ses excréments peuvent être perçus comme agréables ou non désagréables par la mère, et désagréables par des personnes non issues du foyer.

Il semble exister une composante phéromonale de l'odeur corporelle (odeur des aisselles masculines notamment) pouvant jouer un rôle discret, mais réel dans la sexualité[7] et la reproduction humaine[8] et la régulation de l'ovulation chez la femme[9].

Des facteurs encore mal compris semblent favoriser ou au contraire parfois empêcher synchronisation des cycles hormonaux féminins. Ces facteurs sont encore discutés, sur la base d'études scientifiques parfois très contradictoires et pouvant comporter des biais scientifiques et méthodologiques[10],[11].
Par exemple :

  • aucune synchronisation significative n'a été observée lors d'une étude de 29 couples lesbiens de femmes nord-américaines âgées de 22 à 48 ans[12] ;
  • au contraire, une forte synchronisation a été observée par une autre étude faite chez des couples de lesbiennes en Israël. Dans ce cas, une forte coïncidence de date a été observée ; à deux jours près pour la moitié des cas, c'est-à-dire chez 10 couples sur 20 étudiés)[13]. Cette étude a aussi montré qu'il existait des facteurs favorisant la synchronie menstruelle (dont activités partagées, proximité dans le couple mais aussi une régularité menstruelle)[13].
    Une synchronisation, mais assez faible a été trouvée au sein d'une équipe sportive féminine de Basket, mais cette faiblesse peut aussi être expliquée par des facteurs sociaux et d'hygiène[14].

Une explication possible à ces différences, proposée par plusieurs auteurs, est que les pratiques contemporaines d'épilation, d'hygiène intime et d'utilisation de parfum pourraient supprimer ou inhiber ou perturber, la production et la perception d'odeurs « biologiquement actives » (dont phéromones), les relations sociales, et le milieu professionnel peuvent aussi interagir en désynchronisant les cycles hormonaux[15].

Spécificité (signature odorante)[modifier | modifier le code]

L'odeur corporelle et individuelle est chez de nombreuses espèces un moyen d'identification, très commune chez les mammifères terrestres, (chiens par exemple) et chez d'autres animaux.
C'est cette « signature » qui permet à un prédateur (ou à un chien policier) de remonter une piste odorante, à partir de traces odorantes infimes.

L'odeur corporelle d'un individu a une part génétique, mais est influencée par le régime alimentaire, le mode de vie, le genre, la santé et les médicaments, le cycle hormonal…

Spécificité des odeurs humaines[modifier | modifier le code]

Chez l'humain comme chez tous les mammifères, l’odeur corporelle varie selon les individus :

  • le nouveau-né et le nourrisson et leur mère ont chacun une odeur particulière, qui semblent jouer un rôle important dans la relation mère-bébé ;
  • les glandes sébacées et apocrines s'activent à la puberté modifiant l'odeur du corps de l'adolescent. En particulier, les nombreuses glandes apocrines situées à proximité des organes sexuels et sous les aisselles s'activent, le préparant à une sexualité plus active et à la reproduction[16]. Par rapport aux autres primates, la pilosité humaine associée aux glandes à phéromones est plus localisée à la zone pubienne et axillaire[17] ;
  • chez les femmes, le sens de l'olfaction augmente au moment de ovulation. Il est alors beaucoup plus fort que pendant les autres phases du cycle menstruel et aussi fort que celui des hommes[18] ;
  • l'olfaction humaine est moins développée que celle d'animaux tels que le chien, mais permet à la plupart des êtres humains de reconnaître l'odeur d'individus de leur parenté (mères et enfants) mais non celle de leur mari ou femme)[19].
    De même, une mère peut identifier l'odeur corporelle de ses enfants biologiques, mais non celle de « beaux-enfants ». Des enfants préadolescents peuvent également olfactivement reconnaître l'odeur de leurs frères et sœurs, mais non celle de demi-frères, de demi-sœurs, phénomène qui pourrait être impliqué dans l'évitement de l'inceste et l'évitement Effet Westermarck[20].
    Enfin, Les bébés peuvent reconnaître leur mère par l'odorat et les mères et d'autres parents proches peuvent également identifier un bébé par l'odorat. Laisser des objets ou un tissu imprégnés de l'odeur de la mère a souvent un effet calmant sur le bébé momentanément séparé d'elle[16] ;
  • le système olfactif humain dispose de bien moins de récepteurs olfactifs que celui des canidés, et notre génome dispose de moins de gènes codant pour des récepteurs olfactifs fonctionnels que celui du rat. Ceci pourrait être dû à notre bipédie et à la faible taille du nez (par rapport aux museaux du chien et du rat), cependant - par rapport à d'autres espèces - le cerveau humain semble avoir conservé de grandes zones dédiées ou associées à la perception olfactive[17].

Composantes de l'odeur du corps humain[modifier | modifier le code]

L'odeur naturelle du corps est constituée du mélange de plusieurs composantes, dont :

  • une composante de fond, génétiquement acquises (exemple : sécrétion plus ou moins importante d'Acide butanoïque) ;
  • une composante liée à la nature des bactéries de la peau, et au métabolisme des bactéries lui-même lié aux caractéristiques individuelles de la transpiration (voir plus bas). Une partie de cette microflore est héritée de la mère et acquise après la naissance, et peut varier en fonction d'effets contextuels (type de vêtements et chaussures portés, des activités sportives, du métier pratiqué, etc.) ;
  • une composante liée au métabolisme corporel, notamment en cas de maladie (exemple : sécrétion d'acétone) ;
  • une composante liée au statut métabolico-hormonal, et à la sexualité, qui évolue selon le sexe et tout au long de la vie. Cette composante peut aussi être modulée par les maladies et probablement par l'exposition à des perturbateurs endocriniens ; l'importance d'une sous-composante hormonale jouant un rôle de phéromones non consciemment perçu est discutée ;
  • une composante liée à l'environnement (exemples : milieux polaires, désertiques, marins, de jungle humide, etc.) ;
  • une composante liée à la boisson et l'alimentation ;
  • une composante émotionnelle (certaines émotions (positives ou négatives, dont les émois sexuels), tout comme la chaleur ou la fièvre) peuvent activer la transpiration et l'activation de glandes sudoripares endocrines, apocrines ou eccrines)[21] ;
  • une composante liée aux pratiques d'hygiène qui peuvent selon les cas atténuer, supprimer ou cacher certaines odeurs naturelles…

Odeur individuelle et microflore[modifier | modifier le code]

L'odeur individuelle semble fortement liée à la nature et l'activité de notre microflore externe (de la peau et des phanères)[22] et interne (microflore du tube digestif et des muqueuses de la bouche pour l'haleine, ou du vagin dans le cas des odeurs générées par la flore vaginale…).
La transpiration n'a pas en tant que telle d'odeur consciemment perçue par l'odorat, mais les bacteries et champignons vivant sur la peau et accessoirement les vêtements qui la recouvrent sont à l'origine d'un cocktail d'odeurs variant selon la nature de la microflore de la peau, la température ambiante, le type de vêtements et de nombreux autres facteurs liés ou non aux pratiques d'hygiène.

L'odeur corporelle humaine liée à la transpiration est notamment expliquée par :

  • l'activité de bactéries du genre Corynebacterium ; elles produisent des enzymes (lipases) capables de décomposer les lipides de la sueur en molécules plus petites et odorantes ayant une composante « butyrique »[23] ;
  • l'activité de propionibactéries qui produisent de l'acide propionique (ou acide propanoïque) à partir de la sueur (cet acide est un résidu de la dégradation de certains acides aminés par ces bactéries qui prospèrent dans les conduits des glandes sébacées de l'humain (adolescent et adulte). Cet acide propionique étant chimiquement proche de l'acide acétique, il pourrait expliquer le caractère aigre ou vinaigré de certaines odeurs corporelles ;
  • l'activité de la bactérie Staphylococcus epidermidis, source (au niveau des pieds) d’acide isovalérique (3-méthyl butanoïque) également odorant[24] (également trouvé dans plusieurs types de fromages forts).

Origine de la signature odorante humaine[modifier | modifier le code]

L'odeur semble avoir une grande importance chez presque tous les mammifères.
Une idée fréquemment avancée est qu'au temps des débuts de l'humanité, l'odeur humaine a probablement joué un rôle pour la sexualité et pour les relations sociales (mère-enfant, solidarité du groupe, marquage du territoire, etc.), peut-être jusqu'à la préhistoire voire plus.

L'odeur humaine aurait ainsi joué chez les premiers hominidés un rôle aposématique olfactif (à la fois signal d'affichage et d'avertissement), notamment la nuit, quand ils dormaient dans la savane ouverte ou dans la jungle.
Comme de nombreux prédateurs approchent leurs proies « contre le vent », une odeur corporelle marquée et typique les informerait sur l'identité et la taille du groupe des hominidés (qui en tant que maitrisant quelques armes et outils, ou le feu pouvait présenter un danger potentiel pour n'importe quel prédateur).
Les touffes de poils poussant sous les aisselles et sur de la zone pubienne et anogénitale pourraient ainsi être une adaptation évolutive permettant de mieux diffuser la signature olfactive d'un groupe humain.
Dans cette perspective, à moins que les phéromones jouent encore un rôle en grande partie « inconscient » mais important dans les relations interhumaines, l'odeur du corps aurait perdu de sa valeur de survie depuis que les humains se sont pour la plupart sédentarisés et isolés dans des maisons, villes et villages ou ont développé de nombreux autres moyens d'assurer leur sécurité par rapport aux animaux sauvages. L'odeur humaine pourrait être un héritage de notre passé évolutif, peut être conduit à perdre de sa signification biologique[25].

Plusieurs études et revues d'études récentes (années 1990 à 2010) ont suggéré que chez l'animal ou dans l'espèce humaine, des individus pourraient inconsciemment utiliser certains marqueurs olfactives associés au système immunitaire inné[26],[27],[28]. pour sélectionner leur proches et partenaires sexuels relations[29],[30],[31], choix qui pourraient être modifiés par l'utilisation d'un contraceptif hormonal (exemple : contraception orale[32]).

Odeurs et sexualité[modifier | modifier le code]

Certaines glandes sudoripares (uniquement trouvées sous les aisselles et dans la zone pubienne) ont une fonction différente, impliquant la production de phéromones[22]. Les odeurs les plus marquées proviennent de ces zones, de la région anogénitale, des pieds (chez certaines personnes) et moindrement de la zone de l'aréole ou du nombril[33]. Chez l'homme, la pilosité particulière des aisselles et de la région anogénitale pourrait jouer un rôle de diffuseur d'odeur ou de phéromones[16].

On a récemment[Quand ?] mis en évidence chez la souris que la prolactine n'est pas libérée uniquement durant la grossesse et l'allaitement mais aussi après un rapport sexuel, et qu'elle peut alors générer de nouveaux neurone dans le bulbe olfactif[34]. Cette découverte pourrait être une clé de plus pour la récupération cérébrale post-AVC[34].

Sur la base d'analyses d'imagerie cérébrale, des chercheurs suédois ont montré que les cerveaux d'hommes homosexuels et hétérosexuels réagissent différemment à deux phéromones (odeurs considérées comme impliqués dans l'excitation sexuelle), et que le cerveau des hommes homosexuels testés répondent à ces odeurs de la même manière que celui de femmes hétérosexuelles, mais il n'a pas pu être déterminé si cette réponse était une cause ou un effet de l'homo ou hétéro-sexualité. L'étude a été élargie pour inclure les femmes lesbiennes et les résultats ont été cohérents avec les observations antérieures, ce qui signifie que les femmes lesbiennes ne sont pas aussi sensibles aux odeurs mâles identifiés que ne le sont les femmes hétérosexuelles[35]. Selon ses auteurs, cette étude suggère un rôle possible des phéromones humaines et une base biologique à l'orientation sexuelle[36].

Selon deux études[37] (ayant porté sur le même thème, mais dont la seconde a été statistiquement plus puissante que la première, et a pris en compte un biais pouvant être dus aux modes d'hygiène corporelle des hommes ayant participé à l'expérimentation), l'odeur d'hommes ayant une plus grande symétrie bilatérale du corps est préférée (considérée comme plus attractive) par les femmes qui les ont respiré et évalué, mais uniquement quand ces femmes sont en période d'ovulation - et - uniquement chez des femmes ne prenant pas la pilule, ce qui laisse penser que le système hormonal est fortement impliqué dans ce « choix préférentiel »).
La seconde étude a dans le même temps également examiné l'attractivité de l'odeur féminine sur les hommes. Dans ce cas, les auteurs n'ont trouvé aucune preuve ni indice que les hommes préfèrent le parfum des femmes dont le corps est plus symétriques[37].
Les auteurs posent l'hypothèse de l'existence d'une sorte d’« odeur de symétrie » : l'odeur pourrait être un indice de qualité phénotypique et génétique du mâle humain, pouvant orienter le choix instinctif par la femme d'un partenaire masculin pour la reproduction. Les molécules en cause ne sont pas identifiées, mais les auteurs ont fait des propositions[37].
La même seconde étude montre que de la part de l'homme, comme de la femme, l'attractivité d'un visage d'une personne du sexe opposée (vu sur une photo) a une certaine valeur prédictive de l'attractivité de son odeur corporelle. Et ici aussi, la « préférence » de la femme pour l'odeur d'un homme associée à l'attractivité du visage est statistiquement la plus élevée au moment où elle est la plus féconde (pic hormonal correspondant à l'ovulation au cours du cycle menstruel)[37].
L'ensemble de ces résultats pourrait suggérer que les femmes au moment de l'ovulation ont une préférence accrue pour des hommes dotés d'un profil génétique correspondant à un standard physique correspondant à de bons gènes pour ce qui concerne le développement du corps[37],[38].
Il a été ensuite montré que la symétrie du visage était effectivement généralement associée à une symétrie du reste du corps[39].
D'autres études de ce type ont obtenu des résultats plus équivoques[40], ce qui pourraient être expliqués, selon une étude plus récente (2012)[40] par la fait que les variations (au cours du cycle menstruel) de préférences de la part d'une femme pour un visage masculin liés à la symétrie de ce visage également influencées par le contexte relationnel[40]. En particulier, la préférence d'une femme pour un visage plus symétrique est plus marquée au moment où elle est féconde, que quand ce visage est « jugé, évalué » dans le contexte d'une relation envisagée à court terme. Cette préférence semble en outre associée à des orgasmes plus fréquents dans les relations de couple avec un partenaire masculin dont le corps est plus proche d'une symétrie bilatérale parfaite[41]. Cette symétrie bilatérale est souvent considérée comme un « marqueur » favorisé par la sélection naturelle, chez l'animal, et chez l'Homme[42].

Odeur et convenances sociales[modifier | modifier le code]

Cette odeur, pour des raisons de conformisme et de codes socioculturels ou pour des raisons commerciales (industries de la mode et des parfums, produits de beauté et d'hygiène corporelle) est parfois volontairement masquée par des parfums ou des déodorants.

L'odeur naturelle de la peau ou de l'haleine peuvent être aussi plus ou moins provisoirement transformée par des molécules odorantes provenant du tabagisme ou de l'alimentation (lait maternel chez l'enfant, ou épices, ail, alcool, chez l'adulte), lessives ou shampoing ou par les pratiques d'hygiène individuelle, avec des conséquences (positives et/ou négatives) mal mesurées sur les relations interpersonnelles ou la santé individuelle (par exemple, plusieurs déodorants ou produits d'hygiène parfumés sont soupçonnés d'être des perturbateurs endocriniens)…

Pathologies et odeur corporelle[modifier | modifier le code]

Odeur corporelle
Classification et ressources externes
CIM-10 L75.0
CIM-9 705.89
DiseasesDB 28886
eMedicine derm/597 
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Des odeurs corporelles désagréables peuvent être produites par des bacteries ou une microflore anormale se développant sur ou dans le corps. Les médecins parlent de :

  • bromhidrose ;
  • bromhidrose apocrine ;
  • bromidrose ;
  • osmidrose ;
  • ozochrotie ;

Sur la peau, des bactéries peuvent se multiplier rapidement en présence de transpiration, mais la transpiration elle-même est inodore chez les humains. Des glandes particulières (voir organe axillaire par exemple) peuvent toutefois produire des molécules qui participent à la signature odorante (individuelle et sexuée).

Le traitement des odeurs corporelles[43] peut parfois utiliser des produits susceptibles d'avoir des effets dermatologiques ou hormonaux négatifs.

La triméthylaminurie (ou fish-odor syndrome, syndrome de l'odeur du poisson pourri) est un désordre métabolique dont la principale caractéristique est une odeur proche de celle du poisson en décomposition.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mitro S, Gordon AR, Olsson MJ, Lundström JN (2012) The Smell of Age: Perception and Discrimination of Body Odors of Different Ages. PLoS ONE 7(5): e38110. doi:10.1371/journal.pone.0038110
  • (en) Beauchamp GK, Katahira K, Yamazaki K, Mennella JA, Bard J, Boyse EA. 1995. Evidence suggesting that the odortypes of pregnant women are a compound of maternal and fetal odortypes. Proc Natl Acad Sci USA 92:2617–2621
  • (en) Wallace P. Individual discrimination of humans by odor. Physiol Behav 1977;19:577–9.
  • (en) Alison S. Fleming Meir Steiner, Carl Corter (1997), Cortisol, Hedonics, and Maternal Responsiveness in Human Mothers ; Hormones and Behavior ; vol. 32, Issue 2, October 1997, Pages 85–98
  • (en) Schiffman SS, Sattely-Miller EA, Suggs MS, Graham BG. The effect of pleasant odors and hormone status on mood of women at midlife. Brain Res Bull 1995;36:19–29.
  • (en) Schiffman SS, Suggs MS, Sattely-Miller EA. Effect of pleasant odors on mood of males at midlife: comparison of African-American and European-American men. Brain Res Bull 1995;36:31–7.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en)Ninomiya K, Brown RE (1995), Removal of the preputial glands alters the individual odors of male MHC-congenic mice and the preferences of females for these odors ; Physiol Behav. 1995 Jul; 58(1):191-4. (résumé).
  2. (en)Hurst JL (2009), Female recognition and assessment of males through scent. Behav Brain Res. 2009 Jun 25; 200(2):295-303. Epub 2008 Dec 25.
  3. (en)Ninomiya K, Kimura T (1988), Male odors that influence the preference of female mice: roles of urinary and preputial factors. Physiol Behav. 1988; 44(6):791-5 (résumé).
  4. (en)Zhang JX, Liu YJ, Zhang JH, Sun L (2008),Dual role of preputial gland secretion and its major components in sex recognition of mice ; Physiol Behav. 2008 Oct 20; 95(3):388-94. Epub 2008 Jul 8 (résumé).
  5. (en)Lévy F, Keller M, Poindron P (2004), Olfactory regulation of maternal behavior in mammals. Horm Behav. Sept 2004 ;46(3):284-302. Review.
  6. (en)Lévy F, Keller M (2009), Olfactory mediation of maternal behavior in selected mammalian species ; Behav Brain Res. 2009 Jun 25; 200(2):336-45. Epub 2008 Dec 25.
  7. (en) Quadagno, D.M., Shubeita, H.E., Deck, J. et al. (1981) Influence of male social contacts, exercise, and all-female living conditions on the menstrual cycle. Psychoneuroendocrinology, 6, 239–244.
  8. (en)Preti, G., Cutler, W.B., Garcia, C.R. et al. (1986) Human axillary secretions influence women's menstrual cycles: The role of donor extract of females. Horm. Behav., 20, 474–482.
  9. (en)Stern, K. and McClintock, M. (1998) Regulation of ovulation by human pheromones. Nature, 392, 177–179.
  10. (en)Wilson HC (1992), A critical review of menstrual synchrony research; Psychoneuroendocrinology. 1992 Nov; 17(6):565-91 (résumé).
  11. (en)Schank JC (2001), Menstrual-cycle synchrony: problems and new directions for research ; J Comp Psychol. 2001 Mar; 115(1):3-15.
  12. (en)Trevathan, W.R., Burleson, M.H. and Gregory W.L. (1993) No evidence for menstrual synchrony in lesbian couples. Psychoneuroendocrinology, 18, 425–435 (résumé).
  13. a et b (en)Weller A, Weller L. Menstrual synchrony in female couples ; Psychoneuroendocrinology. 1992 May-Jul; 17(2-3):171-7.
  14. (en)Weller A, Weller L (1995), Examination of menstrual synchrony among women basketball players ; Psychoneuroendocrinology. 1995; 20(6):613-22 (résumé).
  15. (en)Weller A, Weller L, The impact of social interaction factors on menstrual synchrony in the workplace ; Psychoneuroendocrinology. 1995; 20(1):21-31.
  16. a, b et c (en)The Oxford Handbook of Evolutionary Psychology, Edited by Robin Dunbar and Louise Barret, Oxford University Press, 2007, Chapter 22 Body odours and body odour preferences in humans by Claus Wedekind
  17. a et b (en) S. Craig Roberts et Jan Havlicek. Evolutionary psychology and perfume design. In DOI:10.1093/acprof:oso/9780199586073.001.0001.
  18. (en) Navarrete-Palacios E, Hudson R, Reyes-Guerrero G, Guevara-Guzmán R, « Lower olfactory threshold during the ovulatory phase of the menstrual cycle », Biological Psychology, vol. 63, no 3,‎ juillet 2003, p. 269–79 (liens PubMed? et DOI?).
  19. (en) Porter RH, Cernoch JM, Balogh RD, « Odor signatures and kin recognition », Physiol Behav, vol. 34, no 3,‎ 1985, p. 445–8 (liens PubMed? et DOI?).
  20. (en) Weisfeld GE, Czilli T, Phillips KA, Gall JA, Lichtman CM, « Possible olfaction-based mechanisms in human kin recognition and inbreeding avoidance. », Journal of experimental child psychology, vol. 85, no 3,‎ juillet 2003, p. 279–95 (liens PubMed? et DOI?).
  21. (en)William Montagna ; The skin of non-human primates, American Zoologist 12:109-124 (1972) ; Oxford University Press (Résumé).
  22. a et b (en) Johan N. Lundström et Mats J. Olsson, Pheromones, Academic Press,‎ 2010 (ISBN 978-0-12-381516-3), « Functional Neuronal Processing of Human Body Odors », p. 4.
  23. (en)Buckman, Dr. Robert (2003). Human Wildlife: The Life That Lives On Us. Baltimore: The Johns Hopkins University Press. p. 93-94.
  24. (en) Ara K, Hama M, Akiba S, Kenzo Koike, Koichi Okisaka, Toyoki Hagura, Tetsuro Kamiya et Fusao Tomita, « Foot odor due to microbial metabolism and its control », Can. J. Microbiol., vol. 52, no 4,‎ 2006, p. 357–64 (liens PubMed? et DOI?).
  25. (en)Jordanie, Joseph. Why do People Sing? Music in Human Evolution (Pourquoi les gens chantent ? La musique dans l'évolution humaine). Logos, 2011:123-124.
  26. (en)Wedekind C, Füri S., Body odour preferences in men and women: do they aim for specific MHC combinations or simply heterozygosity? ; Proc Biol Sci. 1997 Oct 22; 264(1387):1471-9 (résumé).
  27. (en)Wedekind C, Seebeck T, Bettens F, Paepke AJ (1995), MHC-dependent mate preferences in humans, Proc Biol Sci. 1995 Jun 22; 260(1359):245-9.
  28. (en)Santos PS, Schinemann JA, Gabardo J, Bicalho Mda G (2005), New evidence that the MHC influences odor perception in humans: a study with 58 Southern Brazilian students ; Horm Behav. 2005 Apr; 47(4):384-8 (résumé).
  29. (en)Penn D.J(1999), P.W.K. The evolution of mating preferences and major histocompatibility complex genes. American Naturalist 153, p. 145-164.
  30. (en)Milinski et al., Mate choice decisions of stickleback females predictably modified by MHC peptide ligands. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America 102, 4414-4418(2005).
  31. (en)Bhutta, M.F. Sex and the nose: Human pheromonal responses. Journal of the Royal Society of Medicine 100, 268-274(2007).
  32. (en)Roberts SC, Gosling LM, Carter V, Petrie M., MHC-correlated odour preferences in humans and the use of oral contraceptives. Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences 275, 2715-2722(2008), résumé.
  33. (en) Carol Turkington et Jeffrey S. Dover, The encyclopedia of skin and skin disorders, New York, Facts on File,‎ 2007, 363 p. (ISBN 978-0-8160-6403-8).
  34. a et b (en)Heather Wood, Sex cells ; Nature Reviews Neuroscience 4, 88 (February 2003) | doi:10.1038/nrn1044.
  35. (en)Savic, I. Brain response to putative pheromones in lesbian women (Réponse du cerveau aux phéromones putatives chez les femmes lesbiennes) ; PNAS, May 16, 2006.
  36. (en)Wade, N. Homosexual Men are found to have Different Scent of Attraction, NY Times, publié le 9 mai 2005.
  37. a, b, c, d et e (en)Randy Thornhill & Steven W Gangestad (1999), The Scent of Symmetry: A Human Sex Pheromone that Signals Fitness ? ; Evolution and Human Behavior ; vol. 20, Issue 3, Mai 1999, Pages 175–201 (résumé).
  38. (en)Rodrigo Andrés Cárdenas, Lauren Julius Harris (2007), Do women's preferences for symmetry change across the menstrual cycle ? ; Evolution and Human Behavior ; vol. 28, Issue 2, Mars 2007, Pages 96–105 (résumé).
  39. (en)Steven W. Gangestad & Randy Thornhill (2003), Facial masculinity and fluctuating asymmetry ; Evolution and Human Behavior ; Volume 24, Issue 4, Juillet 2003, Pages 231–241.
  40. a, b et c (en)Anthony C. Little & Benedict C. Jones (2012), Variation in facial masculinity and symmetry preferences across the menstrual cycle is moderated by relationship context ; Psychoneuroendocrinology ; vol. 37, Issue 7, Juillet 2012, Pages 999–1008 (résumé).
  41. (en)Randy Thornhill, Steven W. Gangestad, Randall Comer (1995), Human female orgasm and mate fluctuating asymmetry, Animal Behaviour ; Volume 50, Issue 6, 1995, Pages 1601–1615 (résumé).
  42. (en)J.T. Manning, K. Koukourakis, D.A. Brodie (1997), Fluctuating asymmetry, metabolic rate and sexual selection in human males, Evolution and Human Behavior ; Volume 18, Issue 1, Janvier 1997, Pages 15–21 (résumé).
  43. Fleury J, Guillet G, « Les bromidroses et leur prise en charge [Treatment of bromidrosis] », Ann Dermatol Venereol, vol. 139, no 5,‎ 2012, p. 404-8. (liens PubMed? et DOI?, lire en ligne [html]) modifier