Nombril

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir ombilic (homonymie).

Nombril

Description de cette image, également commentée ci-après

Nombril humain

Données
Latin Umbilicus

Le nombril, ou ombilic, est une cicatrice fibreuse de la paroi antérieure de l'abdomen, qui apparaît à la suite de la chute du cordon ombilical chez les nouveau-nés appartenant à la classe des mammifères placentaires. C'est le vestige de la circulation fœtale et, plus avant, de l'inflexion embryonnaire.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nombril sur la paroi abdominale antérieure

Les deux mots «nombril» et «ombilic» sont issus du latin. Ombilic a été emprunté au latin classique umbilicus, et est passé par la forme embelic[1]. Nombril a évolué depuis le latin populaire umbiliculus, et est passé par umblil (1178) puis lonblil (Chrétien de Troyes) ou nomblil, par agglutination initiale de l’article (défini et indéfini, respectivement), devenu nombril après dissimilation[2]. Les appellations de bédille (cordon ombilical) et badine (nombril), de même origine que boyau, boudin (du latin bodellus) étaient également utilisées anciennement[3].

Anatomie humaine[modifier | modifier le code]

Cicatrisation ombilicale chez un nouveau-né.

Le nombril est une cicatrice fibreuse située au niveau de la paroi antérieure de l'abdomen, formée par la chute du cordon ombilical qui survient en moyenne vers 10 jours de vie. Au niveau de la face externe (antérieure) de cette paroi, il est situé médialement, au milieu de la ligne blanche, entre les deux muscles droits. Au niveau de la face interne (postérieure) de la paroi abdominale antérieure, le nombril est relié en haut au foie par le ligament rond du foie, et en bas à la vessie par le ligament ombilical médian. De chaque côté de ce ligament se trouvent les plis ombilicaux médiaux qui relient le nombril aux parois latérales du petit bassin. Le ligament rond est le vestige de la veine ombilicale, le ligament ombilical médian est le vestige de l'ouraque et les plis ombilicaux médiaux sont les vestiges des artères ombilicales.

Le nombril est situé au niveau du disque entre les troisième et quatrième vertèbres lombaires. En médecine, il constitue un point de repère important. Le nombril est innervé par la dixième paire de nerfs intercostaux.

Variations[modifier | modifier le code]

Chez l’humain, les nombrils sont extrêmement variés autant en taille, qu'en forme, qu'en profondeur ou encore qu'en apparence globale. La cicatrice peut apparaître sous la forme d’une dépression ou d’une protubérance. La forme de dépression représente environ 90 % des nombrils[réf. souhaitée]. L'apparition d'un nombril protubérant est causée par un excédent de peau du cordon ombilical[réf. souhaitée].

En tant que cicatrice, l'ombilic n'est pas considéré comme caractère héréditaire. Ils sont ainsi une méthode parmi d'autres de distinguer deux jumeaux[réf. souhaitée].

Embryologie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : cordon ombilical.

Pathologie[modifier | modifier le code]

Hernie ombilicale

Chez l'enfant, la hernie ombilicale est un défaut bénin de fermeture du nombril. Chez l'adulte, la paroi abdominale présente dans le voisinage du nombril une zone de faiblesse, pouvant être le siège d’une hernie ombilicale ou para-ombilicale.

Les anomalies de fermeture de la paroi antérieure telles que le laparoschisis et l'omphalocèle sont des pathologies plus graves.

Significations culturelles[modifier | modifier le code]

  • Chez Platon, le nombril est la cicatrice laissée par le châtiment divin, mutilation qui nous a séparés d’une part de nous mêmes (châtiment des hermaphrodites dans le Banquet)[réf. souhaitée].
  • Selon la « thèse de l’anomphalie » (ou anomphalisme) débattue par les théologiens juifs dès le Moyen Âge, Adam et Ève seraient dépourvus de l’ombilic car ils n’avaient pas de mères qui auraient accouché d’eux. Le peintre Jean-Baptiste Santerre en était un grand partisan. Il est à noter que dans le chapitre 35 de l’Évangile de Barnabé, Jésus raconte que le nombril d’Adam est la trace du crachat de Satan sur la glaise dont Dieu se servit, pour façonner le premier homme.[réf. nécessaire][4]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Définitions lexicographiques et étymologiques de « ombilic » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales .
  2. Définitions lexicographiques et étymologiques de « nombril » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales .
  3. Albin d'Abel de Chevallet, Origine et formation de la langue française, p. 231, lire en ligne. Cette source cite notamment une lettre de 1475 donnée dans le Glossaire de Carpentier, que l’on peut consulter partiellement à Glossarium mediae et infimae latinitatis du Cange 1678.
  4. « Texte intégral de la bible de barnabas( ou barnabé) », sur http://www.aimer-jesus.com/,‎ 2014-07-16 (consulté le 2014-07-16)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Omphalos : le nombril en grec. L’omphalos de Delphes, sous le Temple d’Apollon à Delphes, était pour les anciens grecs le nombril du monde.
  • Peluche ombilicale
  • Saint Ombilic, relique du Christ.