Noël de Jourda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Noël Jourda de Vaux)
Aller à : navigation, rechercher
Officier général francais 7 etoiles.svg Noël Jourda
Comte de Vaux
Portrait du Maréchal de Vaux
Portrait du Maréchal de Vaux

Surnom Maréchal de Vaux
Naissance 12 mars 1705
à Saint-Julien-du-Pinet
Décès 14 septembre 1788 (à 83 ans)
à Grenoble
Origine Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Dignité d'État Maréchal de France
Années de service 1723
Faits d'armes Guerre de Succession de Pologne
Guerre de Succession d'Autriche
Guerre de Sept Ans
Distinctions Chevalier de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis
Autres fonctions Gouverneur de Corse
Lieutenant général du Dauphiné
Famille Jourda de Vaux

Noël Jourda, comte de Vaux, seigneur d'Artias, né le 12 mars 1705 au château de Vaux à Saint-Julien-du-Pinet et mort le 14 septembre 1788 à Grenoble, est un militaire français du XVIIIe siècle. Il est élevé à la dignité de maréchal de France en 1783.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et famille[modifier | modifier le code]

Noël Jourda de Vaux est le fils de Jean Baptiste Jourda de Vaux, seigneur de Retournac (né en 1687), et de Marie Anne de Saint-Germain

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Il entre comme enseigne au Régiment d'Infanterie d'Auvergne, 16 octobre 1723, et fait sa première campagne comme lieutenant du même régiment en Italie en 1733. Il assiste au combat de Parme, le 29 juin 1734 et à la bataille de Guastalla, le 19 septembre, où il reçoit deux blessures.

Guerre de Succession d'Autriche[modifier | modifier le code]

De janvier 1738 à avril 1741, il sert en Corse comme capitaine sous les ordres du général de Maillebois. Il se distingue à la défense de Ghisoni. Nommé chevalier de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis, il reçoit le commandement de la place de Corte.

A l'armée d'Allemagne sous la direction de Belle-Isle il se distingue pendant le siège de Prague en 1742. Il participe à trois sièges et un combat. Le 6 mars 1743, à la demande du maréchal de Broglie, il est nommé colonel du régiment d'Angoumois. Il assiste aux sièges de Menin et d'Ypres en 1744. Le maréchal de Saxe le distingue, à la bataille de Fontenoy, le 10 mai 1745 et aux sièges de Tournai, d'Oudenarde, de Dendermonde et d'Ath.

Sa participation au siège de Bruxelles lui vaut d'être nommé bri­gadier, le 23 février 1746. Il sert au siège de Namur, le 11 octobre et participe à la bataille de Rocourt. Il sert au siège de l'Écluse, du Fort d'Issendick et de Philippine. Manœuvre sur Malines, Tirlemont, assiste à la bataille de Lauffeld, le 2 juillet 1747 et reçoit une cinquième blessure pendant le siège de Bergen-op-Zoom. Prisonnier en 1748, il est promu maréchal de camp, le 10 mai.

La paix revenue, il est nommé lieutenant du Roi à Besançon le 4 juillet 1752, puis lieutenant général des armées du roi le 17 décembre 1759.

En janvier 1760, il quitte la Corse et rejoint en Allemagne, l'armée du maréchal de Broglie le 1er avril. Le 13, il assiste à la bataille de Bergen[Laquelle ?] et à l'attaque du camp du général Wargenheim, le 19 septembre. Il défend la plaine de Göttingen jusqu'en 1761, quand le 19 mai, le roi lui donne en témoignage de sa satisfaction le gouvernement de Thionville.

Gouverneur de Corse[modifier | modifier le code]

En février 1769, le comte de Vaux est appelé au commandement de l'armée en Corse. Il débarque le 7 avril, à Saint-Florent, le 22 juin. Le général de Vaux écrit au duc de Choiseul « [...] Toute la Corse est soumise au Roy [...]. » Le 1er août, il est nommé gouverneur général.

Le 10 avril 1770, il cède son commandement au comte de Marbeuf, pour être désigné, commandant en chef de l'armée, au sein de laquelle figurent Rochambeau et Lafayette, devant opérer une descente en Angleterre avec le concours de la flotte espagnole. Mais le projet est abandonné. Il reçoit en 1780, le commandement en chef de la province du comté de Bourgogne.

Il est fait maréchal de France le 13 juin 1783. La devise inscrite sur son bâton de maréchal est : « Terror belli, decus pacis » , en français : « Terreur durant la guerre, ornement (pour le temps) de paix »

Lieutenant général du Dauphiné[modifier | modifier le code]

Fin juin 1788, juste après la journée des Tuiles, le maréchal de Vaux remplace le duc de Clermont-Tonnerre, comme lieutenant général commandant la province du Dauphiné, pour y étouffer l'effervescence populaire, mais à peine arrivé à Grenoble, Jourda tombe malade et décède le 14 septembre, à l'âge de 83 ans. Il aura participé à une trentaine de sièges, assisté à un grand nombre de combats, à cinq grandes batailles et reçut 5 blessures.

Dans son testament, le maréchal exprime le souhait que son cœur soit déposé à Paray-Vieille-Poste, dont il était le seigneur et que son corps repose dans la chapelle de Vaux de l'église de Retournac, son pays natal qu'il a toujours aimé.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Le 21 novembre 1741, il épouse : Jeanne de La Porte (?-1775). De cette union naissent deux enfants:

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Heraldique couronne comte français.svg
BVlason fam fr Jourda de Vaux.svg

D'or, à la bande de gueules, chargée de trois croissants d'argent, les cornes dirigées vers le canton dextre du chef.[1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Johannes Baptist Rietstap, Armorial général : contenant la description des armoiries des familles nobles et patriciennes de l'Europe : précédé d'un dictionnaire des termes du blason, G.B. van Goor,‎ 1861, 1171 p. (lire en ligne), et ses Compléments sur www.euraldic.com

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Galeries historiques du Palais de Versailles, de Charles Gavard - Page 491 - 1842
  • Dictionnaire universel, historique, critique, et bibliographique, de Louis Mayeul Chaudon- Page 515 - 1812
  • Noël Jourda de Vaux maréchal de France (1705-1788) Un gentilhomme vellave au service du roi, de Jérôme Sagnard et Claude Latta Editions du Roure, 2013, 32 pages, ISBN 9782919762156 (http://editionsduroure.com/9%20noel_jourda/noel%20jourda.html)

Articles connexes[modifier | modifier le code]