Bataille de Rocourt (1746)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Bataille de Rocourt)
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Rocourt
Bataille de Rocourt
Bataille de Rocourt
Informations générales
Date 11 octobre 1746
Lieu Rocourt (Liège)
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau du Royaume de France Royaume de France Flag of Austria.svg Archiduché d'Autriche
Royaume de Grande-Bretagne Royaume de Grande-Bretagne
Drapeau de l'Électorat de Hanovre Électorat de Hanovre
Provinces-Unies Provinces-Unies
Commandants
Maurice de Saxe Charles-Alexandre de Lorraine
John Ligonier
Forces en présence
120 000 hommes 90 000 hommes
Pertes
1 139 morts
2 379 blessés[1]
4 000 morts ou blessés
Guerre de Succession d'Autriche
Batailles
Mollwitz · Chotusitz · Sahay · Prague · Dettingen · Cap Sicié · 19 mai 1744 · Tournai · Pfaffenhofen · Fontenoy · Melle · Hohenfriedberg · Gand · Bruges · Audenarde · Termonde · Ostende · Nieuport · Ath · Soor · Hennersdorf (en) · Kesselsdorf · Culloden · Mons · Bruxelles · Namur · Charleroi · Lorient · Rocourt · Cap Finisterre (1er) · Lauffeld · Bergen-op-Zoom · Cap Finisterre (2e) · Saint-Louis-du-Sud · 18 mars 1747 (en) · Maastricht
Campagnes italiennes

Saint-Tropez · Camposanto · Villafranca (en) · Casteldelfino · Velletri (en) · Madonne de l'Olmo · Bassignana · Piacenza · Rottofreddo · Gênes (1er) · Gênes (2e) · Assietta

Cette boîte : voir • disc. • mod.
Coordonnées 50° 40′ 33″ N 5° 32′ 46″ E / 50.6757, 5.54650° 40′ 33″ Nord 5° 32′ 46″ Est / 50.6757, 5.546  

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Rocourt (1746).

Plan du champ de bataille de Roccoux le 11 octobre 1746
La rue des Français, entre Ans et Rocourt, lieu principal d'affrontement à l'époque

La bataille de Rocourt, parfois orthographié Roccoux, Raucoux ou Roucoux, oppose les armées française et autrichienne le 11 octobre 1746, à Rocourt sur les hauteurs nord de Liège, dans l'actuelle Belgique, pendant la guerre de Succession d'Autriche.

La victoire tactique française ne peut cependant être transformée immédiatement en victoire stratégique en raison de l'approche de l'hiver.

Contexte[modifier | modifier le code]

Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

L'armée française était commandée par le maréchal de Saxe et celle des alliés par Charles-Alexandre de Lorraine et John Ligonier. Les alliés, pour empêcher l'invasion des Provinces-Unies par les Français, avaient pris position près de Liège avec les Néerlandais, sous les ordres de Charles Auguste de Waldeck, sur la gauche, les Britanniques au centre et les Autrichiens tenant la droite, sur un front Nord-Sud d'une quinzaine de kilomètres s'étalant d'Ans aux hauteurs de Glons.

Le maréchal de Saxe lança son attaque principale contre les Néerlandais, au niveau du bocage entre Ans et Rocourt (la route reliant les deux localités s'appelle actuellement la rue des Français) puis Vouroux, qui étaient en effectifs grandement inférieurs en nombre aux Français, et rompit leur formation au troisième assaut, les forçant à se replier derrière les lignes britanniques. Les Autrichiens ne prirent aucune part aux combats, ne faisant aucune tentative pour attaquer le flanc gauche français. Ligonier organisa une arrière-garde pour permettre au reste de l'armée de se replier en bon ordre. Celle-ci évacua par le faubourg Sainte-Walburge, sur les hauteurs de Liège au pied de la citadelle de la ville, et passa la Meuse au niveau de Herstal.

La victoire des Français permit de confirmer leur influence sur Liège et mit fin au contrôle de l'Autriche sur les Pays-Bas pour le reste de la guerre.

Étant donné la date, les deux camps se préparèrent alors à l'hivernage. Les Français se replièrent sur les villes brabançonnes, et les Alliés restèrent, malgré leur défaite, à charge de la Principauté de Liège, qui s'accommoda tant bien que mal de cette présence embarrassante. Le Pays était en effet un État neutre malgré une préférence pour le camp français. La principauté ecclésiastique, dirigée par Jean-Théodore de Bavière, tint les comptes de cette présence, et les présenta lors de la conclusion du Traité d'Aix-la-Chapelle.

Sur le terrain, les traces de la bataille restent rares de nos jours, sur ces terres qui accueillent désormais essentiellement habitat et zones commerciales en banlieue nord de Liège[2].

La bataille de 1944[modifier | modifier le code]

Une autre bataille, de moindre importance, est connue sous le nom de bataille de Rocourt. Elle est s'est déroulée le 7 septembre 1944, à l'occasion de la retraite allemande. Une colonne de 9 chars allemands est attaquée par trois tanks et un half-track américain, seul un blindé allemand parvient à s'enfuir[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Reed Browning, The War of the Austrian Succession, New York, St. Martin's Press,‎ 1993 (ISBN 0-312-12561-5)
  • (en) David Chandler, The Art of Warfare in the Age of Marlborough, Spellmount Limited, 1990, (ISBN 0-946771-42-1)
  • (en) Francis Henry Skrine, Fontenoy and Great Britain's Share in the War of the Austrian Succession 1741-48, Londres, Edinburgh, 1906.

Liens externes[modifier | modifier le code]