Natacha Atlas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Atlas.

Natacha Atlas

Description de cette image, également commentée ci-après

Natacha Atlas 2006

Informations générales
Naissance 20 mars 1964 (50 ans)
Schaerbeek (Bruxelles)

Natacha Atlas (arabe : نتاشا أطلس), née à Schaerbeek (Bruxelles) le 20 mars 1964, est une chanteuse belge d'origine anglo-egyptienne. Natacha Atlas s'est fixé pour mission de rapprocher l'Orient et l'Occident sur le plan musical, en mêlant les musiques et les chants orientaux, classiques ou de variété, la chanson française, la pop et le rap. Cet éclectisme stylistique lui vaut d'être classée par l'industrie phonographique dans la catégorie des interprètes de « musiques du monde ».

Elle obtient ses premiers succès en tant que chanteuse de Transglobal Underground à partir de 1993 et sur l'album Rising above Bedlam (1991) de Jah Wobble. Dans les pays francophones, elle reçoit un solide soutien de la diaspora maghrébine à la recherche d'une musique à son image et plus largement d'un public occidental amoureux de sa musique métissée.

Forte de ce public, elle recevra en France une victoire de la musique pour son interprétation novatrice et l'orchestration orientalisée de la chanson Mon amie la rose (1999) de Cécile Caulier interprétée en 1964 par Françoise Hardy. Natacha Atlas interprètera à la télévision ce même titre en duo avec Francis Cabrel.

En 2013, elle participe avec Samy Bishai à la musique du ballet "les Nuits" d' Angelin Preljocaj inspiré des contes des mille et une nuits dont la première mondiale a lieu le 29 avril 2013 à Aix-en-Provence dans le cadre de Marseille-Provence 2013, Capitale européenne de la culture.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums

Vidéos

Participations

Récompenses[modifier | modifier le code]

Citations[modifier | modifier le code]

  • « C'est difficile de préciser où je veux vivre. Quand je dis Ana Hina, ça veut dire : je suis là avec ma musique pour exprimer mon identité, une dualité - ou plutôt trialité - entre toutes ces cultures. Arabe, et en Angleterre, on est jamais assez british. Lorsque je dis que j'ai des origines orientales et que je chante en arabe, je vois les portes et les visages se fermer aujourd'hui encore. »[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Élodie Maillot, « Natacha Atlas », Mondomix, no 29,‎ juillet août 2008, p. 35 (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]