Mont Saint-Michel de Brasparts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mont Saint-Michel (homonymie).
Mont Saint-Michel de Brasparts
Vue du mont Saint-Michel et de sa forme caractéristique immédiatement visible dans la chaîne des monts d'Arrée.
Vue du mont Saint-Michel et de sa forme caractéristique immédiatement visible dans la chaîne des monts d'Arrée.
Géographie
Altitude 381 m[1]
Massif Monts d'Arrée
Coordonnées 48° 21′ 01″ N 3° 56′ 44″ O / 48.35028, -3.94556 ()48° 21′ 01″ Nord 3° 56′ 44″ Ouest / 48.35028, -3.94556 ()  [2]
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Ascension
Voie la plus facile route D785

Géolocalisation sur la carte : Finistère

(Voir situation sur carte : Finistère)
Mont Saint-Michel de Brasparts

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Mont Saint-Michel de Brasparts

Le mont Saint-Michel de Brasparts (menez Mikael-an-Are ou localement menez Sant-Mikael en breton) est l'un des sommets de la chaîne des Monts d'Arrée située en Bretagne sur la commune de Saint-Rivoal (Finistère)[2]. Il fait partie du parc naturel régional d'Armorique et domine la cuvette du marais du Yeun Elez. Il culmine à 380[1] mètres d'altitude et sur son sommet se trouve la chapelle Saint-Michel datant du XVIIe siècle.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ce mont s'est d'abord appelé Menez Kronan, du nom du dieu de la vie dans le culte druidique, francisé ensuite en Motte Cronon. Le long plateau couvert de landes qui prolonge la hauteur vers le nord-ouest se nomme encore Gwaremm Kronan (« la garenne de Kronan »)[3]. C'était l'une des sept collines sacrées de l'ancienne Armorique avec le mont Saint-Michel, le mont Dol, le Menez Bel-Air, le Menez Bré, le Mané Gwen et le Ménez-Hom[4].

Le nom du sommet est dû au fait que pendant longtemps il a fait partie de la trève de Saint-Rivoal qui était incluse dans la paroisse de Brasparts, puis de la commune de Brasparts, avant de faire partie de la commune de Saint-Rivoal à partir de la création de cette dernière en 1925.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le lac-réservoir de Saint-Michel (lac de Brennilis) et le mont Saint-Michel-de-Brasparts vus depuis la route du Libist à Botmeur

Son sommet offre un des plus beaux panoramas sur les tourbières du Yeun Elez ainsi que sur le lac de Brennilis. Lorsque le temps le permet, on peut même apercevoir le pont de l'Iroise, la baie de Morlaix, une bonne partie du bassin de Châteaulin, les monts d'Arrée, les montagnes Noires, etc.

Jacques Cambry en 1794 ou 1795 fait de la montagne la description suivante : « En approchant de cette chapelle, la terre se dépouille d’arbres et de buissons (...) : elle n’est plus couverte que de bruyères et de rochers, brisés par les orages, ou décomposés par les temps. Tout prend un caractère sauvage, un air de mort : c’est l’aspect d’un vaste désert, dont rien n’égaie ou ne varie la longue et uniforme uniformité. Les deniers villages, les derniers champs forment des îles séparées, entourées de rochers, d’une espèce de tourbe, d’une terre noirâtre et marécageuse, résultat de bruyères corrompues, accumulées pendant des siècles[5] ». Le paysage a guère changé depuis même si l'expansion agricole de la fin XIXe-début XXe siècles a entraîné un recul des landes[6].

L'Éllez, affluent de l'Aulne, fleuve côtier du Finistère, prend sa source à un kilomètre au nord-ouest, à 300 mètres d'altitude.

Histoire[modifier | modifier le code]

Chapelle Saint-Michel au sommet du Mont Saint-Michel de Brasparts, au second plan, on distingue le lac Saint-Michel.
Chapelle Saint-Michel

Un temple celte voué au culte solaire d'abord[modifier | modifier le code]

La chapelle sommitale du mont Saint-Michel de Brasparts a succédé, semble-t-il, à un ancien temple celte voué au culte du soleil. Jacques Cambry écrit : « Sur le point le plus élevé des montagnes d’Arès, à près de deux lieues de La Feuillée, est une chapelle antique, consacrée sans doute au Soleil, dans les temps les plus reculés, comme le rocher de Tombelène en Normandie, comme le mont Penninus, comme tous les hauts lieux : c’est à présent saint Michel qu’on y révère. Dans les belles nuits, on le voit quelquefois déployer ses ailes d’or et d’azur, et disparaître dans les airs[5] ».

La chapelle du sommet de la Motte-Cronon[modifier | modifier le code]

C'est à la fin du XVIIe siècle, en 1672 que la décision est prise de construire une chapelle au sommet de la Motte Cronon à Brasparts. Le sieur de Kermabon, seigneur de Roudoumeur en Plonévez-du-Faou, propriétaire du lieu, l'autorise. Le lieu était honoré de longue date, et procès avait été instruit devant notaire pour valider des miracles attribués au Saint. Le pape Innocent XI avait signé une bulle portant indulgence aux futurs pèlerins. Malgré la volonté du seigneur de Kermabon, possesseur du Menez, les terres qui enserrent la chapelle restèrent pour partie à l'abbaye du Relec, pour partie aux paysans qui venaient y travailler, et aux pâtres qui y gardaient leurs troupeaux, et ce jusque vers les années 1870.

Un oratoire provisoire est construit avant mai 1673 pendant le mandat des deux premiers fabricques (fabriciens), Louis Sizun et Michel Le Baraer. « C'est sans doute une simple cabane à la structure constituée de perches et aux parois faites de panneaux de branchages entrelacés, avec clayonnage, dont seule la taille diffère de celes utilisées par les familles de charbonniers et de sabotiers jusqu'au début du XXe siècle[7] ». Des bancs y sont ensuite installés.

Le registre des comptes des « fabricques et marguilliers à l'honneur de mons Sct Michel Archange sur la motte de Cronon en Brasparts[8] », ouvert dès 1672 et qui a été conservé permet de suivre les étapes de la construction de la chapelle en pierres : les pierres des murs sont extraites sur place ou à proximité, les ardoises du toit proviennent de la « ferière de Hengoat » en Saint-Cadou, la charpente en « bois de chaisnes » du bois de Bodriec. Trois « bestes » (des bœufs probablement) servent à charrier les matériaux et la chapelle, consacrée le 29 septembre 1677, jour de la Saint-Michel, est totalement achevée en 1679 probablement[9]. Cette chapelle, connue parfois sous le nom de « chapelle des Bergers », fut très fréquentée les premières décennies si l'on en juge par le produit financier des troncs placés dans la chapelle. Sa fréquentation baissa dans le courant du XVIIIe siècle, mais la chapelle resta fréquentée jusque vers 1860 en particulier par les bergers tant que l'élevage des moutons domina dans les monts d'Arrée[10].

Une légende prétend que les premières pierres destinées à la construction de la chapelle auraient été transportées à dos d'hommes et que, fatigués, ceux-ci abandonnant le chantier, commencèrent à redescendre la montagne lorsqu'ils rencontrèrent un paysan du village voisin de Roquinarc'h qui charroyait du foin ; celui-ci, Fanch Favennec, leur demanda pourquoi ils abandonnaient la construction de la maison du saint et, entendant leur réponse, il leur dit qu'ils pouvaient remonter et qu'ils auraient toutes les pierres dont ils avaient besoin. Chargeant sa charrette de pierres et fouettant ses chevaux, il transporta avec facilité les pierres jusqu'au sommet où jamais encore des chevaux n'étaient parvenus avec une telle charge. Nul doute que saint Michel leur était venu en aide.

XVIIIe - XIXe siècles[modifier | modifier le code]

La nouvelle chapelle[modifier | modifier le code]

Mais la chapelle est vers 1795, si l'on en croit Jacques Cambry[5], dans un état pitoyable : « Là, vous trouvez une chapelle abandonnée : la façade, formée d’assises irrégulières, est ornée d’un portique décoré de deux pilastres d’ordre toscan, et d’une assez jolie corniche ; un petit dôme couronne l’édifice ; la chapelle est détruite, l’intérieur est dépouillé, l’autel est renversé. Le bois de cette charpente s’emporte par petits morceaux ; il préserve du mauvais vent, des incendies et du tonnerre[5] ». Le lieu est, toujours selon le même auteur, fréquenté par les marchands les jours de pardon. Des superstitions sont attachées au lieu : outre la légende du chien noir du Lenn ar Youdig, transcrite par Anatole Le Braz en 1893[11], Jacques Cambry évoque : « On dit à Brasparts que les démons, chassés du corps de l’homme, sont enchaînés dans un cercle magique en haut du mont Saint-Michel : ceux qui mettent pied dans ce cercle courent toute la nuit sans pouvoir s’arrêter. Aussi la nuit on n’ose traverser ces montagnes[5] ».

L’architecture de la chapelle est très simple, un plan rectangulaire avec chevet à pans coupés. La chapelle actuelle a été élevée pour remercier saint Michel d’avoir fait cesser une épidémie qui avait sévi longtemps dans la contrée. Abandonnée sous la Révolution, la chapelle tombait en ruines : selon le témoignage en 1806 du recteur de Brasparts, il n'y avait plus que des pierres que l'on songeait à utiliser pour réparer d'autres chapelles, mais la piété généreuse des paroissiens permit en 1820 sa restauration et elle fut à nouveau consacrée en juillet 1821. Lorsque Saint-Rivoal, jusque-là simple trève de Brasparts, fut érigée en paroisse en 1836, le mont et la chapelle se retrouvèrent inclus dans le territoire de la nouvelle paroisse (devenue par la suite commune en 1925), mais il fut alors spécifié quela chapelle continuerait à être desservie par le clergé de Brasparts, ce qui explique que le mont à continué à être dénommé « de Brasparts » alors qu'il est pourtant sur le territoire de Saint-Rivoal. Jean-François Brousmiche en 1830 évoque « l'édifice religieux longtemps abandonné et que l'on a depuis peu reconstruit[12] ». À partir de 1835, des pierres furent amoncelées autour de la chapelle pour la protéger du vent ; elles étaient encore en place en 1903. Une petite maison servant d'abri pour les pèlerins fut construite à côté de la chapelle en 1842[13]. En 1892, sous le rectorat de M. l’abbé Duclos et, depuis, par les soins de M. Bourvon, recteur actuel de Brasparts, l’édifice a subi de nouvelles réparations[14].

André Mori écrit en 1885 : « On ne voit plus un arbre, pas même un arbuste. (...) Sur la lande quelques moutons maigres ; sur la route un chemineau qui marche pieds nus, tenant ses souliers dans une main et de l'autre le petit paquet de ses hardes[15] ».

Les bergers et les moutons[modifier | modifier le code]

Le sommet et ses environs ont longtemps été un espace de pacage pour les moutons pendant la belle saison, les bergers s'abritant à l'occasion dans la chapelle, comme l'illustre cet « acte de palmage » (un contrat entre un propriétaire d'animaux et un berger dans le cadre de la transhumance) où Jan Alain, de Bodenna en Saint-Rivoal, se voit confier des brebis par Christophe Le Menez, du Beniel en Brasparts :

« Le 14 octobre 1748 a comparu en personne Jan Alain, demeurant au lieu de Bodenna, trève de Saint-Rivoal, paroisse de Braspartz, lequel connait et confesse avoir en sa possession et tenue, à titre de palmage, suivant usement du pays, de Christophe Le Menez, demeurant au lieu de Beniel en la paroisse de Braspartz (...) le nombre de 18 brebis et moutons estimés à 31 livres tournois, qu'il promet soigner, nourrir et garder en bon père de famille et se présenter au dit Menez lorsque requis sera pour être pris ou vendus et les profits partagés de moitié, le principal préalablement tiré, à quoi ledit Alain s'oblige sous obligation, gage et hypothèque, exécution et vente de tous ses biens meubles et immeubles présents et futurs, et par serment fait (...) maître Cozic, notaire royal à Braspartz[16]. »

Au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Un témoignage de 1902 indique : « Saint-Michel est particulièrement invoqué pour obtenir du beau temps pendant la récolte ; on le prie aussi pour les malades ; on voit assez souvent les pèlerins faire le tour de la chapelle à l'intérieur, nu-pieds[13] ». Saint Michel était aussi invoqué pour les enfants et les infirmes : des béquilles en guise d'ex-votos étaient accrochées sur les murs ; il était aussi prié pour obtenir du beau temps lors des récoltes.

Dès le début, deux pardons sont organisés dans l'année : le premier à la « Saint Michel en septembre », le second le jour de « Saint Michel du mois de may », c'est-à-dire le 29 septembre et le 8 mai. Dès 1915, et pendant toute la durée de la Première Guerre mondiale, des pèlerinages supplémentaires furent organisés pour invoquer l'archange saint Michel, les pèlerins priant pour le retour de la Paix et des soldats[17]. Voici des extraits du récit d'un pardon organisé en septembre 1917 : « La procession partit de Brasparts à 8 h ½ (...). En route le pieux cortège alla toujours grossissant. Vers 10 heures on arrivait au pied de la montagne. Pendant le trajet on récita le rosaire, on chanta les litanies des Saints et le cantique à Saint Michel : « Euz ho trôn saret huet, var lein Menez Are, ... » (« De votre trône élevé sur le faîte des Monts d’Arrée, veillez sur nous, O saint Michel, veillez sur nous à chaque instant »). À 10 h ½, la procession de Brasparts arrivait à la chapelle où se trouvaient déjà de nombreux pèlerins venus avec leurs pasteurs, de toutes les paroisses des environs : de Saint-Rivoal et de Saint-Cadou, de Lannédern, de Botmeur, de Brennilis, de La Feuillée, de Commana, de Saint-Sauveur, etc.[14] ». Repas, café en plein air et colporteurs attendaient les pèlerins après les cérémonies. Plusieurs cartes postales de François Joncour illustrent ces pardons et plerinages[18]. En 1919, la construction de la route d'accès au mont facilite les déplacements des pèlerins, puis des touristes. Elle fut goudronnée par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale pour des raisons stratégiques.

Système allemand de radionavigation Bernarht analogue à celui qui était installé au sommet du mont Saint-Michel de Brasparts

Un monument du souvenir faillit être construit sur le sommet après la Première Guerre mondiale, le projet architectural étant très avancé, les plans étant réalisés en mars 1918 par Charles Chaussepied, mais le sommet du mont étant un site classé depuis 1910, on y renonça finalement et le projet fut repris à Sainte-Anne-d'Auray. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Allemands installèrent un système de guidage de radionavigation pour leurs bombardiers au sommet du mont. Ils se servirent des pierres de l'abri des pèlerins et du muret construits au XIXe siècle pour la construction du socle du système de radionavigation, ce qui explique que ces constructions ont disparu. L'émetteur était une immense antenne de 25 m × 25 m en acier. Les vestiges de la raie circulaire du système Bernhart 724/ 725 qui pesait 120 tonnes pour 28 mètres de haut et 35 mètres de large sont encore visibles ; le système était monté sur un rail circulaire en béton de 22 mètres de diamètre, nom de code B8 et était couplé à des téléscripteurs se trouvant à bord des avions de la Luftwaffe[19]. Les restes de ce système de guidage sont bien visibles à côté de la chapelle, un bunker carré s'aperçoit encore sur la droite de la chapelle, un peu plus en haut, et un deuxième bunker est sur la gauche de la raie[20].

De nos jours encore, des cérémonies druidiques sont parfois organisées à son sommet. Sur les cinquante druides de Bretagne, un certain nombre habitent les monts d’Arrée. « Cette terre attire. Depuis très longtemps. Le mont Saint-Michel est l’ancien mont Kronan, du nom du dieu de la vie des cycles célébré par les populations locales pré chrétiennes[21] » déclare un druide.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Légendes[modifier | modifier le code]

La légende de Tadig koz, connue sous de multiples noms (« Le chien noir de Lenn ar Youdig », etc.) est la plus connue. Une des nombreuses variantes a été transcrite par Anatole Le Braz dans La légende de la mort[11]. C'est la description de la manière dont les âmes des trépassés ayant eu une mauvaise vie, revenaient hanter leur ancienne maison ; pour que cela cesse, il fallait faire un exorcisme (une « conjuration ») et faire passer l'âme du fantôme dans le corps d'un chien noir. Dès cet instant commençait pour le prêtre du village du décédé un long chemin de presbytère en presbytère, depuis Bégard dans la variante décrite par Anatole Le Braz, pour aboutir chez Tadig koz, le vieux recteur de Saint-Rivoal ; au coucher du soleil, les deux prêtres, nu-pieds, devaient entrer dans l'eau du marais du Yeun Elez jusqu'à mi-jambes et lancer le chien noir dans les profondeurs du Youdig.

Le veneur infernal[22], récit collecté au XIXe siècle par Ernest Du Laurens de la Barre, parle du « sire de Botmeur » et donne une explication légendaire de la création de la chapelle du sommet du mont Saint-Michel de Brasparts et de la cuvette du Yeun Elez.

Parmi les légendes figure encore La femme du Trépas (transcrit par François-Marie Luzel)[23].

Chanson[modifier | modifier le code]

Les paroles de la chanson Tuchenn Mikael de Youenn Gwernig parlent du mont.

L'auberge Saint-Michel (Ti Sant-Mikael)[modifier | modifier le code]

Celle-ci fut construite en 1838 malgré l'opposition de certains habitants de Saint-Rivoal (du hameau de Roquinarc'h surtout) sur un terrain vendu par la municipalité de Brasparts par Félix Caron afin de sécuriser la route de Quimper à Morlaix alors peu sûre en raison du brigandage qui y sévissait et d'offrir un refuge pour les voyageurs lors des intempéries et particulièrement l'hiver, alors rude. Jacques Cambry en 1795 écrit : « Sous vos pieds son des marais très dangereux, où s'égarent dans la nuit les hommes et les chevaux ; des voitures et leurs équipages s'y sont engloutis. Aussi la nuit, on n'ose traverser ces montagnes[5] ». Cette auberge fut la première d'une série d'auberges créées pendant le reste du XIXe siècle le long de cet itinéraire et qui étaient presque toutes tenues par des membres de la famille Duigou. L'accueil dans cette auberge était parfois rude, comme l'illustre un témoignage de 1892. Cette auberge est désormais désaffectée.

Activités sportives et fêtes[modifier | modifier le code]

Les foulées du Mont Saint-Michel de Brasparts sont organisées chaque année depuis 1985. La 25e édition a eu lieu en août 2009, organisée par l'association « Les Marsupilamis[24] ».

La Trans'Monts d'Arrée réunissait chaque année depuis 1990 jusqu'au début de la décennie 2000 jusqu'à 900 participants (vététistes, cavaliers, coureurs, randonneurs, cyclotouristes...). Elle a été relancée en 2009 sous une forme plus simple (la randonnée seule)[25].

Le premier vol libre effectué en Bretagne l'a été au mont Saint-Michel de Brasparts en 1974[26]. Depuis, parapentes et autres deltaplanes sont fréquents sur les pentes du mont, lorsque la météo est favorable.

Lors de la Transhum'Are, depuis 2004, un troupeau de moutons estive à nouveau sur les flancs de la montagne Saint-Michel. La transhumance, chaque printemps (montée) et chaque automne (descente), attire un public nombreux. Cette reprise d'une pratique séculaire a bien des avantages : la pâture réduit le risque d'incendies dévastateurs, la lande est un aliment digeste pour les moutons moins victimes de parasites, l'herbe rase par endroits permet à de nombreuses plantes de se développer et à une faune plus diversifiée de s'installer comme le retour de circaètes observé au cours de l'été 2010.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Mikael Bodlore-Penlaez, Divi Kervella, Atlas de Bretagne / Atlas Breizh, Coop Breizh, 2011, pages 34-35.
  2. a et b Cartes de l'IGN sur Géoportail
  3. Gwenc’hlan Le Scouëzec, Jean-Robert Masson, Brasparts et les monts d'Arrez, coll. « Voyages »
  4. Dol de Bretagne
  5. a, b, c, d, e et f Jacques Cambry, Voyage dans le Finistère ou état de ce département en 1794 et 1795, Société archéologique du Finistère, 1999, pages 125 à 141
  6. Véronique Tilbeurgh, « La construction d'un paysage remarquable et d'un milieu naturel : la crête des Monts d'Arrée, autour du Mont Saint-Michel de Brasparts et du Yeun Elez », La fabrication du paysage, Brest, Centre de recherche bretonne et celtique, 1999, pp. 313-324, Colloque international Brest 12-13-14 mars 1998 CRBC Institut de géoarchitecture
  7. Françoise Gestin, « Une chapelle en l'honneur de Monsieur Saint Michel de la Motte Cronon, dans "Autour du Yeun Elez" », revue Mouezh ar Menez n°7, Association des Amis et usagers de l'écomusée des Monts d'Arrée, parc naturel régional d'Armorique, février 1988
  8. Comptes de la fabrique Saint Michel archange 1672-1705, archives départementales du Finistère (série 27 G 39 à 41)
  9. Françoise Gestin, « Une chapelle en l'honneur de Monsieur Saint Michel de la Motte Cronon », dans « Autour du Yeun Elez », revue Mouezh ar Menez n°7, Association des Amis et usagers de l'écomusée des Monts d'Arrée, parc naturel régional d'Armorique, février 1988
  10. Camille Vallaux, La nature et l'homme en montagne d'Arrée. Brasparts et Saint-Rivoal, Bulletin de la société archéologique du Finistère, 1908, lire en ligne
  11. a et b Anatole Le Braz, La légende de la mort en Basse-Bretagne, réédition Coop Breizh, Jeanne Laffitte, 1994
  12. Jean-François Brousmiche, Voyage dans le Finistère en 1829, 1830 et 1831, éditions Morvran, 1977
  13. a et b Chanoines Jean-Marie Abgrall, Paul Peyron, Notices sur les paroisses de Brasparts, Bulletin de la commission diocésaine d'histoire et d'archéologie, Quimper, 3e année, 1903, p. 364-374, 4e année, 1904, p. 33-64.
  14. a et b « Le Courrier du Finistère », n° 1948, 26 mai 1917
  15. Journal des débats politiques et littéraires, 24 septembre 1885
  16. Acte relevé par Françoise Gestin et cité dans la revue Leur ar C'honeg n°4, année 1993
  17. Pardon de Saint Michel de Braspart
  18. Michel Penven, Glaoda Millour, « François Joncour, son parcours en centre Finistère », association Sur les traces de François Joncour, Mairie de Brasparts, 1997
  19. A. Chazette, Atlantikwall, mythe ou réalité, éditions Histoire et Fortifications, 2008 (ISBN 9782915767100)
  20. L'aviation en Bretagne - 1939-1945[réf. insuffisante]
  21. Cinq minutes d’Arrée…, l’Hebdomadaire du Finistère
  22. Conte recueilli par Ernest Du Laurens de la Barre et republié dans Contes populaires et légendes de Bretagne, rassemblés par Nathalie Bernard et Laurence Guillaume ; sous la dir. de Claude Seignolle, Paris, Presses de la renaissance, 1987, 440 p. (ISBN 2-85616-424-2)
  23. François-Marie Luzel, Contes populaires de Basse Bretagne, Paris, Maisonneuve et Leclerc, 1887
  24. Le Bulletin d'information de Brasparts, n°25, décembre 2009
  25. Trans'Monts d'Arrée. Randonnée nature à Brasparts, 24 avril 2010
  26. Histoire de la ligue de Bretagne de vol libre