Col du Grand-Saint-Bernard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Bernard.
Col du Grand-Saint-Bernard
Image illustrative de l'article Col du Grand-Saint-Bernard
Vue de l'Hospice du Grand-Saint-Bernard sur le col du Grand-Saint-Bernard.
Altitude 2 469 m
Massif Alpes valaisannes
Coordonnées 45° 52′ 12″ N 7° 10′ 19″ E / 45.87, 7.171945 ()45° 52′ 12″ Nord 7° 10′ 19″ Est / 45.87, 7.171945 ()
Pays Drapeau de la Suisse Suisse Drapeau de l'Italie Italie
Vallée Val d'Entremont
(nord)
Vallée du Grand-Saint-Bernard
(sud)
Ascension depuis Sembrancher Aoste
Déclivité moy. 5,7 % 5,9 %
Déclivité max. 9,7 % 8,3 %
Kilométrage 30,6 km 32,1 km
Accès Route principale 21 RN 27
Fermeture hivernale octobre - 1er juin

Géolocalisation sur la carte : Vallée d'Aoste

(Voir situation sur carte : Vallée d'Aoste)
Col du Grand-Saint-Bernard

Géolocalisation sur la carte : canton du Valais

(Voir situation sur carte : canton du Valais)
Col du Grand-Saint-Bernard

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Col du Grand-Saint-Bernard

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Col du Grand-Saint-Bernard

Le Grand-Saint-Bernard, anciennement appelé Mont-Joux, est un col des Alpes pennines situé à 2 469 mètres d'altitude en Suisse (la frontière avec l'Italie passant quelques centaines de mètres au sud du col), sur la commune de Bourg-Saint-Pierre du côté suisse et de Saint-Rhémy-en-Bosses du côté italien. Il sépare la vallée du même nom, dans le val d'Aoste au sud, du val d'Entremont, situé en Valais au nord et constitue un passage entre le mont Mort et la pointe de Drône, tous deux situés sur la frontière italio-helvétique. C'est le troisième plus haut col routier des Alpes suisses et le sixième plus haut d'Italie[réf. souhaitée].

Vue au col du Grand-Saint-Bernard sur le poste frontière et la partie italienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Au Néolithique, le col aurait servi de passage pour les premiers habitants du Valais qui se seraient approvisionnés en pierres dans le Val d'Aoste. Les mouvements de population ont dû se poursuivre jusqu'à l'Âge du fer et certainement durant la période de la Tène.

Antiquité[modifier | modifier le code]

La première mention historique des habitants du Val d'Aoste, les Salasses, remonte à leur défaite face aux Romains en 133 av. J.-C.. Selon Tite-Live, les Celtes Boïens et Lingons franchirent le col, peut-être avant de s'installer en gaule cisalpine[1] au IVe siècle av. J.-C..

Certaines interprétations historiques erronées[2], réfutées par Tite-Live[3], y faisaient passer l'armée d'Hannibal Barca et ses éléphants en 218 av. J.-C..

L'histoire du col suit celle de la province romaine des Alpes pennines. L'antique voie romaine existe toujours, elle longe en contrebas l'actuelle route d'accès au col.

Le col prit le nom de col du Mont-Joux. Le col est le point culminant et l'un des passages les plus difficiles de la Via Francigena, chemin de pèlerinage menant à Rome, dont l'itinéraire le plus ancien est donné par Sigéric de Cantorbéry, en 990 ; ce dernier n'a pas dormi sur le col, mais à Bourg-Saint-Pierre, puis à Saint-Rhémy-en-Bosses.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le col du Mont-Joux, lieu de passage privilégié des commerçants et des pèlerins, était le lieu de nombreux brigandages, notamment des Sarrasins qui occupaient la région depuis un demi-siècle. Saint Bernard de Menthon, qui eut pitié des malheureux qui y mouraient régulièrement, obtint de l'évêque d'Aoste qu'une expédition délivre le lieu des brigands et que l'hospice détruit soit reconstruit (en l'an 968) pour héberger et secourir les voyageurs. C'est ainsi qu'en reconnaissance le col prit par la suite le nom de son bienfaiteur. L'Hospice fut ensuite placé sous la juridiction de l'évêque de Sion, préfet et comte du Valais. Cette particularité explique le fait que l'intégralité du col se situe aujourd'hui en territoire suisse. Ce col fut l'un des passages principaux des Alpes jusqu'au XIVe siècle et l'aménagement du col du Saint-Gothard. Le col du Grand-Saint-Bernard est maintenant connu pour son hospice et ses chiens homonymes.

XVIIIe et XIXe siècles[modifier | modifier le code]

Bonaparte y passa en mai 1800 avec 40 000 hommes, lors la campagne d'Italie. Le peintre David immortalisa cet instant dans une œuvre artistique majeure : Le Premier Consul franchissant les Alpes au col du Grand-Saint-Bernard où il représente un Bonaparte monté sur un cheval fougueux, alors qu'en réalité il montait un mulet, bête jugée plus sûre pour les sentiers de haute-montagne.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La route carrossable, tracée en 1905 et ayant une déclivité de 9 %, n'est praticable que lorsque la neige a suffisamment fondu, à la belle saison. Elle est doublée par un tunnel routier payant de 5 850 mètres creusé en 1964, qui abrite la route européenne 27. La route d'accès au tunnel est couverte, l'entrée nord, côté Valais se situe à 1 918 mètres d'altitude et l'entrée sud, côté Val d'Aoste à 1 875 mètres, la liaison transalpine est donc praticable toute l'année.

Le col du Grand-Saint-Bernard était relié depuis le 1er juillet 1953 par un service de CarPostal entre Aoste et Martigny, deux fois par jour, lorsque le col était ouvert à la circulation et qu'il n'y avait pas encore le tunnel. Depuis l'ouverture du tunnel, la liaison directe en car postal de Martigny à Aoste évite le col. Cette liaison, passant par le col, était le fruit de l'initiative de la compagnie du chemin de fer Martigny–Orsières et de la maison Tosco et Bordon d'Aoste. Lors de l'inauguration, le 26 juin 1953, les orateurs furent unanimes pour célébrer les relations d'amitiés entre les deux pays voisins, mais il fut également reporté, que la route du côté italien était en meilleur état et qu'elle serait entièrement goudronnée d'ici une année, mais que du côté suisse, aucun travail de réfection n'avait encore été fait, en particulier entre Liddes et le col. L'impression générale dans l'assemblée, fut que la route du côté suisse était « volontairement » abandonnée, bien qu'elle soit classée route nationale, alors que l'Italie, malgré sa participation aux deux guerres mondiales, avait mieux entretenu la route[4].

De nos jours, du côté suisse, lorsque la route est ouverte à la circulation, le col est relié en transport public, en train de Martigny à Orsières et en car postal d'Orsière au col, ou de Martigny à Bourg-Saint-Pierre en car postal et par un autre car postal de Bourg-Saint-Pierre au col. Du côté italien, une autre compagnie de car relie le col à la ville d'Aoste[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Normes climatologiques Col du Grand St−Bernard (2472 m)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −9,8 −10,2 −8,5 −5,9 −1,3 2,2 4,4 5 2 −1,3 −6,3 −8,9 −3,2
Température moyenne (°C) −7,2 −7,6 −5,8 −3,4 1,1 5,1 8,1 7,9 4,5 1 −4 −6,4 −0,6
Température maximale moyenne (°C) −4,4 −4,9 −3,2 −0,9 3,7 8,2 11,5 11,3 7,5 3,6 −1,5 −3,7 2,3
Ensoleillement (h) 55 106 151 139 149 183 212 198 160 125 67 25 1 571
Précipitations (mm) 232 208 215 232 213 158 135 136 143 202 248 246 2 368
Nombre de jours avec précipitations 13,6 12 14,3 14,9 16 13,2 12 12,3 10,9 12,3 13,3 14 158,8
Humidité relative (%) 66 68 75 81 82 77 75 76 78 76 72 68 74
Source : www.meteosuisse.ch (1981-2010)


Pratique sportive[modifier | modifier le code]

Randonnée[modifier | modifier le code]

Cyclisme[modifier | modifier le code]

Panneau signalétique au col.

Le col du Grand-Saint-Bernard a été franchi à 5 reprises par le Tour de France. Il a été classé en 1re catégorie puis en hors catégorie en 2009, où il a constitué le point culminant de la course lors de la 16e étape et a été enchaîné pour la première fois depuis 1963 avec le col du Petit-Saint-Bernard. Voici les coureurs qui ont franchi le col en tête[6] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tite-Live, Histoire romaine V-35
  2. Pline l'Ancien, Histoires naturelles, III, 17, 123 ; Ammien Marcellin, livre XV, 9-11 ; Isidore de Séville
  3. Tite-Live, Histoire romaine, XXI-38
  4. Une liaison nouvelle, Martigny Aoste et retour, Le Confédéré, 3 juillet 1953.
  5. Horaires des transports public pour relier le col, Tableaux-horaires.ch
  6. (fr) Le dico du Tour - Le col du Grand-Saint-Bernard dans le Tour de France depuis 1947

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]