Mircea Cantor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mircea Cantor (né en 1977 à Oradea, en Roumanie) est un artiste qui, à travers ses œuvres, se livre à une subtile critique de la société contemporaine.

Il vit et travaille entre Paris et Cluj, même si, comme il le dit[1], « il vit et travaille sur Terre. »

Parcours artistique[modifier | modifier le code]

Mircea Cantor a étudié à l'université d'art et d'esthétique de Cluj-Napoca et à l'école supérieure des beaux-arts de Nantes Métropole.

Ses travaux témoignent d'une réflexion critique sur les aspects (positifs et négatifs) de la globalisation. Dans le sillage de Marcel Duchamp, Mircea Cantor recourt aux objets ready-made ou encore à l'iconographie afin d'exposer l'ambiguïté de la vie quotidienne au postmodernisme, c'est-à-dire à une époque où l'on témoigne au processus de métissage culturel dû à l'effondrement des différentes frontières (géographiques, symboliques, culturelles, etc.)[2]. Les supports d'expression de Mircea Cantor sont très divers : vidéo, animation, sculpture, dessin, peinture et installations[3]. Ses travaux figurent dans les collections de plusieurs grands musées tels le Museum of Modern Art[4] (New York), le Walker Art Center[5] (Minneapolis), du Philadelphia Museum of Art (Pennsylvania).

Mircea Cantor est représenté à Paris par Yvon Lambert[6], à Tel Aviv par Dvir Gallery[7] et à Rome par Magazzino[8].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Expositions (sélection)[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • 2012 : « Mircea Cantor Prix Marcel Duchamp 2011 », Centre Pompidou, Paris, France, octobre-janvier
  • 2011 : « More cheeks, than slaps[9] », Le Crédac, Ivry-sur-Seine, France, septembre-décembre
  • 2010 :
    • « Heilige blumen » (« Holy Flowers[10] »), Kunsthalle, Nuremberg, Allemagne, décembre
    • « Klug wie die Schlangen und einfältig wie die Tauben » (« Wise as Serpents and Innocent as Doves[11] »), Museum Abteiberg, Mönchengladbach, Allemagne juillet
  • 2009 :
    • « Which light kills you[12] », The Common Guild[13], Glasgow, novembre
    • « Tracking Happiness[14] », Kunsthaus Zurich, Zurich, septembre
  • 2008 : « Seven Future Gifts[15] », Mucsarnok Kunsthalle, Budapest, septembre
  • 2007 : « Ciel Variable », Frac Champagne-Ardenne, Reims, France
  • 2006 :
  • 2005 :

Expositions de groupe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article est partiellement traduit de l'article homonyme de Wikipédia en anglais.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sur le site officiel de Mircea Cantor
  2. T.J. Demos, Mircea Cantor: The Title is the Last Thing Philadelphia: Harper Perennial, 2006.
  3. Voir documentaire d'Arte diffusé le 23 avril 2009.
  4. Site du MoMA.
  5. Site du Walker Art Center.
  6. Sur le site de la galerie Yvon Lambert.
  7. Sur le site de la Dvir Gallery.
  8. Site de la galerie Magazzino.
  9. « Plus de joues que de gifles ».
  10. « Fleurs saintes ».
  11. « Sage comme les serpents et innocent comme les colombes ».
  12. « Quelle lumière vous tue ».
  13. Site de The Common Guild.
  14. « À la recherche du bonheur ».
  15. « Sept futurs cadeaux ».
  16. « Le titre est la dernière chose ».
  17. « Né pour être brûlé ».
  18. « Départ ».
  19. Site de l'Institut Bernard Magrez

Liens externes[modifier | modifier le code]