Charles-Eugène Delaunay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Delaunay.

Charles-Eugène Delaunay

Description de cette image, également commentée ci-après

Charles-Eugène Delaunay

Naissance
Lusigny-sur-Barse (France)
Décès
Rade de Cherbourg (France)
Domicile Paris
Champs mécanique céleste, calcul des perturbations
Institutions Sorbonne (1849-1855), puis Bureau des longitudes (1855-1870) et Académie des sciences et enfin directeur de l'Observatoire de Paris (1870-1872).
Diplôme École Polytechnique, École des Mines de Paris
Renommé pour Paramètres orbitaux de Delaunay, surface de Delaunay
Distinctions médaille d'or de la Royal Astronomical Society (1870), membre étranger de la Royal Society (1869).

Compléments

Son nom figure parmi celui des 72 savants inscrits sur la tour Eiffel.

Charles-Eugène Delaunay, né le à Lusigny-sur-Barse (Aube) et mort le dans la rade de Cherbourg, est un astronome et mathématicien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Delaunay fait ses études à l'École polytechnique (Promotion 1834) dont il sort major en 1836. Il entre en 1845 à l'École des Mines où il enseigne la géométrie descriptive, la mécanique analytique, le dessin mécanique et la physique élémentaire. Il intègre en 1849 le corps enseignant de la Sorbonne, où il devient professeur de mécanique physique, pour occuper deux années plus tard le même poste à l'École polytechnique.

II siège en 1855 au Bureau des longitudes et à l'Académie des sciences et devient directeur de l'Observatoire de Paris en 1870. Il reçoit la même année la médaille d'or de la Royal Astronomical Society.

Son travail porte notamment sur la mécanique lunaire en tant que cas particulier du problème des trois corps. Son développement en séries pour calculer la position de la lune converge trop lentement pour être utilisable en pratique, mais fut un catalyseur pour le développement de l'analyse fonctionnelle. En 1866, il émet avec William Ferrel l'hypothèse d'un ralentissement de la rotation terrestre sous l'effet des marées océaniques.

Il apporta aussi une contribution importante en géométrie différentielle, en classant les surfaces de révolution de courbure moyenne constante, qui aujourd'hui portent son nom : surface de Delaunay. Il est fait membre étranger de la Royal Society en 1869.

Il meurt noyé lors d'un accident de bateau le , en inspectant la fin des travaux de la récente rade artificielle de Cherbourg.

Hommages[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Distinction des maxima et des minima dans les questions qui dépendent de la méthode des variations. Suivi de Mouvement de la Terre autour de son centre de gravité, Paris, Bachelier,‎ 1841 (lire en ligne)
  • Cours élémentaire de mécanique théorique et appliquée, Victor Masson (éditeur),‎ 1851, 700 p.
  • Traité de mécanique rationnelle (1856) - sur le site de la BNF
  • La Théorie du mouvement de la lune (2 volumes, 1860-1867)
  • Cours élémentaire d'astronomie (5ème édition, 1870) - sur le site de la BNF

Lien externe[modifier | modifier le code]

Précédé par Charles-Eugène Delaunay Suivi par
Jean-Victor Poncelet
Chaire de mécanique physique et expérimentale de la Faculté des sciences de Paris (1849-1854)
Jean-Claude Bouquet