John Rodgers (1772-1838)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir John Rodgers.
John Rodgers
John Rodgers vers 1813
John Rodgers vers 1813

Naissance 11 juillet 1772
Havre de Grace, États-Unis
Décès 1er août 1838 (à 66 ans)
Philadelphie, États-Unis
Origine Américaine
Allégeance Drapeau des États-Unis États-Unis
Arme Pavillon de l'United States Navy United States Navy
Grade Commodore
Années de service 17981837
Conflits Quasi-guerre
Guerre de Tripoli
Guerre anglo-américaine de 1812
Commandement USS John Adams
USS President
USS Constitution
USS Insurgent
USS Maryland
USS Guerriere
Mediterranean Squadron (en)
Faits d'armes Combat de l'USS Constellation et de l'Insurgente
Second combat naval de Tripoli
Hommages USS John Rodgers
USS Rodgers
Autres fonctions Secrétaire à la Marine (1823)
Famille John Rodgers (en) (fils)
William Ledyard Rodgers (en) (petit-fils)
John Rodgers (arrière-petit-fils)

John Rodgers, né le 11 juillet 1772 et mort le 1er août 1838, est un officier de l'United States Navy qui sert sous six présidents différents et dédie presque quarante ans de sa vie à son pays.

Histoire[modifier | modifier le code]

John Rodgers passe sa jeunesse en apprentissage sur des navires marchands naviguant vers l'Europe[1]. Lorsque la quasi-guerre commence, il est nommé second lieutenant sur l'USS Constellation, participant ainsi à la capture de l'Insurgente. Durant la guerre de Tripoli, il commande l'USS John Adams, battant les flottes Barbares au large de l'Afrique du Nord à la tête de l'escadre de la Méditerranée (en)[2],[3]. Il tire le premier coup de canon de la guerre anglo-américaine de 1812 à bord de son navire amiral l'USS President, jouant un rôle important dans la recapture de Washington après que les Britanniques avaient brûlé le Capitole.

Après la guerre, Rodgers participe à la vie politique de son pays, fort de son expérience. Il est nommé à la tête de la commission navale par le président James Madison, avant d'être nommé secrétaire à la Marine par intérim brièvement, en 1823[4].

En 1837, sa santé déclinant, il démissionne avec l'accord du président Andrew Jackson et du secrétaire à la marine Mahlon Dickerson. Il s'éteint finalement l'année suivante dans les bras de son majordome.

Ses enfants et petits-enfants, continuant la tradition familiale, seront eux aussi commodores, voire amiraux dans l'US Navy[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paullin 1910, p. 20-21
  2. Paullin 1910, p. 9
  3. Hagan 1992, p. 60-61
  4. Paullin 1910, p. 325
  5. Paullin 1910, p. 74, 382, 402-403

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Kenneth J. Hagan, This People's Navy: The Making of American Sea Power, New York, The Free Press,‎ 1992, 468 p. (ISBN 0-02-913471-4, résumé)
  • (en) Charles Oscar Paullin, Commodore John Rodgers: Captain ..., Cleveland, Ohio, The Arthur H. Clark Company,‎ 1910, 434 p. (résumé)

Voir aussi[modifier | modifier le code]