Marchés de Trajan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marchés de Trajan
Marchés de Trajan
Marchés de Trajan

Lieu de construction Forums impériaux
Date de construction Entre 109 et 113 ap. J.-C.
Ordonné par Trajan
Le plan de Rome ci-dessous est intemporel.
Planrome2b.png
Marchés de Trajan
Localisation des marchés de Trajan dans la Rome antique (en rouge)
Coordonnées 41° 53′ 44″ N 12° 29′ 10″ E / 41.895565, 12.486176 ()41° 53′ 44″ Nord 12° 29′ 10″ Est / 41.895565, 12.486176 ()  
Liste des monuments de la Rome antique

Les marchés de Trajan (Macellum Traiani)[N 1] regroupent un vaste ensemble de bâtiments datant du IIe siècle, construits en hémicycle sur les pentes du Quirinal, à proximité immédiate du forum de Trajan. Contrairement à ce que la dénomination de « marchés » semble indiquer, le complexe n'abrite pas seulement des activités commerciales qui sont représentées entre autres par les boutiques construites le long des rues et couloirs : une grande partie des bâtiments est également occupée par des bureaux administratifs.

Depuis 2007, les vestiges des marchés de Trajan abritent le « Museo dei Fori Imperiali ».

Localisation[modifier | modifier le code]

Les marchés de Trajan sont situés entre la limite nord-est du forum de Trajan et les pentes du Quirinal, sur l’actuelle Via dei Fori Imperiali, à l’extrémité opposée à celle du Colisée (voir le plan).

Fonction[modifier | modifier le code]

Le complexe, qui dissimule les traces des travaux d'excavations et retient les pentes du Quirinal, abrite des bureaux occupés par l’administration impériale. Le long des espaces ouverts et des rues desservant le complexe s’ouvrent des boutiques (tabernae). Les deux salles semi-circulaires latérales servaient quant à elles d'écoles ou d'auditoriums. Une partie du complexe central de l’ensemble a pu être occupée par le procurateur du forum du Divin Trajan, cité dans une inscription récemment découverte, qui est probablement responsable de la gestion et de l’entretien du monument. Des fonctionnaires impériaux sont chargés de superviser les approvisionnements en blé, en huile et en vin qui sont ensuite vendus à bas prix ou distribués gratuitement[1].

On a longtemps pensé qu’il s’agissait d’un marché (le terme de « marchés de Trajan » date des années 1930), à l'image de nos centres commerciaux actuels, mais des fouilles récentes[N 2] amènent à reconsidérer cette dénomination. En effet, l’étroitesse des couloirs et les escaliers d’accès assez raides rendraient difficile la circulation de marchandises.

Histoire[modifier | modifier le code]

Buste présumé d'Apollodore de Damas daté de 130/140, Glyptothèque de Munich.

Il est possible que le début des travaux d’excavation remontent à la fin du règne de Domitien, mais le complexe a été en grande partie construit en même temps que le forum de Trajan, au début du IIe siècle, comme semblent l’indiquer les inscriptions retrouvées sur les briques, datées entre 109 et 113. Les plans de construction peuvent être attribués à l’architecte Apollodore de Damas. L’inauguration du complexe a eu lieu en 113.

Durant le Moyen Âge, les marchés de Trajan sont modifiés par l’ajout d’étages, encore visibles aujourd’hui, et d’éléments défensifs comme la Torre delle Milizie, construite après 1200, qui surplombe l’édifice. Jusqu'au XIVe siècle, le complexe est connu sous le nom de Castellum Miliciae.

Plus tard, un couvent est construit dans la même zone, mais il est détruit au début du XXe siècle lors des travaux de restauration des marchés de Trajan.

Architecture[modifier | modifier le code]

Pour la construction du forum de Trajan, il a été nécessaire de supprimer l’ensellement compris entre les collines du Capitole et du Quirinal, ouvrant un large espace communiquant avec le Champ de Mars, réalisant ainsi un des ambitieux projets d’urbanisme de César. C’est plus de 60 millions de mètres cubes de terre et de roche qui ont été déplacés, permettant l’aplanissement d’une zone d’environ 300 mètres sur 200. La structure en hémicycle concave et en gradins des Marchés de Trajan sert de soubassement et de soutènement à la pente de la colline du Quirinal qui a été creusée et évite les éboulements. Le complexe est aménagé, pour des raisons esthétiques et pratiques, en plusieurs bâtiments de brique organisés en une série de terrasses qui s'élèvent jusqu'au sommet de la colline du Quirinal. Le complexe compte près de 170 pièces différentes. La façade consiste en une grande exèdre en brique, concentrique à l'exèdre septentrionale du forum de Trajan. Une rue pavée de dalles de basalte sépare les deux exèdres.

Plan approximatif des marchés de Trajan et de leur emplacement par rapport au forum de Trajan.

Matériaux[modifier | modifier le code]

Dallage au sol des marchés de Trajan, disposé en Opus spicatum.

D’un point de vue architectural, ces « marchés » sont remarquables par leurs voûtes cylindriques en tonnelle et par l'emploi de la brique, principal matériau de construction utilisé. Depuis le début du Ier siècle, l'opus latericium (briques de terre crue) a peu à peu remplacé toutes les autres matières, liant solidité et commodité d'utilisation. Unie aux deux autres techniques de construction romaine, la clef de voûte et la structure monolithique obtenue avec une coulée de béton de chaux, cette technique a permis de couvrir le grand espace ouvert lors des excavations et de maintenir les pentes de la colline.

Rez-de-chaussée[modifier | modifier le code]

Au rez-de-chaussée, la façade des marchés est composée de onze boutiques au plafond voûté et de deux entrées à chaque extrémité. Ces tabernae sont peu profondes et s'appuient directement sur la roche. Les portes, à peu près carrées, sont surmontées d'une architrave en travertin. La partie supérieure du mur des boutiques est percée de fenêtres.

Premier étage[modifier | modifier le code]

Au premier étage, le mur est percé d'une série de fenêtres voûtées (à raison de cinq fenêtres pour trois boutiques du rez-de-chaussée) entourées de piliers de briques avec bases et chapiteaux et surmontées de petits frontons. Elles s'ouvrent sur un couloir voûté passant au-dessus des boutiques qui dessert à l'intérieur dix autres boutiques. Il s'étend vers le nord, conduisant à un autre couloir flanqué d'un groupe de boutiques.

Deuxième étage[modifier | modifier le code]

Au deuxième étage de l'hémicycle, une terrasse, située au-dessus du couloir voûté, soutient un groupe de boutiques tournées dans la direction opposée des celles des étages inférieurs. Elles s'ouvrent sur la via Biberatica (nom donné durant le Moyen Âge), une rue longue de 300 mètres environ.

Salles latérales et hall central[modifier | modifier le code]

Sur les côtés de la façade, au rez-de-chaussée et au premier étage, se trouvent deux salles semi-circulaires, chacune recouverte d'un semi-dôme. La plus grande des deux, au nord, est éclairée par cinq grandes fenêtres. Celle du sud ne dispose que de trois ouvertures. Vers l'ouest, une autre salle semi-circulaire, avec un toit en demi-coupole, est adjacente à celle du niveau inférieur. Un escalier mène de la via Biberatica à un grand hall qui constitue le centre du complexe. La principale entrée se situe sur le côté nord. Ce hall, haut de deux étages, est divisé en deux parties, reliées par une série de six arches. Il contient six boutiques sur chaque côté au rez-de-chaussée.

Museo dei Fori Imperiali[modifier | modifier le code]

Le musée des forums impériaux fait partie des musées municipaux de la ville de Rome. Ouvert en 2007, le musée permet de visiter l’intérieur des marchés de Trajan et présente aux visiteurs des restitutions des bâtiments antiques réalisées à partir de fragments retrouvés sur place et de moulages, ainsi qu’une collection d’objets découverts dans la zone des forums impériaux.

Marchés de Trajan, vue générale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Appellation moderne de l'ensemble des ruines du complexe construit sur les pentes du Quirinal qui date des années 1930.
  2. Fouilles menées par l’archéologue Lucrezia Ungaro (directrice du Museo dei Fora Imperiali) dont les conclusions ont été rendues publiques en mars 2006 : article sur Philalithia.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Luc Duret et Jean-Paul Néraudeau, Urbanisme et métamorphose de la Rome antique, Realia/Les Belles Lettres,‎ 2001 (ISBN 2-251-33817-9), p. 119-124

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Filippo Coarelli, Rome and Environs: An Archæological Guide, University of California Press,‎ 2008 (ISBN 978-0520079618), p. 121-125 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Plan des forums impériaux
Porticus
Curva
Porticus Purpuretica
Secretarium
Senatus
Temple de la
Ville Sacrée
Vicus Cuprius
Arc de
Trajan
Porticus
Absidata
Quadrige
Statue équestre
Marchés de Trajan
Temple de
Minerve
Temple
de la Paix
Statue équestre

Lien externe[modifier | modifier le code]