Basilique Ulpia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Basilique Ulpia
Les restes de la basilique Ulpia.
Les restes de la basilique Ulpia.

Lieu de construction Forums impériaux
Date de construction Entre 107 et 112 ap. J.-C.
Ordonné par Trajan
Type de bâtiment Basilique
Le plan de Rome ci-dessous est intemporel.
Planrome2b.png
Basilique Ulpia

Localisation de la basilique dans la Rome antique (en rouge)

Coordonnées 41° 53′ 44″ N 12° 29′ 04″ E / 41.895556, 12.48457241° 53′ 44″ Nord 12° 29′ 04″ Est / 41.895556, 12.484572  
Liste des monuments de la Rome antique

La basilique Ulpia (Basilica Ulpia) est une basilique civile construite à Rome entre 107, date du triomphe de Trajan pour ses victoires en Dacie, et 112 ap. J.-C., date de l'inauguration du forum de Trajan. Le plan de la basilique est peut-être l’œuvre de l'architecte Apollodore de Damas (qui a été ingénieur en chef de Trajan durant ses campagnes en Dacie) mais son rôle dans la construction n'est pas bien établi.

Aujourd'hui, il ne reste pratiquement plus rien de cette basilique, excepté quelques vestiges de colonnes et des éléments dispersés comme certains bas-reliefs de l'Arc de Constantin.

Article principal : Forum de Trajan.

Localisation[modifier | modifier le code]

La basilique Ulpia fait partie du forum de Trajan. Elle est située entre la place centrale du forum, dont elle ferme le côté nord, et la colonne Trajane[1] (voir le plan).

Fonction[modifier | modifier le code]

Restitution des fragments de la Forma Urbis, Encyclopædia Britannica, 1911.

La basilique pouvait, tout comme les autres basiliques publiques romaines, servir pour des activités judiciaires, bancaires ou commerciales. On pouvait également s'y promener.

Un fragment de la Forma Urbis Severiana porte l'inscription « Libertatis » sur l'abside nord-est, ce qui laisse penser que la basilique a peut-être hérité des fonctions de l'ancien Atrium Libertatis[2] construit par Asinius Pollion et détruit lors de la construction du forum de Trajan, dans lequel se déroulaient les cérémonies d'affranchissement des esclaves.

Des recherches récentes qui ont partiellement invalidé le plan généralement admis du forum de Trajan ont amené certains historiens à placer la Bibliotheca Ulpia dans les absides de la basilique[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Construction[modifier | modifier le code]

L'architecte du forum de Trajan innove par rapport aux autres forums impériaux en ne plaçant pas dans l'axe de la place centrale un temple dédié à une divinité protectrice mais une basilique civile[4] , baptisée du nom de la gens de l'empereur. Le jour de son inauguration, en janvier 112, elle devient la plus grande basilique de Rome[5], déplaçant un peu plus le centre politique du Forum Romain vers les forums impériaux.

Influence[modifier | modifier le code]

Constantin s'inspire du plan de la basilique pour les premières églises chrétiennes et s'en sert de modèle pour compléter la grande basilique de Maxence[6].

Vestiges[modifier | modifier le code]

Il reste très peu de vestiges de la basilique Ulpia et seule la partie centrale est encore visible : des voies modernes ont été construites au-dessus des deux absides, à l'ouest la Via dei Fori Imperiali, large rue construite par Benito Mussolini, et à l'est la Scalinata di Magnanapoli. Des fragments de colonnes retrouvés sur place ont été redressés sur des bases d'origine, mais n'appartiennent pas à la basilique[2].

Architecture[modifier | modifier le code]

Extérieur[modifier | modifier le code]

Plan au sol de la basilique Ulpia, 1847.

La basilique forme au sol un grand rectangle, agrandi par deux absides à chaque extrémité[2]. Elle est longue de 117 mètres (170 mètres avec les absides) et large de 59 mètres[5],[7]. Les murs de la basilique sont couverts de marbre et son toit, 50 mètres au-dessus du sol, est en bois couvert de tuiles en bronze doré. La basilique se tient sur un podium de trois marches de marbre jaune antique, ce qui élève le sol d'un mètre environ par rapport au sol de la place centrale du forum[2]. De ce côté, la façade est divisée en trois sections verticales[4] correspondant chacune à une entrée, une plus large au centre et deux plus petites latérales, chacune marquée par l'avancée d'une plate-forme et une rangée de colonnes supplémentaires[2] (quatre pour l'entrée principale et deux pour les autres )[8], peut-être de marbre jaune. En avant de chaque entrée se dresse une grande statue de Trajan[5].

Les colonnes supportent un entablement et un attique décoré sur toute sa longueur par une longue frise qui s'étend peut-être même sur les trois autres côtés de la basilique[5], régulièrement interrompue par des statues de prisonniers daces[8]. Il s'agit peut-être de la Grande Frise de Trajan dont huit panneaux[9] ont été réemployés plus tard pour la décoration de l'Arc de Constantin. Ce n'est qu'une hypothèse et le fait que le forum soit décrit comme en excellent état lors de la visite de Constance II à Rome semble la contredire[5]. Au centre de la façade, au-dessus de l'attique, a été placé un quadrige (le char triomphal de Trajan) entouré de Victoires[2]. Les enseignes des légions ayant participé aux deux guerres contre les Daces sont fixées le long de la façade. Des inscriptions sur l'architrave rappellent le nom de ces légions[8].

Intérieur[modifier | modifier le code]

Reconstitution de l'intérieur de la basilique, Encyclopædia Britannica, 1911.

L'intérieur est divisé sur toute sa longueur en cinq ailes (une nef centrale de 25 mètres de large et les nefs latérales de 5 mètres de large chacune), séparées par quatre rangs de 24 colonnes d'ordre corinthien[2]. Les colonnes en granite gris entourant la nef centrale sont plus grandes que les autres qui sont en cipolin. La décoration intérieure rappelle les victoires de Trajan en Dacie avec, par exemple, des statues de marbre représentant des prisonniers daces. Sur la frise intérieure sont représentées des Victoires tauroctones (c'est-à-dire en train de sacrifier des taureaux) et des candélabres ornés de guirlandes. Il est possible que la Grande Frise de Trajan, au lieu de décorer l'attique, ait été en fait affichée sur le long mur en face de l'entrée principale[9]. La nef centrale occupe toute la hauteur du bâtiment et s'ouvre sur un deuxième étage dont les murs sont percés de petites fenêtres qui laissent entrer la lumière. Le sol est décoré de marbres polychromes provenant de toutes les provinces de l'Empire, alternant des motifs ronds et carrés dans la nef centrale et des plaques rectangulaires dans les nefs latérales. À chaque extrémité de la basilique, les absides sont séparées du corps central par une rangée de colonnes.

Vue d'ensemble des vestiges de la basilique Ulpia. À droite, le piédestal de la colonne Trajane.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. R.A. Tomlinson, From Mycenae to Constantinople: the Evolution of the Ancient City, Routledge, Londres, 1992.
  2. a, b, c, d, e, f et g Samuel Ball Platner et Thomas Ashby, A topographical dictionary of Ancient Rome, Oxford University Press, 1929, pp. 241-242.
  3. Pierre Gros, Les enjeux historiques du débat de l'ordonnance du Forum de Trajan dans Comptes-rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Vol.149 N°1, 2005, pp.173-197.
  4. a et b Luc Duret et Jean-Pierre Néraudau, Urbanisme et métamorphoses de la Rome Antique, Les Belles Lettres, 2001, pp. 119-120.
  5. a, b, c, d et e Filipo Coarelli, Rome and environs : an archaeological guide, University of California Press, 2007, pp. 117-118.
  6. Carlo Giavarini, The Basilica of Maxentius: the Monument, its Materials, Construction, and Stability, L'Erma di Bretschneider, Rome, 2005.
  7. Leland M. Roth, Understanding Architecture: Its Elements, History and Meaning, Westview Press, 1993, p. 222.
  8. a, b et c Pierre Cosme, Les légions romaines sur le Forum : recherches sur la Colonnette Mafféienne dans Mélanges de l'École française de Rome, Antiquité, Vol.106 N°1,1994, pp. 167-196.
  9. a et b Anne-Marie Leander Τουati, The Great Trajanic Frieze. The Study of a Monument and of the Mechanisms of Message Transmission in Roman Art dans Revue belge de philologie et d'histoire, Vol. 68, 1990, pp. 227-231.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Filippo Coarelli, Rome and Environs: An Archæological Guide, University of California Press,‎ 2008 (ISBN 978-0520079618), p. 115-125 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Samuel Ball Platner, A topographic dictionary of Ancient Rome, Oxford University Press,‎ 1929, p. 242-245 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (fr) Luc Duret et Jean-Pierre Néraudau, Urbanisme et métamorphoses de la Rome antique, Les Belles Lettres,‎ 2001, p. 119-120 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens connexes[modifier | modifier le code]

Plan des forums impériaux
Porticus
Curva
Porticus Purpuretica
Secretarium
Senatus
Temple de la
Ville Sacrée
Vicus Cuprius
Arc de
Trajan
Porticus
Absidata
Quadrige
Statue équestre
Basilique
Ulpia
Temple de
Minerve
Temple
de la Paix
Statue équestre

Liens externes[modifier | modifier le code]