Forum de Trajan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Forum de Trajan
Vue aérienne du forum de Trajan
Vue aérienne du forum de Trajan

Lieu de construction Forums impériaux
Date de construction De 106 à 113
Ordonné par Trajan
Type de bâtiment Forum romain
Le plan de Rome ci-dessous est intemporel.
Planrome2b.png
Forum de Trajan
Localisation du forum dans la Rome antique (en rouge)
Coordonnées 41° 53′ 44″ N 12° 29′ 09″ E / 41.895556, 12.485833 ()41° 53′ 44″ Nord 12° 29′ 09″ Est / 41.895556, 12.485833 ()  
Liste des monuments de la Rome antique

Le forum de Trajan (Forum Traiani) est le dernier des forums impériaux à avoir été construit à Rome, le plus monumental et l’un des mieux conservés aujourd’hui. Il comprend plusieurs monuments comme la basilique Ulpienne (Basilica Ulpia), la colonne Trajane (Colonna Traiana), deux bibliothèques (Bibliotheca Traiani) et les marchés de Trajan (Macellum Traiani).

Le forum, dont la conception est attribuée à l’architecte Apollodore de Damas, est parallèle au forum de César et perpendiculaire au forum d'Auguste. Sa construction a été financée par le butin que Trajan a rapporté des campagnes de Dacie.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le forum de Trajan est situé dans la zone des forums impériaux, le long de l’actuelle Via dei Fori Imperiali, dans le rione de Monti, à Rome (voir le plan).

Histoire[modifier | modifier le code]

Construction[modifier | modifier le code]

Buste présumé d'Apollodore de Damas, daté de 130/140.
Munich Glyptothek.

À la suite de son triomphe sur les Daces, Trajan, voulant perpétuer le souvenir de sa victoire, décide de faire construire un forum qui, par sa grandeur et la richesse de sa décoration, devra surpasser tous les autres forums de la ville. Il utilise à cette fin une partie du butin, estimé à 163,6 tonnes d’or et le double d’argent[a 1], qu’il a rassemblé à l’issue de la deuxième guerre dacique[a 2],[1], comme le rappelle probablement l’inscription e manubiis (littéralement « grâce au produit du butin ») plusieurs fois répétée sur l’entablement de la basilique Ulpienne[2]. La construction du forum, qui s’étale entre 106 et 113, sous la direction de l’architecte Apollodore de Damas[a 3],[a 4],[3],[4], a nécessité l'ouverture d'un espace supplémentaire en éliminant l'ensellement entre les collines du Capitole et du Quirinal. En effet, l’ensemble formé par le forum de César et le forum d'Auguste a utilisé toute la place disponible dans cette zone. Le prolongement des forums impériaux vers le nord se trouve alors bloqué par un problème de déblaiement. Vespasien, peut-être par souci d’économie, ne continue pas l’agrandissement de la zone vers le nord, mais utilise l’espace occupé en partie par un ancien marché au nord-est du Forum Romain[5]. Il faut attendre la fin du règne de Domitien pour que le projet d’arasement du col entre le Capitole et le Quirinal soit relancé[a 5]. Mais c’est à Trajan et à son architecte Apollodore de Damas que revient le mérite de l’élargissement du passage étroit qui reliait le Forum Romain au Champ de Mars. Les matériaux déblayés (plus de 60 millions de mètres cubes de terre et de roche) sont évacués au nord-est de Rome, le long de la Via Salaria[N 1], l’évacuation étant facilitée par les deux grandes voies de l’Alta Semita et du Vicus Longus[5]. Toutes les structures qui se trouvaient dans cette zone et qui gênent les travaux sont détruites, parmi celles-ci, l’Atrium Libertatis[a 6] et une section de l'enceinte servienne[6]. Le forum de César est également modifié, avec l’ajout de la basilique Argentaria et la reconstruction du temple de Vénus Genitrix[e 1],[7]. Le forum est inauguré en janvier 112 (d’après les Fasti Ostiensi[e 2]) tandis que la colonne Trajane n’est inaugurée qu’en mai 113[e 2].

Antiquité tardive[modifier | modifier le code]

Le forum semble encore bien préservé au IVe siècle, comme en témoigne l’émerveillement de Constance II, alors en visite à Rome (en 357). À en croire ce qu’en rapporte Ammien Marcellin, il est notamment frappé par la présence colossale de la statue équestre de Trajan[a 7].

Au Ve siècle, le forum est toujours un espace public dans lequel figurent des statues de personnages illustres de la vie culturelle du Bas-Empire, comme les poètes Mérobaude[a 8],[e 3] et Sidoine Apollinaire[a 9].

Au VIe siècle, d’après Cassiodore, le complexe a conservé toute sa gloire[a 10]. Au cours du VIIe siècle, des représentations publiques sont encore organisées dans les bibliothèques[o 1],[8]. En 663, l’empereur romain d’Orient Constant II fait retirer les statues et autres monuments honorifiques du forum[o 2],[9].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Tour des Milices avec en contrebas les ruines des Marchés de Trajan.

Au cours du VIIIe siècle, le forum est toujours l’objet de l’admiration de ses contemporains[a 11],[a 12], mais la plupart des bâtiments sont fortement endommagés et finissent de s’écrouler lors du tremblement de terre de 801[o 3],[10].

À partir du milieu du IXe siècle, les plaques de marbre qui servent de pavage de la place centrale sont retirées pour être réutilisées ailleurs. Une partie du forum conserve néanmoins une fonction publique et le sol est de nouveau pavé. L’autre partie commence à être occupée par des vignes et des vergers[11].

L’obstruction des anciens égouts romains rend la zone du forum insalubre, ce qui a conduit à une élévation progressive du sol avec de la terre au cours du Xe siècle. Des habitations dispersées sont bâties parmi les anciens bâtiments du forum, signe qu’ils sont encore en partie préservés.

Illustration tirée du livre Colpo d'occhio a Roma, Adone Palmieri, Rome, 1863.

Au XIe siècle, le forum est transformé en forteresse par la puissante famille romaine des Michieli. La zone est également occupée par des bâtiments religieux : les églises de San Lorenzo ai Monti, de Santa Maria in Campo Carleo et de San Niccolò de Columna. Cette dernière église, mentionnée pour la première fois en 1032, utilise la colonne de Trajan comme clocher[o 4].

La basilique Ulpienne et les deux bibliothèques sont encore debout au XVe siècle, bien qu’en partie effondrées et pillées de leurs décorations[12]. Des maisons privées et un marché (Macellum Corvorum) sont construits sur le forum[11].

Le côté méridional du forum reste partiellement intact, au moins jusqu’au milieu du XVIe siècle, bien que depuis 1263, l’église de Sant’Urbano et depuis 1432, l’église de Santa Maria, s’y adossent. Toujours en 1432, le monastère du Saint-Esprit est construit au sud de la colonne Trajane, alors que l’église attenante à cette dernière est détruite sur ordre du pape Paul III qui retire la cloche de la colonne.

Entre le XIIe siècle et le XIVe siècle, les Marchés de Trajan sont transformés en une structure défensive connue sous le nom de Castellum Miliciae, dont le point culminant est la Tour des Milices.

Entre 1567 et 1570, le cardinal Michele Bonelli fait nettement surélever le terrain et fait construire tout un quartier qui prend appui sur les bâtiments plus anciens qui servent de caves. Ce quartier restera inchangé jusqu’à sa démolition par Mussolini et la construction de la Via dei Fori Imperiali[13].

Fonction[modifier | modifier le code]

Le complexe est le lieu de nombreuses activités différentes. Un procurateur du forum du Divin Trajan, mentionné sur une inscription découverte récemment dans les marchés de Trajan[e 4], a pour mission de gérer et d’administrer ces différentes activités. Le plan de marbre Forma Urbis nous apprend que l’une des absides de la basilique Ulpienne a hérité des fonctions de l’Atrium Libertatis qui a été détruit : les esclaves s’y font affranchir[14].

Le forum est le site de cérémonies publiques de toutes sortes. Plusieurs lois y ont été promulguées, dont certaines entre 319 et 451[o 5],[15],[a 13]. Des congiaires sont distribués au peuple romain. Hadrien, imité plus tard par l’empereur Aurélien[a 14],[a 15], y fait brûler publiquement les documents des archives contenant l’enregistrement des dettes[a 16],[e 5]. Marc-Aurèle y organise la vente aux enchères de biens du palais impérial afin de financer ses campagnes contre les Germains et les Sarmates vers 170[a 17],[a 18],[a 19]. Il ordonne par la suite que des statues soient érigées dans le forum en l’honneur des généraux qui ont participé aux campagnes en Germanie[a 20]. Commode se sert quant à lui du forum pour ses apparitions publiques et y distribue au moins un congiaire[a 21],[a 22].

La basilique abrite les activités judiciaires[14], notamment dans ses absides, des espaces séparés de la nef centrale[a 23]. Durant le Bas-Empire se développent davantage des activités culturelles (avec peut-être des salles de lectures et des écoles), essentiellement dans les exèdres des portiques[16].

Place du forum dans la propagande impériale[modifier | modifier le code]

La décoration du complexe rappelle les exploits de Trajan sur les Daces. Elle inclut de nombreuses statues de prisonniers daces, des reliefs avec des trophées, des inscriptions en l’honneur des légions ayant participé aux campagnes en Dacie sur l’attique de la basilique Ulpienne, les enseignes de ces mêmes légions qui sont probablement fixées au-dessus des entrées de la basilique, des inscriptions en l’honneur des autres corps militaires, la colonne Trajane et probablement la grande frise de Trajan qui a été réemployée sur l’arc de Constantin. Cette frise, longue de 18 mètres et haute de 3 mètres[17],[18], représente les exploits de l’empereur Trajan lors de la conquête de la Dacie, aboutissant à son triomphe, une sorte de suite de la frise de la colonne Trajane. C’est donc à la gloire des armes et de ses victoires que Trajan a dédié son forum.


Assemblage photographique de la grande frise de Trajan, réemployée sur l'attique et dans le passage central de l'arc de Constantin.


Même la disposition des monuments du complexe rappelle l’organisation d’un camp militaire, et plus précisément de la place principale du camp. Les deux bibliothèques se faisant face évoquent en effet la position des archives militaires dans l’agencement d’un camp. Pour pousser la comparaison plus loin, la position de la colonne Trajane correspond à l’emplacement des enseignes militaires. Sa proximité avec la basilique et les bibliothèques symbolise peut-être la volonté de l’empereur d’étendre la civilisation romaine au monde barbare[19].

Architecture[modifier | modifier le code]

Le forum, long de 300 mètres et large de 185 mètres, forme un complexe fermé, indépendant du quartier qui l’entoure. On y accède par deux entrées principales, situées aux extrémités opposées du complexe. Le forum est construit parallèlement au forum de César et perpendiculairement au forum d'Auguste. Il est entièrement recouvert de marbre et de stuc et orné de sculptures et de peintures murales[20].

Le complexe comprend, du sud au nord : une entrée formant un arc de triomphe ; une place centrale avec en son centre la statue équestre de Trajan ; des portiques avec chacun une exèdre semi-circulaire sur les côtés de la place[21] ; la basilique Ulpienne ; une cour à colonnade avec en son centre la colonne Trajane et de part et d’autre deux bibliothèques, l’une grecque et l’autre latine[a 24],[3].

Entrée sud-est[modifier | modifier le code]

Aureus frappé vers 112/115.
Côté pile, représentation de l'entrée triomphale du forum de Trajan.

Le côté du forum donnant vers le forum d'Auguste, au sud-est, est fermé par un mur en blocs de pépérin légèrement convexe vers l’extérieur[21]. Ce mur est décoré de colonnes de marbre d’un diamètre de 1,5 mètre placées en avant du mur, tandis que des pilastres y sont engagés dans l’alignement des colonnes. Le mur est percé d'un grand arc à un seul passage divisé en cinq baies précédé de six colonnes. Les baies latérales comportent des niches surmontées d'un fronton triangulaire abritant des statues de prisonniers daces. Au-dessus se trouvent un même nombre de portraits sur des boucliers (imagines clipeatae). La statue de Trajan dans un char triomphal tiré par six chevaux, flanquée de trophées et de victoires, surmonte le tout[22]. Cet arc de triomphe n’a laissé aucune trace et sa description nous est parvenue grâce à sa représentation sur des pièces de monnaie[e 6]. Selon Dion Cassius[a 25], l’arc a été érigé sur décision du Sénat en hommage à Trajan et à ses victoires en Orient.

Place centrale et portiques[modifier | modifier le code]

Denarius frappé vers 112-114/115.
Côté pile, représentation de la statue équestre de Trajan.

La place, longue de 116 mètres et large de 95 mètres, est pavée avec environ trois mille dalles rectangulaires de marbre blanc[23]. Au centre de la grande esplanade du forum se dresse la grande statue équestre de Trajan en bronze doré. Des deux côtés s'étend un portique à colonnade de granite gris[24] d’ordre corinthien sur une plate-forme à deux marches. En arrière des portiques s'ouvrent deux larges exèdres semi-circulaires. Les portiques abritent une galerie de statues rappelant et complétant celles présentes dans le forum d'Auguste. L'attique est similaire à celui du forum d'Auguste avec des statues de prisonniers daces à la place des caryatides portant des boucliers avec leurs têtes, alternées par des médaillons ornés de portraits. Parmi ceux-ci, on a identifié Agrippine la Jeune et Nerva.


Basilique Ulpienne[modifier | modifier le code]

Sesterce frappé vers 112/115.
Côté pile, représentation de la façade méridionale de la basilique Ulpienne.
Article détaillé : Basilique Ulpia.

Dans la conception du forum de Trajan, Apollodore de Damas innove en ne plaçant pas dans le prolongement de la place un temple dédié à une divinité protectrice, mais un bâtiment civil. En effet, au fond de la grande place s’élève la basilique Ulpienne (Basilica Ulpia) qui, transversale par rapport à l’axe, ferme l’ensemble de son imposante façade. La basilique, longue de 170 mètres et large de 59 mètres[14], compte cinq nefs, deux absides latérales[25] et un vaisseau central s’élevant à près de 30 mètres. Elle est à cette époque la plus grande jamais construite à Rome et se distingue par le luxe de la polychromie de ses marbres et de ses ornements de bronze. L’édifice est prévu pour les activités judiciaires, les transactions commerciales et les cérémonies officielles.

Colonne Trajane et bibliothèques[modifier | modifier le code]

Denarius daté de 114.
Côté pile, représentation de la Colonne Trajane.
Articles détaillés : Colonne Trajane et Bibliotheca Ulpia.

Au-delà de la basilique, deux bibliothèques (l’une pour les ouvrages grecs, l’autre pour ceux en latin) s’élevaient de part et d’autre de la grande colonne Trajane qui célèbre dans ses bas-reliefs la conquête romaine de la Dacie. La hauteur de la colonne rappelle symboliquement la hauteur de près de 40 mètres de terre qui a été arasée lors de la construction du forum.

Restitution du temple de Trajan avec en arrière-plan la colonne Trajane entourée des deux bibliothèques.

Temple du Divin Trajan[modifier | modifier le code]

Les reconstitutions du XIXe siècle jusqu’à la fin du XXe siècle mentionnent un temple dédié au Divin Trajan et à Plotine, qui aurait été construit par Hadrien en 121[a 26],[e 7] et qui, entouré sur trois côtés par un portique courbe, fermerait l’extrémité nord-ouest du forum. Des fouilles archéologiques récentes[N 2] n’avaient révélé aucune trace de ce temple à cet emplacement et la question de son existence était posée. Seule l’inscription dédicatoire et un chapiteau haut de 2,12 m ont été retrouvés, ce qui peut donner une idée de la taille imposante du monument : les colonnes devaient atteindre 20 mètres de haut[16]. Mais, plus récemment, la mise au jour d'un massif de fondation vient au contraire de rendre probable que le temple se situait bien dans l'axe du Forum, plutôt qu'y restituer un porche monumental (dont ferait partie le chapiteau retrouvé) s’ouvrant sur le Champ de Mars[26]. La question reste débattue chez les spécialistes.

Marchés de Trajan[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Marchés de Trajan.

Pour éviter les éboulements possibles causés par les travaux d’excavation qui ont modifié les pentes du Quirinal, Apollodore de Damas réalise une structure en hémicycle et en gradins pour servir de soubassement et de soutènement, ainsi que pour dissimuler les traces des travaux. Cette structure sera plus tard connue sous le nom de marchés de Trajan.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les matériaux déblayés servent à combler une ancienne nécropole de l'époque républicaine et du début de l'Empire dans la région dite Ad Nucem.
  2. Fouilles menées entre 1998 et 2000 par R. Meneghini notamment

Références[modifier | modifier le code]

  • Sources modernes :
  1. Bennett, Trajan, Optimus Princeps: A Life and Times, Bloomington, Indiana University Press, 2001, p. 155.
  2. (fr) Luc Duret et Jean-Paul Néraudeau, Urbanisme et métamorphose de la Rome antique, Realia/Les Belles Lettres,‎ 2001 (ISBN 2-251-33817-9), p. 120.
  3. a et b Bianchi Bandinelli, Roma. L'arte al centro del potere (dalle origini al II secolo d.C.), RCS Corriere della Sera, Milan, 2005, p. 261.
  4. Filipo Coarelli, Roma (guida archeologica), Bari-Roma, Laterza, 2008, p. 145.
  5. a et b (fr) Léon Homo, Rome impériale et l'urbanisme dans l'antiquité, Paris, Editions Albin Michel (L'évolution de l'humanité),‎ 1971 (2e édition), p. 393
  6. Romolo A. Staccioli, Guida di Roma antica, Milano, Rizzoli, 1994, p. 246.
  7. Filipo Coarelli, Roma (guida archeologica), Bari-Roma, Laterza, 2008, p. 125.
  8. Maria Elena Bertoldi, Ricerche sulla decorazione architettonica del Foro Traiano, Roma, L'Erma di Bretschneider, 1962, p. 4.
  9. Rodolfo Lanciani, La distruzione di Roma antica, Milano 1971, pp. 123-125.
  10. Emanuela Guidoboni, I terremoti prima del Mille in Italia e nell'area mediterranea, 1989, p. 197, 202.
  11. a et b Roberto Meneghini et Riccardo Santangeli Valenziani, Fori Imperiali, Archeo no 271, septembre 2007, pp. 42-61.
  12. Roberto Meneghini, Luigi Messa et Lucrezia Ungaro, Il Foro di Traiano, Roma, Palombi Editori, 1995, p. 12.
  13. Roberto Meneghini, Luigi Messa et Lucrezia Ungaro, Il Foro di Traiano, Roma, Palombi Editori, 1995, p. 14.
  14. a, b et c Filipo Coarelli, Roma (guida archeologica), Bari-Roma, Laterza, 2008, p. 141.
  15. Giuseppe Lugli et al., Fontes ad topographiam veteris urbis Romae pertinentes, 8 voll., Roma, 1952-1960, pp. 73-78 : Codex theodosianus, XIV.2.1
  16. a et b Filipo Coarelli, Roma (guida archeologica), Bari-Roma, Laterza, 2008, p. 146.
  17. Bianchi Bandinelli, Il maestro delle imprese di Traiano, Roma, Mondadori Electa, 2003, p. 48
  18. Bianchi Bandinelli, Roma. L'arte al centro del potere (dalle origini al II secolo d.C.), RCS Corriere della Sera, Milan, 2005, p. 259, fig. 201.
  19. (fr) Luc Duret et Jean-Paul Néraudeau, Urbanisme et métamorphose de la Rome antique, Realia/Les Belles Lettres,‎ 2001 (ISBN 2-251-33817-9), p. 121.
  20. Bianchi Bandinelli, Roma. L'arte al centro del potere (dalle origini al II secolo d.C.), RCS Corriere della Sera, Milan, 2005, p. 266.
  21. a et b Coarelli, Roma (guida archeologica), Bari-Roma, Laterza, 2008, p. 139.
  22. Roberto Meneghini, Luigi Messa et Lucrezia Ungaro, Il Foro di Traiano, Roma, Palombi Editori, 1995, p. 18.
  23. Coarelli, Roma (guida archeologica), Bari-Roma, Laterza, 2008, p. 140.
  24. Lucrezia Ungaro, In onore dell'optimus princeps, Archeo no 312 février 2011, p. 77-81.
  25. John Burge & James E. Packer, Disegno ricostruttivo delle esedre laterali del Forum e della Basilica Ulpia.
  26. Pierre Gros, Les enjeux historiques du débat de l'ordonnance du Forum de Trajan, CRAI, 149-1, 2005, p. 173-197.
  • Sources des XIXe et début XXe siècles :
  1. Antonio Nibby, Roma nell'anno 1838, vol. II, Roma 1839, p. 210.
  2. Nibby 1839, pp. 211-212
  3. Ferdinand Gregorovius, Storia della città di Roma nel Medioevo, Roma, Aequa, 1938-1943, p. 11
  4. Christian Hülsen, Le chiese di Roma nel Medio Evo, cataloghi e appunti, Firenze, L. S. Olschki 1927, p. 395.
  5. Platner & Ashby, A topographical dictionary of Rome, Oxford University press, 1929, p. 240
  • Sources antiques :
  1. De magistratibus, II, 28, d'après Ioan I. Russu (1972) : Getica lui Statilius Critus. Studii Clasice, 14 : p. 117 ss. (Statilius Critus, médecin de Trajan).
  2. Aulu-Gelle, Noctes Atticae XII, 25
  3. Dion Cassius, Histoire romaine, LXIX, 4, 1.
  4. Procope de Césarée, De aedificiis, IV, 6, 13
  5. Aurelius Victor, De Caesaribus, XIII, 5.
  6. Ciceron, Epistulae ad Atticum, IV, 17, 7.
  7. Ammien Marcellin, Res gestae, XV, 10, 15-16.
  8. Sidoine Apollinaire, Carmina IX, 301
  9. Sidoine Apollinaire, Carmina VIII, 8 et Epistulae IX, 16, 25‑28.
  10. Cassiodore, Variae, VII, 6, 1.
  11. Mombritius, Sanctuarium seu Vitae sanctorum, Paris, ed. 1910, 594, 596, 604.
  12. Itinerario di Einsiedeln 194, 195, Valentini-Zucchetti II.
  13. Leges Novellae Valentiniani, III XIX.4, XXI.1.7, XXI.2.6, XXIII.9, XXVII.8, XXXXI.7 M.
  14. Histoire Auguste, Vita Divi Aureliani, XXXIX, 3.
  15. Dion Cassius, Histoire romaine, LXXI, 32, 2.
  16. Histoire Auguste, Vita Hadriani, VII, 6.
  17. Histoire Auguste, Vita Marci Antonini philosophi, XVII, 4-5 et XXI, 9.
  18. Eutrope, Breviarium ab Urbe condita, VIII, 13.
  19. Aurelius Victor, De Caesaribus, XVI, 9.
  20. Histoire Auguste, Vita Marci Antonini philosophi, XXII, 7-8.
  21. Histoire Auguste, Vita Commodi Antonini, II, 1.
  22. Sidoine Apollinaire, Carmina, II, 254-255.
  23. Aulus-Gelle, Noctes Atticae XIII, 25, 2.
  24. Dion Cassius, Histoire romaine, LXVIII, 16, 3.
  25. Dion Cassius, Histoire romaine, LXVIII, 29.
  26. Histoire Auguste, Vita Hadriani, XIX, 9
  • Sources épigraphiques et numismatiques :
  1. CIL XIV, 4543
  2. a et b CIL XIV, 4543 dans Ladislav Vidman, Fasti ostienses, Prague, Academia, 1982, 48, pl. 12.
  3. CIL VI, 1724.
  4. CIL VI, 41285a
  5. CIL VI, 967.
  6. RIC II, 255
  7. CIL VI, 966 = 31215 = ILS 306.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Filippo Coarelli, Rome and Environs: An Archæological Guide, University of California Press,‎ 2008 (ISBN 978-0520079618), p. 115-125 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) James Packer, The Forum of Trajan in Rome : A study of the monuments in brief, Berkeley and Los Angeles, University of California Press,‎ 2001 (ISBN 978-0520226739)
  • (fr) Henri Thédenat, Le forum romain et les Forums Impériaux, Paris, Librairie Hachette et Cie,‎ 1923 (6e édition)
  • (fr) Ghislaine Viré (dir.), Du désert égyptien au Forum de Trajan : hommage à Jean Bingen. Etudes et documents., Bruxelles, Editions de l'U.L.B.,‎ 1990
  • (fr) Henri-Irénée Marrou, La vie intellectuelle au Forum de Trajan et au Forum d'Auguste, Paris, Editions de Boccard,‎ 1932
  • (fr) Pierre Gros, Les enjeux historiques du débat de l'ordonnance du Forum de Trajan, CRAI,149-1,‎ 2005, p. 173-197 (lire en ligne)
  • (fr) Martin Galinier, La Colonne Trajane et les Forums Impériaux, Rome, Collection de l'Ecole Française de Rome, n°382,‎ 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Plan des forums impériaux
Porticus
Curva
Porticus Purpuretica
Secretarium
Senatus
Temple de la
Ville Sacrée
Vicus Cuprius
Arc de
Trajan
Porticus
Absidata
Quadrige
Statue équestre
Forum de Trajan
Temple de
Minerve
Temple
de la Paix
Statue équestre