Punch (magazine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Punch.
Couverture de Punch, 1867

Punch est un hebdomadaire satirique britannique publié entre 1841 et 1992 puis de 1996 à 2002.

Fondé le 17 juillet 1841 par Henry Mayhew et par le graveur Ebenezer Landells, le journal est d'abord sous-titré The London Charivari en référence au journal Le Charivari.

William Makepeace Thackeray, l'auteur de Barry Lyndon et du Livre des Snobs, fut un collaborateur de Punch. Cecil Aldin et Phil May fournirent des caricatures à Punch. Willie Wilde, frère d'Oscar Wilde fut un temps son critique théâtral.

Son grand succès dans la deuxième moitié du XIXe siècle suscita de nombreux épigones, parmi lesquels Fun (1865), Judy (1867) et Funny Folks (1874).

En 2002, après 150 ans de publication, les ventes déclinantes du journal le forcèrent à cesser de paraître, malgré la tentative de l'homme d'affaires égyptien Mohamed Al-Fayed de le relancer en 1996, expérience abandonnée au bout de six ans.

Sélection d'anciennes couvertures[modifier | modifier le code]

Contributeurs[modifier | modifier le code]

réunion éditoriale de Punch magazine à la fin du XIXe siècle

Rédacteurs[modifier | modifier le code]

Dessinateurs[modifier | modifier le code]

John Tenniel's Our New 'First Lord' at Sea, numéro du 13 octobre 1877

Auteurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cartoons.ac.uk
  2. Noel Ford
  3. Cartoons.ac.uk
  4. Cartoons.ac.uk
  5. Jean Campbell, « Benjamin Edwin Minns », sur Australian Dictionary of Biography,‎ 1986 (consulté le 5 juin 2012)
  6. a et b [1] The Correspondence of James McNeill Whistler: Biography of Raven-Hill.] Université de Glasgow. Consulté le 22 mars 2014.
  7. Marion Harry Spielmann, The history of "Punch", Volume 1, Cassell and company, limited,‎ 1895, 412 p. (lire en ligne)
  8. David Myers Award-winning joke cartoonist,‎ 21 juin 2007 (lire en ligne)

Source de la traduction[modifier | modifier le code]