Le Don du roi (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Le Don du roi (film, 1995))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Don du roi.

Le Don du roi

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Dorset, décors du film

Titre québécois Restauration
Titre original Restoration
Réalisation Michael Hoffman
Scénario Rupert Walters
D'après le roman de Rose Tremain
Acteurs principaux
Sociétés de production Miramax Films
Avenue Pictures Productions
The Oxford Film Company
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame biographique
Sortie 1995
Durée 117 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Don du roi (Restoration) est un drame biographique américain réalisé par Michael Hoffman, sorti en 1995 aux États-Unis. Le film a par ailleurs remporté deux Oscars et a fait partie de la sélection officielle de la Berlinale. Il met en scène un médecin, Merivel, interprété par Robert Downey Jr., qui est engagé à la cour du Roi. Là-bas, il est contraint d'épouser la maîtresse du Roi pour ne pas éveiller les soupçons de la Reine. Mais ceci va lui causer bien du mal.

Tourné en Angleterre, à Dorset ou encore à Londres, Le Don du roi est la sixième réalisation de Michael Hoffman, après, entre autres, Promised Land (1988), Some Girls (1988) ou encore La télé lave plus propre (1991). Outre ses précédents films, le réalisateur franchit une nouvelle étape avec la Berlinale. Néanmoins, Le Don du roi a reçu un accueil limité de la part du public comme de la critique.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En Angleterre, en 1660, vient la fin de la dictature de Cromwell et le retour de la famille royale britannique, plus particulièrement celui du roi Charles II d'Angleterre.

Invité à la cour du roi, un jeune et obscur étudiant en médecine quitte ses études pour accepter le poste de médecin royal. Merivel rejoint donc la Cour pour y vivre quelque temps. Il bénéficie ainsi du haut niveau de vie que cela sous-entend pour un homme de sa position. Alors que le temps passe, sur requête du Roi, Merivel se voit dans l'obligation de se marier à la maîtresse du Roi, pour détourner les doutes de la Reine. Le Roi lui donne un seul ordre : ne tomber amoureux de cette dame sous aucun prétexte. Cependant, la situation empire lorsque Merivel tombe finalement amoureux d'elle. Encouragé par le peintre du Roi, Merivel ne peut contenir son désir pour Celia. Cette dernière refuse ses avances et en rend compte au Roi qui le relève ainsi de son titre et de ses richesses.
Obligé de fuir, Merivel redevient simple médecin. Il se met à voyager et retrouve ainsi son plus vieil ami. Ce dernier lui fait redécouvrir l'amour pour la médecine, et ce que cela signifie vraiment pour un médecin[1],[2].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Erreurs[modifier | modifier le code]

Le Don du roi contient plusieurs anachronismes. Historiquement, le film se déroule à partir de 1663, après le retour au trône du roi Charles II d'Angleterre.

La première concerne le rapport d'un joueur de bonneteau qui dit être « even Steven » que l'on peut traduire être « comme Steven ». Néanmoins la phrase date du XIXe siècle[6]. On rencontre une seconde erreur lorsque le Roi dit : (« … and these are your playmates (« voici vos amis »). En arrière-plan, plusieurs dames naviguent sur les jardins d'eau du Palais de Blenheim. Mais ce palais a été construit durant le XVIIIe siècle, et les jardins en 1925[6]. Une troisième erreur concerne les maquettes que montre le Roi à Robert Merivel, qui dessinent le plan d'un nouveau Londres, après que la peste a commencé ; mais on y voit la Cathédrale Saint-Paul de Londres, qui a été conçue et construite après le grand incendie de 1666[6].

Réception publique[modifier | modifier le code]

Le film réalise un très bon début : lors de sa semaine d'ouverture aux États-Unis, il amasse une recette de 75 514 $, alors qu'il est projeté dans cinq salles[7]. Finalement, en quatre semaines, dans 457 salles, le film finira son exploitation avec 4 005 941 $[7]. De plus, en Italie, au 18 mai 1997, également en fin d'exploitation, le film avait rapporté 144 050 000 ITL[8]. Le film est par ailleurs classé 156e film de l'année 1995[9]. Malgré son succès en Italie, le succès public est assez limité pour un film produit avec 18 000 000 $[7].

Le Don du roi est le sixième film en tant que réalisateur de Michael Hoffman. Il avait auparavant tourné plusieurs films, dont Promised Land en 1988, Some Girls en 1988 ou encore La télé lave plus propre en 1991. Si ses précédents films avaient également eu un succès limité, Le Don du Roi bénéficie d'une sélection au Berlinale et d'un vif succès aux Oscars.

Réception critique[modifier | modifier le code]

Voici la critique de Roger Ebert écrite pour le Chicago Sun-Times[10] : « le film a plusieurs vertus, mais pour moi le plus enchantant est simplement la soif avec laquelle il dépeint une ère si complexe de l'histoire. […] Ensuite, il y a l'histoire en elle-même : quelquefois aussi exubérante que Tom Jones, quelquefois aussi morbide que sévère ».

Voici, ensuite, la critique parue dans Variety[11] : « le directeur artistique Eugenio Zanetti, le costumier James Acheson, le directeur de la photographie Olivier Stapleton et leurs techniciens méritent tous l'admiration pour leur contribution à la reconstitution d'un environnement extraordinaire et détaillé ».

Et enfin, voici la critique parue dans le San Francisco Chronicle[12] : « Au début, Le Don du roi, malgré un effort vaillant, se heurte aux difficultés de l'adaptation du roman de 1989 de Rose Tremain du même titre. Puis, soudainement, le film devient sombre, avec une atmosphère épique. »

Bande originale[modifier | modifier le code]

Le Don du roi
Original Motion Picture Soundtrack

Album de James Newton Howard
Sortie 16 janvier 1996
Enregistré Air Studios
Lyndhurst Hall
Durée 61:35
Genre Musique de film
Format CD
Producteur Michael Mason
Shawn Murphy
Label Milan Records

Albums de James Newton Howard

Composée par James Newton Howard, produite par Michael Mason et Shawn Murphy, et d'une durée de 61,35 minutes, la bande originale du film Le Don du roi (ASIN B0000015JG) a été distribuée par le label Milan Records le 16 janvier 1996[13]. Le thème principal a été librement inspiré par Sarabande de Georg Friedrich Haendel (1705)[14]. Voici les différentes pistes de l'album.

  1. If Love's A Sweet Passion
  2. Main Titles
  3. Frost Dance In C
  4. A Night With Lulu
  5. Minuet In G
  6. Here The Deities Approve
  7. A Creature Of The New Age
  8. Overture In D
  9. The Wedding
  10. Hornpipe In D Minor
  11. Arrival In Bidnold
  12. The Cabinet Of Curiosities
  13. The Land Of Mar
  14. The Lie
  15. A New Ground In E Minor
  16. Merivel Woos Celia
  1. Katherine Sleeps
  2. Taking Bidnold Back
  3. Muzette 1 In A Minor
  4. The Right Knowledge
  5. The Plague
  6. Katherine's Death
  7. Night Sweats
  8. Hospital
  9. Doctor Merivel
  10. Listening To Celia's Heart
  11. The Fire
  12. Allegro From Sinfonia
  13. Your Child I Believe
  14. Newcastle (Traditional)
  15. 2nd Overture In D


Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) New York Times, « Le Don du roi (Overview) », consulté le 13 septembre 2009
  2. (en) Miramax, « Restoration », consulté le 14 septembre 2009
  3. (fr) AlloCiné, « Le Don du roi (Fiche technique) », consulté le 14 septembre 2009
  4. (fr+en) Internet Movie Database, « Release dates », consulté le 14 septembre 2009
  5. (fr+en) Internet Movie Database, « Filming locations », consulté le 14 septembre 2009
  6. a, b et c (fr+en) Internet Movie Database, « Goofs », consulté le 14 septembre 2009
  7. a, b et c (en) Box-office Mojo, « Restoration », consulté le 14 septembre 2009
  8. (fr+en) Internet Movie Database, « Box office », consulté le 14 septembre 2009
  9. (en) Box-office Mojo, « 1995 Yearly Box Office Results », consulté le 14 septembre 2009
  10. (en) Chicago Sun-Times, « Restoration », consulté le 14 septembre 2009
  11. (en) Variety, « Restoration », consulté le 14 septembre 2009
  12. (en) San Francisco Chronicle, « Restoration », consulté le 14 septembre 2009
  13. (en) James-Newton-Howard, « Restoration », consulté le 14 septembre 2009
  14. (fr+en) Internet Movie Database, « Trivia », consulté le 14 septembre 2009
  15. a et b (en) Academy Awards Database, « 68th Academy Awards », consulté le 13 septembre 2009
  16. (en) BAFA, « Film nominations 1995 », consulté le 13 septembre 2009
  17. (en) Berlinale, « Archive : 1996 competition », consulté le 13 septembre 2009

Liens externes[modifier | modifier le code]