Henri Chapron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Citroën DS modifiée de 1967.

Henri Chapron (né à Nouan-le-Fuzelier, le et décédé à Paris, le ) est un carrossier automobile français.

Son atelier, créé en 1919 se trouvait d'abord à Neuilly-sur-Seine puis à Levallois-Perret, dans les environs de Paris.

Historique[modifier | modifier le code]

Henri Chapron commence sa carrière comme sellier avant d'ouvrir son atelier de carrosseries spéciales pour des véhicules utilitaires, des Ford T laissées par l'armée américaine en France après la Première Guerre mondiale. Ensuite, jusque dans les années 1950, il travaille surtout à partir de châssis des marques Delage, Delahaye (types 135 et 235), Hotchkiss et Talbot-Lago.

Ces années là, la construction à la chaîne se développe avec les voitures monocoques. Beaucoup de carrossiers disparaissent. Chapron, lui, artiste avant tout, voudra continuer coûte que coûte. Après avoir transformé des modèles Autobleu, Peugeot, Renault, Salmson et Simca, en 1958, il est séduit par la nouvelle Citroën DS avec son design révolutionnairement aérodynamique. Au début, il décide de modifier les véhicules d'abord à son compte, puis à la demande de Citroën, il crée le cabriolet DS de série. Un certain nombre de ses créations deviennent des pièces de collection comme les modèles spéciaux appelés « La Croisette », « Palm Beach », « Le Caddy », « Le Léman », « Concorde » ou « Majesty ». Parallèlement, Chapron réalisera dès 1954 une petite série de coupés sur base de Renault Fregate, les cabriolets étant fabriqués par Letourneur et Marchand. Lorsque la Citroën SM est introduite en 1970, Chapron en crée deux variantes, la « Mylord » et l´ « Opéra » (voir les SM Chapron).

En 1968, il réalise un modèle spécial étendu de la DS pour Charles de Gaulle puis, en 1972, il livre deux SM décapotables rallongées pour Georges Pompidou. Ces modèles furent utilisés officiellement pour la première fois lors de la visite de la reine Elizabeth II, ensuite pour la visite du pape Jean-Paul II et restèrent en service jusque sous Jacques Chirac.

Henri Chapron meurt le 14 mai 1978 dans sa 92e année. Son entreprise, reprise par son épouse depuis 1968, lui survit quelques années, le temps de produire quelques versions de luxe de la Citroën CX et de la Peugeot 604, des landaulets et des voitures blindées. Elle cesse ses activités fin 1985.

La fabrication Chapron en DS[modifier | modifier le code]

Le Paris 002

Henri Chapron crée le premier cabriolet en 1958, dont la ligne générale est relativement intéressante. Elle reste quand même assez proche de la berline de par son aile arrière qui doit rester amovible pour permettre son démontage lors d'un changement de roue, ce qui laisse une séparation au niveau du départ de la malle. Cette séparation est: soit habillée par un jonc chromé, soit laissée avec une séparation en creux, le pare brise est abaissé de quatre centimètres et les portières sont allongées. Cette première voiture sera baptisée La Croisette (modèle 1959), suivie par un coach 2 portes 4 places: Le Paris, les ailes arrières sont aussi en deux pièces séparées par un joint, ou cachées par des appliques chromées. Une deuxième version du Paris fait son apparition au salon de Genève en 1960 sans raccord aux ailes arrières. Le coach Le Paris est équipé du pavillon dessiné par Chapron pour les Renault Frégate, Peugeot 403 qui vient perturber les lignes modernes de la Citroën DS. Le Paris disparait du catalogue après la fabrication de neuf exemplaires, dont aujourd'hui uniquement trois sont recensés. La Croisette évolue et permet aux établissements Chapron d'affiner et d'affirmer son style: les ailes arrières sont d'une seule pièce échancrée à l'arrière pour rendre accessible la jante arrière; Les portières seront allongées de 18 centimètres ce qui donne un meilleur équilibre à la voiture en réduisant la longueur de l'aile arrière.

La Croisette 1961

Henri Chapron carrossait aussi bien des DS que des ID et il apportait le même soin aux deux séries, la raison étant de satisfaire la clientèle réfractaire à l'embrayage hydraulique. En 1959 (modèles 1960) apparait une nouvelle carrosserie, le cabriolet deux places Le Caddy, avec portes étroites jusqu'à la fin de 1960. En plus des carrosseries spéciales Chapron, le carrossier a produit pour Citroën les cabriolets dits "usine". Curieusement, ceux ci ne conservent pas la ligne arrière de la berline, mais héritent d'un arrière légèrement rehaussé que Chapron a aussi adopté provisoirement pour ses propres productions pendant 2 ans.

En dehors de sa production reconnue, et numérotée, la carrosserie Henri Chapron a également réalisée de nombreux aménagements à la demande des clients. Essentiellement des selleries spéciales, ou la pose de tablettes arrières sur les voitures ministérielles, mais aussi des découvrables. Chapron s'était spécialisé dans la pose de toits ouvrants à manivelle, mais a aussi réalisé des découvrables à toit souple. En général, seul le toit était découvert.

Découvrable 1972

État des fabrications des DS Chapron[modifier | modifier le code]

Les états de fabrication suivant concernent uniquement les véhicules ayant reçu un numéro de carrosserie. En général les simples aménagements n'en n'avaient pas. Par ailleurs les cabriolets usines et les DS Prestige à séparation avaient leur propre numérotation qui n'est pas incluse ici.

État des fabrications des DS cabriolets Chapron[modifier | modifier le code]

1958 1959 1960 1961 1962 1963 1964 1965 1966 1967 1968 1969 1970 1971 1972 1973 Total
Croisette 6 19 21 2 4 52
Caddy 2 6 7 3 2 2 3 3 4 2 34
Palm Beach 2 3 7 4 4 2 4 2 2 1 1 32
Cabriolets 4 21 27 9 9 5 9 11 7 6 6 2 2 1 1 118

État des fabrications des DS coupés Chapron[modifier | modifier le code]

1958 1959 1960 1961 1962 1963 1964 1965 1966 1967 1968 1969 1970 1971 1972 1973 Total
Paris 1 8 9
Concorde 5 11 7 6 3 6 38
Dandy 5 5 10 4 8 8 5 3 2 50
Léman 7 9 4 2 2 2 1 27
Coupés 6 8 17 11 14 8 14 16 6 7 1 1 2 124

État des fabrications des DS berlines Chapron[modifier | modifier le code]

1958 1959 1960 1961 1962 1963 1964 1965 1966 1967 1968 1969 1970 1971 1972 1973 1974 Total
Majesty 5 3 8 4 3+1 2+1 27
Lorraine 2 4 2 3 7 2 20
Présidentielle 1 1
Berlines 4 3 8 5 4 5 4 2 3 7 2 50

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les Citroën de Chapron, par Olivier de Serres, revue Automomobilia no 101, janvier 2011.
  • Henri Chapron, par Dominique Pagneux, éditions E.T.A.I., 2002. (ISBN 2-7268-8602-7)

Liens externes[modifier | modifier le code]