Jacques Chessex

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chessex.

Jacques Chessex (né le à Payerne et mort le [1] à Yverdon-les-Bains) est un écrivain enseignant, poète bellettrien et peintre suisse de langue française. Il fut le seul écrivain suisse ayant reçu le prix Goncourt[2], mais également le prix Goncourt de la poésie en 2004.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques Chessex fait ses études à Fribourg, puis à Lausanne où il entreprend des études de lettres et rédige un mémoire sur Francis Ponge. Il s'oriente ensuite vers l'enseignement du français, mais écrit dès son plus jeune âge de la poésie. Il publie en 1954 un premier recueil Le jour proche, bientôt suivi de trois autres volumes Chant de printemps, Une Voix dans la nuit, Batailles dans l'air.

Lauréat du Prix Goncourt en 1973 pour son roman L'Ogre, l'écrivain de Ropraz occupe une position dominante dans la littérature romande. Se plaçant clairement dans une tradition littéraire vaudoise et romande, Jacques Chessex entretient des liens étroits avec Paris (chroniqueur de la Nouvelle Revue Française, membre correspondant de l'Académie Goncourt).

Une exposition lui étant consacrée a eu lieu en 2003 à la Bibliothèque nationale suisse à Berne. Intitulée « Il y a moins de mort lorsqu'il y a plus d'art » celle-ci fut constituée de sept parties : les écrits autobiographiques « Autographe », le thème de l'absolu et de la religion « Métaphysique », de la femme et de l'érotisme « Féminaire », l'attachement à la « La Suisse romande » et à « La France », la fascination pour la nature et les animaux « Bestiaire », enfin les textes consacrés aux peintres ou écrits en collaboration avec eux « Peintres ».

Fait chevalier de la Légion d'honneur à Berne, le 18 septembre 2002, Jacques Chessex, également membre du jury du Prix Médicis depuis 1996, reçoit en 2003 le Grand Prix du langage français pour l'ensemble de son œuvre et le Grand Prix du rayonnement français de l'Académie française. En 2004, Jacques Chessex reçoit la Bourse Goncourt Poésie attribuée par l'Académie Goncourt.

Jacques Chessex meurt subitement des suites d'un malaise cardiaque[1] alors qu'il participe à une conférence à la bibliothèque publique d'Yverdon-les-Bains[3] au sujet de l'adaptation théâtrale de son roman la Confession du pasteur Burg, alors qu'il répondait à une personne « qui lui reprochait violemment son soutien à Roman Polanski[4],[5],[6]. » Le fonds d'archives de Jacques Chessex se trouve aux Archives littéraires suisses à Berne.

Citations[modifier | modifier le code]

  • "Alors tristement, je pressai sur la détente et je me tuai"[7].
  • "Il s'agit d'un roman. Je ne suis pas Jean Calmet, mais son destin aurait pu être le mien" (lors d'une discussion avec des élèves yverdonnois, à propos de son roman L'Ogre, le 31 mai 2005)

Publications[modifier | modifier le code]

Jacques Chessex en 1982.

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Le Jour proche, Aux Miroirs partagés, Lausanne, 1954.
  • Chant de Printemps, Jeune Poésie, Genève, 1955.
  • Une Voix la Nuit, dessins de Jacques Berger, Mermod, Lausanne, 1957.
  • Batailles dans l'Air, dessins de Jean Bazaine, Mermod, Lausanne, 1959.
  • Le Jeûne de Huit Nuits, Payot, Lausanne, 1966.
  • L'Ouvert obscur, L'Âge d'Homme, Lausanne, 1967.
  • Elégie Soleil du regret, Bertil Galland, Vevey, 1976.
  • Le Calviniste, Grasset, Paris, 1983.
  • Pierre Estoppey, avec Charles-Henri Favrod et André Kuenzi, textes et poèmes, Au Verseau, Denges et Lausanne, 1986.
  • Myriam, PAP, Lausanne, 1987.
  • Comme l'Os, Grasset, Paris, 1988.
  • Dans la Page brumeuse du Sonnet, dessins d'Armand Abplanalp, PAP, Lausanne, 1989.
  • Elégie de Pâques, PAP, Pully, 1989.
  • Neige, gravures de Moïra Cayetano, Stamperia del Portico, Gavirate, 1989.
  • Si l'Arc des Coqs, gravure d'André Clerc, PAP, Pully, 1989.
  • Plaie ravie, illustrations de Cécile Muhlstein, PAP, Pully, 1990.
  • Les Aveugles du Seul Regard, PAP, Pully, 1991. Autre édition: Éditions de La Différence, Paris, 1992. Prix Mallarmé.
  • Le Buisson, aquatinte de Pietro Sarto, Atelier de Saint-Prex, Saint-Prex, 1991.
  • Songe du Corps élémentaire, lithographies de Marcel Mathys, François Ditesheim et Françoise Simecek, Neuchâtel et Lausanne, 1992.
  • La Fente, héliogravure de Pierre Keller, Atelier de Saint-Prex, Saint-Prex, 1993.
  • Le Rire dans la Faille, dessins de Chantal Moret, Le Manoir, Martigny, 1993.
  • Les Elégies de Yorick, Bernard Campiche Editeur, Yvonand, 1994.
  • Le Temps sans Temps, le cherche midi éditeur, Paris, 1995.
  • Cantique, Bernard Campiche Editeur, Yvonand, 1996.
  • Poésie, 3 volumes (Oeuvre poétique complète), Bernard Campiche Editeur, Yvonand, 1997.
  • Le Désir de la Neige, Grasset, Paris, 2002.
  • Les Eaux et les Forêts, Le Miel de l'Ours, Genève, 2003.
  • Allegria, Grasset, Paris, 2005. Prix Goncourt de la poésie.
  • Où va la Rivière bue, Le Miel de l'Ours, Genève, 2005.
  • Revanche des Purs, Grasset, Paris, 2008.

Romans et récits[modifier | modifier le code]

  • La Tête ouverte, récit, Gallimard, Paris, 1962.
  • La Confession du Pasteur Burg, récit, Christian Bourgois, Paris, 1967.
  • Carabas, récit, Grasset, Paris, 1971.
  • L’Ogre, roman, Grasset, Paris, 1973. Prix Goncourt.
  • L’Ardent Royaume, roman, Grasset, Paris, 1975.
  • Les Yeux jaunes, roman, Grasset, Paris, 1979.
  • Judas le Transparent, roman, Grasset, Paris, 1982.
  • Jonas, roman, Grasset, Paris, 1987.
  • Morgane Madrigal, roman, Grasset, Paris, 1990.
  • La Trinité, roman, Grasset, Paris, 1992.
  • Le Rêve de Voltaire, récit, Grasset, Paris, 1995.
  • La Mort d’un Juste, roman, Grasset, Paris, 1996.
  • L’Imitation, roman, Grasset, Paris, 1998.
  • Incarnata, récit, Grasset, Paris, 1999.
  • L'Économie du Ciel, roman, Grasset, Paris, 2003.
  • L’Éternel sentit une Odeur agréable, roman, Grasset, Paris, 2004.
  • Avant le Matin, roman, Grasset, Paris, 2006.
  • Le Vampire de Ropraz, roman, Grasset, Paris, 2007. Grand prix Jean Giono.
  • Pardon Mère, récit, Grasset, Paris, 2008.
  • Un Juif pour l'exemple, roman, Grasset, Paris, 2009.
  • Le Dernier Crâne de M. de Sade, roman, Grasset, Paris, 2010. Prix Sade.
  • Hosanna, roman, Grasset, Paris, 2013.

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Le Séjour des Morts, nouvelles, Grasset, Paris, 1977.
  • Le Voyage d'Hiver (Recueil de 4 nouvelles écrites par Serge Rezvani, Jacques Chessex, Jean Freustié et Georges Perec consacrées aux saisons) (Hachette, collection Saisons, 1979, In-12 agrafé, tirage unique à 1000 exemplaires n° hors commerce sur vergé) (rééd. Éditions du Seuil, collection Librairie du XXe siècle, 1993 puis 2009).
  • Où vont mourir les Oiseaux, nouvelles, Grasset, Paris, 1980.
  • Portrait d'une Ombre, Éditions Zoé, Genève, 1999.
  • Sosie d’un Saint, nouvelles, Grasset, Paris, 2000.
  • Monsieur, Grasset, Paris, 2001.

Chroniques et morceaux[modifier | modifier le code]

  • Reste avec nous, Cahier de La Renaissance Vaudoise, 1967. Réédition : Bernard Campiche, 1995.
  • Portrait des Vaudois, Cahier de La Renaissance Vaudoise, 1969. Rééditions à l'Aire bleue.
  • Feux d'orées, L'Aire, 1984 ; rééd. Bernard Campiche, 1995.
  • Dans la buée de ses yeux, Bernard Campiche, 1995.
  • L'imparfait, Bernard Campiche, 1996.
  • De l'encre et du papier, La Bibliothèque des arts, 2001 (Pergamine)

Ouvrages pour enfants[modifier | modifier le code]

  • Le Renard qui disait non à la lune, illustrations de Danièle Bour, Grasset, 1974.
  • Marie et le Chat sauvage, illustrations de Danièle Bour, Grasset, 1979.
  • Neuf, l’œuf, illustrations de Danièle Bour, Grasset, 1990.
  • François dans la forêt, illustrations de Danièle Bour, Grasset, 1991.

Essais et critique littéraire[modifier | modifier le code]

  • Charles-Albert Cingria, essai, Seghers, Paris, 1967. Réédition : Poche Suisse, 2007.
  • Les Saintes Écritures, Bertil Galland, 1972.
  • Bréviaire, Bertil Galland, 1976.
  • Adieu à Gustave Roud, avec Maurice Chappaz et Philippe Jaccottet, Bertil Galland, 1977.
  • Entretiens avec Jacques Chessex, Jérôme Garcin, La Différence, 1979.
  • Maupassant et les autres, Ramsay, Paris, 1981.
  • Flaubert, ou le Désert en abîme, Grasset, 1991.
  • Avez-vous déjà giflé un rat?, pamphlet, Bernard Campiche, 1997.
  • Le Désir de Dieu, Grasset, 2005.
  • Écrits sur Ramuz, Éditions de l'Aire, collection "L'Aire bleue", 2005.
  • Le Simple préserve l’énigme, Gallimard, 2008.
  • L’Interrogatoire, Grasset, 2011.

Essais sur la peinture[modifier | modifier le code]

  • La Muerte y la Nada (Antonio Saura), Pierre Canova, Pully, 1990.
  • Zao Wou-Ki, Galerie Jan Krugier, Genève, 1990.
  • Marcel Poncet, La Bibliothèque des Arts, Lausanne, 1992.
  • Olivier Charles, Musée Jenisch, Vevey, 1992.
  • Bazaine, Skira, Paris, 1996.
  • Figures de la métamorphose, La Bibliothèque des Arts, 1999.
  • Le Dernier des monstres (Saura), Cuadernos del Hocinoco, Cuenca, 2000.
  • Notes sur Saura, Cuadernos del Hocinoco, 2001.
  • Les Dangers de Jean Lecoultre, Cuadernos del Hocinoco, 2002.
  • Javier Pagola, Cuadernos del Hocinoco, 2004.
  • Thomas Fougeirol, Operae, 2004.
  • Dans la peinture de Sarto, Atelier de St-Prex et Chabloz, Lausanne, 2008.
  • Jean Lecoultre ou la Haine de la peinture, in Artpassions, no 19, 2009.
  • Une Nuit dans la Forêt, héliogravures de Manuel Müller, Éditions Notari, Genève, 2009.

Correspondance[modifier | modifier le code]

  • Une vie nouvelle, correspondance avec Michel Moret, Éditions de l'Aire, Vevey, 2010.
  • Corresondance 1953-1976, correspondance avec Gustave Roud, Infolio, Gollion, 2011.
  • Fraternité secrète, correspondance avec Jérôme Garcin, Grasset, Paris, 2012.

Participation à des jurys littéraires[modifier | modifier le code]

Revues littéraires[modifier | modifier le code]

Jacques Chessex a publié des poèmes dans Les Cahiers du Sud, dans Sud, dans La Nouvelle Revue française (poésies, chroniques, nouvelles, notes) et Europe. Il participe régulièrement aux grands sommaires de la Revue de Belles-Lettres (Genève).

Décorations[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • « Jacques Chessex » dans la base de données des écrivains vaudois de la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne.
  • A. Nicollier, H.-Ch. Dahlem, Dictionnaire des écrivains suisses d'expression française, vol. 1, p. 220-229
  • H.-Ch. Dahlem, Sur les pas d'un lecteur heureux guide littéraire de la Suisse, p. 113-116
  • R. Francillon, Histoire de la littérature en Suisse romande, vol. 3, p. 402-413
  • P.-O. Walzer, Dictionnaire des littératures suisses, p. 77-78
  • 24 Heures, 2003/02/12 et 2002/09/19, p. 13, 2009/10/10-11, p. 2-3, 2009/10/12, p. 2-4 L'Hebdo, no 39 (2001), p. 84-89
  • no 13 (2003), p. 88-89
  • no 8 (2006), p. 70
  • 2004/05/13 Cahier spécial Les 80 qui font Vaud p. XII + 2005/02/24, p. 72-74
  • François Conod, Entretien avec Jacques Chessex Le Passe-muraille, 1995, no 17 mars, p. 12-13 et Jean-Dominique Humbert, "Jacques Chessex" , 1995, no 22 décembre, p. 3
  • La Revue de Belles-Lettres, 1967, no 1, p. 1-19 consacrée à Jacques Chessex
  • Transfuge, 2008, no 21 mai-juin, p. 28-31
  • . Archives TSR
  • L'Hebdo, no 42 2009/10/15, p. 64-76
  • Jérome Garcin, Roland Jaccard in Le Nouvel Observateur, 2010, no 2357, p. 56-57

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://www.24heures.ch/actu/culture/jacques-chessex-victime-malaise-2009-10-09
  2. « Décès du romancier Jacques Chessex, le Goncourt suisse » Aujourd'hui en France le 9 octobre 2009
  3. « Jacques Chessex : mort parmi les livres » de Patricia Gnasso pour Le Matin du 9 octobre 2009
  4. « Jacques Chessex, mort sur scène » de Sophie Anmuth pour L'Express le 12 octobre 2009
  5. « Jacques Chessex : un homme d’une grande écoute » Frédéric Ravussin et François Barras La Tribune de Genève le 12 octobre 2009
  6. Le dernier jour de M. Chessex par Jérôme Garcin
  7. Les Yeux jaunes, Grasset, 1979, p. 266

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :