Jacobo Arbenz Guzmán

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guzmán.
Jacobo Arbenz Guzmán
Jacobo Arbenz Guzmán sur une fresque à Guatemala.
Jacobo Arbenz Guzmán sur une fresque à Guatemala.
Fonctions
25e président de la République du Guatemala
15 mars 195127 juin 1954
Prédécesseur Juan José Arévalo
Successeur Carlos Enrique Díaz de León
Carlos Castillo Armas
Biographie
Date de naissance 14 septembre 1913
Lieu de naissance Quetzaltenango, Guatemala
Date de décès 27 janvier 1971 (à 57 ans)
Lieu de décès Mexico, Mexique
Nationalité Guatémaltèque

Jacobo Arbenz Guzmán
Présidents de la République du Guatemala

Le colonel Jacobo Arbenz Guzmán (14 septembre 191327 janvier 1971) fut président du Guatemala de 1951 à 1954, lorsqu'il fut renversé par un coup d'État organisé par la CIA, connu sous le nom de code d'opération PBSUCCESS, et fut remplacé par une junte militaire, dirigée par le colonel Carlos Castillo Armas, plongeant le pays dans une longue période de violente instabilité politique.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Né à Quetzaltenango, il est le fils d'un pharmacien suisse qui émigra au Guatemala. Ses jeunes années furent marquées par le suicide de son père. Arbenz rejoignit l'armée, intégrant l'académie militaire guatémaltèque, et devint sous-lieutenant en 1935. École qu'il retrouva en 1937 et dans laquelle il occupa un poste de professeur de sciences et d'histoire. En 1939, il rencontra sa future femme, Maria Cristina Vilanova (1915-2009), qui lui fit découvrir l'idéologie socialiste. Maria, fille d'un riche propriétaire terrien salvadorien, eut un énorme impact sur sa vie et le poussa à renverser le gouvernement guatemaltèque. Arbenz rejoignit un groupe d'officiers de gauche et participa au renversement du dictateur Jorge Ubico (1878–1946) en 1944. À la suite du coup d'État contre Ubico, Arbenz occupa le poste de ministre de la défense dans le nouveau gouvernement de Juan José Arévalo.

Présidence et renversement[modifier | modifier le code]

En mars 1951, Arbenz devint président de la République à la suite de la première élection au suffrage universel qu'ait connu le pays, marquant la première transition pacifique du pouvoir politique dans l'Histoire du Guatemala. Il fit campagne, en se présentant comme un réformateur, et recueillit 60 % des votes en promettant de rendre le Guatemala économiquement indépendant et de le débarrasser de la dépendance des États-Unis. Son prédécesseur, Juan José Arévalo Bermejo, avait entamé, avec succès, une série de réformes pour permettre à tous les citoyens de participer au processus politique. Le développement du droit de vote et de la législation du travail, obtenu par Arévalo menaçait la puissance de l'élite traditionnelle et entraina plus de vingt tentatives de coup d'État contre lui.

Arbenz poursuivit le programme de réformes d'Arévalo et, en juin 1952, son gouvernement initia une réforme agraire sur le modèle de l'Homestead Act promulgué en 1862 aux États-Unis. La nouvelle loi permettait au gouvernement d'exproprier uniquement les parties en friche des grandes plantations. Les propriétés de plus de 670 acres (271 hectares) en étaient exclues si au moins les deux tiers de leur surface étaient cultivés ; de même que les terres présentant une déclivité supérieure à 30 degrés (une exemption significative dans le paysage montagneux du Guatemala). La terre était alors accordée à des familles individuelles dans l'intention de créer une nation de yeomen, propriétaire terriens, réminiscence des propres buts des États-Unis dans les années 1800. Les propriétaires des terres expropriées furent dédommagés sur la valeur déclarée, par eux-mêmes, de leurs terres lors du calcul de l'impôt en mai 1952. Le montant étant payé en bon pour une durée de vingt cinq ans au taux d'intérêt de 3 %[1]. Arbenz lui-même, propriétaire terrien par sa femme, donna jusqu'à 1 700 acres (688 ha) de ses propres terres au programme de réforme agraire[2].

Après sa prise de fonction, Arbenz rencontra secrètement des membres du Parti guatemaltèque du travail (PGT), d'obédience communiste, afin de concrétiser le programme de réforme agraire. Un tel programme fut proposé par Arbenz comme un moyen de remédier à une distribution de la terre extrêmement inégale dans le pays. On estime qu'en 1945, 2 % de la population du pays contrôlait 72 % de toutes les terres arables, mais seulement 12 % de celles-ci étaient utilisées. C'est une proportion semblable à celle que l'on trouve dans l'agriculture des États-Unis, mais sans la différence de revenu ni la diversité économique : dans les années 1950, au Guatemala, le revenu annuel par habitant des travailleurs agricoles était inférieur à 100 dollars américains et l'économie était à peine industrialisée, alors que celle des États-Unis était fortement industrialisée et diversifiée.

Tandis que l'ordre du jour proposé par Arbenz était accueilli favorablement par les paysans pauvres qui constituaient la majorité de la population guatémaltèque, il suscita la colère des riches propriétaires terriens, des puissants intérêts commerciaux américains et d'une partie de l'armée, qui l'accusèrent de céder à l'influence communiste (l'influence réelle dont disposaient alors les communistes au Guatemala est aujourd'hui encore chaudement débattue.) Cette tension créera une grande agitation dans le pays. Carlos Castillo Armas, un officier de l'armée, se rebella à l'aéroport Aurora, fut défait et abattu, il survécut à ses blessures. Armas passa quelque temps dans une prison guatémaltèque avant de s'échapper et de s'exiler au Honduras.

L'instabilité, combinée à la tolérance dont Arbenz faisait preuve à l'égard du PGT et d'autres groupes communistes ou apparentés, poussa la CIA à étudier, en 1951, un plan intitulé opération PBFORTUNE. Celui-ci suggérait une méthode d'éviction d'Arbenz, s'il venait à être considéré comme une menace communiste dans l'hémisphère.

La United Fruit Company, une multinationale américaine, était également menacée par l'initiative de réforme agraire. En effet, elle était le plus grand propriétaire terrien du Guatemala et, avec 85 % de ses terres non exploitées, susceptible de tomber sous le coup de la réforme. En calculant le montant de ses impôts, la United Fruit avait constamment (et drastiquement) sous-évalué la valeur de ses terres. Pour les impôts de 1952, elle déclara une valeur de 3 $ par acre de surface détenue. Quand, en accord avec la déclaration de revenus rédigée par la United Fruit, le gouvernement Arbenz proposa de dédommager l'entreprise à hauteur de 3 $ l'acre de surface expropriée, la compagnie déclara que la valeur réelle de la terre était désormais de 75 $/acre mais refusa d'expliquer l'augmentation soudaine de sa propre estimation de la valeur des terres qu'elle possédait.

La United Fruit possédait quelques liens avec des personnalités influentes du gouvernement des États-Unis. Le secrétaire d'État américain, John Foster Dulles et son frère, directeur de la CIA Allen Dulles, entretenaient d'étroites relations avec la United Fruit, à travers leur ancien cabinet juridique. Le conseiller et sous-secrétaire d'État du président Eisenhower, Walter Bedell Smith avait également des liens étroits avec elle et avait précédemment postulé à un poste de direction en son sein. Tous trois étaient actionnaires de l'entreprise.

En 1952, le Parti guatemaltèque du travail fut légalisé ; l'influence, bien que minoritaire, des communistes, sur les importantes organisations paysannes et sur les syndicats s'accrut considérablement, mais pas sur le parti politique alors au gouvernement, le PGT ne gagnant que quatre sièges sur les cinquante-huit que comptait le congrès. La CIA, ayant conçu l'opération PBFORTUNE, était déjà intéressée par les liens potentiels entre Arbenz et les communistes. La United Fruit avait fait pression auprès de la CIA pour écarter les différents gouvernements réformateurs au pouvoir depuis la période Arevalo, mais ce ne fut pas avant l'arrivée de l'administration Eisenhower que ces idées trouvèrent une oreille attentive à la Maison Blanche. En 1954, l'administration Eisenhower était toujours sure de la victoire depuis son opération clandestine destinée à renverser le gouvernement Mossadegh en Iran l'année précédente. L'agent de la CIA Kermit « Kim » Roosevelt, Jr., architecte du coup d’État en Iran, décrit une réunion avec le secrétaire d'État Dulles : « [Il] semblait presque enthousiaste. Ses yeux brillaient ; il semblait ronronner comme un chat géant. Clairement il ne savourait pas uniquement ce qu'il entendait, mais mon instinct me disait qu'il planifiait aussi. »[3] En février 1954, la CIA lança l'opération WASHTUB, qui consistait à installer une fausse cache d'armes soviétiques au Nicaragua, afin de démontrer les liens entre Moscou et le Guatemala[4].

En mai 1954, de l'armement de fabrication tchèque arriva au Guatemala à bord du bâtiment suédois, le Alfhem. Les États-Unis déclarèrent qu'il s'agissait de la preuve finale des liens entretenus par Arbenz avec l'Union soviétique. Les partisans d'Arbenz, notent, néanmoins, que les Guatémaltèques tentèrent, à plusieurs reprises, d'acheter des armes en Europe de l’Ouest et se tournèrent uniquement vers les Tchèques devant l'impossibilité de s'en procurer ailleurs. Le gouvernement Arbenz était convaincu qu'une invasion soutenue par les États-Unis était imminente : il avait précédemment dévoilé une note détaillée (appelée les White Papers) concernant l'opération PBFORTUNE menée par la CIA et perçut les actions des États-Unis lors de la réunion de l'OEA à Caracas cette année comme un moyen de lancer une intervention. L'administration ordonna à la CIA de financer un coup d'État, au nom de code opération PBSUCCESS qui renversa le gouvernement. Arbenz démissionna le 27 juin 1954 et fut forcé de fuir, trouvant refuge auprès de l'ambassade mexicaine.

Fin de sa vie[modifier | modifier le code]

Il séjourna d'abord au Mexique, puis lui et sa famille partirent pour la Suisse. Les autorités suisses étaient disposées à l'accueillir si celui-ci consentait à renoncer à la citoyenneté guatémaltèque. Refusant, Arbenz se rendit à Paris, puis à Prague. Les autorités tchèques n'étaient pas favorables à sa présence, se demandant s'il n'exigerait pas d'elles un dédommagement pour la mauvaise qualité des armes qu'ils lui avaient vendu en 1954. Après seulement trois mois, il déménagea encore, cette fois pour Moscou. Il tenta plusieurs fois de revenir en Amérique latine, et fut finalement autorisé à séjourner en Uruguay en 1957.

En 1960, après la Révolution cubaine, Fidel Castro proposa à Arbenz de s'installer à Cuba, ce qu'il accepta immédiatement. Cependant, il changea d'avis sur ce pays, devant la manière dont Fidel Castro le reçut. En 1965, sa fille aînée et préférée, Arabella, se suicida à Bogota, en Colombie, et Arbenz en fut profondément affecté. Il fut autorisé à retourner au Mexique pour enterrer sa fille, puis à y rester. Le 27 janvier 1971, Arbenz décéda dans sa salle de bain, par noyade ou brûlure due à l'eau chaude. Les circonstances de sa mort restent très suspectes[5].

Famille[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Stephen Kinzer, Stephen Schlesinger. Bitter Fruit. 2005 Édition. David Rockefeller Center for Latin American Studies
  • (en) Piero Gleijeses. Shattered Hope: The Guatemalan Revolution and the United States, 1944-54. Princeton: Princeton University Press, 1991.
  • (en) Nicholas Cullather. Secret History: The CIA's Classified Account of its Operations in Guatemala 1952-54. Stanford: Stanford University Press, 1999.
  • (en) CIA file about Operations against Jacob Arbenz
  • (fr) Mikaël Faujour, « Le Guatemala a-t-il oublié Jacobo Arbenz ? : Un coup d’Etat emblématique de l’interventionnisme américain », Le Monde diplomatique,‎ juin 2014 (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stephen G. Rabe, "Eisenhower and Latin America: The Foreign Policy of Anticommunism." University of North Carolina Press: Chapel Hill.
  2. Peter H. Smith, Talons of the Eagle: Dynamics of US-Latin American Relations, Oxford University Press, 2000
  3. Stephen Kinzer, All the Shah's Men: An American Coup and the Roots of Middle East Terror, Wiley, 2003, pg 209
  4. http://www.coha.org/NEW_PRESS_RELEASES/Matt%20Ward/MW_Appendix_A.htm, Accessed February 2006
  5. http://www.legrandsoir.info/Guatemala-Jacobo-Arbenz-le-digne-humaniste-par-Thibaut-Kaeser.html